Blogue de Véronick Raymond

Voyager sur des rythmes gospel, c’est gratuit!

jeudi 16 juin 2011 à 5 h 00 | | Pour nous joindre

Il est 11 h et des poussières, dimanche matin. J’observe les familles d’origine haïtienne endimanchées qui convergent vers un édifice d’où s’échappent des chants. Je me joins à la vague et entre dans l’Église de Dieu d’Outremont. Oui, je vais passer les prochaines heures à participer à une messe gospel!

Évidemment, je détonne, seule, avec mes vêtements africains en basin et ma peau toute blanche, mais personne ne s’en formalise. On me sourit, on m’ouvre la porte, on me salue tout le long du parcours qui me mène à la salle du temple, à l’étage. La cérémonie est commencée, et les gens continuent d’affluer par grappes, parlant et consultant leur cellulaire… On est loin du silence des églises catholiques et de la sacro-sainte ponctualité.

Écoutez un extrait de la messe, avec ses chants rythmés.

Crédit : Véronick Raymond

Dialogue divin musical retransmis sur écrans géants

J’aperçois de grands hommes aux allures de gardes du corps; ils dirigent le trafic humain dans la section avant du temple, où les places sont très convoitées. Puis je remarque une caméra, des écrans géants, un orgue, des micros et même une batterie, oui oui, avec un batteur! Impressionnée, je me faufile vers un banc dans la section arrière, moins populaire, et m’installe aux côtés d’un homme âgé, discret et souriant. Je n’ose pas m’asseoir, j’essaie de percer les codes, de comprendre ce qu’il faut faire… et tout à coup, je me retrouve en train de chanter et de danser! Impossible d’y échapper : en créole ou en français, les voix réunies m’interpellent et m’entraînent. C’est extrêmement fort et touchant…

Il faut se rappeler que le gospel — « God spell », donc parole de Dieu, évangile — est d’abord et avant tout un chant d’inspiration religieuse. Si vous êtes allergique à la moindre mention de Jésus-Christ, vous ne survivrez pas aux 2 heures 30 que dure une telle cérémonie et aurez intérêt à assister à un spectacle en dehors du cadre liturgique (par exemple, aux Rendez-vous Gospel, à la Place des Arts ou sur MontrealGospelTV), pour apprécier cette musique née dans la communauté noire américaine au début du 20e siècle.

Autrement, partez à la découverte de l’une des nombreuses églises protestantes montréalaises où l’on chante du gospel, dépaysement assuré! Arrivez assez tôt pour vous choisir une place à l’arrière. Vous pourrez ainsi vous époumoner, en suivant les paroles des chansons sur les écrans géants, pendant la première heure qui est presque entièrement dédiée aux incantations musicales, dirigées par une « sœur » et ses choristes.

Vous verrez des gens de tout âge prier, chanter et danser à leur rythme. Ici, la relation individuelle avec Dieu prime, et c’est physiquement qu’on établit le lien. Certaines dames avec des fichus de dentelles sur la tête semblent même entrer en transe. L’énergie qui se dégage de l’assemblée est incroyable, profitez-en! Et asseyez-vous quand vous voulez, pendant cette portion de la messe, c’est « style libre »!

Crédit : Véronick Raymond

Portion pédagogique : rien à voir avec l’Évangile en papier de ma jeunesse

La seconde partie de la cérémonie, caractérisée par les interventions du pasteur et ponctuée de chants et de performances de la chorale des jeunes, comporte plus de moments assis. Il y a une série d’annonces communautaires sur des événements à venir – comme une conférence en juin intitulée « Le hip-hop, la danse et le chrétien »! –, un discours enflammé sur des éléments et des valeurs liés à la foi, à la quête – à laquelle on peut facilement se soustraire puisqu’il faut porter les offrandes monétaires à l’avant du temple – et, enfin, un bref cours sur un passage de l’Évangile.

C’est du sérieux : tout le monde sort sa bible et consulte les versets à l’étude (rassurez-vous, ils sont affichés sur les écrans géants pour les petits nouveaux!). Des acétates résument les points à retenir, certaines personnes prennent des notes, et les participants lancent de grandes exclamations – « ah oui », « c’est vrai », « amen » – quand ils sont d’accord!

Crédit : Véronick Raymond

Une touchante étreinte en partage

Pendant les dernières minutes de la cérémonie, on se remet à chanter, les alléluias fusent de partout… Puis la musique ralentit, préparez-vous, c’est le moment où le pasteur invite les participants à se saluer. Confiante, je me tourne vers ma gauche pour serrer la pince d’une jeune voisine, mais elle se jette plutôt dans mes bras. Du coin de l’œil, je m’aperçois que tout le monde se fait des étreintes, mais la nôtre semble particulièrement intense. Quand enfin, après un long moment, on se défait l’une de l’autre, elle essuie mes vêtements en riant : mon épaule et mon dos sont mouillés de ses larmes!

Encore un peu surprise, je me dirige vers la sortie, où les gens se saluent et se souhaitent des « que Dieu vous bénisse ». Y a du « mond’à’messe » dans l’escalier, la bonne humeur règne, et les dames âgées ne veulent absolument pas qu’on les aide, n’essayez pas! La tête encore pleine de rythmes, je rentre à la maison pour savourer ce magnifique voyage gratuit, dont je me souviendrai longtemps! Alléluia!

**Vous souhaitez nous faire part d’activités gratuites dans la région de Montréal ou de choses gratuites qui pourraient intéresser nos lecteurs? Faites-nous vos suggestions à l’adresse suivante : gratuit@radio-canada.ca.