Billets classés sous la catégorie « France »

Une représentation de Dom Pérignon, le moine célèbre qui a inventé la méthode champenoise. Photo : Phillippe Huguen/AFP/Getty Images

Une représentation de Dom Pérignon, le moine célèbre qui a inventé la méthode champenoise. Photo : Phillippe Huguen/AFP/Getty Images

Les Québécois aiment le champagne, les chiffres le prouvent, même si l’augmentation des ventes de vins mousseux est plus forte. Pour le champagne, les ventes sont un peu plus constantes depuis trois ans, selon des chiffres fournis par la SAQ, bien qu’on remarque une augmentation de 2,5 millions de dollars entre les exercices 2011-2012 et 2012-2013. Pour 2013-2014, la hausse est légère, soit de 516 000 $.

Cet automne, les chroniqueurs en vin avaient le choix d’assister à plusieurs dégustations de grands producteurs champenois.

J’ai eu la chance de rencontrer Richard Geoffroy, chef de cave de la maison Dom Pérignon. Il était de passage à Montréal afin de présenter le champagne Dom Pérignon P2 1998.

Lancé sur le marché une première fois en 2005, ce champagne a donc évolué, puisqu’il a continué de vieillir sur ses lies, ce qui lui procure plus de gras et de complexité. Il a été dégorgé en 2009.

Plus »

Le vin a-t-il le même goût en avion?

Mardi 16 décembre 2014 à 11 h 17 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Radio-Canada/Ronald Georges

Radio-Canada/Ronald Georges

Est-ce que l’altitude modifie la perception des papilles gustatives? Lorsque nous mangeons et que nous buvons en avion, goûtons-nous la même chose que si nous étions au sol?

Je ne l’ai pas expérimenté comme tel, mais c’est ce que m’a confirmé le sommelier de la compagnie aérienne Qatar Airways, James Cluer.

Plus précisément, le vin servi en avion doit être intense. Les cépages riesling, sauvignon blanc, shiraz et le merlot des bordeaux de la rive droite réussissent à atténuer l’atrophie de notre palais en altitude. À l’inverse, James Cluer, qui détient le titre de Master of wine, m’a avoué que le pinot noir faisait piètre figure en la matière.

Plus »

L’exercice annuel des guides du vin

Jeudi 20 novembre 2014 à 15 h 19 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

lapeyrie_2015_300Le livre est à l’honneur chaque automne avec différents salons du livre, dont celui de Montréal, qui s’est ouvert mercredi.

C’est donc le temps de faire le point sur les différents guides du vin publiés par nos experts québécois.

Le guide du vin 2015 de Nadia Fournier
Sur les 2500 vins que la sommelière Nadia Fournier a goûtés, elle en a retenu 1000 pour l’édition 2015 de son guide annuel. Pour la première fois cette année, elle propose une catégorie répertoriant les vins les plus remarquables : La grappe d’or.

En matière de contenus numériques, les codes QR de chaque vin mènent à la fiche de la SAQ et on y propose des vidéos avec des chefs de haut niveau, une visite de la cave à vin de Nadia et des secrets de dégustation.

Plus »

Dans le verre des présidents américains

Jeudi 6 novembre 2014 à 11 h 07 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Richard Nixon. Photo : AFP

Richard Nixon. Photo : AFP

Un livre révèle les habitudes en matière de consommation d’alcool des présidents américains.

Dans Mint Julep with Teddy Roosevelt : the complete history of presidential drinking, de Mark Will-Weber, on apprend que George Washington, le premier président, aimait la Porter beer de Philadelphie. Il la mélangeait à de la mélasse. Certaines méchantes langues expliquaient ainsi le mauvais état de sa dentition.

Plus »

Kerry Washington dans « Scandal ». Photo : Richard Cartwright

Kerry Washington dans « Scandal ». Photo : Richard Cartwright

Dans Scandal, Kerry Washington boit du vin rouge. Dans The good wife, Julianna Margulies aussi. Après l’omniprésence des spiritueux dans Dallas, Dynasty et Mad men, le vin rouge fait sa place à Hollywood, mais le blanc, moins.

Un article d’Eric Asimov sur ce sujet, le chroniqueur vin du New York Times, m’a réellement fait sourire et me fait réagir aujourd’hui.

Dans Vengeance (Revenge), les scènes de consommation alcoolique sont plus variées : vin blanc, vin rouge et spiritueux.

Plus »

Des maths pour sauver du vin

Mardi 28 octobre 2014 à 16 h 33 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Une vigne atteinte de flavescence dorée. Photo : Wikipédia/Sabrina Herndl-Lanz

Une vigne atteinte de flavescence dorée. Photo : Wikipédia/Sabrina Herndl-Lanz

Un chercheur de l’Université de Sydney utilise des modèles mathématiques pour prévenir les ravages qu’un insecte nuisible provoque sur des vignes. La cicadelle responsable de la flavescence dorée ravage des vignobles du Piémont, en Italie.

Pendant trois mois, l’ingénieur en environnement Federico Maggi, avec l’aide de l’entomologiste Domenico Bosco, ont étudié la progression de l’épidémie de cicadelle qui a cours dans les vitis vinifera de Méditerranée.

Federico Maggi a créé un modèle mathématique qui prévoit la progression de l’insecte selon diverses pratiques agronomiques et diverses stratégies d’atténuation de l’épidémie.

Plus »

Le vigneron Rene Pedebernade, 85 ans, dans ses vignes de Sarragachies dans le Gers en 2012. Photo : Éric Cabanis/AFP/Getty Images

Le vigneron Rene Pedebernade, 85 ans, dans ses vignes de Sarragachies dans le Gers en 2012. Photo : Éric Cabanis/AFP/Getty Images

Une coopérative de vignerons du Plaimont a peut-être trouvé la solution aux problèmes que les changements climatiques provoquent sur les vins : planter de vieux cépages, notamment du pedebernade 5.

En 2002, la Cave de PlaiMont a planté une sélection de cépages historiques qui ont survécu au terrible phylloxéra de 1876. Les recherches portent sur 39 cépages, dont 12 sont complètement inconnus, dont le pedebernade 5. Pedebernade est le nom du propriétaire du vignoble qui produisait ce cépage.

Plus »

Le prince Robert du Luxembourg et Laurent Chavier devant le Château Haut-Brion. Photo : Château Haut-Brion

Le prince Robert du Luxembourg et Laurent Chavier devant le Château Haut-Brion. Photo : Château Haut-Brion

La plus vieille mention écrite du légendaire Château Haut-Brion remonte à 1521.

En mai 2013, le Domaine Clarence Dillon a lancé un défi aux amateurs de vin : découvrir une mention écrite du fameux château avant celle de 1660, contenue dans le livre de cave du roi Charles II d’Angleterre.

Plus »

Les vendanges d’une parcelle de merlot au Château Fieuzal à Pessac-Léognan. Photo : AFP Photo/Nicolas Tucat

Les vendanges d’une parcelle de merlot au Château Fieuzal à Pessac-Léognan. Photo : AFP Photo/Nicolas Tucat

Comment sera le millésime 2014 à Bordeaux? Après un été maussade, frais et humide, l’automne ensoleillé semble rassurer les vignerons.

Ceux-ci croient que le millésime sera de qualité grâce au retour de la chaleur en août et en septembre.

En blanc, l’équilibre entre sucre et acidité du raisin est impressionnant, selon l’œnologue et directeur de l’Institut des sciences de la vigne et du vin, Denis Dubourdieu, qui compare même la récolte à l’équilibre des raisins blancs sancerrois et bourguignons.

Pour les cépages rouges, le mois de septembre permettra aux vignerons d’aller chercher la maturité qui leur manquait pour vinifier de beaux vins. Notons que le cabernet-sauvignon nécessite une bonne maturité pour être digeste. Certains vignerons croient qu’il devra être vendangé à la mi-octobre.

Plus »

Photo : Radio-CanadaRonald Georges

Photo : Radio-CanadaRonald Georges

Après les quatre vins qu’il a lancés l’an dernier, suivis de deux autres au printemps, François Chartier lance aujourd’hui des vins qui seront en vente en épicerie, au IGA.

Fruit d’un partenariat entre IGA et La Maison des Futailles, les vins, un blanc et deux rouges, ont été créés eux aussi avec l’œnologue bordelais Pascal Chatonnet.

Les deux partenaires ont sélectionné les vins dans les cuvées (jusqu’à 150) disponibles chez plusieurs vignerons, qu’ils connaissaient ou non. « Je ne voulais pas nécessairement faire affaire avec des amis », explique François Chartier, qui a ainsi découvert de nouveaux domaines viticoles.

Encore une fois, François Chartier poursuit dans la même veine, afin de « devenir un genre de nouveau négociant, qui élabore des vins selon les pistes aromatiques des aliments ». D’où l’intérêt d’un supermarché : « La compagnie (IGA) voulait des vins créés pour la table. Je n’aurais pas fait le contraire. Les gens m’auraient attendu avec une brique et un fanal si j’avais sorti des vins en épicerie en premier. »

Comment sont-ils? Voici la réponse.

Plus »