Billets classés sous la catégorie « Liban »

Les vins du week-end pascal

Jeudi 5 avril 2012 à 10 h 42 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

© iStockphoto/Cagri Özgür

Après les privations du carême (pour ceux et celles qui le respectent encore) et du Vendredi saint, nous allons célébrer Pâques, la plupart du temps en famille.

Traditionnellement, l’agneau trône à table pour le repas de Pâques, mais n’oublions pas celui du Vendredi saint, qui était à l’époque maigre, c’est-à-dire sans viande.

Voici donc quelques suggestions de vin pour le poisson et les légumes du vendredi, l’agneau de dimanche et les cocos chocolatés de Pâques.

Avec le poisson et les mets végétariens :
Domaine Marcel Deiss Alsace 2010
Code SAQ : 10516490
22,60 $

Avec l’agneau :
Musar cuvée rouge Gaston Hochar et fils vallée de Bekaa 2009
Code SAQ : 10700393
19,35 $

Avec l’agneau au cumin :
Villa Cafaggio Chianti Classico 2009
Code SAQ : 00571539
24,40 $

Un porto avec le chocolat :
Fonseca tawny
Code SAQ : 00499145
15,25 $

Joyeuses Pâques!

Vous pouvez toujours me suivre sur Twitter au @millesime. Cliquez en haut de la page dans « Pour me joindre » et choisissez le bouton Twitter.

Les vins millénaires du Liban

Mardi 3 avril 2012 à 13 h 19 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

© Union viticole du Liban

Vous ne serez pas surpris d’apprendre que la tradition vinicole au Liban est millénaire, comme elle l’est dans les pays voisins. Les Phéniciens ont introduit la vigne il y a plus de 3000 ans dans de nombreux territoires méditerranéens, mais c’est au Liban qu’ils y ont développé des techniques viticoles.

Ensuite, les Romains ont pris la relève, en prenant même soin d’élever un temple en l’honneur au dieu du vin, Bacchus.

Après près de 1000 ans d’absence de vin (à la suite de la domination musulmane qui l’a interdit), les Jésuites ont réintroduit la vigne en 1857 en créant les grandes caves de Ksara.

De 1975 à 1989, la guerre civile allait ralentir la production, à l’exception du Château Musar, dirigé par Serge Hochar (lisez le papier d’Eric Asimov dans le New York Times).

Qui dit vin libanais doit mentionner la vallée de la Bekaa, le centre névralgique de l’industrie libanaise du vin. Les coteaux de la vallée sont couverts de vignes. L’altitude élevée (près de 1000 mètres) est une des conditions gagnantes pour la production de vin en région chaude.

Les cépages sont français, surtout ceux de Bordeaux, additionnés de carignan, de cinsault et de grenache.

La production de vins blancs est plus modeste. L’ugni blanc, le chardonnay, le muscat, le viognier et la clairette côtoient les cépages autochtones marvey et obeidy.

Le reste des raisins cultivés est consommé comme raisin de table et distillé pour l’apéritif anisé arak.

 

En dégustation
Château Les Cèdres Domaine Wardy vallée de la Bekaa 2004 (le 2007 est en vente à la SAQ)

Tiré de vignes de cabernet-sauvignon, de syrah et de merlot, ce vin libanais exhale de fruits rouges et d’olives. En bouche, le cassis et le café apportent une finale marquée par les tannins, l’alcool et le bois. Avec des viandes rouges, des gibiers et des fromages fermes.

 

Vous pouvez toujours me suivre sur Twitter au @millesime. Cliquez en haut de la page dans « Pour me joindre » et choisissez le bouton Twitter.