Billets publiés le 13 janvier 2013

PLQ : une course en quête de visibilité

par

 publié le 13 janvier 2013 à 11 h 21

Les militants du Parti libéral du Québec auront droit aujourd’hui à un premier débat des trois candidats à la direction du parti : Raymond Bachand, Philippe Couillard et Pierre Moreau.

Depuis la démission de Jean Charest, cette course n’a pas soulevé beaucoup de passion. Bien sûr, il y a eu un certain intérêt autour des mises en candidature. Mais après, disons que ça a été plutôt calme. Par exemple, êtes-vous capable de me donner une idée avancée par chacun des candidats?

Évidemment, l’arrivée d’un nouveau gouvernement n’a pas aidé les libéraux. Toute l’attention a été tournée vers les décisions de Pauline Marois. Aussi, la course à la direction n’est pas un concours de popularité auprès des Québécois, mais auprès des militants. La nuance est importante et explique pourquoi, jusqu’ici, la démarche s’est faite en circuit fermé.

Mais à partir d’aujourd’hui, le PLQ espère susciter de l’intérêt plus largement pour augmenter son nombre de membres et remplir ses coffres. Les quatre débats en français, le débat en anglais et surtout le congrès pour élire le nouveau chef devraient lui donner plus de visibilité.

Le PLQ devra créer une dynamique favorable s’il veut gagner les prochaines élections. Des élections générales pourraient avoir lieu aussi tôt qu’au printemps, l’an prochain. Cela laisse peu de temps pour imprégner sa marque dans le parti, redéfinir le programme et recruter des candidats tout en dirigeant les travaux parlementaires. La bonne nouvelle pour le prochain chef, c’est que le PLQ est loin d’être en déroute comme le démontre l’élection de 50 députés aux dernières élections après 9 ans au pouvoir.

Et c’est là que les débats deviennent importants. À ce stade-ci, la plupart des militants ont un préjugé favorable pour l’un ou l’autre des candidats. Les débats permettront de voir lequel a l’étoffe d’un premier ministre, lequel est capable de débattre, de tenir son bout dans des échanges corsés. C’est un aspect non négligeable de la politique de nos jours.

La course est déjà bien engagée, les candidats ont fait leur travail de terrain, et à partir d’aujourd’hui, avec les débats, ils peuvent augmenter leurs appuis ou en perdre. L’enjeu est important.

Catégorie: Québec