Blogue de Ronald Georges

La complexité et le luxe affiché de Dom Pérignon

vendredi 19 décembre 2014 à 10 h 06 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Une représentation de Dom Pérignon, le moine célèbre qui a inventé la méthode champenoise. Photo : Phillippe Huguen/AFP/Getty Images

Une représentation de Dom Pérignon, le moine célèbre qui a inventé la méthode champenoise. Photo : Phillippe Huguen/AFP/Getty Images

Les Québécois aiment le champagne, les chiffres le prouvent, même si l’augmentation des ventes de vins mousseux est plus forte. Pour le champagne, les ventes sont un peu plus constantes depuis trois ans, selon des chiffres fournis par la SAQ, bien qu’on remarque une augmentation de 2,5 millions de dollars entre les exercices 2011-2012 et 2012-2013. Pour 2013-2014, la hausse est légère, soit de 516 000 $.

Cet automne, les chroniqueurs en vin avaient le choix d’assister à plusieurs dégustations de grands producteurs champenois.

J’ai eu la chance de rencontrer Richard Geoffroy, chef de cave de la maison Dom Pérignon. Il était de passage à Montréal afin de présenter le champagne Dom Pérignon P2 1998.

Lancé sur le marché une première fois en 2005, ce champagne a donc évolué, puisqu’il a continué de vieillir sur ses lies, ce qui lui procure plus de gras et de complexité. Il a été dégorgé en 2009.

Dom Pérignon P2 Champagne 1998
Code SAQ : 12473331
447 $
Sans surprise, les premières gorgées de ce champagne donnent tout de suite une impression de complexité et de « plénitude », comme me le décrit Richard Geoffroy. Le citron confit, les épices, le bois, le miel, l’abricot, l’ananas et le poivre blanc s’entremêlent dans une trame très acide et très complexe. Ce champagne possède une structure impressionnante, du gras, de la vivacité et un caractère minéral et aérien. C’est réellement exceptionnel.

Crédit : Dom Pérignon

Crédit : Dom Pérignon

« Ce champagne est le jeu d’une tension, d’une dualité, le yin et le yang », décrit Richard Geoffroy à propos de cet assemblage de chardonnay (55 %) et de pinot noir (45 %) dont les raisins proviennent de 16 des 17 grands crus et de 4 premiers crus. Le chef de cave fait aussi remarquer que ce champagne « est encore un grand adolescent ». Il faudra surveiller la sortie du champagne P3 après encore bien d’autres années de vieillissement sur lies.

Rappelons aussi que Dom Pérignon est toujours millésimé, et que le 2001 n’a pas été déclaré par souci de qualité.

Une marque stable à l’écoute des jeunes générations
En poste depuis 1990, Richard Geoffroy se compare, modestement, à un directeur artistique du vin. « J’apprends encore beaucoup, je maîtrise plus mon métier. Il faut être humble. »

Il croit que Dom Pérignon vit « sa plus belle période. La marque parle haut et fort. Il faut être le gardien des règles, d’un héritage ».

Sans renier le passé et les assises historiques, Richard Geoffroy est persuadé que le dialogue avec les générations X et Y doit être renforcé.

D’ailleurs, il trouve « sympathique et cool » l’achat du champagne Armand de Brignac par le célèbre rappeur Jay Z, le conjoint de la non moins célèbre Beyoncé. « J’aime bien que la Champagne accepte des gens de l’extérieur », affirme le sympathique chef de cave d’une des marques de champagne les plus prestigieuses.