Billets publiés en octobre 2012

Les Corbières du Château du Grand Caumont

Mardi 30 octobre 2012 à 11 h 10 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Laurence Rigal, du Château du Grand Caumont | © Radio-Canada/Ronald Georges

Depuis 1906, la famille Rigal dirige le Château du Grand Caumont, en Languedoc-Roussillon, appellation Corbières.

En 2003, Laurence Rigal prenait des mains de sa mère, Françoise, les rênes du château. Elle vit à Paris, mais vive le télétravail, qui lui permet de diriger le château à distance. Et elle représente le Château du Grand Caumont partout dans le monde, dont à Montréal, où elle était tout récemment.

L’avantage des appellations du sud comme Corbières réside dans le rapport qualité-prix de ces vins. Et le Château du Grand Caumont ne fait pas exception.

Le domaine est vaste, on y cultive 100 hectares de vignes âgées de 40 ans en moyenne sur 140. Les cépages carignan, grenache noir, grenache blanc et syrah composent les vins produits en Appellation d’origine protégée Corbières. Des vins de pays sont aussi assemblés avec du merlot et du cabernet-sauvignon.

La récolte 2012 est en légère baisse, de 5 % par rapport à l’an dernier. Laurence Rigal m’a confié que 2011 était une année record; ainsi, la faible récolte du millésime 2012 qui touche toute la France, voire l’Europe, n’est qu’un juste retour des choses, selon elle. Année après année, le château produit 300 000 à 350 000 bouteilles de vin.


La dégustation
Château du Grand Caumont Corbières 2010

Code SAQ : 00316620
12,90 $
Ce vin, qui se vend bien au Québec, présente un nez de fruits noirs, d’épices et de cassis. En bouche, le café, les épices, la garrigue se coordonnent avec des tannins souples et une finale crémeuse. « 2010 a été un millésime très parfumé, très équilibré, sans pluie », a déclaré Laurence Rigal.


Château du Grand Caumont Impatience Corbières 2009
Code SAQ : 00978189
18,45 $
Le grand frère de la précédente cuvée a un nez fin, légèrement animal. Je m’attendais à davantage de complexité et j’ai été servi : le vin est épicé, serti de fruits noirs (bleuets). Les tannins sont ronds et souples. À boire ou à attendre patiemment (!) quelques années.

Château du Grand Caumont vinifie depuis cinq ans un rosé qui avait des notes de petits fruits et une acidité élevée. J’espère de tout cœur trouver ce rosé au Québec l’été prochain.

Un vin de pays de l’Aude (une importation privée), le Corbières cuvée spéciale 2010 et le Corbières réserve de Laurence 2010 ont aussi été dégustés.

Le coq au vin de Bob le Chef

Jeudi 25 octobre 2012 à 13 h 46 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

© Daniel Mathieu

Bob le Chef réinterprète un classique de la cuisine française. Mais au lieu de le cuisiner avec du vin français (un Bourgogne est souvent ajouté dans la recette), nous proposons deux vins américains.

4 hauts de cuisse de poulet
125 ml (1/2 tasse) de farine
100 ml (3/8 de tasse) d’huile d’olive ou végétale
12 carottes entières du jardin (minicarottes) ou 2 carottes coupées en demi-rondelles de 1 cm
20 oignons perle épluchés
2 gousses d’ail hachées
250 ml (1 tasse) de vin rouge
25 ml (2 cuillères à soupe) de pâte de tomate
125 ml (1/2 tasse) de bouillon de volaille
4 branches de thym frais
12 champignons café coupés en quartier
50 ml (3 cuillères à soupe) de beurre
Sel, poivre au goût


Regardez la vidéo de la préparation de la recette.


Enfariner légèrement les hauts de cuisse, saler et poivrer.
Dans un poêlon à feu fort avec de l’huile, dorer les hauts de cuisse de chaque côté.
Réserver dans une lèchefrite.
Dans le même poêlon, colorer légèrement les carottes, les oignons et l’ail.
Une fois ces ingrédients colorés, déglacer avec le vin rouge, ajouter la pâte de tomates et laisser réduire de moitié.
Ajouter le bouillon de volaille, remuer et verser le tout sur les hauts de cuisse.
Parsemer de branches de thym.
Couvrir d’une feuille de papier aluminium et cuire au four préchauffé à 400 °F de 45 minutes à 1 heure.
Après 30 minutes de cuisson, ajouter les champignons.
Une fois la viande cuite, verser le jus de cuisson dans une casserole à feu moyen, incorporer le beurre en fouettant et laisser réduire jusqu’à l’obtention de la consistance désirée.
Rectifier l’assaisonnement avec le sel et le poivre.
Servir sur un nid de pâtes aux œufs, avec la sauce.


L’accord vin
Zinfandel old vine Gnarly head 2010

Code SAQ : 11770553
19,05 $
Bob le Chef recommande ce vin californien très fruité avec son coq au vin. J’ai goûté à ce zinfandel, un cépage originaire de Croatie. Ici, il allie les arômes de bleuets et de réglisse à une acidité modérée et une bonne charge alcoolique.

Pinot noir Cloudline Oregon 2009
Code SAQ : 11334161
20,35 $
Un autre choix, un pinot noir de l’Oregon. Avec ses arômes persistants de thé, d’épices, de terre et de fruits rouges (fraise, cerise), il sera parfait avec le coq au vin.

Les vins bien connus de Cousino Macul

Mardi 23 octobre 2012 à 13 h 43 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

© Radio-Canada/Ronald Georges

Le domaine Cousiño Macul se passe de présentation. Les Québécois ont accès aux vins de ce producteur chilien depuis 1987, mais l’histoire de cette compagnie familiale remonte à bien plus loin : 1856.

Rencontre et dégustation avec Arturo Cousiño, l’un des trois frères de la sixième génération de propriétaires de ce domaine qui, fait rare, demeure toujours sous contrôle familial.

Cousiño Macul possède 300 hectares de vignes, disséminés dans trois terroirs de la vallée de Maipo. La maison achète aussi des raisins pour vinifier la gamme Tilla, un vin d’entrée de gamme en vente en Amérique du Sud.

Cousiño Macul écoule ses bouteilles surtout dans les supermarchés. Et la compétition provient d’une autre boisson alcoolisée, la bière, depuis que les Chiliens boivent moins de vin. Ainsi, Cousiño Macul exporte la moitié de sa production, soit près de 116 000 caisses, notamment au Brésil, aux États-Unis et au Canada.


La dégustation
Chardonnay Cousiño Macul Antiguas reservas Maipo 2011
Code SAQ : 00962811
18,15 $
Un chardonnay du Nouveau Monde classique, c’est-à-dire qu’il dégage un nez d’arômes de beurre, de fruits tropicaux et d’ananas. En bouche aussi, mais ajoutez à cela des saveurs de craie, de vanille et d’épices. Arturo Cousiño estime que les vins blancs chiliens manquent de caractère minéral. Pourtant, celui-ci contient une bonne trame acide.

Merlot Cousiño Macul Antiguas reservas Maipo 2010
Code SAQ : 00866723
18,20 $
Depuis la sortie du film Sideways, le merlot en a pris pour son rhume. Celui de Cousiño Macul a un nez de poivre et de poivron vert. En bouche, les poivrons verts, les tannins un peu verts et des saveurs de fruits rouges en font un vin correct. Amenez-lui votre poulet grillé favori.

Cabernet-sauvignon Cousiño Macul Antiguas Maipo 2010
Code SAQ : 00212993
18,65 $
Le vin phare du domaine est vinifié sans interruption depuis 1927! Étonnamment peu boisé, il est tannique. Des accents de viande, de poivron vert, de fruits rouges et noirs, de noyaux de fruits, de cola et de griotte le caractérisent. Selon Arturo Cousiño, la région de Maipo est propice au cabernet-sauvignon.


Arturo Cousiño | © Radio-Canada/Ronald Georges

Cabernet-sauvignon, merlot et syrah Finis Terrae Cousiño Macul valle de Maipo 2009
(39,75 $, à la SAQ bientôt)
L’un des vins haut de gamme du producteur chilien est vinifié avec de vieilles vignes de cabernet (plantées en 1932) et de merlot (40 ans). Le résultat : un nez de bleuets, de cassis, de tabac noir, et une bouche passablement tannique où règnent le café, les bleuets et le cassis. Avec le gibier assurément.

Cabernet-sauvignon/merlot Lota Cousiño Macul 2008
73,50 $
Il reste à la SAQ quelques bouteilles du millésime 2005, mais celui-ci sera en vente (seulement cinq caisses!) à la Grande dégustation de Montréal.
Lancé en 2004 pour souligner le 150e anniversaire de la maison, ce vin a une belle finesse où s’entremêlent les saveurs de tabac blond et de viande. En finale, il est tannique avec du tabac, de la fumée et des mûres. La finesse a malheureusement son prix…

En terminant, Cousiño Macul produit depuis 2008 des syrahs, déclinées en plusieurs gammes de qualité. Il faut aussi surveiller l’arrivée au Québec d’un blanc de sauvignon gris en mars, un cépage difficile, car il est sensible à l’eau et aux nématodes (des parasites qui affectent la vigne).

Assurément, ces vins seront d’un bon rapport qualité-prix, un facteur que nous cherchons tous, n’est-ce pas?

Les plats d’automne et le vin

Vendredi 19 octobre 2012 à 11 h 46 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

En cette ère automnale, place au réconfort, aux soupes bien chaudes, aux plats longuement mijotés, aux épices et aux effluves concentrés.

En général, ces plats aiment la compagnie de vins costauds, tanniques et épicés.

Amusons-nous avec deux viandes : le canard et le gibier.


À l’émission Pour le plaisir, le comédien Bernard Fortin a mis son tablier de chef pour concocter un rouleau de canard à la mangue (cette recette provient du site Canard du Québec).

Pour déguster ce rouleau de canard, pourquoi ne pas l’accompagner d’un Cahors, le Château la Coustarelle Grande cuvée prestige 2008 (code SAQ : 00482240, 16,85 $). Ce vin est souple, doté de fruits frais rouges généreux et de tannins bien ronds. De plus, il tiendra tête au gingembre que contient la recette.

L’automne rime aussi avec la saison de la chasse, qui bat son plein en Amérique du Nord. Amateurs de gibier, vous devez accompagner vos prises avec ce vin espagnol, le Condado de Haza Ribera del Duero 2008 (code SAQ : 00978866, 23,10 $).

Passez-le en carafe une heure ou deux pour assouplir ses tannins. En bouche, vous aurez un vin de petits fruits rouges, vif, tannique et marqué par l’alcool. L’ossature de ce Ribera del Duero est assez forte pour tenir en respect vos viandes de gibier.



Vous pouvez toujours me suivre sur Twitter au @millesime. Cliquez en haut de la page dans « Pour me joindre » et choisissez le bouton Twitter.

Les 40 syrahs du Jugement de Montréal

Mardi 16 octobre 2012 à 10 h 09 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

© Radio-Canada/Ronald Georges

Le Jugement de Montréal 2012, un événement caritatif au profit de la Fondation Tel-jeunes, a couronné un vin canadien, le Syrah Equinoxe Okanagan 2009, Le Vieux Pin (89 $).

À l’exemple du Jugement de Paris en 1976 qui avait sacré des vins californiens devant des classiques bordelais et bourguignons, cet événement n’était rien de moins que la dégustation à l’aveugle de 40 syrahs françaises et du Nouveau Monde. Les appellations françaises Côte-Rôtie, Cornas, Hermitage, Saint-Joseph et Crozes-Hermitage côtoyaient des syrahs d’Australie, des États-Unis, d’Italie, d’Espagne, d’Afrique du Sud et du Canada.

Le grand public était convié à se soumettre à cet exercice de dégustation à l’aveugle. En matinée, 24 dégustateurs professionnels (sommeliers, journalistes) avaient établi leur palmarès des 10 meilleurs vins. Je me suis prêté à cet exercice lors de la dégustation du soir avec le public (près de 200 personnes).

Les bouteilles couvertes, dont certains vins passés en carafe. | © Radio-Canada/Ronald Georges

Toutes les bouteilles étaient couvertes, il était impossible de deviner leur identité. En commençant la dégustation, l’un des sommeliers-serveur (le service était aussi assuré par des employés d’agences de vin) m’a recommandé de ne pas accorder de notes trop élevées au début de la dégustation. Un excellent conseil! D’ailleurs, ceux-ci ne connaissaient pas nécessairement l’identité des bouteilles.


Mes résultats
Au dévoilement des résultats, 25 fois sur 40, j’ai fait la différence entre les syrahs d’Europe et celles du Nouveau Monde, et j’ai trouvé trois fois la bonne appellation.

Première constatation : 40 vins, c’est beaucoup, m’ont confirmé 2 invités. « C’est un peu trop, c’est un peu ambitieux comme formule. »

Deuxième constatation : la difficulté de la dégustation à l’aveugle. Réussir à trouver les bons pays et les bonnes appellations, ce n’est pas de la tarte. Par contre, mes notes reflètent les 10 premières positions du palmarès des 24 juges.


Mes vins préférés
Côte-Rôtie Rose pourpre 2010, Pierre Gaillard, France, 118 $

3e au palmarès

Syrah IGT Toscana 2009, Italie, Villa Pillo, 30 $
9e au palmarès

Cornas 2008, Maxime Graillot, France, 58 $
4e au palmarès

Cornas Terrasses du Serre 2009, Domaine du Coulet, France, 71 $
8e au palmarès
Pour le 2007, code SAQ : 11229556

Un dégustateur vide son verre de vin après l’avoir goûté. | © Radio-Canada/Ronald Georges

Syrah Conca de Barbera 2009, Clos Montblanc, Espagne, 25 $
12e au palmarès

Cahors La Pièce 2008, Mas del Périé, France, 69 $
17e au palmarès
Oui, certains « pirates », dont ce cahors (de cépage malbec), se sont faufilés dans la dégustation.

Crozes-Hermitage cuvée Gaby 2010, Domaine du Colombier, France, 38,15 $
10e au palmarès


Syrah Equinoxe Okanagan 2009, Le Vieux Pin, Canada, 89 $
1er au palmarès

Côte-Rôtie Les Grandes places 2008, Domaine Pichat, France, 110 $
31e au palmarès


En somme, c’était une dégustation mémorable! Bravo à Tel-Jeunes et au Raspipav (le regroupement des agences d’importation privée) d’avoir réuni cette quantité de vins de qualité. Mention aussi au service du vin qui était impeccable.

Bob le Chef sort un lapin de son chapeau

Jeudi 11 octobre 2012 à 10 h 56 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

© Daniel Mathieu

Cette recette de lapin est tout ce qu’il y a de plus simple : la cuisson se fait au four. Ne vous gênez pas pour cuire le lapin avec du vin blanc, du vin rouge ou de la bière.


Lapin au four
Pour 4 personnes

1 lapin entier
30 ml (2 cuillères à soupe) de moutarde
500 ml (2 tasses) de champignons blancs coupés en quartiers
2 gousses d’ail hachées
125 ml (1/2 tasse) de vin blanc, de vin rouge ou de bière
250 ml (1 tasse) de crème 35 %
Sel et poivre au goût


Enduire le lapin de moutarde et le déposer dans la lèchefrite.
Ajouter le reste des ingrédients et couvrir de papier d’aluminium.
Cuire au four préchauffé à 375 °F environ 1 heure et 15 minutes.
Couper en morceaux et servir avec vos légumes préférés.


L’accord vin
Sirius merlot/cabernet Bordeaux 2009
Code SAQ : 00223537
12,55 $
Ce Bordeaux à petit prix est populaire au Québec. Légèrement boisé, il intègre harmonieusement les fraises et les fruits frais et transformés, et ses tannins sont ronds.


Bob le Chef était invité à l’émission Bien dans assiette pour parler de son nouveau livre de recettes, L’anarchie culinaire selon Bob le Chef : la faim du monde 3.0, et et à l’émission Radio-Canada cet après-midi de Catherine Lachaussée.

Le vin australien selon Wyndham Estate

Mardi 9 octobre 2012 à 12 h 06 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Ben Bryant, de Wyndham Estate.

Je n’aime pas les vins australiens. Plus précisément, je n’aime pas les caricatures des shiraz australiens, vous savez, ceux qui dégagent de lourds accents de confiture et une acidité souvent faible.

Têtu comme je suis, je continue à en boire, à les essayer, parfois à en acheter pour ma consommation personnelle, en me disant que, diable, je finirai bien à les apprivoiser!

Récemment, j’ai sincèrement apprécié les shiraz des producteurs Mitolo et Coriole Vineyards, tous deux situés à McLaren Vale, en Australie. Oui, ils sont parfois un peu trop chargés de fruits, mais au moins une présence tannique et acide suffisante amène un équilibre aux vins.

C’est donc avec un soupçon de méfiance que j’ai discuté avec le vinificateur de la maison australienne Wyndham Estate, Ben Bryant. Le fondateur de ce domaine australien, Georges Wyndham, a planté le premier vignoble commercial de shiraz en 1830.

Ben Bryant a pris la tête des vinifications chez Wyndham Estate en novembre 2011, trois ans après son arrivée au domaine. Indéniablement, il se considère comme un spécialiste du shiraz. « Le shiraz est près de nous. Ça fait partie de nous. Le shiraz est notre objectif de production principal », m’a-t-il rappelé lors de notre entrevue téléphonique; il a fait une tournée pancanadienne il y a quelques semaines puisque les vendanges australiennes ont lieu de janvier à avril.

À propos de la présence des vins australiens sur le marché international, il prône une évolution des styles et une plus grande accessibilité du vin. « Les consommateurs cherchent des vins originaux, ils veulent connaître le terroir », confirme-t-il.

Depuis quelques années, Ben Bryant a remarqué que les vins australiens ont plus de fraîcheur. Mais pas chez Wyndham Estate, qui continue à produire des vins de moyennement à fortement corsés. « Il faut rester près de nos racines, martèle-t-il. Et faire des vins accessibles pour tous, qu’on peut boire avec des plats ou seuls, des vins buvables en jeunesse, qui sont tout de même capables de supporter une garde à court et à moyen terme. »

Enfin, Ben Bryant aime boire ses shiraz avec la viande rouge et le gibier. Sinon, seul, mais toujours accompagné avec amis ou en famille.

À la SAQ, Wyndham Estate propose uniquement ses vins d’entrée de gamme. Le domaine proposera prochainement une petite quantité des gammes supérieures comme George Wyndham et Icon, mais Wyndham Estate préfère occuper le marché des vins d’entrée de gamme, surtout le… shiraz.


La dégustation des vins
Chardonnay Bin 222 Wyndham Estate South Eastern 2011

Code SAQ : 00093401
12,75 $
Un chardonnay un peu unidimensionnel au goût de beurre et de citron. Un vin passe-partout acceptable.


Cabernet-sauvignon Bin 444 Wyndham Estate 2010
Code SAQ : 00110486
16,95 $
Le nez exhibe les notes de poivron caractéristique de bien des cabernets-sauvignons. Une fois en bouche, le vin est tannique et acide avec des arômes de fraises et de cassis, et il est complété par un peu de bois.


Shiraz Bin 555 Wyndham Estate South Eastern Australia 2009
Code SAQ : 00189415
18,35
LCBO 189415
15,95 $
Les épices, les cerises noires, le cola, les fruits confits, la résine sont heureusement soutenus par une acidité et des tannins équilibrés. Un vin intéressant et parfait avec une viande rouge comme le filet mignon, comme l’aime Ben Bryant.

Les vins de Jeanjean en Languedoc

Jeudi 4 octobre 2012 à 10 h 20 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

© Radio-Canada/Ronald Georges

Constitués de cinq vignobles, le Domaine le Pive (biologique), le Domaine de Fenouillet, le Mas des Lunes, le Domaine du Mas neuf et le Devois des Agneaux, les Vignobles Jeanjean occupent pas mal d’espace au Languedoc depuis 1870.

Il ya quelques semaines, quelques journalistes ont pu rencontrer Brigitte Jeanjean pour déguster quelques-unes des cuvées de la maison.

L’appellation Faugères nous a habitués à ses rouges gorgés de fruits rouges et noirs, mais savez-vous qu’on peut y réaliser du blanc? Pour ma part, ce fait m’avait un peu échappé, vu l’absence des blancs de Faugères au Canada. Et la surprise fut des plus agréables.

Domaine de Fenouillet Hautes combes Faugères 2011
Les cépages marsanne et roussanne forment ici un vin gras avec des arômes de miel et d’agrumes, légèrement marqué par l’alcool. Un vin de repas à boire avec des poissons gras ou du homard en sauce.

Mas de Lunès Coteaux du Languedoc 2009
Des fruits rouges confits, de petites traces de viande, des tannins, une longue finale donnent un vin qui a du corps, du muscle, mais aussi de la finesse. Les vignes de syrah (70 %) et de grenache (30 %) sont plantées sur un sol de galets rouges.

Domaine de Fenouillet Combe rouge Faugères 2008
(Domaine de Fenouillet Combe rouge Faugères 2009, Code SAQ : 00881151, 17,10 $)
Le millésime 2008 de ce vin connu au Québec contenait des fruits rouges, une bonne masse tannique et une belle acidité. Pas mal bon. Syrah à 75 % et grenache à 25 %.

Domaine de Fenouillet grande réserve Faugères 2009
Un vin souple, tannique complété par des fruits rouges, dont les fraises et les bleuets. Le vin est tiré d’une sélection parcellaire de vieilles vignes de plus de 45 ans.


Le jugement de Montréal 2012!
C’est le mercredi 10 octobre qu’aura lieu au Marché Bonsecours cet événement caritatif au profit de la Fondation Tel-jeunes.

Qu’en est-il au juste? À l’exemple du jugement de Paris en 1976 qui avait couronné des vins californiens devant des classiques bordelais et bourguignons, cet événement n’est rien de moins que la dégustation à l’aveugle de 40 syrahs françaises et du Nouveau Monde. Le grand public est convié à se soumettre au difficile (et parfois humiliant!) exercice de dégustation à l’aveugle. J’y serai, surtout pour vous voir aller à l’œuvre et pour m’y soumettre aussi, si le temps me le permet, durant la soirée.

Tous les détails sont ici.



Vous pouvez toujours me suivre sur Twitter au @millesime. Cliquez en haut de la page dans « Pour me joindre » et choisissez le bouton Twitter.

Vue du Vignoble Rivière du chêne sur la terrasse attenant la salle de réception. | © Radio-Canada/Ronald Georges

Samedi, je suis allé observer les vendanges au Vignoble Rivière du chêne, à Saint-Eustache, au nord de Montréal. L’une des représentantes commerciales du vignoble, Nadia Dufour, m’a fait visiter le domaine de 20 hectares et son chai. J’ai aussi rencontré les propriétaires, Isabelle Gonthier et Daniel Lalande, ainsi que le maître de chai, Laëtitia Huet.


Promenade dans les vignes
Les vignes de cépages hybrides (frontenac gris, vidal, vandal-cliche, maréchal foch, etc.) sont plantées dans un sol sablonneux, mais les propriétaires prévoient planter du pinot noir et du chardonnay l’an prochain.

J’ai dégusté quelques baies, et je vous confirme qu’elles sont gorgées de sucre, que l’acidité est bien présente et que, pour les cépages à vin rouge, on perçoit bien les tannins.

Cette année, les maladies ont épargné les raisins, mais les guêpes se sont payé quelques festins. Attirées par le sucre des baies, elles les piquent, ce qui les fait pourrir.

En somme, Daniel Lalande m’a confirmé ce que disent tous les propriétaires de vignobles au Québec : l’été 2012 fut exceptionnel et les fruits sont d’une qualité inégalée.

Au cours de ma promenade dans les vignes, je suis tombé sur les vendangeurs qui s’activaient à cueillir soigneusement les grappes de raisin. Quelques minutes plus tard, au dîner à la cabane à sucre attenante au domaine, j’étais le seul dans la salle à me contenter d’une portion modérée de lasagne, puisque je n’avais pas vendangé depuis 8 h le matin!


Dans le chai
Le maître de chai du vignoble, Laëtitia Huet, m’a fait faire le tour des installations. Originaire de la Loire, Laëtitia Huet a étudié en viticulture et en oenologie à Beaune, en Bourgogne. Elle chapeaute la production du vin depuis 2008, après trois ans en tant qu’assistante de Richard Bastien, qui est maintenant œnologue-conseil.

Le chai est constitué des équipements les plus modernes en viniculture. Des cuves de 9700 l à chapeau flottant, 2 cuves géantes de 12 700 l, des cuves de 7500 l et une série de 5000 l complètent le lot pour les fermentations des vins blancs et rouges.

J’ai eu la chance de goûter le moût de la base du vin mousseux. La pomme verte et une belle acidité ont déjà pris leur place dans le mélange. Ce qui deviendra le Phénix blanc 2011, l’un des vins populaires du domaine, est presque prêt. J’ai aussi dégusté les bases de William blanc et de Phénix blanc 2012, dans lesquels on perçoit déjà la précision des fruits.

Pour le vieillissement en fûts, Laëtitia Huet privilégie le bois usagé, mais elle expérimente le bois neuf avec des fûts Radoux, de la forêt de Nevers en val de Loire, et des fûts Dargaud et Jaeglé. Chaque barrique de 228 l (près de 300 bouteilles) coûte la bagatelle de 1000 $… Pour l’instant, le cépage saint-pépin est vieilli dans ces fûts. Les vins que j’ai goûtés en fût étaient encore en plein vieillissement; l’équilibre entre le fruit, l’acidité et les tannins n’étant pas encore atteints, mais cela ne saurait tarder.

Il ne reste qu’à attendre l’arrivée du millésime 2012 en magasins et à la boutique du domaine. Croisons les doigts pour que le vin soit à l’image du climat exceptionnel que les vignerons québécois ont eu en 2012.