Blogue de Véronick Raymond

Magasiner, sans dépenser!

mercredi 22 juin 2011 à 21 h 25 | | Pour nous joindre

Vous avez envie d’améliorer votre confort, mais votre portefeuille est vide? Si vous faites preuve d’organisation, d’imagination et de patience, il y a moyen de se procurer – légalement! – des objets et des services sans dépenser un sou. Alors, suivez-moi, on va magasiner, sans acheter!

Vase trouvé dans les ordures en parfait état!

Fringues en partage

Quand j’étais petite, c’était monnaie courante de porter les vêtements des cousines et des cousins plus âgés. Ainsi, une barboteuse était portée par trois enfants avant de se retrouver à l’ouvroir du village, où des bénévoles recyclaient le tissu pour fabriquer une courtepointe. De nos jours, le réemploi de textiles a tellement la cote que des designers québécois créent des collections entières de vêtements recyclés qu’on peut trouver dans des boutiques comme Folle Guenille, Belle et Rebelle ou la Gaillarde!

Budget restreint? Rassurez-vous : la pratique des dons entre parents se poursuit (on voit même des « showers » de bébé où on n’accepte que les cadeaux usagés!) et le troc de vêtements d’adultes prend de l’ampleur. De grands événements d’échanges ont lieu : il y a par exemple « Déshabille-toi » de S.W.A.P., où on peut obtenir un vêtement pour chaque vêtement donné (moyennant cependant un faible coût d’entrée), ainsi que Re-Vêtir, soirées gratuites organisées par Équiterre.

Alors, pourquoi ne pas vous inspirer de ces mouvements et mettre sur pied votre propre cercle de partage? On lance le défi aux copains, on se réunit dans la cour de celui qui a un BBQ, on apporte des séchoirs à linge et des cintres, ainsi que les vêtements, souliers et accessoires en bon état qu’on ne porte plus, on accroche tout ça et on magasine gratuitement, en plein air! Et si on est plusieurs à vouloir le même vêtement? On s’en remet au hasard d’un tirage ou on fait subir une épreuve, comme celle du défilé de mode avec vote! À la fin de l’événement, tout ce qui n’a pas été réclamé est remis à un organisme à but non lucratif comme Renaissance ou l’Armée du Salut, ou bien récupéré par la copine qui a des compétences en couture et qui les transformera en sacs à main et autres objets utilitaires.

Sauvez-moi du dépotoir!

Vous cherchez plutôt des objets pour la maison? Là encore, de nombreux designers donnent une seconde vie aux objets abandonnés, comme on peut le voir chez Monde ruelle. Mais si vous n’avez pas les moyens, pas de panique : dès la fonte des neiges, la quantité d’objets fonctionnels se retrouvant aux poubelles est effarante.

« Je me suis fait un musée, une collection privée,
Les poubelles se remplissent les nuits des pièces de ma galerie.
Les ordures au placard deviennent des œuvres d’art.
Vos déchets prennent leurs places, dans ma galerie dégueulasse. »

–   Paroles de la chanson Galerie dégueulasse de Degadezoo

Vous ne me croyez pas? Eh bien, j’ai fait la chasse aux trésordures et j’ai trouvé, en quelques jours, une marchette de bébé en parfait état, un vase en céramique sans la moindre égratignure, deux portes de bois centenaires, une montagne de meubles, un lave-vaisselle et une imprimante couleur! Évidemment, il a fallu emprunter un véhicule – et un papa! – pour transporter les objets les plus lourds, mais ça a valu la peine!

Oubliez tous vos préjugés et suivez ces quelques conseils en vrac pour maximiser votre expérience :

  • Portez des gants robustes, faites des fouilles respectueuses en replaçant ce que vous ne prenez pas et laissez les matelas : les punaises de lit, c’est détestable!
  •  C’est le dernier week-end du mois qu’on retrouve le plus d’objets dans les rues et ruelles, puisque se préparent les déménagements.
  • Le premier et le dernier jour du mois, surveillez les camions de location : généralement, les gens qui déménagent eux-mêmes laissent des tas de choses derrière quand à la fin de la journée ils en ont marre de faire des boîtes!
  • Faites savoir sur les médias sociaux ce que vous cherchez : vous serez submergé d’adresses!
  • Vérifiez l’horaire de ramassage des ordures de vos commerces préférés : mon ami Pierre est débarqué chez moi avec d’immenses cadres glanés dans les poubelles d’une galerie d’art du Vieux-Montréal!
  • Consultez régulièrement les annonces d’objets à donner sur Kijiji Montréal : c’est là que j’ai trouvé le lave-vaisselle!
  • Sachez que la récupération alimentaire végétarienne est assez populaire. Certaines personnes le font individuellement (ce billet de 2009 est fascinant), d’autres se joignent à des mouvements de récupération et de cuisine collective comme De la bouffe, pas des bombes. Il y a même une carte en ligne des meilleurs endroits pour trouver des denrées alimentaires jetées, à Montréal!
  • Vous pouvez aussi faire du troc de services en vous joignant à un réseau comme celui de l’Accorderie présent dans quelques quartiers de Montréal.

Bon, d’accord, vous ne trouverez peut-être pas exactement ce que vous convoitez, mais rien ne vous empêche de vous servir de vos trouvailles comme levier pour vous rendre à l’objet de vos désirs! Faites preuve d’imagination : si vous découvrez de beaux articles rétro, rendez-vous chez un marchand comme Stéphane St-Arnaud au Marché aux puces St-Michel pour essayer de le revendre ou de l’échanger. Vous récupérez de la ferronnerie d’époque ou un vitrail d’antan? Allez voir du côté d’ÉcoRéno, votre trouvaille est peut-être en grande demande…

Peu importe le résultat, vous ferez de l’exercice en sillonnant les rues, vous poserez un bon geste pour le patrimoine et l’environnement en sauvant ces trésors de la benne à déchets et vous pourrez vous rincer l’œil gratuitement dans des cavernes d’Ali Baba!