Billets classés sous « Cidre de glace »

Un test d’aérateurs à vin

Jeudi 7 février 2013 à 15 h 22 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

© Radio-Canada/Ronald Georges

Dans le reportage « Les aérateurs à vin font-ils une différence », l’équipe de L’épicerie a testé trois aérateurs différents auprès de trois dégustateurs professionnels.

En compagnie d’Olivier Merotto, directeur des ventes chez Després Laporte et ex-professeur de sommellerie à l’ITHQ, j’ai testé les aérateurs à vin des marques suivantes : Trudeau, Decantus, Decantus Allegro, Vinturi, Final touch et Intercontinental Vin-o-air.

Ces produits se détaillent entre 20 et 100 $. Nous avons essayé un bordeaux rouge et un valpolicella. Le test s’est fait à l’aveugle avec sept verres (j’étais absent de la pièce durant le service). Nous avons versé du vin dans six verres différents, avec autant d’aérateurs. Le vin du septième verre n’a pas été aéré (c’était notre verre-témoin). Le défi : trouver le verre non aéré.

De plus, nous n’avons pas fait tourner le vin dans le verre, ni aspiré d’air dans notre bouche en le dégustant, question de laisser toute la place aux aérateurs.

Premier test
La Terrasse de la Garde Pessac-Léognan 2010

Code SAQ : 00018234
24,25 $
En général, j’ai trouvé que tous les produits testés aéraient davantage le vin; en bouche, je voyais peu de différences. J’ai bien aimé le vin aéré par le Final touch et l’Intercontinental Vin-o-air. Et j’ai réussi à trouver le verre qui contenait le vin non aéré : il était fermé au nez et à la dégustation. Voici mes notes de dégustation de ce verre-témoin :
Un vin de Pessac-Léognan tannique, avec des fruits noirs, du café, du cassis et des mûres. Un vin jeune, à passer en carafe pendant une heure.

Deuxième test
Bolla Valpolicella Ripasso 2010

Code SAQ : 11570682
19,95 $
D’emblée, ce valpolicella est nettement plus aromatique que le bordeaux, et on dirait que les aérateurs s’en sont donné à cœur joie en rehaussant davantage les arômes. J’ai apprécié les aérateurs Intercontinental Vin-o-air et Decantus. Cette fois, je n’ai pas trouvé le verre-témoin, dont voici mes notes :
Un vin très aromatique où baignent des notes de fruits sucrés, de mûres, de framboise et d’épices. Passablement acide, ce vin a des tannins souples. Il n’a pas vraiment besoin d’être aéré!

Ces aérateurs sont-ils si nécessaires? Font-ils le travail? Je trouve que les différences ne sont pas si marquantes que cela. Oui, le bouquet des vins était un plus expressif. Oui, parfois le vin était plus ouvert en bouche. Mais la manipulation des aérateurs est parfois fastidieuse. Peu habitué, j’ai renversé pas mal de gouttes du précieux liquide. De plus, dans le cas des aérateurs qui ne se fixent pas à la bouteille, il faut verser le vin dans l’aérateur par-dessus chaque verre, ce qui peut être peu gracieux devant des invités. Bref, je préfère nettement la carafe, qui se vend grosso modo au même prix que l’aérateur.

Cependant, les ventes d’aérateurs sont bonnes, voire excellentes, m’indique Olivier Merotto. Les consommateurs les offrent souvent en cadeau. Bref, les gens veulent parfois des résultats express, sans attendre que le vin s’oxygène patiemment dans une carafe.

Le Mondial des cidres de glace 2013

« Je suis toujours surprise de voir que beaucoup de gens ne connaissent pas le cidre de glace », a dit la sommelière Véronique Rivest, porte-parole du Mondial des cidres de glace 2013, lors de la conférence de presse de l’événement qui commence vendredi à Rougemont.

Pourtant, le cidre de glace remplace admirablement les vins liquoreux comme les sauternes et les monbazillacs. J’en ai eu la preuve l’an dernier en les dégustant à Rougemont.

Cette année, 24 producteurs feront goûter leurs bébés sous la tente où règnent les tables de glace. Allez-y, ça en vaut la peine!

© Radio-Canada/Ronald Georges

Comme prévu, je suis allé au 5e Mondial des cidres de glace à Rougemont en fin de semaine. L’événement rassemblait 24 producteurs québécois de cidre de glace par une température, soyons polis, de glace!

Survol de ma dégustation dans une exposition où les amateurs de cidre de glace étaient en grand nombre.

Eros
Eros Cidre de glace biologique 2009
Le premier millésime d’un cidre fermenté avec les levures indigènes des pommes. Au nez de pomme, de croustade de pomme et de cerises suivait une bouche de miel, d’érable et de pulpe de la pomme. Il lui manque malheureusement un peu d’acidité.

Domaine Antolino Brongo
Cryomalus Antolino Brongo cidre de glace 2009
Code SAQ : 11002626
30,25 $
Un cidre tout en simplicité et en finesse avec ses arômes de pomme et son acidité vive.

Le moût de pommes McIntosh du Domaine Antolino Brongo. | © Radio-Canada/Ronald Georges

Cryomalus Nobilis Antolino Brongo cidre de glace
Code SAQ : 11318655
50,50 $
Un cidre de glace qui penche vers des arômes de pêche, du sucre et une belle acidité.

MacIntosh 2010
Un cidre uniquement composé de pommes McIntosh. J’ai effectivement eu l’impression de croquer littéralement dans une pomme McIntosh. Le tout se conclut sur l’érable et une acidité élevée.

Les Vergers de la colline
Le glacé
Un cidre étonnant qui, en premier lieu, nous livre des arômes de pomme. En deuxième lieu, le sel prend le dessus pour laisser sa place à un goût de miel et d’acidité. Savoureux.

L’Exotique
Au nez d’ananas et de banane se superpose une bouche de sucre et de caramel.

Verger Léo Boutin
Mont de Glace Cidrerie Léo Boutin cidre de glace
Code SAQ : 00742676
20 $
Un cidre rafraîchissant marqué par de l’ananas en fin de bouche.

La Face cachée de la pomme
Neige Première Cidre de Glace mousseux 2009
Code SAQ : 11345291
27 $
Un cidre mousseux avec une bulle fine et des arômes de pulpe de pomme.

Les cidres de La Face cachée de la pomme | © Radio-Canada/Ronald Georges

Clos Saint-Denis
Fine Pomme de glace Clos Saint-Denis cidre de glace
Code SAQ : 10502469
34,75 $
Un cidre qui livre la marchandise avec ses arômes simples de pomme et son acidité équilibrée.

Cryo
Tête de cuvée
Un cidre composé en partie de pomme russet, une variété qui ressemble à une pomme de terre et qui contient des tannins. Au nez d’amande et de miel suit une bouche tannique, sucrée et acide.

La pomme russet ressemble à une pomme de terre et contient des tannins. | © Radio-Canada/Ronald Georges

Prestige
Un nez aromatique de litchi et de fleurs. La bouche est plus classique avec du sucre, de l’érable et une vive acidité.

Val Caudalies
Cidre liquoreux 2010
Un cidre frais où règne la pomme verte.

Des produits de Val Caudalies | © Radio-Canada/Ronald Georges

Cidre de glace 2010
Un cidre plus complexe avec du sucre, des fruits confits et du caramel.

Dans mon article « L’essor du cidre de glace québécois », j’insistais sur l’importance du cidre de glace pour le rayonnement international du Québec. Le processus de la demande appellation (IGP) est pour l’instant suspendu; les producteurs ne s’entendent pas sur le pressage des pommes. Plus d’explications dans l’article « Le cidre de la discorde » de Radio-Canada Rive-Sud.

L’essor du cidre de glace québécois

Mardi 7 février 2012 à 11 h 25 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Des pommes gelées avant d'être pressées | Photo : Wikipédia/Daniel Fafard

Le Mondial des cidres de glace a lieu les 10,11 et 12 février. J’irai à Rougemont pour vous faire un compte-rendu de l’événement célébrant ce produit dérivé de la pomme, et non du vin.

À ce propos, j’insiste : oui, le Québec produit de bons vins blancs, de bons mousseux, bientôt de bons rouges, mais le cidre de glace se trouve dans une classe à part. J’en suis persuadé. C’est grâce à lui que la production cidricole et viticole québécoise gagnera ses lettres de noblesse sur les marchés internationaux.

À titre de comparaison, les vins de glace de l’Ontario m’ont appris que cette province était un producteur de vin.

Le cidre de glace du Québec produit des accords spectaculaires avec des fromages. Il se défend bien aussi avec le foie gras et les desserts à base de fruits et même de chocolat.

Peut-il espérer une reconnaissance officielle comparable à l’appellation d’origine contrôlée française? L’association des cidriculteurs artisans du Québec a déposé une demande de reconnaissance de l’indication géographique protégée (IGP) Cidre de glace du Québec. Pour l’instant, le processus de certification est suspendu pendant que le gouvernement et les producteurs négocient certaines clauses de production; par exemple, des producteurs ne s’entendent pas sur le pressage des pommes. L’indication doit-elle inclure le pressage au domaine ou ailleurs, dans une usine par exemple?

Un dossier à surveiller, mais pour le moment, ne gâtons pas notre plaisir de déguster les cidres de glace du Québec.

Lisez l’article d’Élizabeth Ryan, « 10 choses que vous devriez savoir sur le cidre de glace »

Les cidriculteurs artisans du Québec

L’IGP sur le site du Conseil des appellations réservées et des termes valorisants