Blogue de Akli Aït Abdallah

« Moubarak, du balai! »

Samedi 12 février 2011 à 16 h 26 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Le Caire, 23 h 26. J’ai croisé ce soir au Caire, et pas seulement à la désormais mythique place de la Libération, des processions de manifestants de très très bonne humeur, portant bien haut, chacun, chacune, un balai tout neuf. Brigades de volontaires venus faire le grand ménage dans les rues, et, plus symboliquement, métaphore succulente, dans les écuries de Moubarak.

Parmi eux, Amira, chanteuse d’opéra (si, si!), belle à damner (re-si, si!) tous les dictateurs de la terre. Aujourd’hui, dit-elle, les Égyptiens, longtemps humiliés, reprennent possession d’un pays qui ne leur appartenait plus, un pays dont ils étaient exclus.

À leur poursuite, Ahmed, un gamin de 12-13 ans, qui s’est lancé, à la faveur de la révolution, dans le commerce. Le commerce de drapeaux. Déjà le sens de la débrouille, qui a sans doute sauvé la vie à des millions d’Égyptiens. Ahmed, qui a une très belle voix, annonce ses prix à sa manière : il les chante. Et ça marche. Sur les artères commerciales, les affaires reprennent aussi. Restaurants et cafés populaires sont bondés. Des disquaires ont sorti leurs grosses chaînes stéréo, pour faire danser la foule. Il est passé 23 h. On est déjà presque demain. Comme hier, la nuit sera très courte.

Dans ce reportage, diffusé au Radiojournal de 9 h, j’explique qu’au lendemain du départ de Moubarak, les Égyptiens célèbrent le début d’une nouvelle époque.