Billets classés sous la catégorie « Oregon »

Les rouges du Courrier vinicole de la SAQ

Jeudi 12 septembre 2013 à 15 h 53 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Quelques vins du Courrier vinicole sur les États-Unis. | Radio-Canada/Ronald Georges

Comme je l’ai promis mardi, voici quelques recommandations du Courrier vinicole de la SAQ qui porte sur les vins rouges de la Californie, de Washington et de l’Oregon. Vous remarquerez que certains prix sont élevés, surtout ceux des vins de Californie. J’essaie ici de vous proposer de bons rapports qualité-prix, même si, parfois, le prix peut être élevé. Et j’estime que les vins de Washington et de l’Oregon s’en sortent nettement mieux que ceux de la Californie.

Cabernet-sauvignon Townsend Vineyard Antica Napa valley Californie 2009
87 $
La famille Antinori de Toscane a un pied-à-terre en Californie depuis 1980 à Atlas Peak. Rubis foncé, ce vin dégage des arômes charmeurs de poivron et d’espresso. Très tannique et très acide, il a des arômes de café, de vanille, de bleuets et de mûres. La finale est légèrement alcoolique et on retient des saveurs de bois et de fumée. Pour la garde de 15 à 20 ans.

Hands of time Stag’s Leap Wine Cellars Napa Valley Californie 2011
43 $
Un vin classique et élégant, et à bon prix cette fois. Au menu : poivron rouge, fraise, fruits des champs, vanille et une prédominance du cassis. Les tannins massifs et la vive acidité garantiront une garde de quatre à cinq ans.

L’esprit des Pavots Peter Michael Knights Valley Californie 2009
135 $
Avant de plonger les lèvres dans ce vin, le nez, complexe, était déjà prometteur : poivron, vanille et épices. Dans le verre, le poivron vert et rouge, la vanille (le bois), le tabac blond, la fraise, la crème et les fruits des champs se fondaient dans une longue finale. À ce prix (ouf!), ce vin tiendra la route une bonne vingtaine d’années.

Todos Jonata Santa Inez valley Californie 2009
58 $
Les saveurs de cassis, de thym, de bleuets, de vanille de fumée et de bois sont entourées d’une vive acidité et d’une charge tannique impressionnante. Un vin puissant, mais très bon dans le genre. À conserver 10 à 15 ans.

Les vins de WillaKenzie | Radio-Canada/Ronald Georges

Pinot noir Aliette WillaKenzie Estate Willamette valley Oregon 2010
59 $
13,5 %
Élevé en Bourgogne, Bernard Lacroute a fait fortune dans l’informatique (il a été, entre autres, cadre supérieur pour Sun Microsystems aux États-Unis). Après cette carrière remplie de succès, il a voulu faire du pinot noir à la bourguignonne, mais dans le Nouveau Monde. Son choix s’est arrêté sur l’Oregon, où il préside aux destinées du domaine WillaKenzie, dans la Willamette Valley, depuis 1991, « la région dans le Nouveau Monde qui permet de faire des vins qui se rapprochent le plus de la Bourgogne ».
Ce pinot noir est très acide et très tannique. La fumée, des flaveurs de fruits rouges, de cerises, de mûres, de thé blanc, d’épices et de cannelle rendent ce vin puissant très élégant. Il supportera six à sept ans de garde assurément.

Pinot noir Domaine Serene Evenstad reserve Willamette valley Oregon 2008
84 $
Rubis grenat, ce vin a besoin d’aération ou d’un peu de temps en cave (8 à 10 ans) pour se révéler. Par la suite, les fruits rouges, les petites cerises acidulées et le thé vert en milieu de bouche baignent dans une trame robuste.

Andrew Will Champoux Horse Heaven hills Washington 2009
75 $
Force est de constater que nous avons affaire ici à une maison sérieuse dans l’État de Washington. Ce vin est jeune, un passage en carafe est obligatoire pour profiter des arômes de vanille, de fruits noirs (surtout le cassis), de graphite et de crème de fruits noirs. La poigne de ce vin est solide, car il est très acide et très tannique, ce qui lui assure donc une garde de 15 à 20 ans. Composition : 42 % merlot, 32 % cabernet franc et 26 % cabernet-sauvignon. Excellent.

Ursa Baer winery Columbia valley Washington 2010
49 $
Un très beau vin aux effluves de fumée, d’épices, de bleuets, de cassis et de poivre noir. Il sera parfait pour une garde de 10 ans.
14,5 %

Southern blend Rôtie Cellars Washington State Washington 2010
Un assemblage rhodanien de grenache (75 %), de syrah (15 %) et de mourvèdre (10 %), ce vin puissant épate avec ses arômes de viande, de fruits noirs, de bleuets et de fumée. L’ensemble est très tannique et acide, la finale reste sur les fruits rouges mûrs, l’alcool et les bleuets. Il sera parfait dans 8 ou 10 ans.

Owen Roe Yakima Valley Washington 2010
50 $
Un bon rapport qualité-prix qui sera parfait pour un séjour de 10 ans en cave. Le cassis, le poivre vert, la vanille et les mûres côtoient une bonne matière tannique et acide.

Un valpolicella
Les tomates destinées aux conserves embellissent les étalages des marchés publics. Voici donc un valpolicella pour accompagner vos plats de tomates automnaux.
Ca’Rugate Rio Albo Valpolicella 2012
Code SAQ : 10706736
16,75 $
Un vin au nez de fruits rouges frais, de fraises en bouche avec des cerises, des mûres et une pointe de poivre. Il est légèrement tannique avec une bonne acidité.

Les blancs du Courrier vinicole

Mardi 10 septembre 2013 à 15 h 14 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Un vignoble de la Willamette valley en Oregon.
Un vignoble de la Willamette valley en Oregon.
Comme je l’ai précédemment écrit, j’estime que la majorité des vins californiens sont vendus à des prix indécents. Ces vins sont souvent surboisés, surextraits et ils manquent de finesse. Les blancs sont vraiment trop chers pour ce qu’ils offrent. Un simple bourgogne d’appellation modeste à moins de 30 $ se compare aisément à ces vins plus coûteux.

J’en ai encore eu la preuve lors de la dégustation des vins du prochain Courrier vinicole, qui porte sur l’Ouest américain, soit la Californie, l’Oregon et l’État de Washington. Les vins de ces deux derniers États s’en sortent nettement mieux que ceux du premier en matière de rapport qualité-prix.

Les 93 produits de ce numéro de la revue seront en vente du 13 au 23 septembre sur le site de la SAQ – la presse spécialisée en a goûté 31. Cette offre comprend aussi plusieurs millésimes, dont des vieux Dominus de Christian Moueix.

Cette édition du Courrier vinicole présente une nouveauté : des entrevues avec des vignerons, dont la Québécoise Isabelle Meunier, qui travaille à Evening Land Vineyards, en Oregon.

Depuis quelques trimestres, les ventes des produits de spécialité de Californie, de l’Oregon et de l’État de Washington sont en forte progression (en valeur), selon la SAQ. En un an, les ventes de rouges ont progressé de 10 %, et celles de blancs, de 11,7 %, alors que la croissance générale des produits de spécialité est de 5 %.

Voici ce que j’ai aimé et que je vous recommande en blanc. Nous parlerons des rouges jeudi.

Chardonnay Bachelder Johnson Vineyard Yamhill-Carlton Oregon 2011
44 $
Le Montréalais Thomas Bachelder produit du vin à Niagara, en Bourgogne et en Oregon depuis 2009. Ce chardonnay de l’Oregon sent la poire et les épices. Le résultat en bouche est calcaire avec des épices et des fruits jaunes genre abricot. Un vin complexe, qui peut se garder huit à neuf ans.

http://blogues.radio-canada.ca/millesime/2012/03/01/les-racines-tentaculaires-de-thomas-bachelder/

Chardonnay Château Montelena Napa Valley Californie 2010
55 $
Code LCBO Vintages : 701748
57,95 $
En 1976, le chardonnay du Château Montelena avait causé la surprise en battant des prestigieux blancs de Bourgogne. Le chardonnay 2010 est fin, avec des arômes de lime, de pamplemousse, de citron, de vanille et de gazon. Une vive acidité devrait lui assurer un bon séjour de sept à huit ans au cellier.

Chardonnay Joseph Phelps Fogdog Sonoma Coast Californie 2011
42 $
Un chardonnay équilibré grâce à ses arômes discrets de vanille et de bois et à son acidité moyenne. La crème, la chair d’agrumes et le citron complètent le tout.

Un mousseux rosé de Laval
Château Taillefer Lafon, vin mousseux rosé 2011

Situé à Sainte-Dorothée (Laval), au nord de Montréal, le Château Taillefer Lafon produit du vin et du cidre. Ce mousseux rosé est fait de chambourcin, de cabernet-sauvignon et de pinot noir et il offre un fruité (fraise et cerise) des plus agréables, en plus d’une belle acidité et de bulles fines, mais discrètes. Il est en vente au domaine.

Le Domaine Drouhin en Oregon

Mardi 16 avril 2013 à 15 h 35 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Le Domaine Drouhin pinot noir Laurène Dundee hills Oregon 1995 | © Radio-Canada/Ronald Georges

L’Oregon viticole est jeune, avec pas tout à fait 45 ans d’existence. Et, il y a 20 ans, peu d’amateurs connaissaient cette région américaine.

La maison bourguignonne Drouhin a vu le potentiel viticole de l’Oregon dès les années 1980. Officiellement, Drouhin a fondé son vignoble en 1988, mais les raisins de ce millésime provenaient de fermage (achat de raisins). Comme à la maison (en France), le domaine de l’Oregon allait se concentrer sur deux cépages : le chardonnay et le pinot noir. Et Véronique Drouhin, la fille de Robert, a vinifié toutes les cuvées réalisées depuis les débuts de cette aventure en Amérique.

Après 20 ans de carrière dans l’industrie de la musique, David Millman a pris les rênes du vignoble en Oregon. Rencontre et dégustation de la gamme Cloudline, créée en 2002 et dont les raisins sont achetés auprès de fermiers locaux, et de la gamme du Domaine Drouhin.





Cloudline pinot gris Willamette valley 2010
Code SAQ : 11883531
20,10 $
Code LCBO Vintages : 159988
Prix : 17,95 $
Le nez est doté d’arômes épicés et chimiques. La bouche révèle un pinot gris, somme toute assez classique, avec des notes de fruits blancs, de poire, d’épices. Un vin acide, rond, minéral et fumé.

Cloudline pinot noir Willamette valley Oregon 2011
Bientôt en vente à la SAQ
Le nez de terre, de cerises noires, de cannelle et de thé est suivi d’une bouche de fraises amères, de thé, de terre mouillée, d’épices et de cannelle. Les tannins ne sont pas en reste avec une bonne présence. Un excellent rapport qualité-prix pour un pinot noir.

Cloudline pinot noir Willamette valley Oregon 2009
Code SAQ : 11334161
20,70 $
Des odeurs de vêtements mouillés (oui, ça peut arriver pour le pinot noir!) surprennent le nez en premier lieu. En deuxième lieu, le vin goûte les petits fruits des champs, comme la fraise et la framboise. Les tannins sont souples et l’acidité pas trop marquée. À boire sans plus tarder.

Domaine Drouhin pinot noir Willamette valley Oregon 2010
Code SAQ : 11166559
39,50 $
La différence de prix avec les vins précédents paraît tout de go : le nez est complexe, avec des notes de fruits des champs et de griottes. La finale est longue et les saveurs de cerises, de kirsch, de violette, de thé vert, d’épices et de cassis se mélangent à des tannins souples ainsi qu’à une acidité marquée. Un vin très élégant, que j’aurais pris pour un bourgogne à l’aveugle.

Domaine Drouhin pinot noir Laurène Dundee hills Oregon 2008
Code SAQ : 10710508
55 $
Des odeurs animales et terreuses ressortent du verre. Ensuite, la longue trame est très tannique et acide, complétée d’arômes de cerises et de cannelle. Un vin encore jeune, qui peut donc se garder quelques années en cave.

David Millman nous a également fait goûter les millésimes 2009 et 1995 des pinots noirs Laurène; ils ne sont pas en vente en magasin. Le 2009 était incroyablement complexe avec les flaveurs de kirsch et de fumée. Quant au 1995, il respirait encore la jeunesse, ce qui lui assure une autre garde de cinq ans.

Décès de Jean Charton
L’un des pionniers de l’industrie canadienne du vin et des spiritueux n’est plus. Jean Charton s’est éteint le 7 avril à l’âge de 89 ans. Le président du conseil de Charton-Hobbs, un agent de vin présent partout au Canada, avait pris en 1954 les rênes de Herdt et Charton, la compagnie que son père avait fondée en 1921. C’est en 1988, en association avec sa fille Caroline et la famille Hobbs, qu’il a créé Charton-Hobbs. C’est à partir de ce moment que l’entreprise s’est consacrée uniquement aux boissons alcoolisées.

Thomas Bachelder | © Radio-Canada/Ronald Georges

Le Montréalais Thomas Bachelder est une vedette du vin au Canada. Les chardonnays et les pinots noirs primés du Clos Jordanne, un vignoble situé en Ontario, c’est lui.

Ayant quitté le Clos Jordanne en 2010, Thomas Bachelder vient de lancer son entreprise de négoce, Delaney-Bachelder, avec sa conjointe. Particularité : les premiers produits de cette nouvelle aventure sont trois chardonnays du millésime 2009, mais de régions différentes, soit l’Oregon, le Niagara et la Bourgogne.

Rencontre avec un vigneron qui a tissé des racines dans les trois terroirs où il a travaillé.

La dégustation
Bachelder Oregon Chardonnay 2009, Willamette Valley AVA
Code SAQ : 11584814, 34 $
LCBO Vintages 273334, 34,95 $
Un vin blanc où la pierre, les épices et le bois (après quelques minutes d’aération) se succèdent au nez. La bouche, croquante, recèle des arômes de pomme verte, d’épices et de craie en fin de bouche. À boire sur trois ou quatre ans avec des poissons.

Bachelder Niagara Chardonnay 2009, Niagara Peninsula VQA
Code SAQ : 11584857, 33,75 $
LCBO Vintages 271841, 34,95 $
La facture plus américaine (boisée) du chardonnay se sent avec les odeurs de beurre, de bois, de pâtisserie et de banane. La bouche toute délicate laisse place à la lime, au caractère minéral et à la crème. Pourquoi pas avec un fromage en fin de repas?

Bachelder Bourgogne Chardonnay 2009, Bourgogne A.O.C.
Code SAQ : 11584620, 34 $
LCBO Vintages 272005, 34,95 $
Des fleurs parfumées et un peu de poire m’ont accueilli en premier lieu. En deuxième lieu (en bouche), le vin est minéral avec de la craie, des fruits blancs et de la lime en fin de bouche. Gardez-le quelques années et buvez-le avec un poisson en sauce.

Un conseil : dégustez-les côte à côte pour mieux apprécier les différences des terroirs.

Un micro-négoce
Depuis qu’il a terminé ses études en œnologie en Bourgogne, Thomas Bachelder n’a qu’un rêve en tête : acheter des vignes et démarrer un domaine en Bourgogne. Problème : le coût à l’hectare de la vigne les rend inaccessibles. « Je suis né Québécois, pas fils d’un vigneron en France. Je n’avais pas les moyens. Je suis un fils de mécanicien et ma mère était secrétaire à l’église », me raconte le vinificateur.

Thomas Bachelder en plein travail en Oregon | Photo : Delaney-Bachelder

La solution : acheter des raisins, louer une cave et le pressoir, et ce, dans chacune des trois régions de ses vins, avec le concours des amis rencontrés en Oregon, en Bourgogne et à Niagara.

Aujourd’hui, Thomas Bachelder se considère comme un Québécois déraciné qui a des racines en trois endroits. « En France, on a des bons amis et une filleule. En Oregon, c’est là que ma femme Mary était à la maison avec les enfants qui étaient à l’école primaire. Là, en Ontario, les enfants sont à la fin de l’école primaire et au début du secondaire. Si j’oublie les amis d’Oregon et de France, j’oublie mes racines », fait-il remarquer.

Dans un prochain article, je parlerai plus en détail des déplacements professionnels de Thomas Bachelder, de son séjour au Clos Jordanne, des vins qu’il aime et de son avenir dans l’industrie vinicole.