Billets publiés en juin 2013

Le vin dans la soupe

jeudi 27 juin 2013 à 13 h 35 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Un gaspacho | © iStockphoto/ SergeyZavalnyuk

Une fois l’été bien installé, j’ai personnellement tendance à lever le nez sur les soupes, que je trouve trop chaudes pour mon palais estival. Mais pourquoi ne pas préparer des soupes froides, qui sont à la fois rafraîchissantes et nourrissantes?

Boire du vin avec la soupe est, en général, déconseillé, mais avec sa version froide, pourquoi pas? Et on peut lui conserver une consistance assez épaisse, ce qui permet de bien la distinguer du vin qu’on porte à ses lèvres.

Avec la vichyssoise
Servie chaude ou froide, la vichyssoise contient du bouillon de poulet, de la pomme de terre et du poireau.
Umani Ronchi Jorio Marche 2011
Code SAQ : 11573218
16,25 $
Voilà un vin très frais, très acide et très marqué par les agrumes, dont la lime. Des arômes de fumée et de craie rehausseront votre vichyssoise.

Avec le gaspacho
Le gaspacho est formé de tomates crues auxquelles on ajoute de l’eau ou des glaçons. On peut y ajouter des concombres et des poivrons.
Gonzalez Byass Tio Pepe Fino extra dry Xérès
Code SAQ : 00242669
17,25 $
Je vous ai déjà parlé de ce vin ici. Je le recommandais avec des amandes salées et fumées, des noix et des huîtres, mais essayez-le avec un gaspacho et ajoutez-y, pourquoi pas, des noix pour mieux réaliser l’accord avec le vin.

Avec une soupe froide de pois verts
Clos Henri Petit Clos sauvignon blanc 2011

Code SAQ : 11459896
19,95 $
La famille d’Henri Bourgeois, de Sancerre, dans la Loire, cultive aussi la vigne en Nouvelle-Zélande. Ce vin s’accordera très bien avec cette soupe, puisqu’il a un goût d’asperges, de petits pois, le tout ponctué de fumée et d’agrumes.

Avec une soupe froide de concombre
Domaine Séguinot-Bordet Chablis 2011

Code SAQ : 00926899
22,85 $
Un chablis très droit, très classique dans le genre, avec sa belle acidité ainsi que ses notes de fruits blancs et de citron.

Un vin pour le week-end
Un petit rouge pour le barbecue
Sogrape Vinhos, Duque de Viseu Dao 2009

Code SAQ : 00546309
14,95 $
Année après année, ce classique vendu en approvisionnement continu à la SAQ en offre beaucoup pour le prix. En bouche, ce vin portugais offre des fruits rouges dans une trame acide et tannique équilibrée.

À 10 kilomètres d’Alba, capitale mondiale de la truffe blanche, se trouve le vignoble Fratelli Alessandria, formé de 14 hectares (dont 2 hectares à Monforte d’Alba).

Chaque année, 80 000 bouteilles sortent des chais de cette entreprise familiale. Tous les raisins proviennent des deux vignobles familiaux, dirigés par la quatrième et cinquième génération de la famille Alessandria, dont Vittore Alessandria que j’ai rencontré avec d’autres chroniqueurs en vin.

Fratelli Alessandria est un producteur de vin en monocépage, c’est-à-dire qu’il ne fait pas de vins d’assemblage. Chaque bouteille contient 100 % d’un seul cépage, soit du chardonnay, du nebbiolo et du verduno pelaverga.

Rappelons que 350 producteurs de vin du Piémont produisent du barolo, pour un total de 12 millions de bouteilles.

Fratelli Alessandria chardonnay Buscat 2011
Code SAQ : 11826393
28,20 $
Ce chardonnay est le seul cépage international planté dans les vignobles de Fratelli Alessandria. Il est élevé à 70 % dans des fûts de chêne et à 30 % dans des cuves en acier inoxydable. Le vin n’est pas trop boisé avec des arômes de fumée, de craie, de fruits jaunes, de poire, d’agrumes et de chair de fruits jaunes. Des notes de pâtisserie complètent le tout en beauté.

Fratelli Alessandria Dolcetto d’Alba 2011
Code SAQ : 11580186
20,25 $
« Un vin de tous les jours qui s’allie avec beaucoup de mets. Il est très fruité », dit Vittore Alessandria. Très fruité, il l’est en effet, avec des fruits noirs, du cassis, de la mûre, mais aussi une puissance en bouche conférée par des épices, des grains de café et pas mal de tannins. Très bon aujourd’hui et très prometteur.

Fratteli Allessandria verduno pelaverga speziale 2011
Code SAQ : 11863021
23,75 $
Cépage : verduno pelaverga
Vittore Alessandria propose de servir ce rouge frais, soit à 13-14 °C. « C’est un vin considéré historiquement comme un aphrodisiaque », lance-t-il avec un clin d’œil bien italien… Le nez envoûtant (!) présente des traces d’épices, de thé et de poivre rose. En bouche, le poivre rose revient, complété par beaucoup de tannins, des fruits rouges épicés, des cerises et du thé noir un peu fumé. Un vin original, il va sans dire.

Fratelli Alessandria Gramolere Barolo 2008
Code SAQ : 11191421
53,75 $
Rubis, ce barolo très tannique et très acide est marqué par la prune, la fumée, le cassis et le café. Selon Vittore Alessandria, le millésime 2008 est exceptionnel. Il ajoute : « Le nebbiolo a besoin de soleil, mais pas trop. C’est un millésime qui vieillira bien. »

Fratelli Alessandria Monvigliero Barolo 2008
Code SAQ : 11725111
116 $ pour la bouteille de 1,5 L, en vente seulement à la SAQ Signature Montréal
Le verre dégage de faibles arômes d’épices. En bouche, c’est nettement plus complexe avec beaucoup d’épices, de fruits noirs, de café et de cassis. L’acidité est moyenne et les tannins sont présents en grand nombre. Un vin complexe, de garde.

Les bordeaux de Dourthe

jeudi 20 juin 2013 à 13 h 58 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Les vins de Dourthe | © Radio-Canada/Ronald Georges

Avec la création du Dourthe No 1 blanc en 1988, le producteur Vins et vignobles Dourthe a connu un énorme succès. Ce Bordeaux blanc a depuis changé de nom pour La Grande Cuvée. Pourtant, la société Dourthe existe depuis 1840. Après les acquisitions de plusieurs vignobles à partir des années 90, Dourthe est devenu un acteur important de l’industrie vinicole bordelaise avec ses neuf vignobles qui totalisent 700 hectares de vignes.

Son président, Patrick Jestin, était à Montréal récemment. Dégustation avec un ancien as du marketing du parfum qui, depuis 1987 chez Dourthe, plonge son nez dans le vin.

Dourthe La Grande Cuvée sauvignon blanc 2012
Code SAQ : 00231654
16,40 $
Ce sauvignon blanc connu du grand public dégage des odeurs végétales, d’asperges et d’herbe coupée. En bouche, les agrumes, le citron, la lime, les asperges et les petits pois donnent un vin assez droit, simple, agréable et frais. Il est un peu piquant en fin de bouche, donc, si vous le pouvez, attendez-le une année. Avec des huîtres, c’est certain.

Château De Ricaud Cadillac Côtes de Bordeaux 2010
Code SAQ : 11556901
19,95 $
Un vin très aromatique aux notes de fruits rouges comme la fraise et la framboise. Au verre, on remarque les fruits rouges mûrs, la cerise, le cassis et une pointe végétale avec des tannins souples. Bon rapport qualité-prix. « Le progrès technologique permet d’offrir des vins à prix corrects aux consommateurs », a commenté Patrick Jestin à propos de ce vin.

Château Pey La Tour Réserve du Château Bordeaux supérieur 2009
Code SAQ : 00442392
22,95 $
LCBO Vintages : 925859
19,95 $
Plus concentré et plus serré que le précédent, ce Bordeaux supérieur affiche des notes de poivron rouge, de mûre, de fraise, de framboise et de fruits des champs. Un tantinet chaud, sa présence tannique est un peu marquée.

La Terrasse de La Garde Pessac-Léognan 2010
Code SAQ : 00018234
24,95 $
Le nez vanillé et boisé laisse présager un vin lourd, mais il n’en est rien. Ce vin est souple et complété par le fruit rouge et la fraise. Fort agréable.

Château Rahoul Graves 2005
Code SAQ : 11572645
29,95 $
Le nez de ce Graves est complexe et fin avec ses odeurs d’épices et de grillé. Il est moyennement tannique et acide avec des arômes de grains de café, de cassis, de fruits noirs, d’épices, de très beaux fruits rouges et de pâtisserie.

Château Belgrave Haut-Médoc 5e grand cru classé 2009
Code SAQ : 11353400
43 $
Au nez aromatique de poivron rouge et de cassis se succèdent des arômes de cassis, de fumée, de café, de mûre et de bleuet. Le tout est très acide et très tannique. Un vin très droit, assez complexe et pour la garde.

Pour plus de vins québécois en magasin

mercredi 19 juin 2013 à 14 h 41 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Le Vignoble Rivière du Chêne | © Radio-Canada/Ronald Georges

Adopté à l’unanimité par l’Assemblée nationale le 7 juin, le projet de loi 395, loi modifiant la Loi sur la Société des alcools du Québec et la Loi sur les permis d’alcool, cherche à « augmenter la visibilité des vins québécois dans les succursales de la SAQ, mais également dans les épiceries, les restaurants et les marchés publics », selon cet article de Radio-Canada.ca.

En fait, la loi cherche aussi à permettre la création de distillateurs artisanaux et d’une coopérative qui achèterait des déchets de raisins de producteurs de vin. La loi vise également à ce que leurs produits aient accès au même réseau de vente que le vin.

« Cette loi nous permettrait d’avoir une plus belle portée, que nos produits deviennent plus accessibles. Les gens se plaignent de ne pas les trouver à la SAQ ou que le vignoble se trouve trop loin de leur demeure », croit Alexandre Jalbert, directeur ventes, marketing et communications au Vignoble Rivière du Chêne, qui est situé à Saint-Eustache, en banlieue montréalaise.

Je trouve les vignerons québécois courageux, voire complètement fous, pour produire du vin dans de telles conditions climatiques. Cette année, je crois que beaucoup d’entre eux n’ont pas beaucoup dormi, étant donné les épisodes de gel que nous avons connus au début du printemps. Déjà que ce métier n’est pas facile dans les pays de l’Ancien Monde, alors imaginez au Québec!

Quant au projet de loi 395, je crois qu’on fait fausse route et qu’on veut commercialiser trop rapidement un produit qui n’est pas assez mature. Le gouvernement devrait plutôt aider les vignerons à améliorer leurs vignobles, à choisir des cépages plus fins au palais et leur offrir une expertise sur les cépages vitis viniféra (chardonnay, pinot noir). Oui, il y en a au Québec, mais la qualité des vins produits n’est pas toujours là. Il faudrait qu’Agriculture Québec intervienne un peu en amont, dans les champs. Ai-je raison? Non, selon Alexandre Jalbert : « Oui, la recherche (dans les champs et dans les chais) doit se faire parallèlement. Au Québec, l’industrie est tellement jeune que les vignerons doivent vendre leurs vins pour réinvestir dans la production. Pour les vignerons qui produisent à petite échelle et qui ne vendent qu’au vignoble, vendre dans les épiceries de leur région est une opportunité de développement. »

Yvan Quirion, du Domaine Saint-Jacques en Montérégie et vice-président de l’Association des vignerons du Québec, est insatisfait de ce projet de loi. « On négocie avec le gouvernement pour avoir un programme global de développement du vin au Québec depuis six ans. L’Union européenne subventionne très grassement les producteurs de vin. On demande au gouvernement de faire la même chose. Cette offensive m’a déçu. Oui, elle est intéressante, mais l’Association des vignerons du Québec préfère se développer dans le réseau de la SAQ en premier lieu pour la notoriété », dit-il.

Et qu’en est-il du prix des vins québécois qui sont souvent jugés trop chers? « Nos vins ne sont pas chers, rétorque Yvan Quirion. Ce sont des vins de terroir à l’échelle humaine. Sur une même patinoire, d’égal à égal, nous sommes hyper compétitifs. Un vin chilien ou australien qui est produit sur un vignoble de 100 hectares, mécanisé et rempli de pesticides, ce n’est pas la même chose. »

Yvan Quirion ajoute à propos de la loi : « On peinture des bandes, on met de la publicité sur la glace, mais on n’a pas de patins pour jouer au hockey. C’est de l’opportunisme politique, sans vision économique. Dans ce dossier, la SAQ est notre partenaire. Il faut que quelqu’un dans le gouvernement ait une vision à long terme, comme ça s’est fait dans toutes les autres provinces canadiennes. »

En somme, le dossier est loin d’être clos…

Comment le vin québécois se défend-il à la dégustation? À mon humble avis, les blancs et les rosés se défendent pas mal, les rouges se sont améliorés depuis quelques années, mais les vins de glace m’ont récemment déçu. Alors que les cidres de glace québécois sont en général de qualité impeccable, ce n’est pas le cas pour les vins de glace. Les acidités sont souvent trop basses et il n’y a pas de réelle complexité. Bref, il reste bien du travail à faire avec ce produit prometteur.

Photo : Vignoble La Bauge

Quelques vins québécois
Vignoble Les Artisans du Terroir Prémices d’Automne 2002

11,95 $
En vente au domaine
Les cépages cayuga et saint-pépin forment un vin très acide, marqué par les fruits blancs dans le genre de la poire et de l’abricot. Très bon.

Vignoble la Bauge Le Solyter 2011
Composé de seyval blanc, Le Solyter dégage des saveurs de citron et de fruits blancs confits. La finale est minérale, avec un rappel sur le citron.

Vignoble de Sainte-Petronille Réserve du bout de l’île 2011
Code SAQ : 11440394
19,25 $
Minéral, ce vin de vandal-cliche de l’île d’Orléans frappe le palais en premier lieu. En deuxième lieu, on a droit à des arômes de zeste de lime et de pierre. Un très beau vin, mais attendez quelques années pour que ses airs de jeunesse s’effacent.

Domaine des Côtes d’Ardoise riesling 2011
En vente au vignoble et au Marché des saveurs du Québec.
Ce vin est issu de riesling, un cépage vitis vinifera de « la famille de la vigne européenne », selon L’atlas mondial du vin de Hugh Johnson et de Jancis Robinson. Le vignoble québécois compte beaucoup de cépages hybrides, « greffés sur des cépages vinifera européens, afin de permettre notamment une bonne maturation dans les régions où la saison de croissance est brève », selon le même atlas. Et au verre, qu’est-ce que ça donne? Des arômes de paille, d’écorce d’orange, très acide et minéral. Particulier. Il faut aimer le genre.

Vignoble de l’Orpailleur Cuvée prestige Natashquan 2009
En vente sur le site du producteur et au vignoble
Cette cuvée, composée à 100 % de seyval blanc, développe des arômes de craie, de fumée, de citron et d’orange amère. Très bien fait.

Givrée d’Ardoise Domaine des Côtes d’Ardoise vin de glace 2007
Code SAQ : 00719971
62,50 $
Un vin de glace bien équilibré, malgré la charge sucrée. L’abricot, le miel et le sirop de maïs complètent sa palette aromatique.

Les vins des Domaines Lapalu | © Radio-Canada/Ronald Georges

Un Bordeaux, parce qu’il ne restera pas longtemps à la SAQ…
Château Patache D’Aux 2009

Code SAQ : 11338226
22 $
Depuis 1964, la famille Lapalu détient des vignobles à Bordeaux en AOP Médoc, Haut Médoc et Bordeaux blanc. Cette petite entreprise totalise aujourd’hui cinq vignobles (Patache d’Aux, Leboscq, Liversan, Lacombe Noaillac et Lieujean), dont les raisins sont transformés sur quatre sites de production : Patache d’Aux (où est vinifié Leboscq), Liversan, Lacombe Noaillac et Lieujean. De couleur rubis foncée évoluée, ce vin sent le poivron rouge, les fruits transformés et un fond animal. Dans le verre, on a affaire à des arômes de fumée, de fruits noirs, de cassis et de tabac. La finale est longue et elle se termine sur le cassis, la fumée et des tannins en grand nombre. Un Bordeaux droit, structuré et classique. Bravo!

Des vins pour la fêtes des Pères

jeudi 13 juin 2013 à 9 h 30 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Pour les papas qui aiment le vin

Photo : Domaine Yves Boyer-Martenot

Pour la fête des Pères cette année, j’ai envie de vous recommander des vins complexes, affirmés et droits. Des vins de garde, assurément, mais qui peuvent aussi se consommer maintenant, après une heure en carafe.

Une fois n’est pas coutume, alors gâtez votre père en lui offrant des vins puissants et pourvus d’un bon potentiel de garde.

En blanc
Bonny Doon Le Cigare blanc 2010

Code SAQ : 10370267
35,25 $
Bonny Doon, l’un des vignerons les plus rhodaniens de Californie, offre ici un assemblage presque égal de grenache blanc et de roussanne, soit sa version en blanc du Châteauneuf-du-Pape. La cire d’abeille, la lime et la pêche en finale forment un tout très bon et très harmonieux.

Domaine Yves Boyer-Martenot Puligny-Montrachet 1er cru Les Caillerets 2008
Code SAQ : 11661568
112 $
La robe dorée et brillante de ce vin laisse percevoir des odeurs délicates de fleurs blanches. Sa bouche est complexe à souhait : de légères saveurs de miel, de bois et de vanille, de l’agrume et de la fumée. La finale est minérale, fine, équilibrée, et elle laisse une sensation de fraîcheur en bouche. Un grand bourgogne, un vin cher, mais qui en met plein la vue, la finesse en prime.

En rouge
Alto Moncayo Garnacha Campo de Borja 2010

Code SAQ : 10860944
41,75 $
Un vin espagnol moderne et racé avec ses saveurs de poivron rouge, d’épices, de vanille et de bois. Votre papa pourra le boire dès aujourd’hui ou dans 10 ans.

Château Belgrave Haut-Médoc 5e grand cru classé 2009
Code SAQ : 11353400
43 $ dans les SAQ Signature de Montréal et de Québec
Votre papa est-il un fin connaisseur de vins de Bordeaux? Si oui, offrez-lui ce Haut-Médoc où le cassis, la fumée, les noyaux de fruits noirs, le café, la mûre et le bleuet règnent en maîtres. Un vin très droit et assez complexe qui vieillira à merveille.

Clos de l’Oratoire des Papes 2010
Code SAQ : 11407990
43,75 $
La Maison Ogier est aussi propriétaire du Clos de l’Oratoire, un domaine de 25 hectares à Châteauneuf-du-Pape où les vignes sont traitées en culture biologique. Le vin est épicé, très acide et tannique, complété de notes de bleuets, de mûres et d’une légère pointe de confiture. Le passage en carafe est de mise, et la bouteille pourra bien sûr se conserver de 15 à 20 ans.

Niepoort Redoma Douro 2008
Code SAQ : 11634375
45 $
Reconnu pour ses vins au bon rapport qualité-prix, le Portugal est capable d’en mettre plein la vue avec des vins dotés d’une bonne matière et de fruits rouges, comme le cassis et le raisin noir. Un excellent vin signé Dirk Niepoort.

Fratelli Alessandria Gramolere Barolo 2008
Code SAQ : 11191421
53,75 $
Un Barolo tiré des vignobles de la famille Alessandria à Alba, dans le Piémont. Selon le vinificateur Vittore Alessandria, le Barolo 2008 est un millésime « exceptionnel. Le nebbiolo a besoin de soleil, mais pas trop. C’est un millésime qui vieillira bien. » Dans le verre, les arômes de fumée, de fruits noirs, de prune, de cassis et de café s’entremêlent dans une trame très acide et très tannique.

Pasqua Black Label Amarone Valpolicella 2008
Code SAQ : 11768171
37 $
Si votre papa aime le chocolat, offrez-lui cet Amarone marqué par le café, la crème et le chocolat au lait. Souple et très délicat, ce vin est excellent.

© Radio-Canada/Ronald Georges

L’Américain Charles Bieler est un cas en soi. Son titre sur sa carte professionnelle indique « Wine ninja ». Il n’est pas vigneron, ni négociant. En fait, il est un homme d’affaires qui cherche à commercialiser le meilleur vin possible, peu importe d’où celui-ci provient. Bref, c’est un négociant moderne qui promeut le vin fait par ses partenaires vignerons.

Depuis le début de l’année, Charles Bieler, au sein de sa firme Charles & Charles wines of Washington, s’est associé à Trinchero Family Estates wines, qui gère les marques Ménage à trois, Angove (Australie) et Carmen (Chili), de même que 7000 hectares de vignes. C’est énorme.

Les étiquettes des vins que Charles Bieler met en marché sont cool, branchées et marquées par la culture populaire, dont la musique rock. D’ailleurs, le vinificateur Charles Smith, son partenaire d’affaires au sein de Charles & Charles, était gérant du groupe danois The Ravonettes dans une autre vie.

Mais est-ce que tout ce marketing et tout ce flafla donnent des résultats probants dans le verre? Non, malgré des prix à la limite de l’acceptable. Voici mes notes d’une dégustation en forme de parcours d’affaires.

Charles & Charles rosé 2012 Washington Columbia Valley
Code SAQ : 11965246
17,10 $
Composé de syrah (81 %), de mourvèdre (16 %), de cinsault (2 %) et de grenache (2 %), ce vin est issu du partenariat avec le vinificateur Charles Smith (qui était gérant du groupe danois The Ravonettes dans une autre vie!). Le nez de framboise et de violette est simple. En bouche, on goûte les fraises et l’herbe fraîche. C’est un rosé américain aux épaules plus carrées qu’un rosé de Provence, mais sans grande complexité aromatique.

Bieler père et fils rosé Côteaux d’Aix-en-Provence 2011
En vente en importation privée chez Vins Philippe Dandurand
16,80 $ (en caisse de 12 bouteilles)
Les cépages syrah (50 %), grenache (30 %), cabernet-sauvignon (10 %) et cinsault (10 %) sont achetés dans sept vignobles différents en Provence. Ils sont vinifiés séparément et assemblés ensuite. Le résultat? Des notes de fraise, de cerise et de fleur rouge au nez, des notes de fraise, de violette, de cerise et d’herbe en bouche, avec une très bonne acidité. Nous avons affaire à un rosé de gastronomie, à un rosé de Provence classique.

Newman’s own cabernet-sauvignon 2011 Californie
Code SAQ : 11341732
18,60 $
Même si Paul Newman était plutôt un amateur de Budweiser, nous a raconté Charles Bieler, il tenait à ce que le vin fasse partie de son empire caritatif. Ce cabernet-sauvignon est complété par 12 % de petite syrah. Le verre dégage des odeurs de poivrons rouges et des poivrons rôtis. En bouche, le vin est très acide, et les tannins sont asséchants; des fruits rouge dense, de la mûre et des bleuets composent la trame de fruits. Un vin assez bien fait, qui gagnerait à être attendu deux ou trois ans.

The Show cabernet-sauvignon 2011 Napa
Code SAQ : 11603510
19,95 $
Spectaculaire, l’étiquette de ce vin est une œuvre de Hatch Show Print de Nashville, qui a fait des affiches pour nombre de vedettes de la musique rock et country. Le nez est marqué par le chocolat au lait, le poivron vert et le bois. Ce cabernet-sauvignon est serti de vanille, de bois, de cassis, de bleuets, de fruits noirs et de café expresso. Cet amalgame de saveurs est bien entouré par beaucoup d’acidité et beaucoup de tannins, même si l’alcool marque l’ensemble en fin de bouche. Un cabernet-sauvignon américain de facture acceptable.

© iStockphoto/Geoffrey Holman

Allez, c’est le temps, il fait beau, vous avez certainement recommencé à cuisiner sur le barbecue. Mais quoi boire avec les viandes, poissons et légumes grillés? Voici quelques suggestions de bouteilles, en vente en quantité suffisante à la SAQ.

Vous êtes en manque de recettes? Écoutez les deux propositions de livres de cuisine au barbecue de l’émission Bien dans son assiette.

Aussi à la même émission, une entrevue pour ceux dont le mode de cuisson au barbecue inquiète. La fumée du barbecue est-elle toxique? Le chimiste Normand Voyer révèle des trucs scientifiquement prouvés pour réussir des grillades succulentes en toute sécurité.

Un rosé pour le balcon, la terrasse et la cour
Château Bellevue La Forêt Fronton 2012

Code SAQ : 00219840
16,25 $
LCBO Vintages : 219840
13,95 $
Très fruité, ce classique de qualité constante d’année en année met en valeur des cerises et des fraises; des fruits rouges mûrs quoi! L’acidité est marquée, rendant du même coup le vin rafraîchissant.

Des blancs
Umani Ronchi Jorio Marche 2011

Code SAQ : 11573218
16,25 $
Un vin très frais, où les agrumes sont les légion dans le verre, surtout la lime. Des notes de craie et de fumée appuient une vive acidité. Un vin parfait pour l’apéritif et pour les mets légers.

Domaine Fenouillet Hautes Combes Faugères 2012
Code SAQ : 11956850
18,25 $
En France, l’appellation Faugères produit en majorité des vins rouges (1927 hectares), alors que les vins blancs ne représentent que 60 hectares (source : INAO). Vous avez compris que les Faugères blancs sont rares au Québec; en fait, c’est le seul. Composé en parts égales de roussanne et de marsanne, ce Faugères blanc est jaune doré avec des odeurs de vanille. En bouche, il est crémeux, avec des touches de fruits blancs, de poire, de fumée, de pamplemousse et de fleurs blanches. Un très bon rapport qualité-prix.

Settesoli Mandrarossa Urra di Mare, sauvignon blanc, Sicilia IGT, 2010
Code SAQ : 11595450
21,65 $
La robe très dorée est brillante, et le vin dégage des arômes de fruits frais et d’agrumes. En bouche, c’est croquant, fruité et très acide. Les agrumes (citron et pamplemousse), l’herbe fraîche et la craie suivent par la suite. Servir à 12 °C sur des poissons et des légumes grillés.

Des rouges
Sogrape Vinhos, Duque de Viseu Dao 2009

Code SAQ : 00546309
14,95 $
Ce vin simple pour les diverses viandes du barbecue allie les arômes de fruits rouges dans un ensemble acide et tannique équilibré.

Prado Rey Crianza Ribera del Duero 2008
Code SAQ : 00929034
20 $
Plus rafraîchissant et plus corsé que le précédent, ce vin espagnol offre des fruits rouges, des cerises et des fraises en rétro.

Katnook Founder’s Block shiraz 2010
Code SAQ : 10831342
20,20 $
L’amateur de vins du Nouveau Monde trouvera son compte dans ce shiraz. La fraîcheur est assurée par des saveurs de fraises et de bleuets; le corps suit après avec une finale chocolatée. Un vin bien agréable.

© Radio-Canada/Ronald Georges

Après 25 ans, 60 000 vins dégustés, l’étude des cuisines du monde et l’analyse de la structure aromatique des aliments, François Chartier s’est dit que le temps était venu de créer des vins pour la table. En somme, après avoir changé des plats, il voulait changer le vin. « Je ne connais pas un sommelier qui n’a pas rêvé de faire son vin », a-t-il déclaré lors de la conférence de presse dévoilant ce nouveau produit qui sera sur les tablettes de la SAQ le 3 octobre.

C’est grâce au livre Papilles et molécules, publiées en 2004, que le « créateur d’harmonies », comme l’indique désormais sa carte professionnelle, peut aujourd’hui lancer son vin.

En fait, François Chartier veut « devenir un genre de nouveau négociant, qui élabore des vins selon les pistes aromatiques des aliments ». Pour l’épauler dans ce projet, l’œnologue bordelais Pascal Chatonnet collabore avec lui. « François Chartier est un penseur du vin », croit l’œnologue, qui est aussi propriétaire du Laboratoire Excell.

Alors, quelle est cette nouvelle offre vinicole au juste? François Chartier et Pascal Chatonnet ont créé quatre vins : un Fronsac de Bordeaux à dominante de merlot, un Côtes-du-Rhône (syrah, grenache et mourvèdre), un vin de Pays d’OC I.G.P. (chardonnay, grenache blanc et rolle) et un Toscana I.G.T. (sangiovese).

« Je suis un homme de terroir. J’aime la signature géographique, j’aime la signature personnelle de l’homme », assure François Chartier, qui insiste sur les origines géographiques de ses quatre vins.

Regardez l’entrevue de François Chartier à Pénélope McQuade


De la même façon qu’il a cherché à accorder précisément les aliments et le vin, les quatre bouteilles signées Chartier seront clairement destinées à des plats précis, avec des images suggérant l’accord. « La cuisine et le vin sont indissociables », croit François Chartier. Autre point intéressant (enfin, je le confirmerai le 3 octobre à la dégustation), les vins seront en vente à moins de 20 $.

Le cas échéant, François Chartier aimerait lancer d’autres « liquides » : champagne, apéritif, digestif, alcool, etc.

Alors que les guides d’accords entre les vins et les mets pullulent, qu’est-ce que ces vins offriront de plus en matière d’accords harmonieux? Transformer un plat est une opération simple à exécuter, mais cette même simplicité s’applique-t-elle au vin? Je vous donne rendez-vous en octobre prochain, dès la sortie des quatre vins signés Chartier.

Un rouge de Pascal Chatonnet
Château Haut-Chaigneau 2009

Code SAQ : 00866467
28,60 $
Propriété de la famille de Pascal Chatonnet, ce Lalande de Pomerol explose en bouche : poivron rouge, fruits rouges frais, fraise, mûre et framboise. L’acidité est élevée, et les tannins sont souples. Un vin savoureux, gourmand, droit et rond.

Le site officiel de François Chartier