Billets classés sous la catégorie « Italie »

Getty Images/Hulton Archive

Getty Images/Hulton Archive

Avec l’exercice financier qui s’est terminé le 31 mars 2013, on constate que les ventes de boisson alcoolisées ont augmenté de 2,2 % au Canada comparativement à 2012, selon La Presse Canadienne.

En valeur, les Canadiens ont dépensé 21,4 milliards de dollars en boissons alcoolisées, selon Statistique Canada.

La bière reste en tête des boissons alcoolisées les plus consommées par les Canadiens. Les ventes totalisent 9,1 milliards de dollars, mais elles sont en recul de 0,1 %

Et le vin dans tout ça? Les ventes vont plutôt bien, avec une hausse de 4,9 %, pour 6,8 milliards.

La consommation de vin par habitant s’élève à 17,4 litres, ce qui est une hausse de 4,3 litres par rapport à 2003.

Encore une fois, les Canadiens boivent beaucoup plus de bière, soit 78 litres par personne, ce qui constitue quand même une baisse, car en 2003, ils en buvaient 83,6 litres.

Le Vatican
Je ne vous apprends rien en vous disant que les Canadiens sont loin d’être les plus grands consommateurs de vin au monde.

En fait, la palme revient au Vatican! Pour 2012, la consommation par habitant du micro-État est de 74,33 litres de vin, selon The Wine Institute.

Selon un article de Slate.fr, la consommation de vin de messe n’est pas en cause, mais plutôt le fait que les taxes sur le vin sont très basses, ce qui avantage le consommateur. En somme, le Vatican serait un magasin hors-taxes.

jacobs_creekDes vins blancs
Jusqu’au 12 avril, la SAQ verse 1 $, pour chacune des quatre bouteilles de vin blanc ci-dessous vendue, aux Banques alimentaires du Québec. Voici ce que j’en pense.

Jacob’s Creek chardonnay réserve Adelaide Hills
Code SAQ : 11677691
17,25 $
Code LCBO : 270017
14,95 $
Un vin boisé aux notes d’amande, de vanille, de pêche et une légère touche d’alcool.

Trevini Primo chardonnay/pinot grigio
Code SAQ : 10669197
12,95 $
Un vin italien que je trouve un peu trop alcoolisé. Les saveurs de citron, de lime, d’herbes fraîches, et la vive acidité compensent pour ce défaut.

Umberto Cesari Moma
Code SAQ : 11072851
14,65 $
Un vin blanc tout à fait correct où les fruits blancs frais (poire), les herbes fraîches et le citron dominent. L’acidité est vive et la longueur en bouche plus qu’acceptable.

Castel Sans-Façon chardonnay/viognier
Code SAQ : 11676137
15,20 $
Dans ce vin, on goûte les fruits frais ronds (la pomme, la pêche) et des notes de craie. Assez correct pour le prix.

paquesDans le but de vous aider à prévoir vos repas pascals, je vous propose quelques vins que la SAQ a lancés dans sa dernière opération Cellier. Quelques-uns d’entre eux sont aussi en vente en Ontario à la LCBO.

Blancs
Mission Hill sauvignon blanc réserve 2012

Code SAQ : 11593403
21 $
Dévoilant de discrets arômes de citron, il affiche en bouche des agrumes, du pamplemousse, des herbes fraîches, de la fumée et une pointe d’alcool. Très bien fait.

Domaine Vincent Carême Vouvray sec 2012
Code SAQ : 11633612
25,35 $
Un vin de Loire citronné, avec des fruits blancs (pêche), des agrumes (pamplemousse) et une belle trame minérale. Complexe et précis.

Rouges
Argiano Non Confunditur Toscana IGT 2011

Code SAQ : 11269401
22,85 $
Code LCBO Vintages : 72397
24,95 $
Un vin serré et bien jeune avec des arômes de café, de pâtisserie et de cassis. Il est très acide et très tannique, mais sa longueur en bouche est plus que satisfaisante.

Château Maison Blanche Médoc cru bourgeois 2009
Code SAQ : 11792293
23,20 $
La fraise, la fumée, les épices, la vanille, le bleuet : tout y est dans ce cru bourgeois assez souple, mais qui ne manque pas d’acidité.

Château Lestage Listrac-Médoc cru bourgeois 2009
Code SAQ : 10537426
25,80 $
Un vin plus « enrobé » que le précédent parce qu’il présente des notes de gâteau aux fruits noirs et rouges, de cassis et de vanille. Aussi, ses tannins sont assez souples et l’acidité moyenne. Bien agréable.

D’Arenberg The Galvo Garage McLaren Vale Adelaide Hills 2008
Code SAQ : 11155876
27,20 $
Un vin australien très acide et très tannique qui devrait plaire avec ses arômes de cassis (voire de grains de cassis) de café, de tabac noir, de vanille et d’épices. Excellent.

Castelle del Terriccio Tassinaia Toscana IGT 2006
Code SAQ : 12108730
29,95 $
Code LCBO Vintages : 11650
29,95 $
Le nez séducteur est fin avec ses relents de cuir, de poivron rouge et de torréfaction. Ça se poursuit souplement en bouche avec des notes de cerise, de fraise, de thé noir, de poivron et de vanille. Belle assise, bien acide.

Bibi Graetz It’s a Game! Toscana IGT 2011
Code SAQ :
34,25 $
Le vigneron italien d’origine norvégienne, suisse et israélienne offre un vin où le thé blanc, la cerise et les fruits rouges baignent dans une trame serrée et très acide. Un vin jeune à conserver quelques années ou à passer en carafe pour le déguster aujourd’hui.

chacun_son_vinChacun son vin
La version québécoise du site Wine Align est mise en ligne aujourd’hui. Sur le site Chacunsonvin.com, les chroniqueurs Bill Zacharkiw, Nadia Fournier, Marc Chapleau et Rémy Charest livreront leurs critiques de vin sur les arrivages récents de la SAQ, ainsi que des articles informatifs.

Depuis 2008 dans le reste du Canada, Wine Align offre, grâce à des critiques de vin connus, un service d’évaluation du vin en vente à la LCBO. Le site attire en moyenne 1,4 million de visiteurs uniques par année.

Le milliardaire William Koch et son avocat John Hueston.

Le milliardaire William Koch et son avocat John Hueston.

En novembre 2013, j’avais abordé le sujet de la fraude dans le vin, à la suite de l’affaire Rudy Kurniawan.

Ce « collectionneur » était accusé d’avoir vendu des vins contrefaits d’une valeur de 1,3 million de dollars américains. Il a été arrêté en mars 2012 et risque 40 ans de prison. Sa sentence sera prononcée le 24 avril.

Un milliardaire floué
Rudy Kurniawan avait, entre autres, fraudé le milliardaire William Koch. Ce dernier l’a d’ailleurs poursuivi à ce sujet en 2009.

Dans une autre affaire de fraude, William Koch avait aussi poursuivi l’homme d’affaires californien Eric Greenberg pour lui avoir vendu 24 bouteilles de faux bordeaux. Eric Greenberg jurait qu’il croyait à l’authenticité des bouteilles.

William Koch avait gagné sa cause. Eric Greenberg devait lui verser des dommages punitifs de… 12 millions de dollars américains, ce qui fait 500 000 dollars de la bouteille!

Un juge fédéral vient de ramener cette somme à des proportions plus raisonnables, soit à 711 600 dollars. Bien que « le caractère flagrant de la fraude d’Eric Greenberg » vaille un certain prix, le juge a estimé que les dommages punitifs étaient exorbitants.

Il a ajouté que le préjudice était d’ordre économique et qu’aucune de ces cibles n’était vulnérable sur le plan financier.

En fin de compte, un porte-parole de William Koch a précisé que le but de la poursuite n’était pas que pécuniaire; le milliardaire voulant surtout mettre en lumière la fraude dans le vin.

Une affaire de gros sous
Cette affaire jette également un éclairage sur les grosses sommes qui se brassent dans une certaine frange de l’industrie du vin. Certains sont prêts à payer le prix fort pour des bouteilles prestigieuses et rares.

C’est, entre autres, ce qui pousse les prix des crus prestigieux à la hausse. Tant que la demande est là, ces prix ne baisseront pas. Peut-être que certains millésimes de qualité moyenne contribueront à limiter les hausses de prix, mais certains collectionneurs s’attardent moins aux variations des millésimes et préfèrent s’intéresser au prestige de la maison ou du producteur.

Avec Associated Press

bordeaux_stmarieQuelques vins
Vale de Judia Peninsula de Setúbal Adega de Santo Isidro de Pegões 2012

Code SAQ : 10513184
11 $
Produit par la coopérative agricole de Santo Isidro de Pegões, qui existe depuis 1958, ce vin est tiré de vignes de moscatel de Setubal plantées dans la région de Palmela, dans la péninsule de Setubal, au sud-est de Lisbonne. Le muscat embaume avec ses arômes de pêche, d’abricot et de miel qui reviennent en bouche avec des épices et des fruits exotiques. Je l’ai trouvé plus vibrant que le millésime 2011. C’est un vin d’été rafraîchissant, à apparier à des mets simples ou à servir bien froid en apéro.

Château Sainte-Marie Entre-deux-Mers vieilles vignes 2013
Code SAQ : 10269151
16,95 $
Les saveurs sapides d’agrumes (le citron et la lime), de pierre et d’amertume se tiennent dans un ensemble très acide et minéral. Toujours au top.

Mezzacorona Teroldego Rotaliano reserva 2010
Code SAQ : 00964593
18,20 $
Dans le Trentin-Haut-Adige italien, le cépage teroldego produit en général des vins très tanniques, ce qui est le cas ici. La fraise, le bleuet, le café, la pâtisserie et les arômes fumés sont au rendez-vous.

Château de Fesles vieilles vignes Anjou 2012
Code SAQ : 00710442
18,80 $
Le cabernet franc de la Loire et ses notes caractéristiques de plants de tomate et de poivron rouge sont présents dans ce vin. Dans ce vin bien acide et tannique, on retrouve aussi de la framboise. Un vin très frais qu’il serait intéressant de revisiter dans cinq ou six ans.

Le domaine Banfi à Montalcino. Photo : Consortium du vin de Brunello di Montalcino

Le domaine Banfi à Montalcino. Photo : Consortium du vin de Brunello di Montalcino

En Toscane, à près de 40 km de Sienne, se trouve la région de Montalcino, qui est riche de son vin prisé Brunello di Montalcino.

L’aire de production est petite, soit 240 km, « comme Singapour », a souligné Emilia Nardi du domaine Tenute Silvio Nardi. « C’est une petite région avec quatre points cardinaux qui marquent la composition des climats », a-t-elle expliqué lors de la visite annuelle du consortium du vin de Brunello di Montalcino.

Fait rare dans le monde du vin, tous les producteurs de la région sont membres du consortium qui a été créé en 1967 par le père d’Émilia Nardi et d’autres vignerons.

Du sangiovese
Le brunello (les locaux l’appellent « petit noir ») est en fait le nom local du sangiovese, le même cépage qui entre dans la composition du célèbre Chianti voisin.

Sur 24 000 hectares de territoire, la vigne y occupe 3500 hectares, dont 2100 pour le Brunello di Montalcino, qui est une appellation d’origine contrôlée garantie. Les vignes de l’appellation Rosso di Montalcino poussent sur 510 hectares, et celles de Moscadello di Montalcino (muscat) sur 50 hectares.

En tout, 208 producteurs et une cinquantaine de fermiers produisent 9 millions de bouteilles de vin par an à Montalcino, toutes appellations confondues.

La complexité de la culture en monocépage
Un peu comme le pinot noir de Bourgogne, les vins de Brunello di Montalcino sont produits en monocépage, « ce qui complique beaucoup notre travail », a fait remarquer Emilia Nardi. Lors des millésimes difficiles, les producteurs peuvent assembler les raisins des différents terroirs pour améliorer la qualité d’une saison difficile.

Par chance, le sangiovese s’adapte très bien aux sols. Et fait assez unique, le ministère italien de l’Agriculture reconnaît 89 variétés de sangiovese. « On en trouve même des variétés inconnues », a précisé Mme Nardi.

Des exportations de prestige
Chianti, Barbaresco, Barolo, Brunello di Montalcino, toutes ces appellations italiennes font d’habitude rêver l’amateur de vin éclairé.

Les exportations du vin de la région sont donc facilitées par un marché preneur. Elles totalisent 65 %, dont 5 % au Canada. Les États-Unis achètent 25 % de la production, suivis de l’Allemagne et de la Suisse.

La dégustation
Les cuvées 2009 des brunello ne sont pas encore en vente. Et bien sûr, les prix sont élevés…

brunello_argianoArgiano Rosso di Montalcino 2011
Code SAQ : 10252869
24,10 $
Le Rosso di Montalcino est un vin plus jeune que le Brunello di Montalcino, issu aussi de sangiovese. Les fruits rouges cuits, les épices, la fraise et la cerise noire donnent un excellent vin souple.

Argiano Brunello di Montalcino 2008
Code SAQ : 10252658
46 $
On perçoit immédiatement la complexité du cru par rapport au Rosso di Montalcino. Les fruits séchés, la cerise, la griotte, le thé vert et les épices sont au menu, dans une trame très acide et moyennement tannique.

Il Poggione Brunello di Montalcino DOCG 2009
Fondée en 1890, la Tenuta Il Poggione est un des plus gros producteurs de Montalcino avec 127 hectares. Grenat, ce vin sent les fruits séchés, les feuilles, la cerise concentrée, la terre et les épices. Dans le verre, il est très tannique, serré, coiffé de cerise concentrée, de griotte, de fumée, d’alcool, de feuille séchée, de thé vert et de cuir. Un vin puissant, jeune, tannique, serré qu’il faut attendre plusieurs années.

Tenuta Loacker Corte Pavone Brunello di Montalcino DOCG 2008
Le 15 août 2008, la grêle a endommagé le vignoble de Montalcino. « L’automne a commencé cette journée-là! », nous a raconté Francesco Marone Cinzano de la maison Col d’Orcia. La couleur de ce 2008 est plus soutenue que celle des vins de 2009. On y trouve des fruits rouges mûrs, de la fraise, du menthol, dans une acidité vive et moyennement tannique. Un très beau vin, très charmeur et très fin.

Poggio Alle Mura Banfi Brunello di Montalcino DOCG 2007
Code SAQ : 00701920
70 $
« 2007 a été une année merveilleuse», selon Émilia Nardi. « La maturité a été parfaite. » Après un nez discret, on goûte la griotte, la cerise, le thé vert, les noyaux de cerise noire, les épices et une touche de café. Très tannique, il affiche néanmoins une belle fraîcheur.

Poggio Al Vento Col d’Orcia Brunello di Montalcino DOCG 2006
La vanille, le bois, le thé noir et les épices marquent en premier lieu ce vin. La cerise noire, le chocolat, le champignon et le menthol apparaissent par la suite. Très bien.

Quelques vins sous la barre des 15 $

Mardi 25 mars 2014 à 14 h 34 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

vins_15dollarsRécemment, mon collègue Marc-André Gagnon de Vin Québec nous a fait remarquer une augmentation marquée du prix des vins à la SAQ.

La SAQ augmente ses prix… et ses profits
SAQ : moins de vin à prix abordable?

Il note que les vins à moins de 10 $ sont en forte baisse à la SAQ, mais pas ceux de 20 $ et plus.

En fin de semaine dernière, le quotidien La Presse rapportait une baisse des profits de la SAQ. La baisse, de 2,1 % par rapport au dernier trimestre de l’exercice précédent, survient malgré ces augmentations de prix.

La SAQ affirme que ces baisses sont dues au ralentissement des ventes en épicerie, et non dans ses succursales.

Les consommateurs commencent-ils à se lasser de ces augmentations de prix, ou est-ce dû à un ralentissement économique passager? Je ne sais pas, mais à force de goûter des dizaines de vins par semaine, je remarque une hausse généralisée du prix de vins qui, traditionnellement, brillaient par leurs rapports qualité-prix comme les vins du Portugal et de l’Espagne. Quant aux prix des Bourgognes et des Bordeaux, ils ne semblent pas diminuer malgré des millésimes récents de qualité moyenne.

Certains de ces vins impressionnent par leurs qualités organoleptiques, mais d’autres non, et leur prix plutôt élevé me fait m’interroger sérieusement.

Les petits prix
(J’ai reçu quelques précisions supplémentaires de la SAQ le mercredi 26 mars)
Dans une récente opération appelée Les petits prix, la SAQ met de l’avant 44 vins vendus sous la barre des 15 $. Sur SAQ.com, elle vend 552 bouteilles de 750 ml dont le prix se situe sous les 15 $, dans un parc total de 8011 bouteilles.

Mais en tout, la SAQ a offert au cours de l’année dans son catalogue « près de 700 vins sous la barre des 15 $ », m’a confirmé Linda Bouchard, la porte-parole de la SAQ. « Ce segment de prix représente plus de 57 % des ventes en volume de vins courants », complète-t-elle.

En proportion, les vins en vente à moins de 15 $ représentent près de 10 % selon la SAQ.

Notez bien que je ne compte pas les vins mousseux et les champagnes, seulement les vins blancs, rosés et rouges.

Voici une sélection de vins rouges que j’ai récemment goûtés qui se situent dans cette gamme de prix.

Vive la vie Grand chais de France 2012
Code SAQ : 12167211
9,95 $
Les vignes de grenache, de syrah et de marselan (un croisement créé en 1961 entre le cabernet-sauvignon et le grenache noir qu’on trouve surtout en Côte du Rhône et en Languedoc) proviennent des Costières de Nîmes, du Minervois et de Corbières. Rubis foncé violacé, on sent les notes chimiques, les fruits rouges et les fruits noirs. Et en effet, ces mêmes fruits (surtout le cassis et la prune) reviennent en bouche, accompagnés de café et de vanille. Moyennement acide et souple, ce vin contient tout de même une certaine dose de sucre, qui peut en lasser certains, mais soyons indulgents vu son prix compétitif.

Château Capendu Les jardins de Meyrac Vins de pays d’oc 2010
Code SAQ : 12167246
11 $
Un mélange à parts égales de merlot et de cabernet-sauvignon, ce vin de pays d’oc se présente sous une robe rubis à reflets grenat. Il embaume la violette, les épices, les fruits rouges transformés et l’olive. On goûte immédiatement le fruit (fraise, cassis), mais aussi le chocolat, la crème pâtissière, les épices et le poivron rouge. Il est très sec, sans aucun sucre résiduel pour arrondir les coins. Un excellent vin à ce prix.

Trevini Primo merlot/primitivo 2012
Code SAQ : 00643106
13,95 $
Les arômes chocolatés, la framboise, les fruits des champs, le bleuet, le cassis, poivron vert forment un véritable cocktail très tannique et très acide. En finale, les tannins assèchent un peu la bouche et on sent une légère influence du poivron vert.

Weingut Strehn Mittelburgenland Qualitatswein zweigelt 2011
Code SAQ : 00904441
14,25 $
Le cépage zweigelt est l’un des deux cépages rouges les plus plantés en Autriche. Ce croisement de blaufränkisch et de St. Laurent a été créé en 1922 par Fritz Zweigelt. Le résultat ici? Un vin léger et peu tannique qui rappelle le Beaujolais, avec des arômes floraux et poivrés. Très agréable.

Dino Illuminati Montepulciano d’Abruzzo Riparosso 2012
Code SAQ : 10669787
14,95 $
Code LCBO : 269985
14,10 $
Le nez discret (café, cerise) fait ensuite place en bouche à la cerise noire, à la griotte, au thé blanc, aux épices. Bien que l’acidité et les tannins soient élevés, le vin demeure assez souple, frais et fin.

Un cidre pour terminer
Les Vergers Lafrance Légende d’Automne

Code SAQ : 00883942
12,75 $
Les fruits de ce cidre fort proviennent du jus de 12 000 pommiers, auquel on ajoute 20 % de cidre de glace. Ce cidre est bien sucré, mais bien équilibré grâce à une acidité vive. On goûte les pommes rouges et les pommes jaunes, ainsi que des épices. Très bien.

Dégustation en primeur des blancs liquoreux de Sauternes 2011 avant les futures mises à prix. AFP Photo/Jean-Pierre Muller

Dégustation en primeur des blancs liquoreux de Sauternes 2011 avant les futures mises à prix. AFP Photo/Jean-Pierre Muller

En ce premier jour de printemps, un fait divers rapporté par le journal Sud Ouest à Bordeaux m’a fait sourire. Un client a tenté d’escroquer un hypermarché en remplaçant l’étiquette d’un vin en vente à 135 € par celle d’un vin qui se détaille 4 €. Je ne suis pas très habile en mathématiques, mais je vois la spectaculaire « économie » que ce client a tenté de réaliser aux dépens de l’hypermarché bordelais.

Le service de sécurité de l’hypermarché a arrêté l’escroc, qui a ensuite été confié aux soins de la police locale.

Au-delà de ce fait divers, le prix des vins fait souvent grincer des dents la plupart des consommateurs.

Certains d’entre eux poussent les hauts cris devant les prix affichés par les monopoles canadiens comme la SAQ et la LCBO. Le monopole de la SAQ est d’ailleurs régulièrement remis en question par des contribuables qui préféreraient un marché plus libre et ouvert à la concurrence.

Mais là n’est pas mon propos. Je veux plutôt attirer votre attention sur la hausse des prix des vins de Bourgogne et de Bordeaux en France (France 24 et Le Figaro en ont parlé). Les faibles récoltes du millésime 2013 se traduiront par des prix en hausse de 30 % pour les bourgognes, et de 20 % pour les bordeaux.

Le coupable : les conditions météo, qui ont été exécrables dans plusieurs régions de France en 2013, mais aussi en 2012; les prix des vins de ce millésime devraient également être en hausse de près de 20 %.

En France et en Europe en général, le vin est beaucoup plus abordable que dans notre chère Amérique. C’est bien sûr normal, puisque les traditions et le marché vinicoles y sont établis depuis fort longtemps.

Mais cette hausse risque de faire grimacer des consommateurs habitués à payer leur pinard à un prix juste. Alors, mes chers amis, consolez-vous : nous ne serons plus les seuls à nous plaindre du prix des vins!

fontanario_de_PegoesDeux blancs
Côté Tariquet 2012

Code SAQ : 00561316
19,35 $
Ce vin français populaire au Québec m’a marqué par son équilibre. Du citron confit, de la lime, de l’abricot, un chouïa de sucre et une pointe de fumée baignent dans une trame moyennement acide.

Foxglove chardonnay Central Coast 2011
Code SAQ : 11900928
22,70 $
Ce chardonnay californien déploie d’intenses odeurs de beurre, de caramel, de vanille et de fruits tropicaux. Ces particularités de vin du Nouveau Monde se confirment en bouche : beurre, caramel, bois, vanille, crème, fruits tropicaux, groseille, pêche, citron confit, épices et acidité moyenne. Un vin assez bien fait, mais il souffre d’une légère chaleur alcoolique.

Trois rouges
Fontanário de Pegões Adega de Santo Isidro de Pegões Palmela 2011

Code SAQ : 10432376
13,80 $
Le nez, très aromatique, dégage des notes chimiques, des fruits noirs et de la vanille après l’aération. En bouche, ce vin est très mûr, avec d’intenses saveurs de cassis. Le café, des épices, le champignon et des arômes de poivron vert entrent ensuite en scène, mais de manière plus modérée. Le cépage castelão donne un vin intéressant et à bon prix.

Rutini cabernet-sauvignon/malbec
Code SAQ : 11769317
18,30 $
La famille argentine Rutini, qui est de descendance italienne, est célèbre grâce à son Trumpeter. Cette cuvée plus chère que la gamme Trumpeter s’annonce corsée avec sa couleur rubis foncé et ses odeurs de prune et de bleuet. Les arômes typiques du cabernet-sauvignon et du malbec, épices, bleuets, cassis, champignons, fumée, arômes végétaux, vanille et eucalyptus entrent ensuite en jeu. Un très bon vin bien moelleux avec une acidité et des tannins modérés.

Azienda Agricola COS Cerasuolo di Vittoria 2010
Code SAQ : 11577391
36,25 $
Les trois amis vignerons Giambattista Cilia, Guisto Occhipinti et Pinuccia Strano (ce qui forme l’acronyme COS) ont fondé cette cave en 1980. Le nero d’avola (60 %) et le frappato (40 %), des cépages très plantés en Sicile, forment un vin aux flaveurs animales, de cerise noire confite, de kirsch, de griottes, de plants de tomate et de thym. Ces arômes provençaux appellent le gigot d’agneau.

Montresor d’amarone

Jeudi 27 février 2014 à 15 h 12 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Il y a quelques semaines, j’ai fait une rencontre fort agréable avec le sympathique Edoardo Montresor, dont la famille produit le bien connu Montresor Amarone della Valpolicella.

En fait, ce vin est en vente au Québec depuis 1969. À l’époque, la SAQ faisait affaire sous le nom de la Régie des alcools du Québec.

La lettre de Montresor confirmant la livraison en 1969 des premières bouteilles à la Régie des alcools du Québec.

La lettre de Montresor confirmant la livraison en 1969 des premières bouteilles à la Régie des alcools du Québec.

Même si ce vin est largement distribué au Canada, le principal marché de la maison Montresor demeure l’Italie, avec 55 % des ventes, surtout la restauration.

La famille est d’origine française, du Val de Loire. Le comte Claude de Montresor, conseiller du Duc d’Orléans au 17e siècle, a tenté d’assassiner le cardinal Richelieu. Il s’est enfui en Allemagne, puis en Italie, m’a raconté Edoardo Montresor. Un de ses descendants, Giacomo Montresor, a acquis des vignes au 19e siècle en Vénétie, au nord-est de l’Italie.

D’ailleurs, la famille apparaît dans La barrique d’Amontillado, une nouvelle d’Edgar Alan Poe publiée en 1846. Le personnage de Montresor, au palais bien aiguisé, se venge de son ami Fortunato.

Le domaine se compose de 210 hectares répartis dans 4 propriétés. Montresor n’achète pas de raisins auprès d’autres viticulteurs pour assurer son approvisionnement.

La modernité
Rien n’empêche une maison de vin plus que centenaire d’être à la page. Le domaine Montresor a embrassé la technologie en 1991 grâce à l’information satellitaire. Les données cartographiques fournies par des satellites indiquent quand et où récolter les raisins.

Et en 2001, le domaine a acheté une machine automatisée qui effectue des traitements phytosanitaires précis sur les plants malades ou affectés par des bactéries.

Par contre, 90 % des vendanges demeurent manuelles et Montresor vinifie ses vins avec des levures naturelles.

montresor_amaroneLa dégustation
Montresor rosé Royal

Code SAQ : 11943848
17,30 $
Pendant 25 ans, le grand-père d’Edoardo Montresor a essayé tant bien que mal de produire un pinot noir bourguignon. Après des échecs répétés, il a fermé le vignoble sur lequel il cultivait son pinot noir. En 1990, Edoardo et sa cousine ont eu envie de faire un mousseux rosé. Au premier millésime en 1999, ils ont mis sur le marché 40 000 bouteilles en avril; il n’en restait plus en septembre et pour la période des Fêtes.

Produit selon la méthode Charmat – la deuxième fermentation n’a pas lieu en bouteille comme la méthode champenoise, mais en cuve close (horizontale chez Montresor) –, ce 100 % pinot noir sent les fleurs rouges. En bouche, la fraise, la cerise, la violette, la framboise et les fruits rouges croquants côtoient une acidité moyenne et une touche de sucre. J’aime beaucoup l’absence des arômes de bonbon qui caractérisent souvent des mousseux rosés trop sucrés.

Montresor Capitel della Crosara Valpolicella ripasso 2011
Code SAQ : 10705178
18,95 $
Les cépages corvina (70 %), rondinella (20 %) et molinara (10 %) entrent dans le vin, mais leur proportion varie selon le millésime. Le verre dégage d’intéressantes odeurs de fleurs séchées, de fruits rouges séchés, d’épices et de fraise écrasée. Le vin est élégant, servi par des arômes de fraise, d’épices, de cola, de fleurs séchées et de thé blanc.

Montresor Amarone della Valpolicella 2010
Code SAQ : 00240416
33,50 $
Code LCBO : 240416
35,95 $
Cette bouteille existe depuis 1922. La famille Montresor a essayé de la changer en deux occasions, mais à la suite de plaintes de consommateurs et de restaurateurs, ils ont dû la ramener. Le café, les fleurs, le chocolat, la terre, les fruits rouges et le bleuet se tiennent dans une trame serrée et équilibrée. Cet amarone élégant offre un bon rapport qualité-prix.

Montresor Giacomo Il Fondatore Amarone della Valpolicella 2010
Code SAQ : 11028316
47,50 $
On monte en gamme avec cet amarone caractérisé par la framboise, le bleuet, le café espresso, le vinaigre balsamique, la pâtisserie et les fruits des champs.

J’ai aussi dégusté le Montresor Capitel della Crosara Amarone della Valpolicella 2003 et le 1997. Le premier était lourd en bouche (gâteau au bleuet, sucre, épices) et le second bien complexe avec des notes de chocolat, de thé noir, d’épices et de terre.

Je serai en vacances la semaine prochaine. De retour avec les chroniques habituelles le mardi 11 mars.

Ces pesticides dans le vin qui dérangent

Mardi 25 février 2014 à 14 h 01 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Le vigneron Emmanuel Giboulot dans le chai de son domaine | © AFP Photo/Jeff Pachoud

Le vigneron Emmanuel Giboulot dans le chai de son domaine | © AFP Photo/Jeff Pachoud

À Beaune en Bourgogne, le producteur Emmanuel Giboulot risque la prison parce qu’il refuse de traiter ses vignes avec des pesticides. Cette affaire fait grand bruit en France et un peu partout sur la planète vin.

Ce viticulteur propriétaire de 10 hectares refuse d’épandre un pesticide pour lutter contre la flavescence dorée, une bactérie qui tue les vignes. Il risque 30 000 € d’amende et six mois de prison s’il refuse d’obtempérer à cette mesure de la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt française. Aux dernières nouvelles, la condamnation est légère : 1000 € d’amende, dont la moitié avec sursis.

Même s’il existe un pesticide biologique, Emmanuel Giboulot refuse de l’épandre dans ses vignes. Le vigneron préfère attendre que des foyers d’infection apparaissent dans ses vignes au lieu de tout traiter, comme l’exigent les autorités.

La majorité des vignerons de la Côte-d’Or en Bourgogne suivront la directive de pulvérisation de pesticides pour lutter contre l’infection de flavescence dorée. Mettons en perspective le fait qu’en 2008, la France s’est engagée à réduire de moitié l’utilisation des pesticides chimiques en agriculture d’ici 2018. Mais cette infection de flavescence dorée force les vignerons et les autorités gouvernementales à agir impérativement.

Emmanuel Giboulot est ainsi en plein dans l’air du temps, dans la tendance actuelle qui prône un retour vers une agriculture naturelle, libre de tous produits chimiques.

Depuis le retour à ces valeurs « plus proches de la terre », on note trois genres d’agriculture « plus propre » : l’agriculture raisonnée, la biologique et la biodynamique.

Selon l’Institut français de la vigne et du vin, « l’agriculture raisonnée correspond à des démarches globales de gestion d’exploitation qui visent, au-delà du respect de la réglementation, à renforcer les impacts positifs des pratiques agricoles sur l’environnement et à en réduire les effets négatifs (…) Les modes de production raisonnée peuvent faciliter la maîtrise des risques sanitaires et contribuer à l’amélioration du bien-être animal ».

En ce qui concerne la viticulture biologique, « les viticulteurs en agriculture biologique s’astreignent à utiliser des produits exempts de molécules organiques de synthèse. Pour la culture de la vigne, ils emploient des matières premières d’origine naturelle (cuivre, soufre, insecticides d’origine végétale) et cherchent à promouvoir la lutte naturelle entre les espèces. Leur objectif est de privilégier la vie des sols, la pérennité des espèces animales et végétales favorisant alors l’écosystème naturel », toujours selon l’Institut français de la vigne et du vin.

Enfin, la viticulture biodynamique se démarque par la radicalité de sa nature : « Cette méthode de culture repose sur la recherche de l’équilibre de la vigne avec son environnement immédiat et plus lointain. La biodynamie est apparue en 1924, sous l’influence de Rudolf Steiner, philosophe et agronome autrichien qui en énonça les principes fondamentaux qui sont : amélioration du sol et de la plante par des préparations issues de matières végétales (tisanes de prêle ou d’ortie…), animales (bouse MT pulvérisé sur le sol, bouse de corne sur la vigne…) et minérales (quartz pour stimuler la photosynthèse…); application de ces préparations à des moments précis en fonction des cycles de végétation de la vigne et en rapport avec le calendrier lunaire et planétaire; travail du sol par des labours et des griffonnages. »

Avec Libération

cest_lavieQuelques vins
C’est la Vie chardonnay/sauvignon Albert Bichot 2012

Code SAQ : 10915298
13,95 $
Offert largement dans les succursales de la SAQ, ce petit vin blanc de tous les jours tient bien la route avec des arômes de citron frais, de lime et de craie.

Montalto Viognier 2012
Code SAQ : 11833323
15,95 $
Un vin italien où le cépage viognier occupe tout l’espace. Il allie la paille, les fruits jaunes, la fumée, l’abricot, les herbes fraîches et le sel à une vive acidité.

Castillo de Almansa Reserva 2012
Code SAQ : 00270363
13,25 $
Code LCBO : 270363
11,95 $
Les derniers millésimes de ce vin espagnol ne m’avaient pas laissé un souvenir agréable en bouche… En 2012, l’équilibre est de retour avec des arômes de poivron vert, de café, de fraise, de cassis et de pâtisserie. Comme tout bien des vins espagnols, le vin est très tannique, serré et légèrement chaud (la présence de l’alcool). Un excellent rapport qualité-prix.

Château Bujan Côtes de Bourg 2011
Code SAQ : 00862086
21,15 $
Un bordeaux facile d’accès avec un portrait fruité : le cassis et la fraise en équilibre avec des tannins et une acidité moyenne.

Une Saint-Valentin toute en bulles

Jeudi 13 février 2014 à 11 h 09 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

© iStockphoto/TimArbaev

© iStockphoto/TimArbaev

En cette veille de Saint-Valentin, je ne vous recommande pas de vins aux noms évocateurs (Beaujolais Saint-Amour, Carrelot des amants, etc.), mais plutôt des mousseux, sans oublier un blanc et un rouge.

Ces mousseux dégustés récemment constituent de bons rapports qualité-prix. Il vous restera donc des sous pour offrir des chocolats à l’être aimé!

Un mousseux sans alcool
Freixenet Legero

Code SAQ : 11886783
8,95 $
Titrant 0,4 % d’alcool/volume, ce vin du producteur de cava Freixenet présente un fort nez d’encens et de cendres. En bouche, il se présente avec des fruits blancs sucrés, des fruits tropicaux, du gaz carbonique, un peu de craie et une mousse abondante. Je l’ai soumis à l’aveugle à mes collègues, qui ont trouvé que c’était surtout du soda mousse trop sucré. Je suis plus indulgent qu’eux : j’ai goûté des vins sans alcool bien pires que ça! Peut-être avec le dessert du souper de la Saint-Valentin?

massard_roseBernard-Massard Cuvée de l’Ecusson brut rosé
Code SAQ : 11140674
19,35 $
Je vous ai déjà parlé de ce producteur du Grand-Duché de Luxembourg. Son mousseux rosé fait de pinot noir est sucré, moyennement acide avec des arômes de fruits rouges confits, de cerise et de fraise, et une légère amertume en fin de bouche. Je le trouve plus rond et moins polyvalent que son frère en blanc.

Freixenet Elyssia
Code SAQ : 11912494
19,95 $
Un cava espagnol bien droit avec une acidité tranchante, des notes d’agrumes (citron et lime), de pomme, de banane et de fruits blancs ronds (abricot). Les cépages chardonnay (40 %), macabeo (30 %), parellada (20 %) et pinot noir (10 %) composent cette cuvée.

Domaine Ste Michelle brut
Code SAQ : 12125741
19,45 $
Le Domaine Ste Michelle de l’État de Washington offre un mousseux charmeur (chardonnay et pinot noir de Columbia Valley), plutôt sucré et rond, marqué par la banane, l’herbe fraîche et les noix amères. Une légère note d’abricot apparaît en fin de bouche. Mes collègues proposent de le boire avec une croustade aux pommes.

Du vin tranquille pour la soirée
Brancaia Il Bianco Sicilia IGT 2012

Code SAQ : 11797174
20,40 $
De Sicile, ce vin blanc jaune doré annonce une palette aromatique portée sur les herbes fraîches et le citron. Ces deux arômes persistent en bouche, avec en plus du silex, de la fumée et du sel. Très bon.

Vale do Bomfim Douro 2011
Code SAQ : 10838982
16 $
Décidément, les vins portugais impressionnent souvent grâce à leur finesse et à leur prix compétitif. Ce vin du Douro a des tannins souples appuyés par une vive acidité, des arômes de fraise, de cassis, de champignon et de fruits des champs. On retient la beauté et la qualité d’ensemble des arômes de fruits rouges.

Des vins pour le Nouvel An

Jeudi 19 décembre 2013 à 11 h 51 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

© iStockphoto/feellife

© iStockphoto/feellife

Après des suggestions de vins pour les repas de Noël, en voici quelques-unes pour bien célébrer l’arrivée du Nouvel An.

Encore une fois, cette liste n’est pas composée de mes vins favoris en 2013, même si ce choix reflète tout de même des vins que j’ai fortement appréciés.

Des blancs
Pfaffenheim pinot blanc Grande réserve 2012

Code SAQ : 11459677
15,75 $
Jaune paille avec des reflets verts (ah, la jeunesse…), ce vin sent les fleurs blanches. Il se complexifie en bouche avec des épices, des saveurs calcaires, des agrumes, du citron, des fleurs et des fruits blancs comme la pêche. Un vin blanc structuré.

Domaine Papagiannakos savatiano 2012
Code SAQ : 11097451
15,90 $
Un vin minéral accompagné de sel, de fruits blancs (la poire) et de fumée. Très bon.

Bodegas Morgadio albarino Rias Baixas 2011
Code SAQ : 11962686
20,35 $
Un albarino espagnol empreint de fruits exotiques, de citron, d’herbes fraîches, de lime et de fumée.

ogier_heritagesDes rouges légers
Héritages Ogier Côtes du Rhône 2011

Code SAQ : 00535849
15,45 $
Code LCBO : 535849
14,95 $
Ce vin est élevé en foudres français de 2000 à 8500 litres afin d’atténuer l’effet du bois. Après un nez marqué par le bois, les fruits rouges et la fraise, la bouche suit sur la fraise (encore), la vanille, les fruits rouges, la mûre et l’olive noire. Les tannins sont souples. Un très bon rapport qualité-prix.

Barbera d’Asti superiore Michele Chiarlo Le Orme 2010
Code SAQ : 00356105
15,95 $
Un bon rapport qualité-prix, ce barbera d’Asti. Les fruits rouges écrasés (la fraise et la cerise) surprennent en premier lieu. Le cassis et le bleuet suivent avec une pointe de menthe poivrée. Un rouge souple, agréable et bien fait comme d’habitude.

Banfi Centine rosso Toscana 2011
Code SAQ : 00908285
17,95 $
Code LCBO : 323725
15,95 $
Un vin de facture simple, mais de bonne tenue avec ses arômes de fraise, de cerise et ses tannins souples.

Salvalai Monile Ripasso Valpolicella 2011
Code SAQ : 10704010
21,35 $
Les fruits rouges mûrs, la fraise, mais surtout la cerise ainsi que des tannins souples et une belle acidité caractérisent ce valpolicella italien.

Bonny Doon Contra 2010
Code SAQ : 11320587
23,35 $
Un vin californien du vigneron original Bonny Doon. Le cassis, les fruits des champs, le plant de tomate et la vive acidité marquent ce vin. Très bien.

À lire aussi :
Des bulles pour le temps des Fêtes : le mousseux
Des bulles pour le temps des Fêtes : le champagne

rasteau_brunelDes rouges pour les repas
Benjamin Brunel Rasteau 2010

Code SAQ : 00123778
20,20 $
Ce côtes-du-rhône de produit courant à la SAQ affiche en premier lieu des saveurs de prune, de cassis, de poivron vert et des tannins poussiéreux. Après quelques minutes d’aération, les fruits rouges et noirs plus compotés ressortent mieux, ainsi que des épices. Un vin parfait avec une bonne lasagne à la viande.

Domaine Rolet Père et Fils Arbois pinot noir 2008
Code SAQ : 10884760
20,85 $
Les vins du Jura étonnent souvent par leur finesse et leur complexité. C’est le cas ici avec ce pinot noir aux fruits rouges et séchés, à la fraise, à la cerise et à la griotte. Il est très acide et très tannique et il se termine par une belle amertume.

Les Baux de Provence La Chapelle de Romanin 2010
Code SAQ : 00914515
23,35 $
Le deuxième vin du Château Romanin, un vignoble en biodynamie depuis 1988, est issu des jeunes vignes du domaine (de la syrah, du grenache, du cabernet-sauvignon et du mourvèdre). Le cassis, le poivron vert, les épices, le thym, le romarin, la mûre et le graphite constituent une combinaison gagnante pour vos côtelettes d’agneau. Un de mes coups de cœur depuis bien des années, incluant son grand frère, le Château Romanin (Code SAQ : 10273361).

Côtes de Bourg La Petite Chardonne 2010
Code SAQ : 00919068
23,85 $
Vous cherchez un vin passe-partout pour les soupers chez des amis ou pour les restaurants « apportez votre vin »? Allez-y avec ce côtes-de-bourg rubis foncé dominé par les flaveurs de café, de cassis, de terre et de réglisse. Les tannins et l’acidité sont élevés, alors passez-le en carafe ou buvez-le avec une viande saignante pour arrondir ses angles.

Langmeil Shiraz 2010
Code SAQ : 10765891
27,20 $
Un vin étonnant. Il est peu tannique, avec des arômes légers de poivre et de fruits rouges frais.

Sela Rioja 2009
Code SAQ : 11693375
27,40 $
Un rouge espagnol où le bois, les fruits noirs (le cassis), la vanille et les épices règnent. Très jeune, attendez-le donc au moins six ans.