Billets classés sous la catégorie « Beaujolais »

Des vins pour vos mets de Pâques

Jeudi 17 avril 2014 à 15 h 00 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Baked Ham With Cabernet-Peppercorn GlazeMes souvenirs d’enfance des congés de Pâques sont vifs : il y avait un flot incessant de va-et-vient à la maison familiale. Les oncles, les tantes, les amis de ma mère, mes amis et ceux de mes frères et sœurs venaient tous faire un tour soit le Vendredi saint ou à Pâques.

À l’époque, il y a 35 ans, le vin était plutôt accessoire. Il traînait sur la table tout au plus une bouteille de vin cachère Manischewitz ou de rosé Mateus.

Aujourd’hui, la situation en matière de connaissance des vins au Québec est tout autre : la variété des produits est impressionnante.

J’ai récemment publié quelques notes de dégustation sur des vins à boire à Pâques.

Continuons avec d’autres vins pour accueillir les invités et accompagner les plats classiques de poisson, de jambon et d’agneau.

La plupart de ces vins proviennent de la dernière opération Cellier de la SAQ.

jolivet_attitudeEn blanc
Pascal Jolivet Attitude sauvignon blanc 2013

Code SAQ : 11463828
17,75 $
Plus acide que le millésime 2011, le sauvignon blanc d’entrée de gamme de Pascal Jolivet tient la route comme d’habitude : gazon frais, légumes, citron, lime baignent dans une trame calcaire.

Château Pégau cuvée Lône Côtes du Rhône 2012
Code SAQ : 12131489
18,35 $
Un vin aérien et très beau qui impressionne avec des notes d’agrumes, de fleurs blanches et de citron. Longue finale fine et acide. Parfait pour le poisson à chair blanche.

En rouge
Jean-Marc Burgaud Grands Cras Morgon 2012

Code SAQ : 12136520
21,95 $
Un morgon très aromatique qui laisse aller des arômes de cerise, de framboise et de petits fruits acidulés. La même famille d’arômes revient dans le verre : cerise, griotte, fraise, framboise, en plus de thé blanc et d’épices. Les tannins sont souples, mais un peu fermes. Le jambon aura un accompagnement digne de ce nom.

Macula Tandem Navarra DO 2006
Code SAQ : 11307577
22,55 $
Un vin de Navarre en Espagne fait de cabernet-sauvignon et de merlot. S’y entremêlent les saveurs de vanille, d’épices, de café, de cassis, de tabac noir et de poivron dans une trame très acide et très tannique. Un excellent vin pour l’agneau et qui peut tenir la route quelques années en cave.

Masari San Martino Vicenza DOC 2010
Code SAQ : 12184812
26,25 $
Un vin italien cette fois, quoique formé des mêmes cépages (cabernet-sauvignon et merlot) que le précédent. Le poivron rouge, la fraise, les épices, le bois et une légère verdure en bouche le caractérisent. L’ensemble est serré, donc consommez-le avec de l’agneau accompagné d’une sauce bien goûteuse.

Osoyoos Larose Pétales d’Osoyoos Okanagan Valley VQA 2011
Code SAQ : 11166495
27,70 $
Code LCBO : 276741
24,95 $
Le deuxième vin du vignoble britanno-colombien Osoyoos Larose affiche des notes de fraise, de framboise, de bleuet, de vanille et de café. Belle fraîcheur même si les tannins sont très présents.

Georges Duboeuf | Photo : Radio-Canada/Ronald Georges

Georges Duboeuf | Photo : Radio-Canada/Ronald Georges

À presque 81 ans, Georges Duboeuf n’est plus tout à fait jeune, mais il contrôle encore la destinée du géant vinicole qu’il a fondé, bien que son fils Franck en est le directeur général.

Depuis près de 40 ans, ses vins sont distribués au Canada et il nous rend visite régulièrement. Cela faisait quatre ans qu’il n’était pas venu au Québec.

Georges Duboeuf est fidèle en affaires. Ses vins sont représentés au Canada depuis près de 40 ans par la même agence, soit les Vins Philippe Dandurand. Le négociant a fait connaître ses vins lors d’Expo 67 à Montréal.

Les vins de ce négociant sont connus partout dans le monde. Il achète les raisins de 400 vignerons, qu’il considère comme ses partenaires d’affaires.

Le nom Georges Duboeuf est même devenu une marque; certaines personnes croient même que Georges Duboeuf n’existe pas ou qu’il s’agit d’un ancêtre lointain de la famille, comme cela arrive parfois avec des marques de vin.

Je suis persuadé que tout Québécois qui consomme du vin a bu au moins une fois dans sa vie une bouteille de Georges Duboeuf. Le Québec représente d’ailleurs plus de 75 % du marché canadien (l’Ontario et la Colombie-Britannique, 21 %, le reste du Canada, 4 %).

La bouteille élancée de son Brouilly et de son Côte de Brouilly a fait sa renommée puisqu’elle se démarque des bouteilles bordelaises et bourguignonnes qui constituent la norme.

Un aperçu des récents millésimes du Beaujolais
Même si ses 80 ans lui donnent une apparence frêle, Georges Duboeuf n’a rien perdu de sa capacité d’analyse, en vieux négociant professionnel qu’il est depuis plus de 50 ans. Nous lui avons donc demandé d’analyser les cinq derniers millésimes du Beaujolais.

2009
« Après des millésimes excellents, 2009 a été le meilleur millésime de ma vie. Pour la qualité, il y avait une richesse en anthocyanes et un équilibre parfait. »

2010
« Un très bon millésime très typé. »

2011
« Un millésime proche de 2009. Il y avait une très belle maturité, et c’était un millésime facile à vinifier. »

2012
« Nous avons reçu 20 orages de grêle, dont les 4 et 5 août, la veille des vendanges! La récolte a donc été petite, mais 2012 nous donne des choses qui sont bonnes. On a pu assembler les différents villages. Ce millésime vieillira moins bien que 2011 par contre. »

2013
« Nous avons vendangé de petites récoltes puisqu’il y a eu un coup de froid et de la pluie; les raisins sont donc petits, sauf à Brouilly et peut-être à Morgon. On a un déficit de production qui est inquiétant, surtout dans le Beaujolais. Tout le monde a fait de petits rendements. »

duboeuf_brouillyLa dégustation
Georges Duboeuf Beaujolais rosé 2013

19,95 $
En vente bientôt à la SAQ dépôt seulement
Discrètement, il titille le nez avec des arômes de cerise et de fraise. Il s’impose en bouche avec ces mêmes arômes ainsi que des herbes fraîches et des petits fruits rouges acidulés croquants. C’est un vin rosé léger, très agréable et pas sucré (merci!) comme bon nombre de ses frères le sont. Par contre, je le trouve un peu cher.

Georges Duboeuf Fun chardonnay réserve vin de pays d’Oc 2012
Code SAQ : 11675994
16 $
Les vins Georges Duboeuf produisent aussi du vin en dehors du Beaujolais, dans ce cas-ci dans le Languedoc-Roussillon. Les arômes typiques du chardonnay (poire, citron, fleurs blanches) sont appuyés par des fruits blancs, du sel et du citron confit en fin de bouche. La vinification en cuves d’acier inoxydable et le vieillissement partiel en barriques lui procurent un bel équilibre.

Georges Duboeuf Pouilly-Fuissé Clos Reyssié 2011
Code SAQ : 12184847
27,30 $
En Bourgogne, l’appellation Pouilly-Fuissé est située dans le Mâconnais. Les vignerons ne peuvent y produire que du vin blanc tiré de chardonnay. Les fleurs blanches et les agrumes ressortent du verre. La bouche est plus complexe avec ses arômes de vanille, de beurre, de noix, d’amande et de citron confit. Excellente acidité vive.

Georges Duboeuf Brouilly 2012
Code SAQ : 00070540
19,80 $
Code LCBO : 213934
17,95 $
Le nez charme avec ses odeurs de fraise, de cerise et de framboise. Le vin demeure dans ce registre aromatique; du poivre, de la griotte et de la betterave complètent ce vin qui demeure simple.

Georges Duboeuf Jean Descombes Morgon 2011
Code SAQ : 00856898
19,30 $
Code LCBO Vintages : 946186
17,95 $
La betterave, les fruits rouges et noirs, la framboise, le bois, les épices et la fumée structurent ce morgon souple. Bien fait, mais il n’y en a pas beaucoup à la SAQ.

Georges Duboeuf Côtes-du-Rhône réserve 2011
16,45 $
En vente bientôt.
Le grenache (60 %) et la syrah (40 %) donnent un vin bien épicé serti de cerise, de framboise et de tabac. Il s’agit d’un très bon rapport qualité-prix.

Un producteur de vin embouteille du Beaujolais nouveau 2013. AFP Photo/Kenzo Tribouillard

Un producteur de vin embouteille du Beaujolais nouveau 2013. AFP Photo/Kenzo Tribouillard

Chaque année, la fièvre du beaujolais nouveau frappe nos contrées… Non, j’ai complètement tort! La fièvre de ce vin à peine sorti des cuves de fermentation n’a plus cours au Canada depuis quelques années. Mais c’est encore le cas en Asie, particulièrement au Japon.

L’arrivée du beaujolais nouveau me pousse plutôt à vous parler d’un producteur de cette région située au sud de la Bourgogne : Jean-Paul Brun, du Domaine des Terres dorées, un domaine de 45 hectares qui comprend 30 hectares dans les crus.

Des crus? Oui, rappelons qu’il existe 10 crus en Beaujolais, des terroirs d’origine qui possèdent un environnement particulier : juliénas, morgon, fleurie, brouilly, côte-de-brouilly, chénas, chiroubles, régnié, moulin-à-vent et saint-amour.

Tour d’horizon des vins de Jean-Paul Brun, qui était de passage à Montréal l’été dernier.

jpbrun_ancienJean-Paul Brun L’Ancien Beaujolais 2012
Code SAQ : 10368221
19 $
Les arômes de fraise sont soutenus par une vive acidité et des tannins souples. Une pointe de verdure paraît en fin de bouche, mais l’ensemble demeure tout de même bien frais.

Domaine des Terres dorées Côte de Brouilly 2012
Code SAQ : 10520237
20,90 $
Le côte-de-brouilly vinifié par Jean-Paul Brun est plutôt tannique. Il est marqué par la fraise, la cerise et l’alcool. Un très bon vin qui sera prometteur après deux ou trois ans de vieillissement.

Domaine des Terres dorées Morgon 2012
Code SAQ : 11589746
21,50 $
Le nez très aromatique dégage des odeurs franches de fraise. Ensuite, les saveurs de fraise, de bleuet, de mûre baignent dans un vin très acide, doté de tannins souples. Un vin très charmeur.

Jean-Paul Brun Terres dorées Moulin-à-Vent 2012
Code SAQ : 10837331
24,55 $
Un moulin-à-vent très acide et tannique qui contient des fruits rouges, dont la fraise.

jp_brun_frv100Jean Paul Brun Terres dorées Grille Midi Fleurie 2010
Code SAQ : 11906131
26,75 $
Ce vignoble de fleurie de 5 hectares est orienté plein sud dans un climat très chaud. Les vignes ont en moyenne 60 ans. L’effet du terroir est manifeste, d’abord par le nez de kirsch. Au verre, nous avons affaire à un vin sérieux où règnent la cerise, le thé, la cannelle, la fumée et des tannins.

Domaine des Terres dorées FRV100 rosé 2011
En vente à la SAQ à la fin janvier à près de 20 $
Même si la marque « FRV100 » fait référence à « effervescent », Jean-Paul Brun nous a plutôt parlé d’un vin pétillant naturel ou d’une méthode ancestrale, sans ajout de levures, ni de sucre, à une pression de 6 à 7 bars comme le champagne. « C’est un vin qui marche super bien en France. Il est complètement naturel. » Ce vin composé entièrement de gamay contient 30 g de sucre résiduel et il affiche 7,5 % d’alcool. En bouche, il est sucré avec de la pêche, des fleurs rose et une vive acidité. Malgré la présence du sucre, l’acidité apporte une belle fraîcheur. À servir à 5-6 °C en apéritif.

Le chardonnay, le roi des vins blancs

Jeudi 11 juillet 2013 à 14 h 26 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Puisqu’il s’adapte à une multitude de sols et de terroirs, le chardonnay se trouve partout dans le monde. Complexe et fin en Bourgogne, il prend des airs beurré et torréfié en Californie, selon l’usage, bon ou mauvais, que le vinificateur fait de la barrique de vieillissement (reconnaissons tout de même que les Américains font de grands chardonnays).

Selon le site Vitis.org, « des analyses génétiques publiées ont montré qu’il (le chardonnay) est le résultat d’un croisement entre le gouais et le pinot. Avec une production raisonnable, (il) donne un vin d’une grande finesse, bien équilibré, puissant, ample et possédant un fort potentiel aromatique. Le chardonnay se prête bien également à l’élevage et à la fermentation en barriques ».

Allons-y de quelques suggestions de bouteilles de chardonnay d’un peu partout dans le monde.

Boschendal 1685 chardonnay Coastal region 2011
Code SAQ : 00935833
16,95 $
Les odeurs de fruits frais accueillent le nez de ce vin d’Afrique du Sud. Ensuite, la pomme verte, la poire, la vanille, de légères traces d’agrumes, dont l’ananas, donnent un beau vin d’été simple, mais agréable.

Le Bonheur chardonnay Western Cape 2012
Code SAQ : 00710780
17 $
Un autre chardonnay d’Afrique du Sud, mais celui-ci a indéniablement connu un passage en barrique de chêne, vu son nez vanillé. Cette impression se confirme au verre, où le vin développe des arômes de beurre, de vanille, de poire et de crème. Un vin tout à fait correct, comme d’habitude.

Wente Vineyards Morning Fog chardonnay 2011
Code SAQ : 10754084
19,65 $
Déplaçons-nous aux États-Unis avec ce chardonnay plus minéral. La craie, le citron, la lime, le silex, la fumée et une vive acidité entourent ce vin. Très bon.

Jean-Paul Brun Beaujolais chardonnay 2011
Code SAQ : 00713495
23,65 $
À tout seigneur tout honneur, le chardonnay de Bourgogne demeure la référence en matière de ce cépage. Mais ici, je vous présente un chardonnay du Beaujolais. Dans cette cuvée, Jean-Paul Brun fermente ses raisins en fûts de chêne avec de fréquents bâtonnages à la bourguignonne, ce qui fait remonter les lies et apporte du gras au vin. En effet, gras il y a dans ce vin aux arômes de crème, de vanille et de citron, et doté d’une vive acidité. La finale revient sur la vanille, à laquelle s’ajoute du zeste de lime. Un blanc de Bourgogne tout ce qu’il y a de plus classique.

Cloudy Bay Marlborough chardonnay 2010
Code SAQ : 10954086
29,75 $
Surtout reconnus pour ses sauvignons blancs très (parfois trop?) aromatiques, les producteurs néo-zélandais cultivent un peu de chardonnay. Celui de la maison Marlborough est assez convenu (et cher!) avec ses arômes de beurre, de vanille et de fruits blancs, et il est malheureusement marqué par l’alcool. À essayer avec des grillades (viandes blanches, poissons) estivales.

Kumeu River Hunting Hill chardonnay 2009
Code SAQ : 11416159
40 $
Voici un autre chardonnay néo-zélandais, mais dont le prix reflète la qualité. Droit et puissant, ce vin dégage du citron, du zeste de lime, du silex, du calcaire et une bonne acidité.

Une célébration
Au Canada, l’importance du chardonnay est soulignée par l’événement International cool climate chardonnay celebration, qui aura lieu à Niagara du 19 au 21 juillet. Il y aura les vins d’une soixantaine de producteurs, des conférences, dont celle de Steven Spurrier qui avait organisé le Jugement de Paris en 1976, et des chefs pour réaliser des accords mets-vins avec ce raisin blanc si apprécié des consommateurs.


Le vin, l’ami du jambon de Pâques

Jeudi 28 mars 2013 à 15 h 53 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

© Radio-Canada/Marie-Sandrine Auger

Le jambon trône sur bien des tables à Pâques qui, ô coïncidence, arrive presque en même temps que les érables canadiens laissent couler leur sève. C’est ainsi qu’au Québec on sert souvent le jambon arrosé d’eau ou de sirop d’érable.

En plus d’être gras, le jambon est souvent fumé et généralement salé. Et on l’apprête avec des ingrédients acides. Ouf, pas facile d’accompagner des mélanges aussi complexes.

À la Première Chaîne de Radio-Canada, Catherine Perrin a reçu Danny St-Pierre, Lorraine Pagé, Bob le Chef et Caroline Dumas venus présenter leur version du jambon de Pâques. Comme pour les précédentes épreuves de ce combat des chefs, le comédien Yves Desgagnés a officié comme juge.

Essayons de suivre les chefs et leurs recettes (que j’ai eu la chance de déguster) avec des accords vins.

La recette de Danny St-Pierre
Riesling Léon Beyer réserve Alsace 2011

Code SAQ : 00081471
18,40 $
Ce riesling alsacien est un classique du répertoire général de la SAQ. Il est très acide, minéral et complété par des notes de fruits blancs et de fumée dans une longue finale. Une belle association avec la pointe de gingembre du ketchup qui amène de la fraîcheur au gras du jambon concocté par Danny St-Pierre.

Photo : Inama Azienda Agricola

Le coquetel dînatoire de Lorraine Pagé :
- Mousse de jambon
- Figue, jambon et chèvre en cuillère
- Salade pois et jambon en verrine
- Mini-brochettes jambon et ananas
- Tourtières de Pâques
- Pompons au riz et au jambon
- Mini-muffins chèvre et jambon
Inama Soave Classico 2011
Code SAQ : 00908004
18,45 $
Un vin blanc gras très charmeur. Il est rond, avec des saveurs d’agrumes et de vanille. Parfait avec toutes ces entrées.

La recette de Bob le Chef : le sandwich au jambon
Domaine Piron – Lameloise Chénas Quartz 2010

Code SAQ : 10367412
19,75 $
LCBO 240481 (2009)
22,50 $
Les arômes de fumée, d’épices, de fruits noirs et de café se fondent dans une trame tannique et minérale. Un excellent vin de Chénas, un des 10 crus du Beaujolais.


La recette de Caroline Dumas
Prunotto Dolcetto d’Alba 2011

Code SAQ : 11593817
19,40 $
La chef Caroline Dumas a parfumé son jambon avec du sirop d’érable, du clou de girofle, du poivre, du piment de Jamaïque, du romarin et du thym. Essayez ce dolcetto d’Alba qui renferme des cerises, des fruits frais, mais aussi des épices, des tannins, de l’acidité et une finale poivrée et tannique.

Pour ceux qui veulent des bulles ou se rafraîchir la bouche après tout le chocolat de Pâques :
Domaine de Fourn Blanquette de Limoux
Code SAQ : 00220400
19,45 $
La blanquette de Limoux est arrivée sur les tables de France 200 ans avant le champagne, me rappelait Bernard Robert du Domaine de Fourn. Au nez, ce mousseux sentait la pomme, les fleurs (acacia) et le biscuit. En bouche, c’est légèrement sucré, très acide, avec des arômes de biscuits, de pomme verte et de fleurs. Parfois, la vie n’est pas compliquée, n’est-ce pas? Pour l’apéro, les fruits de mer, les sushis, le saumon (pas trop fumé), le homard grillé, la tarte Tatin et la tarte aux fruits blancs.

Véronique Rivest sur le podium
Bravo! La sommelière québécoise Véronique Rivest est montée sur la deuxième marche du podium à l’issue du Concours A.S.I. du meilleur sommelier du monde. C’est le Suisse Paolo Basso qui a remporté le titre. Écoutez l’entrevue avec Véronique Rivest et François Chartier à C’est bien meilleur le matin.

Joyeuses Pâques!

Le beaujolais nouveau survit

Jeudi 15 novembre 2012 à 11 h 35 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

© Radio-Canada/Ronald Georges

Depuis le 13 novembre 1951, soit depuis 61 ans, les vins nouveaux du Beaujolais envahissent les marchés, de la France au Canada en passant par le Japon et les États-Unis. Explication de ce phénomène mondial qui a lieu chaque troisième jeudi de novembre.

Le vin nouveau (ou vin primeur) est commercialisé l’année même des vendanges et on le boit rapidement. La macération carbonique (on fait vinifier la grappe entière) propre à la majorité des beaujolais est encore plus accélérée grâce à l’ajout de levures synthétiques. Celles-ci mangent rapidement les sucres des raisins et donnent le goût de banane caractéristique au beaujolais nouveau.

Dans les faits, le Beaujolais déverse chez les marchands près de 450 000 hectolitres de vin nouveau. Les Asiatiques sont friands de ce vin à peine fermenté puisqu’ils en consomment la moitié. Et ô ironie, ils le boivent avant les Français à cause du décalage horaire.


Regardez un reportage de la télévision française sur le Beaujolais nouveau.


Est-ce que moi j’aime le beaujolais nouveau? N’oui… Je suis plutôt accro aux 10 crus du Beaujolais, les morgons, Fleurie et leurs autres amis. Dans tous ces cas, le cépage gamay offre une étonnante complexité.

Cette année, la fête est assombrie par la faible récolte, qui est en baisse de 30 % par rapport à 2011. Les coupables? Le gel, la grêle et la pluie. Près de 800 viticulteurs ont demandé une aide financière de l’État; certains d’entre eux devront déclarer faillite.


Ailleurs qu’en Beaujolais
Le vin nouveau est aussi produit dans d’autres régions de France, du Rhône au Roussillon en passant par l’Anjou. Des producteurs de Touraine en font (avec le même cépage qu’en Beaujolais, le gamay), mais la production est en baisse constante depuis 2007.

Soulignons aussi le vino novello italien, celui de Napa aux États-Unis et le vino joven espagnol.

Écoutez la capsule de l’émission À rebours « Le beaujolais nouveau est arrivé ».


Cette année au Québec
La SAQ commercialise un vino novello et trois beaujolais nouveaux, ce qui représente 3600 caisses. Oui, la demande est nettement moins forte que durant les années 1990 et 2000. « On essaie d’évaluer l’évolution de la consommation des Québécois, déclare Linda Bouchard, responsable des relations de presse à la SAQ. En 1975, on avait 200 caisses de la première année de l’opération au Québec. En 2000, c’était 48 000 caisses de 14 produits, dont 14 000 caisses qui se sont écoulées la première journée. »

La SAQ n’a pas mis une croix sur le beaujolais nouveau, mais elle s’ajuste au goût des palais québécois. Notamment en offrant cette année 400 caisses du beaujolais nouveau de Jean-Paul Brun, un producteur réputé pour ses crus. En plus, le nom de la cuvée, L’ancien, constitue un beau clin au beaujolais nouveau!


La dégustation (les vins étaient servis à 14 °C)
Beaujolais nouveau Georges Duboeuf 2012
Code SAQ : 10 704 221
16,95 $
Le nez classique de banane et de bonbon à la framboise apporte une bouche peu tannique, souple, avec des arômes de banane et de bonbons à la fraise en finale. Assez bon.

Beaujolais nouveau Mommessin 2012
Code SAQ : 10 704 247
15,95 $
Lui aussi marqué par la banane, à laquelle s’ajoutent des fruits frais au nez, ce vin est un peu tannique, avec des arômes de fraise, de fruits confits et de framboise sucrée. Pas très intéressant en fin de compte.

Domaine des Terres dorées Jean-Paul Brun Beaujolais nouveau 2012
Code SAQ : 11 923 994
16,95 $
Le nez de fraise est discret. En bouche, c’est un beaujolais moyennement tannique qui pique un peu la bouche. En finale, les arômes de fraises sont accentués par les tannins. Un beaujolais nouveau qui a plus de corps que les autres.

Sangiovese novello Botter Rubicone IGT 2012
10,95 $
Ce vino novello italien était légèrement plus foncé que les beaujolais (le cépage sangiovese certainement). Au nez de fruits sucrés suit une bouche de fraise et de bonbon à la fraise. Un très bon rapport qualité-prix!

Vous aurez remarqué que mes descriptions font ressortir l’absence de complexité de ces vins. Rien n’a changé : le vin nouveau est fait pour être bu rapidement, dans un esprit de fête, de convivialité, autour de plats simples (entrées, charcuteries, sandwichs) et en bonne compagnie.


Le goût de banane et de bonbon, très peu pour vous, ou bien le beaujolais nouveau vous satisfait entièrement? Exprimez-vous sur la question! Aimez-vous ou détestez-vous le vin nouveau?


(Sources : Agence France-Presse, La Nouvelle République, LeFigaro.fr)



Vous pouvez toujours me suivre sur Twitter au @millesime. Cliquez en haut de la page dans « Pour me joindre » et choisissez le bouton Twitter.

Le soufre, ami ou ennemi du vin?

Mardi 7 août 2012 à 14 h 06 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Un ouvrier mélange le dioxyde de soufre qu’il vient d’ajouter au moût du vin rosé. | © AFP/Patrick Valasseris

Présent naturellement dans le vin, le soufre lui permet de conserver ses propriétés. Il empêche son oxydation et le développement de microbes.

Ajouté en trop grande quantité, le soufre donne mal à la tête – le fameux mal de bloc. Vous êtes intolérant au vin blanc (ou aux vins liquoreux)? Le soufre en est peut-être la cause, puisqu’il y est plus présent.

Les quantités de soufre sont plus faibles dans les vins issus de la culture biologique. Certains vignerons n’en ajoutent pas, mais il y a des risques pour le vin : un vieillissement précoce (oxydation) et une instabilité, ce qui rend difficiles son transport et son exportation.


Une expérience
Le sujet du soufre m’a amené à une expérience, que j’ai tentée avec le concours de Loron et Fils, une maison de négoce de vin du Beaujolais et du Mâconnais.

Durant la semaine du 11 juin, j’ai reçu de France trois vins, vinifiés sans ajout de soufre – ceux-ci ne sont pas en vente au Canada. Je les ai dégustés après quelques semaines, soit les 18 et 19 juillet, le temps qu’ils « reprennent leurs esprits » après le transport par avion.


Maison Loron Virée-Clessé AOC 2011

Ce vin se présentait sous une robe jaune d’or assez soutenu avec des reflets verdâtres. Le nez, distingué, était net avec des odeurs de fruits frais, de fleurs blanches et d’épices. En bouche, les épices (graines de carvi) et la crème de citron étaient entourées d’agrumes amers et d’un peu de vanille. Un vin en grande forme, qui serait excellent avec des asperges cuites simplement.

J’ai laissé un fonds de vin dans un verre toute la nuit sur mon bureau. Le lendemain, à 9 h, il sentait encore les fruits, mais confits, sucrés. Et, 24 heures plus tard, le vin de la bouteille conservée au réfrigérateur était encore en forme, parfaitement aromatique. Enfin, quatre jours plus tard, il restait encore du fruit au nez.

Anecdote : ma collègue Marie-Christine ne boit pas de vin blanc, vu qu’elle souffre (!) du fameux mal de tête causé par le soufre ajouté. Je lui ai offert un verre de ce chardonnay, et elle n’en a eu aucun effet désagréable.


Maison Loron Beaujolais Clos des Vieux marronniers 2011

Dégusté à 16 °C, ce beaujolais présentait un nez peu aromatique de fruits rouges et de fraises. En bouche, aux arômes de fraises s’ajoutaient ceux des cerises, des griottes et des épices. Un vin acide, peu tannique et équilibré avec une finale florale. Très bon. À 18 °C, il est devenu plus tannique, plus fruité, plus rond. Là encore, je l’ai dégusté le lendemain. Verdict? Le vin était complètement décharné, sans fruit.


Maison Loron Château de la Pierre Régnié 2009

À 16 °C, ce cru du Beaujolais sentait les œufs pourris avant aération. Après quelques minutes d’aération, la mauvaise odeur s’est estompée légèrement pour laisser la place à un parfum de fruits rouges confits. En bouche, fruits noirs, viande fumée et poivre noir se mêlaient dans une masse acide et tannique. Un vin complexe qui gagnerait à vieillir encore afin qu’il digère mieux son alcool. Dégusté à 20 °C, il était plus rond, plus complexe et plus épicé. Je propose ce vin avec des fromages d’été, comme un comté et un beaufort. Encore une fois, je l’ai dégusté le lendemain, mais la nuit ne lui a pas porté conseil…

Le résultat de l’expérience : ces vins sans soufre ajouté ont bien supporté le transport par avion. D’un point de vue gustatif, ils étaient tous les trois de qualité plus que satisfaisante. N’oubliez pas que depuis 2009, le Beaujolais produit des vins dont la qualité est assez impressionnante. Avec une récolte et une vinification soignée, les vignerons créent des vins dotés d’une solide structure pour traverser le temps.

Les vins d’été

Jeudi 7 juin 2012 à 11 h 49 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Place aux vins pour accompagner les repas estivaux, soit les pique-niques, les barbecues, et les soirées familiales et amicales.

Pour moi, un vin d’été est un vin simple, qui accompagne des plats cuisinés et servis simplement. Il faut donc rechercher des vins blancs bien acides, des rouges peu tanniques en général, puisqu’on recherche davantage de fraîcheur. C’est l’été, reposons nos papilles!

© Jean-Philippe Leclerc

Les apéritifs
Fresh Sangria boisson aromatisée

Code SAQ : 11690385
32,25 $ pour 3 litres (8 $ le 750 ml)
Une bonne solution de rechange pour ceux qui n’ont pas le temps de préparer leur sangria. Un peu sucrée, cette sangria est faite avec du jus de fruit de qualité et du vin issu de tempranillo. En plus, le design est admirable : le sac isotherme est enfermé dans une boîte. Une fois ouvert, il n’est pas nécessaire de le garder au réfrigérateur; vous n’avez qu’à ajouter des glaçons à chaque utilisation.

Ardéchois pomélo rosé apéritif à base d’agrume
Code SAQ : 11687178
12,50 $ pour 1 L
Le pomélo est issu du croisement entre un pamplemousse et une orange de Chine. En bouche, cet apéritif a des saveurs d’orange amère. Suggestions : buvez-le avec des fruits congelés ou ajoutez-en dans votre recette de sangria.

 

Fonseca Guimaraens porto blanc
Code SAQ : 00276816
14,80 $
LCBO 276816
15,95 $
Un porto blanc sucré avec des saveurs d’écorce d’orange et d’herbes aromatiques. Vous pouvez l’allonger d’un peu de soda tonique (une part chacun).


Les blancs
Château Cailleteau Bergeron Blayes Côtes de Bordeaux 2011

Code SAQ : 10863281
14,85 $
Ce vin contient 10 % de sauvignon gris, qui était en voie de disparition à Bordeaux. En bouche, il y a du pamplemousse rose, des agrumes, une bonne acidité et de la craie en finale.

Bourgogne chardonnay Signature Champy 2009
Code SAQ : 11293742
21,90 $
Un chardonnay bourguignon classique avec ses arômes de beurre et de citron, et une acidité élevée.

© Jean-Philippe Leclerc

Roussanne viognier d’Aigle Guffens vin de pays du Vaucluse 2009
Code SAQ : 11480097
24,65 $
Ce vin blanc a des arômes de craie, de fruits confits et de fruits blancs, ainsi qu’une longue finale. Du grand art signé Jean-Marie Guffens.

Asprolithi Poybaahe Rouvalis Patras 2011
Code SAQ : 00978197
16 $
Un vin grec du cépage autochtone roditis. Au nez aromatique de fleurs blanches se substitue une bouche très acide, des arômes de craie, de pierre, de fruits blancs, pour ensuite se terminer sur les agrumes ensuite. Très élégant.

 

 

 

Les rosés
Deux classiques d’une qualité irréprochables.
Borsao rosado seleccion Campo de Borja rosé 2011
Code SAQ : 10754201
12,15 $

Domaine de Gournier vin de pays de Cévennes rosé 2011
Code SAQ : 00464602
11,90 $

© Jean-Philippe Leclerc

Les rouges
Beaujolais Villages Château du Souzy 2010

Code SAQ : 10837390
13,50 $
Un beaujolais souple qui s’ouvre sur les fraises et qui se termine sur une note poivrée. Pour le poulet grillé et le saumon.

La Garnotte Corbières 2011
Code SAQ : 11374411
13,40 $
Des arômes de terre, de fruits noirs et une bonne masse tannique pour accompagner la viande saignante, les côtes de bœuf, les saucisses italiennes.

Los 800 Priorat 2008
Code SAQ : 10860910
18,65 $
Au nez fumé suit une bouche de cassis, de notes fumée, de viande et d’épices.


Dolcetto Castello del Poggio Monferrato 2010

Code SAQ : 10857315
18,25 $
Un vin souple et simple avec des arômes de fraises et de poivre.


La note sucrée
Castello del Poggio moscato d’Asti 2011

Code SAQ : 11676591
17,95 $
LCBO 250498
12,10 $
Un moscato d’Asti sur la pêche, le sucre, le caramel et les fruits exotiques. Essayez-le en fin de repas ou encore avec des mets épicés.


Vous pouvez toujours me suivre sur Twitter au @millesime. Cliquez en haut de la page dans « Pour me joindre » et choisissez le bouton Twitter.

La remontée du beaujolais

Jeudi 29 mars 2012 à 14 h 44 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

© Radio-Canada/Ronald Georges

Au cours des dernières années, les amateurs avertis se sont bien moqués du beaujolais, surtout du beaujolais nouveau. La popularité de ce vin commercialisé le troisième jeudi de novembre a plombé les autres appellations de la région. Aujourd’hui, les ventes de beaujolais nouveau sont en forte baisse; la région se remet peu à peu sur pied en mettant de l’avant ses autres vins.

Oui, le vin du Beaujolais peut être un peu plus complexe et, selon les millésimes, vieillir un peu. Je pense aux 10 crus du Beaujolais, avec des terroirs différents les uns des autres, qui donnent des vins nuancés.

Notez qu’on produit aussi du blanc dans le Beaujolais, à partir de chardonnay. La production est confidentielle et le résultat, très bon. On y fait aussi un peu de rosé, 3 à 4 % de la production totale, en constante progression.

J’étais au Rendez-vous Beaujolais-Montréal, où près de 40 producteurs, dont certains très connus comme Georges Duboeuf, Loron et Mommessin, ont présenté leurs vins, surtout les cuvées 2010 et parfois 2011.

Le producteur Pierre-Marie Chermette | © Radio-Canada/Ronald Georges

C’est unanime, plusieurs producteurs me l’ont confirmé : les millésimes 2009, 2010 et 2011 sont semblables et tous aussi spectaculaires. Et certains affirment que 2011 est le plus abouti de ces trois millésimes.

Encore une fois, j’ai eu la preuve que les beaujolais sont des vins complets, c’est-à-dire qu’ils peuvent tenir tête à des viandes ou se bonifier en cave quelques années. Ce sont des vins fruités et plus tanniques qu’on le croit.

Un conseil : essayez d’acheter du 2009, une grande année, et les vins seront moins jeunes (malheureusement, il en reste peu, huit à la SAQ, et encore moins à la LCBO).


Les vins de la semaine
Château de La Chaize
Brouilly Château de La Chaize 2009
Code SAQ : 00565663
18,45 $

Beaujolais Les Griottes Vissoux Pierre-Marie Chermette 2010
Code SAQ : 11259940
17,25 $

Chénas Quartz Domaine Piron & Lameloise 2010
Code SAQ : 10367412
20,70 $
LCBO Vintages 240481 | 2009

 

Aussi, écoutez ma chronique hebdomadaire à l’émission Bien dans son assiette à la Première Chaîne. Je parle des muscadets du Domaine de l’Écu et des vins du Beaujolais.


Vous pouvez toujours me suivre sur Twitter au @millesime. Cliquez en haut de la page dans « Pour me joindre » et choisissez le bouton Twitter.

© iStockphoto/Kevin Miller

Votre prochaine sortie au restaurant aura lieu dans un restaurant « apportez votre vin » et vous ne savez pas sur quelle bouteille arrêter votre choix?

Sans conteste, les « apportez votre vin » permettent d’économiser sur les bouteilles de vin, dont le prix en restaurant est, la plupart du temps, le double ou le triple de celui affiché chez les marchands de vin.

Premier conseil : informez-vous sur le menu. Cela vous indiquera quel genre de vin sera approprié avec ce que vous aimez manger.

Dans le cas des restaurants français, je demeure conservateur en vous recommandant du vin blanc avec les poissons et du vin rouge avec les viandes rouges. Mais pour les plats végétariens, la volaille (surtout le poulet) et le porc, votre choix peut se fixer sur du blanc ou du rouge, selon vos préférences. En rouge, je recommande un beaujolais, principalement un des dix crus de la région, ou un côtes-du-Rhône jeune. En blanc, j’opte pour un vin gras, comme un chardonnay du Nouveau Monde, ainsi qu’un coteaux-du-Languedoc ou un minervois.

Deuxième conseil : si le menu du restaurant n’est pas disponible, prenez un vin passe-partout. J’aime bien les minervois, les corbières et les vins portugais. Et en blanc, pourquoi pas un bordeaux ou un bergerac?

Pour les restaurants asiatiques et indiens, l’union des saveurs avec les vins blancs d’Alsace n’est plus à prouver, mais les producteurs australiens et néo-zélandais créent eux aussi de petites merveilles avec ces cépages. En rouge, je vous propose un beaujolais ou encore un rosé, un tavel.

Enfin, pour ceux dont cette sortie au restaurant est une grande soirée, apportez vos grandes bouteilles. Certains restaurants offrent des carafes pour bien oxygéner vos grands crus favoris.

 

Les températures
Il n’y rien de plus désagréable que de déguster du vin trop chaud ou trop froid. Dans la mesure du possible, refroidissez votre bouteille de rouge une heure au réfrigérateur et votre blanc au moins deux heures. Si vous n’avez pas accès à un réfrigérateur avant d’arriver au restaurant, demandez un seau à glace. Parfois, certains restaurateurs peuvent placer votre bouteille dans leur réfrigérateur pendant quelques minutes.

Bon appétit!

 

Quelques suggestions
En rouge
Ortas Rasteau Côtes du Rhône Villages 2010
Code SAQ : 00113407
15,40 $

Domaine Borie de Maurel Esprit d’automne Minervois 2010
Code SAQ : 00875567
16,30 $

En blanc
Chardonnay Fleur du Cap Western cape 2011
Code SAQ : 00340406
14,65 $

Pinot gris Pierre Sparr réserve Alsace 2010
Code SAQ : 11675679
16,65 $

Vous pouvez toujours me suivre sur Twitter au @millesime. Cliquez en haut de la page dans « Pour me joindre » et choisissez le bouton Twitter.