Billets classés sous la catégorie « Chine »

Des visiteurs à une dégustation de vins français à Beijing en Chine. | AP Photo/Ng Han Guan

Des visiteurs à une dégustation de vins français à Beijing en Chine. | AP Photo/Ng Han Guan

Bonne année! J’espère que vous avez passé un bon temps des Fêtes et que vous avez pris le temps de bien déguster de belles bouteilles, peu importe leur prix, avec vos êtres chers.

Pour commencer l’année du bon pied, faisons un petit tour des nouvelles qui retiendront l’attention du monde viticole en 2014.

Les nouveaux marchés
Les marchés asiatiques ne sont pas si nouveaux que ça, mais regardons de plus près leurs développements récents.

En Corée du Sud, la consommation de vin s’est rapidement accrue depuis l’an 2000. Des données de l’Association coréenne du commerce international indiquent que les importations de la dive bouteille étaient de 88 millions de dollars américains en 2006. Ce chiffre s’est élevé à 147 millions de dollars américains l’an dernier. La France et le Chili sont les principaux exportateurs de vin en Corée du Sud.

Selon Andrey Tsygankov, un Russe qui tient une boutique de vin à Séoul, les Coréens sont des consommateurs élégants parce qu’ils recherchent de bons vins.

La Chine, encore la Chine
La consommation de vin a crû de 57 % en 10 ans, mais la Chine exportera de plus en plus de vin dans les prochaines années.

Pour l’instant, ce pays asiatique n’exporte que 100 000 hectolitres de vin par année, mais il est déjà dans les 10 premiers producteurs et consommateurs du monde.

Cette nouvelle donne concurrencera les exportations de vin des pays phares européens, soit la France et l’Italie. C’est sans aucun doute à surveiller.

L’Angleterre? Yes, sir!
Les mousseux anglais ainsi que quelques vignobles en Écosse et au Pays de Galles font de plus en plus connaître le vignoble du Royaume-Uni, en tout cas, en Europe.

Les domaines anglais Halfpenny Green Vineyards et Gusborne Estate viennent de contracter d’importants prêts auprès de la banque Barclays.

Ces prêts serviront à agrandir leur vignoble et leurs installations respectives.

Mais, surtout, ces producteurs veulent répondre à la demande croissante pour les vins anglais.

Ce qui ne changera pas en 2014
Est-ce que de nouveaux cépages apparaîtront ou est-ce que des cépages méconnus sortiront de l’ombre? Je ne sais pas, mais je ne suis pas étonné d’apprendre que le cabernet-sauvignon et le merlot continueront à régner sur la planète viticole en 2014.

Une étude de l’Université d’Adélaïde prouve que, depuis 1990, le cabernet-sauvignon et le merlot ont doublé leur superficie de production; ce sont donc les cépages les plus cultivés dans le monde.

Le cépage airen a glissé de la première à la troisième position. Le tempranillo et le chardonnay ont plus que triplé leurs zones de culture; ils sont en quatrième et en cinquième place des cépages les plus cultivés.

L’étude souligne aussi la disparition du palmarès des cépages les plus cultivés des cépages géorgien rkatziteli et turc sultanine; ils étaient auparavant en deuxième et en troisième place.

Avec The Korea Times, Just drinks, The drinks business et Time Magazine.

tseleposDeux vins pour commencer doucement l’année
Domaine Tselepos Mantinia moschofilero 2012

Code SAQ : 11097485
17,85 $
J’aime beaucoup les vins blancs grecs, plus que les rouges. Celui-ci goûte la pomme verte et les fruits frais blancs. Une vive acidité et une légère touche de sel et de fumée complètent son profil aromatique.

Cono Sur reserva pinot noir 2012
Code SAQ : 00874891
15,95 $
Chaque année, ce pinot noir chilien est une valeur sûre. Les arômes de betterave, de cerise de terre, de thé vert, de pâtisserie et de vanille sont entourés d’une bonne acidité et d’une présence tannique moyenne.

L’irrésistible ascension de la Chine

Mercredi 18 janvier 2012 à 16 h 43 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Le chardonnay reserve Dynasty

La réalité rattrape les prévisions : les Chinois boivent de plus en plus de vin, en devenant les cinquièmes plus grands consommateurs de vin du monde.

La Chine dépasse ainsi le Royaume-Uni avec 1,9 milliard de bouteilles de vin, selon Vinexpo et l’International wine and spirit research.

Les États-Unis demeurent les plus grands consommateurs de vin du monde, suivis de l’Italie, de la France et de l’Allemagne.

Et il faut s’attendre à une hausse de la production de vin en Chine. Déjà, des producteurs italiens et français investissent, prudemment oui, dans les vignobles et le marché du vin en Chine.

Personnellement, j’ai goûté à deux vins chinois.

Le chardonnay reserve Dynasty non millésimé (14,10 $ à la SAQ), un vin blanc correct et équilibré de facture vin du Nouveau Monde, un style dont je me suis un peu lassé depuis quelques années.

De plus, j’ai dégusté en septembre 2010 le cabernet-sauvignon Dragon Seal 2006. Dragon Seal, un partenariat avec le Français Rémy Cointreau, est l’un des domaines les plus réputés de Chine. Ce vin n’était pas un exemple de grande finesse, mais il tenait tout de même la route avec ses arômes de poivron vert, une des caractéristiques du cabernet-sauvignon.

Je crois que nous n’avons pas fini d’entendre parler de l’évolution du vin en Chine. C’est un dossier que je vais suivre avec grand intérêt.