Accueil

Des vins de la péninsule ibérique

Mardi 18 mars 2014 à 15 h 24 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

La cueillette du cépage albarino en Espagne. Photo : AFP Photo/Miguel Riopa

La cueillette du cépage albarino en Espagne. Photo : AFP Photo/Miguel Riopa

Comprenant l’Espagne et le Portugal, la péninsule ibérique reste un terroir exceptionnel pour la production de vins de qualité supérieure.

Les vins de Porto, au Portugal, et ceux de la Rioja, en Espagne, n’ont plus à faire leurs preuves.

Au Québec, en matière de ventes, les vins de la péninsule ibérique font toutefois moins belle figure que les vins français, italiens et californiens.

Pour la première fois en 25 ans, la SAQ lance une opération de vente sur des vins espagnols et portugais. Le prochain Courrier vinicole portera donc sur la péninsule ibérique avec 88 vins, dont 67 espagnols et 21 portugais.

La presse spécialisée a goûté un échantillonnage de ces vins. En voici quelques-uns.

raventosLes blancs
Raventós I Blanc Manuel Raventós gran reserva personal Conca del Riu Anoia 2007

Code SAQ : 12159123
69 $
À la fin de 2012, le producteur Raventós I Blanc a quitté l’appellation Cava pour adhérer à l’appellation régionale espagnole Conca del Riu Anoia, afin de mieux respecter ses traditions vinicoles. Les cépages autochtones parellada et xarello (les mêmes que le cava) produisent un mousseux citronné avec de la lime, des champignons et une vive acidité. Très bien, mais malheureusement trop cher.

Quinta do Vallado branco reserva Douro 2011
Code SAQ : 12146103
33 $
Les cépages portugais gouveio (50 %), arinto (35 %), rabigato (10 %) et viosinho (5 %) donnent un vin léger avec de délicats arômes de citron, d’herbes douces et de zeste de citron. Excellent.

Bodega Viña Nora Nora da Neve Rias Baixas 2009
Code SAQ : 12147317
33 $
Ce vin espagnol tiré de l’albarino goûte la crème, la vanille, la banane, le citron et la lime. On sent l’influence du bois en fin de bouche. Très bien dans le genre.

Clos Mogador Nelin Priorat 2011
65 $
Avec son Clos Mogador, le vigneron espagnol d’origine française René Barbier s’est hissé parmi les meilleurs de sa profession. Issu des cépages maccabeu, pinot noir et grenache blanc, son Nelin 2011 est certes un peu chaud (l’alcool), mais des épices, de la vanille, du citron confit et de beaux amers lui confèrent une belle complexité.

Les rouges
Solanes Cims de Porrera Priorat DOCa 2007

Code SAQ : 10358604
35 $
Formé de carignan (45 %), de grenache (30 %), de cabernet-sauvignon (15 %), de syrah (5 %) et de merlot (5 %), ce vin espagnol tire sur le tabac noir, les épices, le cassis et le champignon. Il est très tannique, d’un bloc et très acide. Très bien, mais attendez-le quelques années.

solanes_cimsVinas de Gain Artadi Rioja 2010
Code SAQ : 12154656
35 $
Timide en début de bouche, ce vin de la Rioja (100 % tempranillo) engendre des arômes de poivre, de cassis, de fraise, de café, de grains de café et de prune. Très bien.

Dosteras Montsant 2010
Code SAQ : 12159326
36 $
Le grenache offre ici des arômes de cassis, de poivron rouge, de cerise noire et de thé blanc. Une belle acidité et des tannins souples annoncent une longue finale. Excellent.

OmLet Niepoort Douro 2010
Code SAQ : 12146154
51 $
La production de ce vin est un partenariat entre le Portugais Dirk Niepoort et l’Espagnol Telmo Rodriguez (OmLet, c’est Telmo à l’envers). Les cépages portugais souzao, tinta roriz et touriga francesa composent l’encépagement du vin. Les fruits rouges, le bleuet, le cassis, le plant de tomate donnent un vin passablement tannique, mais je m’attendais à un peu plus de complexité dans ce vin.

Mauro vino de la tierra de Castilla y Leon 2010
Code SAQ : 12140705
52 $
Un vin de tempranillo qui est souple avec des fruits rouges et noirs comme le cassis et la fraise. Du tabac, ainsi que des épices et des herbes de Provence, surtout le thym, teintent ce vin élégant et bien présent en bouche.

Bodegas Estefania Tilenus Pieros Bierzo 2003
Code SAQ : 12144634
59 $
Selon certains scientifiques, le cépage mencia s’approche du cabernet franc. Ici, après des arômes de viande, il développe des saveurs de cigare, de tabac noir, de fruits noirs, de cassis, de boîte à épices, de pâtisserie et de fumée. La trame est très tannique et très acide. C’est donc un excellent vin jeune, complexe et de garde.

Georges Duboeuf | Photo : Radio-Canada/Ronald Georges

Georges Duboeuf | Photo : Radio-Canada/Ronald Georges

À presque 81 ans, Georges Duboeuf n’est plus tout à fait jeune, mais il contrôle encore la destinée du géant vinicole qu’il a fondé, bien que son fils Franck en est le directeur général.

Depuis près de 40 ans, ses vins sont distribués au Canada et il nous rend visite régulièrement. Cela faisait quatre ans qu’il n’était pas venu au Québec.

Georges Duboeuf est fidèle en affaires. Ses vins sont représentés au Canada depuis près de 40 ans par la même agence, soit les Vins Philippe Dandurand. Le négociant a fait connaître ses vins lors d’Expo 67 à Montréal.

Les vins de ce négociant sont connus partout dans le monde. Il achète les raisins de 400 vignerons, qu’il considère comme ses partenaires d’affaires.

Le nom Georges Duboeuf est même devenu une marque; certaines personnes croient même que Georges Duboeuf n’existe pas ou qu’il s’agit d’un ancêtre lointain de la famille, comme cela arrive parfois avec des marques de vin.

Je suis persuadé que tout Québécois qui consomme du vin a bu au moins une fois dans sa vie une bouteille de Georges Duboeuf. Le Québec représente d’ailleurs plus de 75 % du marché canadien (l’Ontario et la Colombie-Britannique, 21 %, le reste du Canada, 4 %).

La bouteille élancée de son Brouilly et de son Côte de Brouilly a fait sa renommée puisqu’elle se démarque des bouteilles bordelaises et bourguignonnes qui constituent la norme.

Un aperçu des récents millésimes du Beaujolais
Même si ses 80 ans lui donnent une apparence frêle, Georges Duboeuf n’a rien perdu de sa capacité d’analyse, en vieux négociant professionnel qu’il est depuis plus de 50 ans. Nous lui avons donc demandé d’analyser les cinq derniers millésimes du Beaujolais.

2009
« Après des millésimes excellents, 2009 a été le meilleur millésime de ma vie. Pour la qualité, il y avait une richesse en anthocyanes et un équilibre parfait. »

2010
« Un très bon millésime très typé. »

2011
« Un millésime proche de 2009. Il y avait une très belle maturité, et c’était un millésime facile à vinifier. »

2012
« Nous avons reçu 20 orages de grêle, dont les 4 et 5 août, la veille des vendanges! La récolte a donc été petite, mais 2012 nous donne des choses qui sont bonnes. On a pu assembler les différents villages. Ce millésime vieillira moins bien que 2011 par contre. »

2013
« Nous avons vendangé de petites récoltes puisqu’il y a eu un coup de froid et de la pluie; les raisins sont donc petits, sauf à Brouilly et peut-être à Morgon. On a un déficit de production qui est inquiétant, surtout dans le Beaujolais. Tout le monde a fait de petits rendements. »

duboeuf_brouillyLa dégustation
Georges Duboeuf Beaujolais rosé 2013

19,95 $
En vente bientôt à la SAQ dépôt seulement
Discrètement, il titille le nez avec des arômes de cerise et de fraise. Il s’impose en bouche avec ces mêmes arômes ainsi que des herbes fraîches et des petits fruits rouges acidulés croquants. C’est un vin rosé léger, très agréable et pas sucré (merci!) comme bon nombre de ses frères le sont. Par contre, je le trouve un peu cher.

Georges Duboeuf Fun chardonnay réserve vin de pays d’Oc 2012
Code SAQ : 11675994
16 $
Les vins Georges Duboeuf produisent aussi du vin en dehors du Beaujolais, dans ce cas-ci dans le Languedoc-Roussillon. Les arômes typiques du chardonnay (poire, citron, fleurs blanches) sont appuyés par des fruits blancs, du sel et du citron confit en fin de bouche. La vinification en cuves d’acier inoxydable et le vieillissement partiel en barriques lui procurent un bel équilibre.

Georges Duboeuf Pouilly-Fuissé Clos Reyssié 2011
Code SAQ : 12184847
27,30 $
En Bourgogne, l’appellation Pouilly-Fuissé est située dans le Mâconnais. Les vignerons ne peuvent y produire que du vin blanc tiré de chardonnay. Les fleurs blanches et les agrumes ressortent du verre. La bouche est plus complexe avec ses arômes de vanille, de beurre, de noix, d’amande et de citron confit. Excellente acidité vive.

Georges Duboeuf Brouilly 2012
Code SAQ : 00070540
19,80 $
Code LCBO : 213934
17,95 $
Le nez charme avec ses odeurs de fraise, de cerise et de framboise. Le vin demeure dans ce registre aromatique; du poivre, de la griotte et de la betterave complètent ce vin qui demeure simple.

Georges Duboeuf Jean Descombes Morgon 2011
Code SAQ : 00856898
19,30 $
Code LCBO Vintages : 946186
17,95 $
La betterave, les fruits rouges et noirs, la framboise, le bois, les épices et la fumée structurent ce morgon souple. Bien fait, mais il n’y en a pas beaucoup à la SAQ.

Georges Duboeuf Côtes-du-Rhône réserve 2011
16,45 $
En vente bientôt.
Le grenache (60 %) et la syrah (40 %) donnent un vin bien épicé serti de cerise, de framboise et de tabac. Il s’agit d’un très bon rapport qualité-prix.

Un vin russe de type porto

Mardi 11 mars 2014 à 13 h 15 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Des bouteilles de vin dans l’usine de Wines and Beverages of Abkhazia. | AFP Photo : Ibragim Chkadua

Des bouteilles de vin dans l’usine de Wines and Beverages of Abkhazia. | AFP Photo : Ibragim Chkadua

Près d’une semaine après les Jeux olympiques de Sotchi, un collègue (merci Robert!) m’a rapporté une bouteille de vin russe.

Notez qu’aucun vin russe ne figure dans le catalogue de la SAQ ni à la LCBO. Par contre, la société d’État ontarienne offre cinq vins de l’Ukraine, qui fait la une de l’actualité internationale depuis quelques semaines : un vin mousseux rouge demi-doux, un vin rouge, deux muscats, dont un rosé, et un vin de dessert rouge. Quatre d’entre eux proviennent de la région de Massandra en Crimée.

Selon L’atlas mondial du vin de Hugh Johnson et de Jancis Robinson, la Moldavie et l’Ukraine sont les régions les plus propices à la culture de la vigne, qui y pousse depuis plusieurs siècles avant Jésus-Christ. Certains des cépages de ces régions ont au moins 500 ans.

La bouteille que j’ai reçue provient de l’Abkhazie, une république autonome (autoproclamée en 1992) de la Géorgie.

Tiré du cépage isabelle (un croisement entre un vitis labrusca et un vitis vinifera), c’est un vin demi-doux qui affiche 140 g de sucre et 16 % d’alcool par volume. Les 600 hectares du vignoble sont situés près de la rivière Gumista.

russie_abkhazie_1Le Bouquet of Abkhazia est orange tuilé. Très aromatique, il sent les fruits séchés sucrés, le kirsch, la cerise au marasquin et le café. En bouche, par contre, ça se gâte sérieusement. Le vin, sucré, manque d’acidité. La confiture de fraise, des notes chimiques, de café, de fruits séchés complètent la palette aromatique, mais le manque de fraîcheur due à la faible acidité rend le vin lourd. De plus, les tannins n’affichent pas une belle qualité. J’ai vraiment l’impression que la vinification s’est déroulée de manière incomplète ou imprécise avant l’ajout de l’alcool neutre (le mutage).

Je l’ai fait déguster à l’aveugle à mes collègues. Beaucoup d’entre eux ont reconnu la couleur d’un vin fortifié de type porto. À une exception près, personne ne l’a réellement apprécié.

« Le goût géorgien se porte aussi sur un haut niveau de sucres résiduels, dans les rouges comme dans les blancs », ai-je trouvé dans Le Petit Larousse des vins… Je confirme.

De plus, le producteur conseille de le servir à 18-20 °C. J’ai préféré le servir bien frais, à 10-12 °C, pour tenter de masquer le manque de fraîcheur.

Le régime soviétique et la politique antialcool de Mikhail Gorbachev au cours des années 90 ont sérieusement compromis la production de vin de qualité en Russie. Depuis une dizaine d’années, des producteurs passionnés reprennent les rênes de leur terroir, et quelques producteurs de vin occidentaux s’intéressent à l’industrie du vin russe. Sommes-nous en présence d’un autre terroir à surveiller au cours des prochaines années?

Tiens, en parlant de porto…
Graham’s Late Bottled Vintage

Code SAQ : 00191239
19,95 $
Code LCBO : 191239
16,95 $
Ce porto sent le chocolat au lait, le raisin sec et le café au lait. Le chocolat, les épices, le raisin de Corinthe, le pruneau et le sucre accompagnent des tannins élevés et une acidité moyenne. C’est un excellent porto de moyenne gamme.

Montresor d’amarone

Jeudi 27 février 2014 à 15 h 12 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Il y a quelques semaines, j’ai fait une rencontre fort agréable avec le sympathique Edoardo Montresor, dont la famille produit le bien connu Montresor Amarone della Valpolicella.

En fait, ce vin est en vente au Québec depuis 1969. À l’époque, la SAQ faisait affaire sous le nom de la Régie des alcools du Québec.

La lettre de Montresor confirmant la livraison en 1969 des premières bouteilles à la Régie des alcools du Québec.

La lettre de Montresor confirmant la livraison en 1969 des premières bouteilles à la Régie des alcools du Québec.

Même si ce vin est largement distribué au Canada, le principal marché de la maison Montresor demeure l’Italie, avec 55 % des ventes, surtout la restauration.

La famille est d’origine française, du Val de Loire. Le comte Claude de Montresor, conseiller du Duc d’Orléans au 17e siècle, a tenté d’assassiner le cardinal Richelieu. Il s’est enfui en Allemagne, puis en Italie, m’a raconté Edoardo Montresor. Un de ses descendants, Giacomo Montresor, a acquis des vignes au 19e siècle en Vénétie, au nord-est de l’Italie.

D’ailleurs, la famille apparaît dans La barrique d’Amontillado, une nouvelle d’Edgar Alan Poe publiée en 1846. Le personnage de Montresor, au palais bien aiguisé, se venge de son ami Fortunato.

Le domaine se compose de 210 hectares répartis dans 4 propriétés. Montresor n’achète pas de raisins auprès d’autres viticulteurs pour assurer son approvisionnement.

La modernité
Rien n’empêche une maison de vin plus que centenaire d’être à la page. Le domaine Montresor a embrassé la technologie en 1991 grâce à l’information satellitaire. Les données cartographiques fournies par des satellites indiquent quand et où récolter les raisins.

Et en 2001, le domaine a acheté une machine automatisée qui effectue des traitements phytosanitaires précis sur les plants malades ou affectés par des bactéries.

Par contre, 90 % des vendanges demeurent manuelles et Montresor vinifie ses vins avec des levures naturelles.

montresor_amaroneLa dégustation
Montresor rosé Royal

Code SAQ : 11943848
17,30 $
Pendant 25 ans, le grand-père d’Edoardo Montresor a essayé tant bien que mal de produire un pinot noir bourguignon. Après des échecs répétés, il a fermé le vignoble sur lequel il cultivait son pinot noir. En 1990, Edoardo et sa cousine ont eu envie de faire un mousseux rosé. Au premier millésime en 1999, ils ont mis sur le marché 40 000 bouteilles en avril; il n’en restait plus en septembre et pour la période des Fêtes.

Produit selon la méthode Charmat – la deuxième fermentation n’a pas lieu en bouteille comme la méthode champenoise, mais en cuve close (horizontale chez Montresor) –, ce 100 % pinot noir sent les fleurs rouges. En bouche, la fraise, la cerise, la violette, la framboise et les fruits rouges croquants côtoient une acidité moyenne et une touche de sucre. J’aime beaucoup l’absence des arômes de bonbon qui caractérisent souvent des mousseux rosés trop sucrés.

Montresor Capitel della Crosara Valpolicella ripasso 2011
Code SAQ : 10705178
18,95 $
Les cépages corvina (70 %), rondinella (20 %) et molinara (10 %) entrent dans le vin, mais leur proportion varie selon le millésime. Le verre dégage d’intéressantes odeurs de fleurs séchées, de fruits rouges séchés, d’épices et de fraise écrasée. Le vin est élégant, servi par des arômes de fraise, d’épices, de cola, de fleurs séchées et de thé blanc.

Montresor Amarone della Valpolicella 2010
Code SAQ : 00240416
33,50 $
Code LCBO : 240416
35,95 $
Cette bouteille existe depuis 1922. La famille Montresor a essayé de la changer en deux occasions, mais à la suite de plaintes de consommateurs et de restaurateurs, ils ont dû la ramener. Le café, les fleurs, le chocolat, la terre, les fruits rouges et le bleuet se tiennent dans une trame serrée et équilibrée. Cet amarone élégant offre un bon rapport qualité-prix.

Montresor Giacomo Il Fondatore Amarone della Valpolicella 2010
Code SAQ : 11028316
47,50 $
On monte en gamme avec cet amarone caractérisé par la framboise, le bleuet, le café espresso, le vinaigre balsamique, la pâtisserie et les fruits des champs.

J’ai aussi dégusté le Montresor Capitel della Crosara Amarone della Valpolicella 2003 et le 1997. Le premier était lourd en bouche (gâteau au bleuet, sucre, épices) et le second bien complexe avec des notes de chocolat, de thé noir, d’épices et de terre.

Je serai en vacances la semaine prochaine. De retour avec les chroniques habituelles le mardi 11 mars.

Ces pesticides dans le vin qui dérangent

Mardi 25 février 2014 à 14 h 01 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Le vigneron Emmanuel Giboulot dans le chai de son domaine | © AFP Photo/Jeff Pachoud

Le vigneron Emmanuel Giboulot dans le chai de son domaine | © AFP Photo/Jeff Pachoud

À Beaune en Bourgogne, le producteur Emmanuel Giboulot risque la prison parce qu’il refuse de traiter ses vignes avec des pesticides. Cette affaire fait grand bruit en France et un peu partout sur la planète vin.

Ce viticulteur propriétaire de 10 hectares refuse d’épandre un pesticide pour lutter contre la flavescence dorée, une bactérie qui tue les vignes. Il risque 30 000 € d’amende et six mois de prison s’il refuse d’obtempérer à cette mesure de la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt française. Aux dernières nouvelles, la condamnation est légère : 1000 € d’amende, dont la moitié avec sursis.

Même s’il existe un pesticide biologique, Emmanuel Giboulot refuse de l’épandre dans ses vignes. Le vigneron préfère attendre que des foyers d’infection apparaissent dans ses vignes au lieu de tout traiter, comme l’exigent les autorités.

La majorité des vignerons de la Côte-d’Or en Bourgogne suivront la directive de pulvérisation de pesticides pour lutter contre l’infection de flavescence dorée. Mettons en perspective le fait qu’en 2008, la France s’est engagée à réduire de moitié l’utilisation des pesticides chimiques en agriculture d’ici 2018. Mais cette infection de flavescence dorée force les vignerons et les autorités gouvernementales à agir impérativement.

Emmanuel Giboulot est ainsi en plein dans l’air du temps, dans la tendance actuelle qui prône un retour vers une agriculture naturelle, libre de tous produits chimiques.

Depuis le retour à ces valeurs « plus proches de la terre », on note trois genres d’agriculture « plus propre » : l’agriculture raisonnée, la biologique et la biodynamique.

Selon l’Institut français de la vigne et du vin, « l’agriculture raisonnée correspond à des démarches globales de gestion d’exploitation qui visent, au-delà du respect de la réglementation, à renforcer les impacts positifs des pratiques agricoles sur l’environnement et à en réduire les effets négatifs (…) Les modes de production raisonnée peuvent faciliter la maîtrise des risques sanitaires et contribuer à l’amélioration du bien-être animal ».

En ce qui concerne la viticulture biologique, « les viticulteurs en agriculture biologique s’astreignent à utiliser des produits exempts de molécules organiques de synthèse. Pour la culture de la vigne, ils emploient des matières premières d’origine naturelle (cuivre, soufre, insecticides d’origine végétale) et cherchent à promouvoir la lutte naturelle entre les espèces. Leur objectif est de privilégier la vie des sols, la pérennité des espèces animales et végétales favorisant alors l’écosystème naturel », toujours selon l’Institut français de la vigne et du vin.

Enfin, la viticulture biodynamique se démarque par la radicalité de sa nature : « Cette méthode de culture repose sur la recherche de l’équilibre de la vigne avec son environnement immédiat et plus lointain. La biodynamie est apparue en 1924, sous l’influence de Rudolf Steiner, philosophe et agronome autrichien qui en énonça les principes fondamentaux qui sont : amélioration du sol et de la plante par des préparations issues de matières végétales (tisanes de prêle ou d’ortie…), animales (bouse MT pulvérisé sur le sol, bouse de corne sur la vigne…) et minérales (quartz pour stimuler la photosynthèse…); application de ces préparations à des moments précis en fonction des cycles de végétation de la vigne et en rapport avec le calendrier lunaire et planétaire; travail du sol par des labours et des griffonnages. »

Avec Libération

cest_lavieQuelques vins
C’est la Vie chardonnay/sauvignon Albert Bichot 2012

Code SAQ : 10915298
13,95 $
Offert largement dans les succursales de la SAQ, ce petit vin blanc de tous les jours tient bien la route avec des arômes de citron frais, de lime et de craie.

Montalto Viognier 2012
Code SAQ : 11833323
15,95 $
Un vin italien où le cépage viognier occupe tout l’espace. Il allie la paille, les fruits jaunes, la fumée, l’abricot, les herbes fraîches et le sel à une vive acidité.

Castillo de Almansa Reserva 2012
Code SAQ : 00270363
13,25 $
Code LCBO : 270363
11,95 $
Les derniers millésimes de ce vin espagnol ne m’avaient pas laissé un souvenir agréable en bouche… En 2012, l’équilibre est de retour avec des arômes de poivron vert, de café, de fraise, de cassis et de pâtisserie. Comme tout bien des vins espagnols, le vin est très tannique, serré et légèrement chaud (la présence de l’alcool). Un excellent rapport qualité-prix.

Château Bujan Côtes de Bourg 2011
Code SAQ : 00862086
21,15 $
Un bordeaux facile d’accès avec un portrait fruité : le cassis et la fraise en équilibre avec des tannins et une acidité moyenne.

L’inévitable goût de bouchon dans le vin

Jeudi 20 février 2014 à 15 h 01 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

La molécule TCA 2, 4, 6-trichloroanisole, responsable du goût de bouchon dans le vin.

La molécule TCA 2, 4, 6-trichloroanisole, responsable du goût de bouchon dans le vin.

La semaine dernière, j’animais un vins et fromages durant un événement caritatif qui comprenait un peu plus de 100 invités. Plusieurs vins étaient à l’honneur, dont un mousseux, deux blancs et deux rouges.

Avant de servir les vins, nous les avons tous ouverts et goûtés pour bien vérifier la qualité des produits (merci à l’organisation, qui était au poil).

Ainsi, sur 75 bouteilles, nous en avons trouvé trois qui présentaient un goût de bouchon.

En réalité, nous avons été chanceux. Parce qu’en général, 8 à 10 % des vins présentent un défaut.

L’été dernier, avec des amis tous professionnels du vin, j’étais bien fier de leur faire déguster un très bon vin blanc de France, offert en cadeau par un cousin français. Malheur! Il était bouchonné, et ce, à 100 %!

Le principal responsable : le bouchon de liège, et surtout le TCA 2, 4, 6-trichloroanisole (la molécule chimique). Le résultat : une odeur désagréable de carton humide, de moisissure et de liège humide. La contamination peut provenir du liège, mais aussi de la cave ou des tonneaux.

Un autre défaut du vin : l’oxydation précoce, principalement en ce qui concerne les blancs.

Un vin bouchonné paraît souvent suspect par son nez. Et la bouche confirme le pire : absence de fruit, goût de moisissure, saveurs désagréables.

L’industrie du vin offre certaines solutions, comme la capsule à vis, mais certains marchés et consommateurs plus traditionnels tiennent mordicus à leur bouchon de liège.

La capsule en plastique et celle en verre (qui est plus rare) offrent également des garanties de qualité. Mais encore une fois, certains marchés résistent à ces bouchons. Pourtant, particulièrement pour les vins à boire en jeunesse, ces solutions sont plus qu’acceptables.

Je m’en voudrais de ne pas aborder la sensibilité des dégustateurs aux défauts du vin. Certains nez et palais arrivent instantanément à les trouver, alors que pour d’autres, l’exercice demeure plus laborieux. Sachez aussi que les défauts dans le vin sont variables; leur intensité peut être faible à intense. Ainsi, et c’est comme dans toute activité, l’expérience vient avec la pratique de la dégustation.

diamandesLes Argentins à la SAQ
Dès jeudi, la SAQ met en vente des vins argentins pour son opération Cellier. En voici quelques-uns que j’ai appréciés.

Chardonnay Diamandes de Uco Valle de Uco Mendoza 2012
Code SAQ : 12088513
21,95 $
Les arômes sont discrets (on sent la pierre) et le vin est citronné, acide, minéral, crémeux avec du bois et des épices. Fort correct.

Petite Fleur Lindaflor Monteviejo Valle de Uco 2010
Code SAQ : 12088273
25,40 $
Un rouge argentin structuré grâce à ses puissants arômes de cassis, de bleuet, de champignon, de gâteau au bleuet, de grains de cassis, de café et d’épices. Attention : tannins et acidité élevés.

Malbec Terroir Altos Las Hormigas Valle de Uco Mendoza 2010
Code SAQ : 12068379
21,25 $
Les arômes de pain grillé et de fumée prennent le pas sur le cassis et la fraise dans ce vin. L’acidité est élevée et la quantité de tannins est modérée. Un coup de maître.

Pulenta Estate, Gran Malbec X 2010
Code SAQ : 12070954
35,30 $
En premier lieu, le café et le cassis côtoient la structure acide et tannique moyenne du vin. En deuxième lieu, les arômes de bois, d’épices, de pâtisserie et un fond de poivron dominent. La longue finale se termine avec un retour des arômes de cassis.

Le vignoble NK’Mip en Colombie-Britannique. AFP Photo/Laurent Vu The

Le vignoble NK’Mip en Colombie-Britannique.

En 2012, le Jugement de Montréal, un événement caritatif au profit de la Fondation Tel-jeunes, avait couronné gagnant un vin canadien, le Syrah Equinoxe Okanagan 2009, Le Vieux Pin.

Depuis ce jour, je surveille de plus près les vins de la province la plus à l’ouest du Canada.

Malheureusement, il y en a peu dans les marchés de l’est. La SAQ en a 50 au Québec (32 rouges, 16 blancs, 5 vins de glace, 1 rosé et 1 mousseux), tandis que la LCBO ontarienne en vend 66 (35 rouges, 25 blancs, 4 mousseux, 1 vin de glace et 1 rosé).

Jusqu’à présent, les vins de Colombie-Britannique que j’ai goûtés étaient tirés des cépages chardonnay, merlot et cabernet-sauvignon.

Pourtant, un article de la revue Wines and vines rapporte qu’un étudiant de l’Université de Colombie-Britannique affirme que les deux cépages qui représentent le mieux la province sont le riesling et la syrah!

Son étude, terminée en décembre 2013, conclut aussi que le viognier et le malbec ont un avenir prometteur dans cette province.

Sa méthodologie : il a comparé les vendanges compilées par le British Columbia Wine Institute avec un registre de près de 8000 prix récoltés par les vins produits par ces vendanges.

Selon le raisonnement du chercheur, plus un cépage remporte de prix, plus il a de chances de bien s’implanter en Colombie-Britannique.

Cela ne signifie pas que le riesling, la syrah, le viognier et le malbec soient les cépages les mieux adaptés au terroir britanno-colombien. L’étude n’est pas géologique, simplement statistique.

Il ne reste aux syndicats et aux associations de vignerons qu’à s’entendre sur les stratégies de commercialisation qui portent sur les cépages à mettre de l’avant en Colombie-Britannique.

James Cameron, vigneron?
Le réalisateur des films Terminator et Titanic vient de se porter acquéreur pour la somme de 2,7 millions de dollars du domaine Beaufort.

James Cameron. AP Photo/Nick Perry

James Cameron. AP Photo/Nick Perry

Ce vignoble de 3 hectares, fondé en 2006, est situé à Comox Valley, sur la côte est de l’île de Vancouver. Les fondateurs du vignoble, Susan et Jeff Vandermolen, y demeureront en tant que consultants au moins une année.

Avec cet achat, James Cameron consolide son empire dans l’agriculture durable et biologique, après des acquisitions en Californie et en Nouvelle-Zélande.

Eh non, il ne devient pas vigneron! Il engage des professionnels pour superviser ses terres et les cultures qu’elles produisent.

Avec Comox Valley, Record et Mother nature network

Un vin de Colombie-Britannique
Mission Hill chardonnay reserve 2011

Code SAQ : 11092078
20 $
Code LCBO Vintages : 545004
19,95 $
Code BC Liquor Stores : 18812
19,99 $
Un chardonnay classique qui révèle de la lime, de la craie, du citron, du beurre, de la crème et des épices provenant d’un passage sous bois discret. L’acidité est moyenne, et le vin laisse une légère impression de chaleur alcoolique. Très bien fait.

À lire aussi :
Les 40 syrahs du Jugement de Montréal
Nk’Mip Cellars, vignoble autochtone à succès

Une Saint-Valentin toute en bulles

Jeudi 13 février 2014 à 11 h 09 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

© iStockphoto/TimArbaev

© iStockphoto/TimArbaev

En cette veille de Saint-Valentin, je ne vous recommande pas de vins aux noms évocateurs (Beaujolais Saint-Amour, Carrelot des amants, etc.), mais plutôt des mousseux, sans oublier un blanc et un rouge.

Ces mousseux dégustés récemment constituent de bons rapports qualité-prix. Il vous restera donc des sous pour offrir des chocolats à l’être aimé!

Un mousseux sans alcool
Freixenet Legero

Code SAQ : 11886783
8,95 $
Titrant 0,4 % d’alcool/volume, ce vin du producteur de cava Freixenet présente un fort nez d’encens et de cendres. En bouche, il se présente avec des fruits blancs sucrés, des fruits tropicaux, du gaz carbonique, un peu de craie et une mousse abondante. Je l’ai soumis à l’aveugle à mes collègues, qui ont trouvé que c’était surtout du soda mousse trop sucré. Je suis plus indulgent qu’eux : j’ai goûté des vins sans alcool bien pires que ça! Peut-être avec le dessert du souper de la Saint-Valentin?

massard_roseBernard-Massard Cuvée de l’Ecusson brut rosé
Code SAQ : 11140674
19,35 $
Je vous ai déjà parlé de ce producteur du Grand-Duché de Luxembourg. Son mousseux rosé fait de pinot noir est sucré, moyennement acide avec des arômes de fruits rouges confits, de cerise et de fraise, et une légère amertume en fin de bouche. Je le trouve plus rond et moins polyvalent que son frère en blanc.

Freixenet Elyssia
Code SAQ : 11912494
19,95 $
Un cava espagnol bien droit avec une acidité tranchante, des notes d’agrumes (citron et lime), de pomme, de banane et de fruits blancs ronds (abricot). Les cépages chardonnay (40 %), macabeo (30 %), parellada (20 %) et pinot noir (10 %) composent cette cuvée.

Domaine Ste Michelle brut
Code SAQ : 12125741
19,45 $
Le Domaine Ste Michelle de l’État de Washington offre un mousseux charmeur (chardonnay et pinot noir de Columbia Valley), plutôt sucré et rond, marqué par la banane, l’herbe fraîche et les noix amères. Une légère note d’abricot apparaît en fin de bouche. Mes collègues proposent de le boire avec une croustade aux pommes.

Du vin tranquille pour la soirée
Brancaia Il Bianco Sicilia IGT 2012

Code SAQ : 11797174
20,40 $
De Sicile, ce vin blanc jaune doré annonce une palette aromatique portée sur les herbes fraîches et le citron. Ces deux arômes persistent en bouche, avec en plus du silex, de la fumée et du sel. Très bon.

Vale do Bomfim Douro 2011
Code SAQ : 10838982
16 $
Décidément, les vins portugais impressionnent souvent grâce à leur finesse et à leur prix compétitif. Ce vin du Douro a des tannins souples appuyés par une vive acidité, des arômes de fraise, de cassis, de champignon et de fruits des champs. On retient la beauté et la qualité d’ensemble des arômes de fruits rouges.

Des cabernets-sauvignons pour février

Mardi 11 février 2014 à 14 h 38 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Du cabernet-sauvignon de la maison Stags' Leap fraîchement cueilli. | © Justin Sullivan/Getty Images/AFP

Du cabernet-sauvignon de la maison Stags’ Leap fraîchement cueilli. | © Justin Sullivan/Getty Images/AFP

Dans sa prochaine édition des arrivages Cellier, la SAQ propose une sélection de cabernets-sauvignons, dont plusieurs d’Argentine.

Le cépage-roi de la rive gauche de la Garonne dans la région bordelaise est devenu au cours de l’histoire un cépage international; sa culture est donc répandue dans nombre de vignobles dans le monde.

Vinifié seul ou en assemblage, il offre tant de grands vins de Bordeaux que les petits crus du Nouveau Monde au fruit plus mûr.

Voici quelques-uns de ces vins qui seront dans ce nouvel arrivage (6 et 20 février), et d’autres récemment dégustés.

casa_lapostolleCabernet-sauvignon Cuvée Alexandre Casa Lapostolle Colchagua bio 2012
Code SAQ : 10767053
25,50 $
Formé à 91 % de cabernet-sauvignon et à 9 % de cabernet franc, ce vin chilien déploie un arsenal de cassis, de framboise, de pain grillé et de pâtisserie. Serré, droit et jeune, il est très tannique et très acide. Excellent.

Cabernet-sauvignon Mission Hill reserve Okanagan Valley 2011
Code SAQ : 11092051
25,80 $
Code LCBO Vintages : 553321
23,95 $
Entièrement composé de cabernet-sauvignon, ce vin de Colombie-Britannique de la maison reconnue Mission Hill dévoile des arômes de fraise, de cerise, de cassis, de bois et de fruits des champs. L’acidité et les tannins sont modérés. Très bien.

Château Larose-Perganson Haut-Médoc cru bourgeois 2010
Code SAQ : 12116385
29,80 $
Le nez est distingué avec ses arômes de fraise transformée. Très tannique et très acide, ce vin possède une pléthore d’arômes de cassis et de bleuet, mais sans éclipser les grains de café et la terre. Le cabernet-sauvignon, le merlot et le petit verdot donnent un vin excellent, mais jeune.

Senorio de Otazu Vino de Pago Espagne 2006
Code SAQ : 12127181
29,85 $
De manière fine, les arômes de cigare, de tabac blond et une note animale s’échappent du verre. En bouche, ce vin est très serré grâce à sa masse tannique et à son acidité élevées. Le tabac blond, la cerise, le poivron, le café, les épices et le kirsch complètent cet assemblage de tempranillo, de merlot et de cabernet-sauvignon.

D’autres cabernets-sauvignons
Bonterra Mendocino County cabernet-sauvignon 2010

Code SAQ : 00342428
20 $ (en rabais à 17,75 $)
Code LCBO Vintages : 342428
19,95 $
La maison californienne Bonterra produit ses vins en agriculture biologique. Un vin de tous les jours qui allie le bois, le cèdre, le café, le cassis, la vanille à une acidité modérée et des tannins assez présents.

Marques de Casa Concha cabernet-sauvignon 2011
Code SAQ : 10694253
21,95 $
Code LCBO Vintages : 337238
18,95 $
Du Chili, ce cabernet-sauvignon offre des arômes de poivron, de cassis, de plants de tomates, d’épices, de cigare et de bois. Il est tout de même plus que tannique et très acide.

chartier_vinsLes prix Grafika 2014 ont récompensé les étiquettes des vins de François Chartier, réalisées par l’agence Sid Lee.

Connu pour son expertise de la chimie des aliments et des accords aromatiques entre ceux-ci et le vin, François Chartier s’est lancé dans le vin avec la même approche. Sid Lee devait donc produire des étiquettes de vins pensées pour les mets et aussi pour véhiculer la démarche scientifique de François Chartier.

Depuis 17 ans, les prix Grafika récompensent les meilleures pièces en design graphique au Québec.