La solution Lisée

par

 publié le 21 novembre 2012 à 21 h 33

La maison du délégué général à Londres.

En prenant connaissance du budget, certains ministres ont probablement eu mal à la tête. Pour augmenter les dépenses en santé, en éducation, en culture et dans l’enseignement supérieur, d’autres ministères écopent.

Les finances (-7,6 %), les ressources naturelles (-22,1 %), l’emploi et la solidarité sociale (-1,1 %) et les relations internationales (-14 %) devront faire de nouveaux trous dans leur ceinture pour la serrer un peu plus.

La réduction de 14 % du budget des relations internationales représente 20 millions de dollars.

Quelle est la solution du ministre Jean-François Lisée? Vendre la résidence de fonction de son délégué général à Londres.

Il faut dire qu’elle a fière allure cette maison, située selon le ministre dans un « beau quartier, un peu excentré », mais que le cabinet du ministre refuse d’identifier « pour des raisons de sécurité ».

Selon le ministère, le Québec a acheté la maison en 1966, pour 243 000 $. À l’époque, les lois britanniques interdisaient l’achat du terrain. Le gouvernement a donc payé un loyer pour le terrain jusqu’en 2007. Quand les lois ont été assouplies, il a payé le terrain 7,4 millions de dollars.

Maintenant, il mettra la maison en vente et il espère recevoir plusieurs millions de dollars, selon le ministre, assez pour acheter une autre maison, plus près de l’immeuble de la délégation, et amortir les compressions budgétaires.

Cette « approche » fera-t-elle école au gouvernement pour renflouer ses coffres?