Billets publiés en septembre 2013

Les vins signés François Chartier arrivent

jeudi 26 septembre 2013 à 16 h 19 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Comme il a été annoncé en juillet dernier, les vins de François Chartier sortent en magasin le 3 octobre.

Je rappelle brièvement le concept : François Chartier veut « devenir un genre de nouveau négociant, qui élabore des vins selon les pistes aromatiques des aliments ». L’œnologue bordelais Pascal Chatonnet collabore avec lui dans cette entreprise.

Au moment où les guides d’accords entre les vins et les mets pullulent, qu’est-ce que ces vins offriront de plus en matière d’accords harmonieux? Transformer un plat est une opération simple à exécuter, mais cette même simplicité s’applique-t-elle au vin?

Particularité : les vins coûtent tous moins de 20 $. Testons-les!

Chartier créateur d’harmonies, Le blanc 2012
Code SAQ : 12068117
18,95 $
Composé de 48 % chardonnay, de 40 % grenache et de 12 % rolle. J’ai beaucoup aimé le nez charmeur de ce vin marqué par les fruits exotiques et le melon. En bouche, la craie, les fruits blancs frais, le beurre, le bois et le citron ressortent. C’est bien, mais je trouve ce vin trop boisé. Selon François Chartier, le chardonnay et le rolle sont vinifiés en foudre sur lies fines. Le grenache (provenant de vignes de 45 ans et plus) en barriques pendant six mois. La bouteille propose un assemblage avec les ingrédients suivant : pêche, homard, noix de coco, pacane et fromage à pâte molle.

Chartier créateur d’harmonies, Côtes-du-Rhône 2012
Code SAQ : 12068096
19,95 $
L’assemblage comprend 30 % de syrah, 55 % de grenache et 15 % de mourvèdre. Les fruits rouges comme la fraise, la cerise, la mûre et la framboise coulent sur des tannins gouleyants. Le tout se termine avec acidité élevée, des saveurs de cèdre et d’eucalyptus. Un très bon vin de soif, qui n’a pas subi de passage en fûts de chêne pour conserver la fraîcheur. François Chartier propose de le boire avec des plats composés d’ingrédients tels que la carotte, l’agneau et l’anis étoilé.

Chartier créateur d’harmonies, Fronsac 2010
Code SAQ : 12068070
19,95 $
Cet assemblage composé de 80 % de merlot, de 20 % de cabernet franc et de cabernet-sauvignon est sérieux avec sa masse tannique et acide élevée. Le cassis, la mûre, les épices, le poivron et la vanille terminent le tout. Le moût a été élevé en barriques (neuves à 30 %) pendant 12 mois. Vraiment bien fait. Les accords sont proposés avec le poulet et la dinde rôtis, le poivron grillé, la framboise, l’asperge rôtie et le champignon.

Chartier créateur d’harmonies Toscana IGT Italie 2009
Code SAQ : 12068109
19,95 $
Le seul vin italien de l’offre de François Chartier provient plus précisément de la Maremma, en Toscane. C’est donc le sangiovese qui domine l’assemblage (75 %), complété par 20 % de merlot et 5 % de cabernet-sauvignon. Le nez est d’une belle finesse avec des relents d’épices, de vanille et de poivron. En bouche, le vin est très tannique, marqué par le tabac noir, le poivron, la fumée et la cerise. Je le trouve un peu trop boisé, j’aurais aimé davantage de fruits. Toujours selon François Chartier, il serait idéal avec le thon rouge, le basilic, la cannelle, la canneberge et les épices à steak.

L’initiative de François Chartier est fort louable : grâce à son expertise de la chimie des aliments et des accords aromatiques entre ceux-ci et le vin, il facilite la vie du consommateur pressé qui a des connaissances limitées en matière d’accords mets et vins. Cette démonstration est claire, les principaux ingrédients d’un repas sont bien affichés sur chaque bouteille. En somme, ses capsules d’accords mets et vins qui paraissent parfois complexes pour le commun des mortels sont ici simplifiées à l’extrême. Le gourmand plus exigeant pourra toujours se fier à une information plus pointue dans ses achats de vin. Celui qui s’y connaît moins en la matière sera rassuré par ces étiquettes au design attirant et facile à interpréter.

Malheureusement, je trouve l’offre un poil trop chère. Il me semble que ces vins seraient plus concurrentiels à 17 ou 18 $.

C’est le temps de faire la route des vins

mardi 24 septembre 2013 à 15 h 44 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Les vendanges à la Bodegas Sobreno, dans le Rioja espagnol | Photo : Bodegas Sobreno

Les vendanges sont en cours ou sur le point de commencer dans les vignobles de l’hémisphère nord.

C’est aussi le temps de visiter quelques vignobles, si le personnel en place a le temps de vous recevoir.

Au Québec, dans les Cantons-de-l’Est, La route des vins suggère des arrêts chez les principaux producteurs vinicoles de la région. Vous pouvez faire ce circuit à vélo, en voiture ou avec Kava Tours, une entreprise spécialisée en tourisme vinicole.

Des informations pratiques sur la durée de la dégustation, les coûts, l’horaire et la carte des vins sont ainsi données pour chaque vignoble.

En Ontario
Dans la province ontarienne, les routes sont divisées en régions vinicoles : Niagara-on-the-Lake, Niagara Escarpment and Twenty Valley, Prince Edward County, Lake Erie North Shore and Pelee Island, ainsi qu’une route pour les régions émergentes.

Le site Wine Country Ontario comprend un outil de planification routière bien utile à l’œnophile.

Ailleurs dans le monde
L’amateur de vin éclairé et bien organisé peut planifier tout seul un voyage vinicole dans les principaux pays producteurs de vin; je pense ici aux inévitables France et Italie, mais aussi au Portugal, à l’Espagne, aux États-Unis, etc.

Des agences de voyages et même la SAQ (avec son service Signature) proposent de tels voyages, souvent de groupe.

L’agence de voyages In Vino Veritas organise des voyages dans une trentaine de pays : Suisse, Allemagne, Chili, Nouvelle-Zélande, Tunisie, Croatie, etc.

Dans la mesure du possible, les voyageurs séjournent près des vignes. « Pour comprendre le vin, rien de mieux que d’aller dormir dans l’endroit où il se fait », m’a indiqué Clément Roques, d’In Vino Veritas. Par exemple, dans le voyage en Tunisie, il sera possible de dormir sous une tente berbère au milieu des vignes.

De plus, les guides sont engagés sur place, et ce sont souvent d’anciens vignerons, comme l’ancien maître de chai du Château Cheval Blanc, Bernard Grandchamp.

À surveiller à In Vino Veritas (et j’aime beaucoup l’idée) : la mise sur pied d’une route des vins d’hiver sur le vin de glace québécois. « Il y a beaucoup de touristes étrangers qui viennent au Québec en hiver. Il y a moyen de « mélanger » vin et chiens de traîneau, si on peut dire », a déclaré Clément Roques.

Ah oui, un dernier conseil : si vous faites vos tournées des routes des vins en voiture, désignez toujours un chauffeur qui ne boira pas. Ou sinon, crachez le vin!

À déguster
Château Suau Bordeaux blanc sec 2012

Code SAQ : 11015793
16,70 $
Le sauvignon (55 %) et le sémillon (35 %) et la muscadelle (10 %) confèrent à ce vin blanc des arômes de lime et de citron. Le résultat est très vif, très minéral, donc parfait avec des huîtres ou pour l’apéro. Un bon vin à bon prix.

Telmo Rodriguez Gaba Do Xil mencia 2011
Code SAQ : 11861771
17,85 $
Le cépage espagnol mencia donne ici un vin gouleyant gorgé de cerise de terre et d’une pointe de vanille. Un vin simple qui appelle les grillades.

Du champagne pour les femmes seulement

jeudi 19 septembre 2013 à 16 h 14 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Personne n’y avait pensé plus tôt : proposer du champagne en l’honneur des Bond girls. Glamoureuse, c’est le nom d’une série de champagnes élaborés par la maison Lombard, qui existe à Épernay depuis 1925; une idée de l’Américaine Lauren Swift, qui vit en France depuis de nombreuses années.

Ce champagne se démarque par son habillage. Sur l’une des cuvées, le flacon est glissé dans un écrin d’argent qui ressemble à la voiture de James Bond, la célèbre Aston Martin dans le film Goldfinger.

Trois cuvées sont en vente : le brut classique, le brut millésimé 2005 et le brut rosé.

Pourquoi je vous parle de ce champagne en particulier? J’ai remarqué que les gourous de la mise en marché du vin s’adressent surtout aux femmes lorsqu’il est question de champagne et de vin mousseux.

Un autre exemple : le Cava Villa Conchi brut seleccion (qui sera en vente en importation privée au Québec dans quelques semaines, mais nous en reparlerons). La bouteille me fait penser à une boîte de produit de beauté. Les concepteurs se sont réellement inspirés d’une boîte de bijoux de style Tiffany.

Un article du Figaro relate qu’en Russie, les acheteurs de champagne « sont les hommes d’affaires, les hauts fonctionnaires… et leurs épouses ». Et le champagne soufre malheureusement de ce stéréotype répandu : c’est une boisson qu’on boit vite, perçue avec condescendance par les hommes.

Alors que la majorité des champagnes sont des vins d’assemblage de différents millésimes (voilà pourquoi ces champagnes ne portent pas de millésime), les bonnes années, les producteurs font un champagne millésimé qui sera plus complexe, qui vieillira plus longtemps et qui sera, bien sûr, plus cher.

Pourtant, mettez le nez et les lèvres dans ces grands champagnes millésimés et vous comprendrez qu’ils peuvent très bien se défendre à table et très bien supporter les années. Par exemple, vous pouvez trouver en magasin des champagnes millésimés de 1990 et de 1996 sans trop de problèmes. Le problème demeure le prix ahurissant de ces flacons, mais ça, c’est une autre histoire.

En attendant de se payer du champagne…
Louis Roche Saumur 2011

Code SAQ : 00918243
15,70 $
Le nez de fleurs apporte son lot d’arômes de pois, d’asperges, de fruits blancs et de craie sur une bonne acidité. À bon prix.

Vin de Pays D’Oc Domaine Laroche De La Chevalière 3 Grappes rouges 2012
Code SAQ : 00642660
12,35 $
Un vin de tous les jours qui allie la fraise, la cerise, la mûre, la vanille et quelques arômes verts sur des tannins souples et une bonne fraîcheur.

Le millésime 2013 en France

mardi 17 septembre 2013 à 14 h 51 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Un vignoble de Pommard dévasté par la tempête de grêle du 24 juillet 2013. | AFP Photo/Jeff Pachoud

Pour être vigneron, assurez-vous d’avoir des nerfs d’acier et d’être capable de vous adapter aux éléments naturels. Parce que lorsque la grêle s’abat sur son vignoble, le producteur voit littéralement tout le fruit de son effort (et son salaire) détruit, parfois sous ses yeux.

Le millésime 2013 a eu son lot de catastrophes naturelles. La grêle a fait des ravages à Vouvray, dans les côtes de Beaune, à Bordeaux et dans l’Entre-deux-Mers.

Le Figaro a recensé l’état sanitaire du vignoble français après cette année en dents de scie. À Vouvray, « près de 600 ha sur les 2200 de l’appellation avaient été endommagés à plus de 80 % ». Par chance, le chenin blanc se cultive tardivement, à la mi-octobre, mais on ne sait pas encore s’il sera possible de produire du vouvray moelleux.

La grêle a également touché les côtes de Beaune, en Bourgogne, à la fin de juillet, frappant durement les 1400 hectares de la région. La qualité sera au rendez-vous, mais le volume de production sera sérieusement réduit.

Par contre, dans l’Entre-deux-Mers, c’est indéniablement la catastrophe : le 2 août, la grêle a dévasté l’ensemble du vignoble, qui représente tout de même 40 % de la superficie viticole de Bordeaux.

En général, la production est en baisse partout en France. Le ministère de l’Agriculture de France a annoncé que le millerandage ou la coulure avait eu notamment des conséquences importantes sur la récolte en Bourgogne, dans le Beaujolais, dans les Charentes, dans le Bordelais, dans le Sud-Ouest et dans le Languedoc-Roussillon, de même que sur le grenache dans la vallée du Rhône.

De bonnes nouvelles
Soulignons de belles perspectives pour le millésime 2013 dans le Beaujolais, qui a reçu un ensoleillement supérieur. En Alsace et en Champagne, la récolte sera aussi de qualité.

Au Québec et en Ontario
On a l’impression que ces conditions météorologiques agressives ont migré au-dessus du vignoble québécois, qui compte plus de 150 domaines. Mais c’est plutôt des épisodes de gel qui ont donné des maux de tête aux producteurs. Certains ont même dû allumer des feux pour protéger les fruits du gel!

En Ontario, les vignerons de Niagara prévoient un autre très bon millésime puisque le soleil était au rendez-vous cette année.

Quelques vins en vrac, mais pas de 2013!
Talmard Mallory & Benjamin Mâcon Uchizy 2011
Code SAQ : 11618324
20,15 $
La poire, les fruits exotiques et l’acacia accueillent le nez. En bouche, ces mêmes saveurs suivent, avec en supplément des fruits blancs, de la craie et une légère pointe de lime. Un très bon chardonnay, à servir à 15 °C sur des coquillages.

Côtes de Bourg Vignobles Louis Marinier La Petite Chardonne 2010
Code SAQ : 00919068
23,85 $
Vous cherchez un vin passe-partout pour les soupers chez des amis ou pour les restaurants « apportez votre vin »? Allez-y avec ce Côtes-de-Bourg rubis foncé dominé par les flaveurs de café, de cassis, de terre et de réglisse. Les tannins et l’acidité sont élevés, alors passez-le en carafe ou buvez-le avec une viande saignante pour arrondir ses angles.

Les Baux de Provence La Chapelle de Romanin 2010
Code SAQ : 00914515
23,35 $
Le deuxième vin du Château Romanin, un vignoble en biodynamie depuis 1988, est issu des jeunes vignes du domaine (de la syrah, du grenache, du cabernet-sauvignon et du mourvèdre). Le cassis, le poivron vert, les épices, le thym, le romarin, la mûre et le graphite constituent une combinaison gagnante pour vos côtelettes d’agneau. Un de mes coups de cœur depuis bien des années, incluant son grand frère, le Château Romanin (Code SAQ : 10273361).

Les rouges du Courrier vinicole de la SAQ

jeudi 12 septembre 2013 à 15 h 53 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Quelques vins du Courrier vinicole sur les États-Unis. | Radio-Canada/Ronald Georges

Comme je l’ai promis mardi, voici quelques recommandations du Courrier vinicole de la SAQ qui porte sur les vins rouges de la Californie, de Washington et de l’Oregon. Vous remarquerez que certains prix sont élevés, surtout ceux des vins de Californie. J’essaie ici de vous proposer de bons rapports qualité-prix, même si, parfois, le prix peut être élevé. Et j’estime que les vins de Washington et de l’Oregon s’en sortent nettement mieux que ceux de la Californie.

Cabernet-sauvignon Townsend Vineyard Antica Napa valley Californie 2009
87 $
La famille Antinori de Toscane a un pied-à-terre en Californie depuis 1980 à Atlas Peak. Rubis foncé, ce vin dégage des arômes charmeurs de poivron et d’espresso. Très tannique et très acide, il a des arômes de café, de vanille, de bleuets et de mûres. La finale est légèrement alcoolique et on retient des saveurs de bois et de fumée. Pour la garde de 15 à 20 ans.

Hands of time Stag’s Leap Wine Cellars Napa Valley Californie 2011
43 $
Un vin classique et élégant, et à bon prix cette fois. Au menu : poivron rouge, fraise, fruits des champs, vanille et une prédominance du cassis. Les tannins massifs et la vive acidité garantiront une garde de quatre à cinq ans.

L’esprit des Pavots Peter Michael Knights Valley Californie 2009
135 $
Avant de plonger les lèvres dans ce vin, le nez, complexe, était déjà prometteur : poivron, vanille et épices. Dans le verre, le poivron vert et rouge, la vanille (le bois), le tabac blond, la fraise, la crème et les fruits des champs se fondaient dans une longue finale. À ce prix (ouf!), ce vin tiendra la route une bonne vingtaine d’années.

Todos Jonata Santa Inez valley Californie 2009
58 $
Les saveurs de cassis, de thym, de bleuets, de vanille de fumée et de bois sont entourées d’une vive acidité et d’une charge tannique impressionnante. Un vin puissant, mais très bon dans le genre. À conserver 10 à 15 ans.

Les vins de WillaKenzie | Radio-Canada/Ronald Georges

Pinot noir Aliette WillaKenzie Estate Willamette valley Oregon 2010
59 $
13,5 %
Élevé en Bourgogne, Bernard Lacroute a fait fortune dans l’informatique (il a été, entre autres, cadre supérieur pour Sun Microsystems aux États-Unis). Après cette carrière remplie de succès, il a voulu faire du pinot noir à la bourguignonne, mais dans le Nouveau Monde. Son choix s’est arrêté sur l’Oregon, où il préside aux destinées du domaine WillaKenzie, dans la Willamette Valley, depuis 1991, « la région dans le Nouveau Monde qui permet de faire des vins qui se rapprochent le plus de la Bourgogne ».
Ce pinot noir est très acide et très tannique. La fumée, des flaveurs de fruits rouges, de cerises, de mûres, de thé blanc, d’épices et de cannelle rendent ce vin puissant très élégant. Il supportera six à sept ans de garde assurément.

Pinot noir Domaine Serene Evenstad reserve Willamette valley Oregon 2008
84 $
Rubis grenat, ce vin a besoin d’aération ou d’un peu de temps en cave (8 à 10 ans) pour se révéler. Par la suite, les fruits rouges, les petites cerises acidulées et le thé vert en milieu de bouche baignent dans une trame robuste.

Andrew Will Champoux Horse Heaven hills Washington 2009
75 $
Force est de constater que nous avons affaire ici à une maison sérieuse dans l’État de Washington. Ce vin est jeune, un passage en carafe est obligatoire pour profiter des arômes de vanille, de fruits noirs (surtout le cassis), de graphite et de crème de fruits noirs. La poigne de ce vin est solide, car il est très acide et très tannique, ce qui lui assure donc une garde de 15 à 20 ans. Composition : 42 % merlot, 32 % cabernet franc et 26 % cabernet-sauvignon. Excellent.

Ursa Baer winery Columbia valley Washington 2010
49 $
Un très beau vin aux effluves de fumée, d’épices, de bleuets, de cassis et de poivre noir. Il sera parfait pour une garde de 10 ans.
14,5 %

Southern blend Rôtie Cellars Washington State Washington 2010
Un assemblage rhodanien de grenache (75 %), de syrah (15 %) et de mourvèdre (10 %), ce vin puissant épate avec ses arômes de viande, de fruits noirs, de bleuets et de fumée. L’ensemble est très tannique et acide, la finale reste sur les fruits rouges mûrs, l’alcool et les bleuets. Il sera parfait dans 8 ou 10 ans.

Owen Roe Yakima Valley Washington 2010
50 $
Un bon rapport qualité-prix qui sera parfait pour un séjour de 10 ans en cave. Le cassis, le poivre vert, la vanille et les mûres côtoient une bonne matière tannique et acide.

Un valpolicella
Les tomates destinées aux conserves embellissent les étalages des marchés publics. Voici donc un valpolicella pour accompagner vos plats de tomates automnaux.
Ca’Rugate Rio Albo Valpolicella 2012
Code SAQ : 10706736
16,75 $
Un vin au nez de fruits rouges frais, de fraises en bouche avec des cerises, des mûres et une pointe de poivre. Il est légèrement tannique avec une bonne acidité.

Les blancs du Courrier vinicole

mardi 10 septembre 2013 à 15 h 14 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Un vignoble de la Willamette valley en Oregon.
Un vignoble de la Willamette valley en Oregon.
Comme je l’ai précédemment écrit, j’estime que la majorité des vins californiens sont vendus à des prix indécents. Ces vins sont souvent surboisés, surextraits et ils manquent de finesse. Les blancs sont vraiment trop chers pour ce qu’ils offrent. Un simple bourgogne d’appellation modeste à moins de 30 $ se compare aisément à ces vins plus coûteux.

J’en ai encore eu la preuve lors de la dégustation des vins du prochain Courrier vinicole, qui porte sur l’Ouest américain, soit la Californie, l’Oregon et l’État de Washington. Les vins de ces deux derniers États s’en sortent nettement mieux que ceux du premier en matière de rapport qualité-prix.

Les 93 produits de ce numéro de la revue seront en vente du 13 au 23 septembre sur le site de la SAQ – la presse spécialisée en a goûté 31. Cette offre comprend aussi plusieurs millésimes, dont des vieux Dominus de Christian Moueix.

Cette édition du Courrier vinicole présente une nouveauté : des entrevues avec des vignerons, dont la Québécoise Isabelle Meunier, qui travaille à Evening Land Vineyards, en Oregon.

Depuis quelques trimestres, les ventes des produits de spécialité de Californie, de l’Oregon et de l’État de Washington sont en forte progression (en valeur), selon la SAQ. En un an, les ventes de rouges ont progressé de 10 %, et celles de blancs, de 11,7 %, alors que la croissance générale des produits de spécialité est de 5 %.

Voici ce que j’ai aimé et que je vous recommande en blanc. Nous parlerons des rouges jeudi.

Chardonnay Bachelder Johnson Vineyard Yamhill-Carlton Oregon 2011
44 $
Le Montréalais Thomas Bachelder produit du vin à Niagara, en Bourgogne et en Oregon depuis 2009. Ce chardonnay de l’Oregon sent la poire et les épices. Le résultat en bouche est calcaire avec des épices et des fruits jaunes genre abricot. Un vin complexe, qui peut se garder huit à neuf ans.

Chardonnay Château Montelena Napa Valley Californie 2010
55 $
Code LCBO Vintages : 701748
57,95 $
En 1976, le chardonnay du Château Montelena avait causé la surprise en battant des prestigieux blancs de Bourgogne. Le chardonnay 2010 est fin, avec des arômes de lime, de pamplemousse, de citron, de vanille et de gazon. Une vive acidité devrait lui assurer un bon séjour de sept à huit ans au cellier.

Chardonnay Joseph Phelps Fogdog Sonoma Coast Californie 2011
42 $
Un chardonnay équilibré grâce à ses arômes discrets de vanille et de bois et à son acidité moyenne. La crème, la chair d’agrumes et le citron complètent le tout.

Un mousseux rosé de Laval
Château Taillefer Lafon, vin mousseux rosé 2011

Situé à Sainte-Dorothée (Laval), au nord de Montréal, le Château Taillefer Lafon produit du vin et du cidre. Ce mousseux rosé est fait de chambourcin, de cabernet-sauvignon et de pinot noir et il offre un fruité (fraise et cerise) des plus agréables, en plus d’une belle acidité et de bulles fines, mais discrètes. Il est en vente au domaine.

Des vins entre deux saisons

jeudi 5 septembre 2013 à 15 h 57 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

L'Oltre de Pio Cesare et le Castel Sans-façon
La rentrée scolaire est derrière nous tous, la rentrée culturelle arrive à grande vitesse, l’été tire à sa fin et l’automne va bientôt se réveiller. Bref, nous sommes un peu entre deux saisons, à la fin des maturations de certaines récoltes.

Voici donc quelques vins que j’ai dégustés récemment. Ils sont un peu passe-partout, à l’image de cet entre-deux saisons.

En blanc
Terradria Georges Duboeuf collection 2007 chardonnay pays d’Oc

Code SAQ : 11910202
20 $
Un chardonnay français boisé, assez classique avec des arômes de beurre, d’agrumes, de craie et de fruits tropicaux comme l’ananas.

En rouge
Costières de Nîmes Grand Valcombe 2010

Code SAQ : 11767987
15,90 $
Un vin de produit courant, bien connu à la SAQ. Les fruits frais rouges, la cerise, la fraise et une pointe de menthe sont au rendez-vous. Très bon.

Pio Cesare Oltre Langhe 2009
Code SAQ : 11353047
25,60 $
Un vin d’assemblage (nebbiolo, barbera, cabernet-sauvignon et merlot) du Piémont. Au menu : cerise, fraise, bleuet, plants de tomates, entourés d’une bonne quantité de tannins et d’acidité. À boire ou à conserver cinq ans au plus.

Castel Sansfaçon cabernet-sauvignon syrah IGP Pays d’Oc 2012
Code SAQ : 11676022
15,05 $
Un bon vin de bistro qui sent de prime abord les fruits rouges frais. En bouche, il est un peu plus complexe avec ses arômes de café, de bois, d’épices, de fruits rouges mûrs, de cèdre, de bleuet et de fraise. Un vin convenable et structuré, qui est néanmoins marqué par un peu de chaleur alcoolique.

Une dégustation ouverte au public
Formé des vignobles Jeanjean (Languedoc), Ogier (Châteauneuf-du-Pape), Antoine Moueix (Saint-Émilion), Rigal (Cahors), Laroche (Chablis, sud de la France, Chili, Afrique du Sud), Cazes (Roussillon) et Gassier (Provence), le groupe Advini est en tournée québécoise de lundi à jeudi prochain. L’événement est ouvert à tous, et ce gratuitement.

L’occasion est belle de rencontrer quelques vignerons et de goûter les plus récentes cuvées des maisons en présence.

Ils seront donc à l’Hôtel Hilton de Québec, le 9 septembre, à l’Hôtel Crystal de Montréal, le 10 septembre, au Club de golf Islemere de Sainte-Dorothée, le 11 septembre, et au Hilton du lac Leamy, à Gatineau-Ottawa, le 12 septembre.

Pour plus d’information : 514 272-4343

Photo : Hamilton Russell Vineyards

En dehors de la Bourgogne, les vins de chardonnay et de pinot noir empruntent diverses caractéristiques stylistiques, ce qui est tout à fait normal. Le terroir, le climat, les méthodes de travail du vigneron varient sensiblement d’une zone de production à l’autre. Pour beaucoup d’amateurs de vins, les vins bourguignons sont inimitables dans d’autres territoires.

Mais certains producteurs arrivent à s’approcher un peu du fameux style bourguignon, qui est légendaire. Spontanément, je pense aux chardonnays et aux pinots noirs du producteur ontarien Le Clos Jordanne.

En Afrique du Sud, il semble bien que certains vignerons réussissent aussi à s’approcher de ce style bourguignon. C’est le cas d’Anthony Hamilton Russell, propriétaire du domaine qui porte son nom. En fait, son père a fondé le vignoble en 1975 et a vendu ses premières bouteilles en 1981. Avec sa production moyenne de 20 000 à 25 000 caisses par an, Hamilton Russell Vineyards est considéré comme un domaine de dimension modeste en Afrique du Sud.

Le fils Anthony est à la tête du domaine depuis 1994. Jusqu’à cette année, Hamilton Russell Vineyards produisait un vin de cépages bordelais, un assemblage de blanc, un chardonnay et un pinot noir. En prenant les rênes du domaine familial en 1994, Anthony Hamilton Russell a décidé d’en consacrer les terres à deux cépages seulement : le chardonnay et le pinot noir.

Le vignoble de 52 hectares est situé près de la mer, donc dans un climat maritime, dans la vallée d’Hemel-en-Aarde. Les vignes poussent dans des sols argileux minces, constitués de 60 % de roches.

Dégustation de vins sud-africains fortement influencés par la Bourgogne.

Photo : Hamilton Russell Vineyards

Hamilton Russell Vineyards pinot noir Hemel-en-Aarde Valley 2010
Code SAQ : 11155737
44,75 $ (il en reste peu à la SAQ)
2010 est le millésime préféré d’Anthony Hamilton Russell. La violette et les épices accueillent le nez. En bouche, les fines saveurs de cassis, de thé, d’épices et de cannelle sont entourées d’une vive acidité et de tannins moyens. Très beau.

Hamilton Russell Vineyards pinot noir Hemel-en-Aarde Valley 2011
À venir à la SAQ
Ici, le nez est marqué par les fruits rouges, dont la fraise. Le vin est très tannique, suivi d’arômes de thé, de cannelle, de cerise noire, de fruits noirs et d’une acidité vive.

Hamilton Russell Vineyards chardonnay Western Cape 2011
LCBO Vintages : 931006
32,95 $
Un vin blanc qui exhale le beurre, la vanille, le bois et le citron. Dans le verre, le beurre, la vanille et le citron reviennent. Des fruits blancs se superposent à une vive acidité et une présence alcoolique un peu marquée. Un très beau chardonnay.

Hamilton Russell Vineyards chardonnay Western Cape 2012
Code SAQ : 11662270
31,75 $
Pour gagner plus de fraîcheur, Anthony Hamilton Russell a laissé faire la fermentation malolactique dans une proportion de 70 à 80 % dans le vin. Les acides maliques, qui développent des goûts acides verts et très prononcés, sont ainsi transformés en acides lactiques, qui sont plus ronds, plus agréables au palais. C’est pourquoi le nez de ce chardonnay est plus frais que le millésime 2011; on sent tout de suite les fruits blancs frais. En bouche, le beurre, la vanille, la lime et une pointe de citron baignent dans une vive acidité. Encore une fois, nous avons affaire à un très beau chardonnay.

Les vins de la Robertson Winery
La maison Robertson Winery offre des vins dans un registre de prix plus accessibles.
Robertson Winery chenin blanc 2012
Code SAQ : 10 754 228
10,25 $
À ce prix, ne vous privez pas de ce chenin blanc marqué par les fruits blancs (la poire) et les agrumes. La finale est acide, fraîche et douce. Un vin de qualité égale et toujours aussi bon.

Robertson Winery shiraz 2012
Code SAQ : 00586149
14,15 $
Un shiraz moderne doté d’arômes de bois, d’épices, de fumée, de bleuets, de cassis et de vanille. La finale est boisée, marquée par le cèdre, ce qui fatigue la bouche et enlève toute finesse. Pour les amateurs de shiraz qui apprécient le bois.