Billets publiés le 22 janvier 2013

Pascal Jolivet, drapé de vin blanc

Mardi 22 janvier 2013 à 15 h 06 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Pascal Jolivet | © Radio-Canada/Ronald Georges

Ensemble, Sancerre et Pouilly-Fumé représentent 4000 hectares sur les près de 857 000 du vignoble français. C’est minuscule, mais ces deux appellations du centre Loire produisent, bon an mal an, des vins prisés par les amateurs.

Pascal Jolivet est un des producteurs réputés de la Loire. Il était à Montréal récemment pour rencontrer la presse spécialisée et pour participer à des repas mettant en vedette ces vins. J’ai eu la chance de déguster ses plus récentes cuvées de sauvignon blanc.

Le millésime 2012
Pascal Jolivet a fait le point sur le millésime 2012 dans les appellations où il cultive du raisin. En baisse de 15 à 20 % par rapport à 2011, la récolte en 2012 a produit de « la superbe qualité, et les vins sont plus masculins, bien différents de ceux de 2011 », selon lui.

Aventure en Nouvelle-Zélande
Avant d’ouvrir les sancerres et pouilly-fumés, le vigneron a sorti de ses valises le premier millésime du vin qu’il produit en partenariat avec la maison Trinity Hill en Nouvelle-Zélande, Métis.

Le vignoble de 23 hectares est situé à Hawkes Bay, sur la côte est de l’île du nord à 300 m d’altitude. L’idée derrière Métis, « marier l’esprit Jolivet vin naturel avec le terroir de Nouvelle-Zélande. D’où le nom Métis », révèle le vigneron.

Métis 2011, sauvignon blanc, Hawkes Bay, Nouvelle-Zélande
Près de 25 $
Les sauvignons blancs de Nouvelle-Zélande sont souvent trop aromatiques, les fruits tropicaux débordent du verre. Ce n’est pas le cas ici. Nous avons affaire à un vin très acide, très droit, mais en même temps rond avec des arômes de petits pois. Une légère chaleur en milieu de bouche laisse entendre que le vin pourrait mieux s’équilibrer après un an ou deux en cave. Et la finale de lime et de fleurs blanches est des plus séduisantes. Étonnamment, ce vin n’est pas encore en vente à la SAQ…

Ses autres vins
Sauvignon blanc Attitude Pascal Jolivet Vin de pays du Val de Loire 2011

Code SAQ : 11463828
16,45 $
Un vin de tous les jours tout en finesse avec ses saveurs discrètes d’asperges et de fruits tropicaux. Il se termine sur des notes minérales. Le résultat est équilibré et rond.

Pascal Jolivet Sancerre 2011
Code SAQ : 00528687
24,30 $
« Il fait plus froid à Sancerre qu’à Pouilly », révèle Pascal Jolivet. Chose certaine, le sauvignon blanc donne des résultats nettement plus complexes à Sancerre qu’en vin de pays : les arômes de fumée, de silex, d’asperges cuites, d’herbes et de citron en sont la preuve.

Pascal Jolivet Pouilly-Fumé 2011
Code SAQ : 10272616
25,75 $
Même si les deux terroirs se font face, il y a 15 à 20 % de pluie de plus qu’à Sancerre, affirme Pascal Jolivet. À la dégustation, le pamplemousse surprend en premier lieu. Il est suivi par une trame minérale tendue où la lime et le silex occupent l’espace. Un vin très long, complexe, assurément mon coup de cœur en matière de vin blanc depuis plusieurs mois. Un vin à attendre ou à servir sur un plat de coquillages cuisinés de manière audacieuse.

Nous avons également goûté au Sancerre Les Caillotes 2011, au Pouilly-Fumé Les Terres blanches 2011, au Pouilly-Fumé Les Griottes 2011, au Pouilly-Fumé Indigène 2010 et au Sancerre Exception 2010. Tous ces vins, qui ne sont pas encore en vente dans les magasins de la SAQ, affichaient chacun la personnalité de leur terroir (sancerre et pouilly-fumé), où le sauvignon blanc s’y exprime si admirablement.