Billets classés sous « Brunello di Montalcino »

Le domaine Banfi à Montalcino. Photo : Consortium du vin de Brunello di Montalcino

Le domaine Banfi à Montalcino. Photo : Consortium du vin de Brunello di Montalcino

En Toscane, à près de 40 km de Sienne, se trouve la région de Montalcino, qui est riche de son vin prisé Brunello di Montalcino.

L’aire de production est petite, soit 240 km, « comme Singapour », a souligné Emilia Nardi du domaine Tenute Silvio Nardi. « C’est une petite région avec quatre points cardinaux qui marquent la composition des climats », a-t-elle expliqué lors de la visite annuelle du consortium du vin de Brunello di Montalcino.

Fait rare dans le monde du vin, tous les producteurs de la région sont membres du consortium qui a été créé en 1967 par le père d’Émilia Nardi et d’autres vignerons.

Du sangiovese
Le brunello (les locaux l’appellent « petit noir ») est en fait le nom local du sangiovese, le même cépage qui entre dans la composition du célèbre Chianti voisin.

Sur 24 000 hectares de territoire, la vigne y occupe 3500 hectares, dont 2100 pour le Brunello di Montalcino, qui est une appellation d’origine contrôlée garantie. Les vignes de l’appellation Rosso di Montalcino poussent sur 510 hectares, et celles de Moscadello di Montalcino (muscat) sur 50 hectares.

En tout, 208 producteurs et une cinquantaine de fermiers produisent 9 millions de bouteilles de vin par an à Montalcino, toutes appellations confondues.

La complexité de la culture en monocépage
Un peu comme le pinot noir de Bourgogne, les vins de Brunello di Montalcino sont produits en monocépage, « ce qui complique beaucoup notre travail », a fait remarquer Emilia Nardi. Lors des millésimes difficiles, les producteurs peuvent assembler les raisins des différents terroirs pour améliorer la qualité d’une saison difficile.

Par chance, le sangiovese s’adapte très bien aux sols. Et fait assez unique, le ministère italien de l’Agriculture reconnaît 89 variétés de sangiovese. « On en trouve même des variétés inconnues », a précisé Mme Nardi.

Des exportations de prestige
Chianti, Barbaresco, Barolo, Brunello di Montalcino, toutes ces appellations italiennes font d’habitude rêver l’amateur de vin éclairé.

Les exportations du vin de la région sont donc facilitées par un marché preneur. Elles totalisent 65 %, dont 5 % au Canada. Les États-Unis achètent 25 % de la production, suivis de l’Allemagne et de la Suisse.

La dégustation
Les cuvées 2009 des brunello ne sont pas encore en vente. Et bien sûr, les prix sont élevés…

brunello_argianoArgiano Rosso di Montalcino 2011
Code SAQ : 10252869
24,10 $
Le Rosso di Montalcino est un vin plus jeune que le Brunello di Montalcino, issu aussi de sangiovese. Les fruits rouges cuits, les épices, la fraise et la cerise noire donnent un excellent vin souple.

Argiano Brunello di Montalcino 2008
Code SAQ : 10252658
46 $
On perçoit immédiatement la complexité du cru par rapport au Rosso di Montalcino. Les fruits séchés, la cerise, la griotte, le thé vert et les épices sont au menu, dans une trame très acide et moyennement tannique.

Il Poggione Brunello di Montalcino DOCG 2009
Fondée en 1890, la Tenuta Il Poggione est un des plus gros producteurs de Montalcino avec 127 hectares. Grenat, ce vin sent les fruits séchés, les feuilles, la cerise concentrée, la terre et les épices. Dans le verre, il est très tannique, serré, coiffé de cerise concentrée, de griotte, de fumée, d’alcool, de feuille séchée, de thé vert et de cuir. Un vin puissant, jeune, tannique, serré qu’il faut attendre plusieurs années.

Tenuta Loacker Corte Pavone Brunello di Montalcino DOCG 2008
Le 15 août 2008, la grêle a endommagé le vignoble de Montalcino. « L’automne a commencé cette journée-là! », nous a raconté Francesco Marone Cinzano de la maison Col d’Orcia. La couleur de ce 2008 est plus soutenue que celle des vins de 2009. On y trouve des fruits rouges mûrs, de la fraise, du menthol, dans une acidité vive et moyennement tannique. Un très beau vin, très charmeur et très fin.

Poggio Alle Mura Banfi Brunello di Montalcino DOCG 2007
Code SAQ : 00701920
70 $
« 2007 a été une année merveilleuse», selon Émilia Nardi. « La maturité a été parfaite. » Après un nez discret, on goûte la griotte, la cerise, le thé vert, les noyaux de cerise noire, les épices et une touche de café. Très tannique, il affiche néanmoins une belle fraîcheur.

Poggio Al Vento Col d’Orcia Brunello di Montalcino DOCG 2006
La vanille, le bois, le thé noir et les épices marquent en premier lieu ce vin. La cerise noire, le chocolat, le champignon et le menthol apparaissent par la suite. Très bien.