Billets publiés en avril 2012

Les Pouilles, les vins du talon italien

Jeudi 26 avril 2012 à 10 h 56 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Les vignes du vignoble Alberello à Salice Salentino | © 2010 Tirsomedia

Je vous ai déjà parlé des 400 cépages autochtones italiens, que je considère comme étant une richesse viticole indéniable. J’en ai eu la preuve en dégustant des vins de la région des Pouilles, uniquement composés de cépages régionaux, le negroamaro et le primitivo.

Une initiative du Consortium Puglia best wine, cette dégustation mettait en vedette les vins des cinq domaines membres de ce consortium.

Les Pouilles, donc, sont situées dans le talon de la botte, dans le sud-est de l’Italie. Longue de 400 km et plate, c’est la plus importante région vitivinicole du pays, surnommée même « le cellier de l’Italie » avec une production annuelle de 11 à 12 millions d’hectolitres. Bordée par les mers Adriatique et Ionienne, son climat est méditerranéen et chaud, ce qui produit des vins puissants.

Jusqu’aux années 80, la production était vouée aux vins de coupage. Oui, vous comprenez bien l’astuce : on mélangeait ces vins à ceux du nord de l’Italie. Sinon, on les envoyait à la distillation.

Le nouveau millénaire a vu l’instauration de la qualité, avec des investisseurs crédibles, comme la famille Antinori, entre autres.

Principales DOC
Les principales appellations de qualité sont Castel del Monte, Locorotondo (blanc) et Salice Salentino. Une IGT se démarque : celle de Salento, située dans le sud, où la terre est plate et le climat chaud.

Des cépages de caractère
La DOC Locorotondo offre un vin blanc composé principalement des cépages verdeca et bianco d’Alessano. En rouge, le cépage negroamaro compose essentiellement les vins de la DOC Salice Salentino, qui sont puissants. Le primitivo donne des vins encore rustiques, mais plus fins que son cousin, le zinfandel californien.

Le Negroamaro Candido Lacarta Salice Salentino DOC rosso riserva 2006 et le Negroamaro Conti Zecca 2008 | © Radio-Canada/Ronald Georges

Une région à surveiller
Pourquoi? Dans les huit vins de negroamaro que j’ai goûtés, la fraîcheur et les épices étaient au rendez-vous, sans le caractère boisé agaçant des vins modernes. Ce sont des vins parfaits avec des viandes rouges braisées, du porc, des pâtes, et ils se détaillent entre 15 et 25 $.

Quant aux vins de primitivo, ils sont un peu plus rustiques, mais moins chers. Servez-les avec des viandes rouges saignantes.

Quelques vins
Negroamaro Tenute del Sole Salento 2008
Code SAQ : 11253960
15,35 $

Nero Conti Zecca Salento IGT 2007
Code SAQ : 11488603
45,50 $

Merlot primitivo Trevini Primo Pouilles IGT 2010
Code SAQ : 00643106
13,95 $

Scià Castorani Sangiovese Puglia IGT 2010
Code SAQ : 10966765
11,75 $

Primitivo Canaletto Autentico Italiano Puglia IGT 2007
Code SAQ : 00597021
14,85 $

Taurino Reserva Salice Salentino 2008
Code SAQ : 00411892
15,40 $

Conti Leone de Castris Riserva Salice Salentino 2008
Code SAQ : 10517767
17,20 $

Maiana Salice Salentino Leone Castris
LCBO Vintages 717959 | rouge
13,95 $

Verdeca Messapia Leone De Castris 2009
LCBO Vintages 221879 | blanc
14,95 $

Vous pouvez toujours me suivre sur Twitter au @millesime. Cliquez en haut de la page dans « Pour me joindre » et choisissez le bouton Twitter.

Dans quel verre déguster son vin?

Mardi 24 avril 2012 à 13 h 29 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

© iStockphoto/Tamara Kulikova

Comme l’image ci-contre le démontre, différents verres à vin sont proposés pour mieux déguster vos crus préférés.

Lequel choisir? Un verre pour le blanc, un différent pour le rouge? Explorons un peu la question.

Tout d’abord, votre verre doit être transparent. Pourquoi? Pour bien admirer la robe et la couleur du vin. De plus, le col du verre doit être serré pour bien exhiber la concentration des arômes.

Ensuite, je considère qu’un type de verre est amplement suffisant. Il existe des verres universels, qui sont parfaits autant pour les blancs que pour les rouges. Par contre, les vins mousseux et les champagnes exigent des verres longs afin que les bulles montent bien jusqu’au col.

Une autre exception s’applique aux vins de desserts (porto, xérès, vins moelleux, etc.). Puisqu’on en boit moins, privilégiez des verres plus petits, mais toujours en forme de tulipe.

Le verre INAO

INAO (le verre universel, mais de moins en moins utilisé en restauration), Riedel Ouverture, Spiegelau, Schott Zwiesel. Les fabricants de verre sont nombreux. J’estime cependant qu’ils exagèrent un peu en proposant trop de verres spécialisés. J’entends par là des verres aptes à maximiser les arômes d’un cépage ou d’une région : un verre pour le bordeaux, un pour le riesling… La liste est interminable chez certains.

Enfin, ne remplissez jamais les verres à ras bord (je déteste ça…). Limitez-vous au tiers du verre ou à la moitié. 

 

L’entretien
Avant de verser le vin, le verre doit être propre. Sentez-le. Si vous décelez toute odeur indésirable, rincez-le à l’eau chaude, sans savon, et essuyez-le au torchon. Vous pouvez aussi l’aviner, c’est-à-dire y verser un peu de vin et le mélanger.

 

Un corps, des parties
En passant, de combien de parties un verre à vin est-il composé?
De quatre composantes :
1-   le buvant : le contour de la coupe où vous posez vos lèvres;
2-   le calice : le bol qui contient le vin;
3-   la jambe ou la tige : pour tenir le verre dans votre main réchauffer le vin;
4-   le pied : il est rond et robuste pour que le verre ne tombe pas quand vous le posez sur la table. 

 

Et quoi verser dans vos verres par les temps qui courent? Deux suggestions, un blanc d’Australie et un rouge du Chili.

Viognier Yalumba The Y Series South Australie 2011

Code SAQ : 11133811
16,95 $

Pinot noir Casillero del Diablo Casablanca/Rappel 2011
Code SAQ : 00853390
14,95 $

 

Vous pouvez toujours me suivre sur Twitter au @millesime. Cliquez en haut de la page dans « Pour me joindre » et choisissez le bouton Twitter.

Le vignoble du Jura | Photo : Comité interprofessionnel des vins du jura

Les producteurs du Jura, un vignoble aux vins particuliers et peu connus, étaient à Montréal et à Québec cette semaine pour mieux les faire connaître.

Petit vignoble coincé entre la Bourgogne et la Suisse (près de 2000 hectares), le Jura est constitué de six appellations : Côtes du Jura, Arbois, Étoile, Château-Châlon, Macvin et Crémant du Jura.

Les vignes sont situées en coteaux, entre 250 et 400 m en altitude. Le climat continental comprend des hivers froids.

Où le Jura se singularise, c’est dans l’élevage de cépages locaux tout à fait uniques : le savagnin (qui produit le vin jaune), le poulsard et le trousseau.

Les cépages chardonnay et pinot noir (tiens, comme chez le voisin en Bourgogne!) représentent la majorité de la production.

À la manière du xérès fino, le vin jaune est le résultat d’une lente oxydation (six ans); à la surface de la barrique se développe une pellicule de levures, ce qui produit les arômes caractéristiques de noisette et de paille. Le vin est embouteillé dans un clavelin, une bouteille de 620 ml, au lieu de celle, traditionnelle, de 750 ml. Pourquoi? Parce que l’oxydation occasionne une perte de volume. Le vin jaune peut donc supporter des décennies de vieillissement. On le marie traditionnellement au comté et on en tire une recette, le poulet au vin jaune.

Vin jaune et fromage comté | Photo : Wikipédia/Arnaud 25

À l’occasion, les producteurs du Jura vinifient du vin de paille et un vin de liqueur, le Macvin du Jura.

Malheureusement, les vins du Jura ne représentent que 1 % de la production en France. La présence de ces vins au Canada est donc limitée. Et je trouve aussi qu’ils sont un peu chers, sauf en ce qui concerne le vin jaune (qu’il faut goûter au moins une fois dans sa vie!).

 

Ma dégustation
Sur près d’une soixantaine de produits que j’ai goûtés, voici mes coups de cœur. Notez bien que ces vins sont souvent en vente en importation privée.

Domaine Villet, vin de paille (375 ml)
Non vendu au Québec (près de 20 €), ce vin blanc fin alliait le miel, les fruits secs et l’abricot à un bel équilibre.

Domaine de l’Octavin, Arbois 2010 Cul rond (Importations du Moine)
Ici, le cépage poulsard est vinifié en blanc. Le résultat est savoureux avec des arômes de paille, de fruits blancs et de craie.

Domaine de l’Octavin, Pamina (Importations du Moine)
Un chardonnay bien fait où dominent les fruits blancs et l’herbe.

Domaine Labet, Côtes du Jura 2010 chardonnay Fleurs
Un vin blanc épicé et soutenu par des fruits blancs, pour un résultat très agréable. Le millésime 2009 est à la SAQ (code 11556952 – 23,20 $).

Domaine Rolet chardonnay Étoile 2010
Un autre chardonnay, plus classique celui-ci, puisqu’il verse dans les arômes de pierre, de minéraux, de citron et d’agrume. Le millésime 2008 est en vente à la SAQ (code 11194605 – 21,70 $).

Domaine Dugois trousseau Grevillière 2009 (Mark Anthony Brands)
Le cépage trousseau procure à ce vin rouge des notes de fraise, de poivre blanc, sur une finale épicée et de beaux tannins.

Domaine Dugois trousseau Damelière 2009 (Mark Anthony Brands)
Un autre trousseau du même producteur, mais davantage porté sur des arômes d’animaux, de cuir, de fleurs rouges, d’épices, de poivre, le tout complété par des tannins.

Enfin, les trois vins jaunes du Domaine André et Mireille Tissot étaient tous des modèles d’équilibre et de complexité aromatique.

Pour plus d’information
Le site officiel des vins du Jura

 

Vous pouvez toujours me suivre sur Twitter au @millesime. Cliquez en haut de la page dans « Pour me joindre » et choisissez le bouton Twitter.

Les vins de Bonterra

Mardi 17 avril 2012 à 11 h 07 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Un des vignobles de Bonterra | Photo : Bonterra Vineyards

Tiens, parlons vins biologiques. Si vous avez écouté ma chronique à l’émission Bien dans son assiette à la Première Chaîne, j’y parlais du producteur américain Bonterra.

Ce domaine – Bonterra signifie bonne terre – appartient à Fetzer, un géant du vin aux États-Unis. Bonterra est-il la bonne conscience bio de Fetzer?

Bonterra cultive 390 hectares de terres biologiques depuis 1987. Aucun fertilisant ni pesticide n’est répandu dans les champs.

 

Culture biologique
Les raisins issus de culture biologique sont protégés afin qu’ils donnent leur plein rendement. Comment? Par des nids d’oiseaux placés stratégiquement pour qu’ils mangent les insectes indésirables dans le vignoble; par des coquelicots plantés entre les vignes pour attirer les insectes qui peuvent mettre hors d’état de nuire les insectes nuisibles; par des poulets et des moutons qui mangent aussi ces insectes nuisibles, et par des colonies d’abeilles qui cueillent le pollen des fleurs des vignobles. De plus, le compost répandu dans les champs est composé de graines de raisins, de peau et de rafle.

 

Culture biodynamique
Les ranchs Butler et McNabb représentent 90 hectares, où sont produits deux vins, The McNab et The Butler.

Les méthodes de travail en biodynamie sortent de l’ordinaire. Prenons pour exemple la fertilisation des sols. À l’automne, les viticulteurs enterrent des cornes de vache remplies de fumier qui mûriront tout l’hiver. Au printemps, ils les déterrent et épandent le résultat dans les champs.

Un processus similaire est utilisé pour maximiser la photosynthèse des vignes. Des cornes remplies de silice sont déterrées au cours de l’été et pulvérisées sur les feuilles des vignes. Ce qui concentre les rayons de soleil et la chaleur.

 

Que goûtent ces vins?
J’aime beaucoup tout ce que fait Bonterra. Leurs vins ont de la finesse, de la retenue dans les arômes. On n’essaie pas de nous en mettre plein la vue avec des vins lourds et conçus pour épater les journalistes et les critiques vinicoles. J’ai une légère préférence pour les rouges.

Bonterra produit entre autres des sauvignons blancs, des viogniers, des chardonnays, des merlots, des cabernets-sauvignons et des zinfandels. Ils sont tous en vente à la SAQ et à la LCBO.

Vous pouvez toujours me suivre sur Twitter au @millesime. Cliquez en haut de la page dans « Pour me joindre » et choisissez le bouton Twitter.

De sole et de vin blanc

Jeudi 12 avril 2012 à 11 h 42 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Une sole meunière avec des crevettes | Photo : Wikipédia/Naotake Murayama

C’est la saison de la sole, un poisson plat peu gras, pourvu d’une chair d’une belle finesse. En réalité, au Québec, nous mangeons de la plie. Pour consommer de la vraie sole, il faut l’acheter en importation européenne (source : Passeport santé).

Mais quoi boire avec ce poisson à la chair délicate? Les vins rouges sont à proscrire, bien qu’un pinot noir d’Alsace puisse convenir.

Allons-y donc, nageons un peu dans les bas-fonds avec ce poisson savoureux et populaire dans les assiettes.

Avec la sole dans sa plus simple expression :
Mouton Cadet réserve Graves 2010
Code SAQ : 11314953
15,95 $

Avec le filet de sole :
Riesling Hogue Columbia Valley 2009
Code SAQ : 11039402
15,25 $

Avec le filet de sole à la crème :
Château Jolys Jurançon sec 2010
Code SAQ : 11154718
17,40 $

Avec la sole grillée :
Chéreau-Carré Muscadet-Sèvre et Maine sur lie 2010
Code SAQ : 00365890
13,70 $

Avec la sole meunière :
Jean Michel Sorbe Reuilly blanc 2009
Code SAQ : 11154224
19,75 $

- Écoutez ma chronique sur ces vins à Bien dans son assiette. >>

Vous pouvez toujours me suivre sur Twitter au @millesime. Cliquez en haut de la page dans « Pour me joindre » et choisissez le bouton Twitter.

Des vins de méditation

Mardi 10 avril 2012 à 15 h 37 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Depuis que le soleil et la lune brillent au firmament, on n’a rien connu de meilleur que le vin.

Omar Khayyâm

 

Omar Khayyâm | Photo : Wikipédia/Immodinova C.

Merci à mon collègue et ami Akli Aït Abdallah de m’avoir fait connaître le poète et mathématicien perse Omar Khayyâm du 12e siècle.

L’amour que portait ce poète au vin a stimulé sa verve créatrice. Ses poèmes sur le vin représentent une véritable leçon d’écriture, et ce dans un contexte politique plutôt conservateur.

Ces suaves poèmes m’amènent sur le chemin des vins de méditation. Ces vins qui font rêver. Qui sont parfois hors de prix. Et que vous devez partager avec le ou les êtres chers et aimés.

Arrêtons-nous à quelques-uns de ces vins, souvent peu disponibles, la réputation du producteur faisant que les amateurs s’arrachent les rares bouteilles mises sur le marché.

 

En blanc
Didier Dagueneau Blanc-Fumé de Pouilly 2008
Code SAQ : 10556820
69,25 $

Un vin bu trop jeune, mais quelle joie que de rencontrer une telle précision aromatique où le citron, le gazon, les pierres minérales et fossiles se marient admirablement.

Joh. Jos. Prüm riesling kabinett qmp M-S-R Allemagne 2002
Près de 28 $

Un riesling allemand où le sucre résiduel et l’acidité vivent un mariage parfait. Un grand vin. Si vous préférez les rieslings d’Alsace, vous devez goûter à ceux d’André Ostertag et de Marcel Deiss. 

 

En rouge
Gevrey-Chambertin premier cru les Cazetiers Philippe Leclerc 1993

Un vin mémorable, d’une très belle année en Bourgogne.

Château Tronquoy-Lalande Saint-Estèphe cru bourgeois 2001
29,10 $

Du fruit, du café, de la matière. Excellent (le 2004 est en vente à 25,90 $, code SAQ : 00126219).

La Grange des Pères 2001, DVP de L’Hérault, 95 $
Un vin de pays (!) cher, mais ô combien complexe avec sa fraîcheur, sa souplesse et sa finale fruitée et tannique.

 

Vins de dessert
Château Rayne-Vigneau Sauternes grand cru classé 1996
Code SAQ : 00198036
61 $

Un sauternes avec des notes de fruits blancs confits, de miel et une longue finale. La SAQ et la LCBO ont quelques millésimes en stock.

Moulin Touchais Coteaux-du-Layon 1976
55 $

Un grand vin qui présente des arômes de miel, d’abricot (léger) et d’agrumes confits. Plusieurs millésimes sont en vente à la SAQ et à la LCBO.

Vous pouvez toujours me suivre sur Twitter au @millesime. Cliquez en haut de la page dans « Pour me joindre » et choisissez le bouton Twitter.

Les vins du week-end pascal

Jeudi 5 avril 2012 à 10 h 42 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

© iStockphoto/Cagri Özgür

Après les privations du carême (pour ceux et celles qui le respectent encore) et du Vendredi saint, nous allons célébrer Pâques, la plupart du temps en famille.

Traditionnellement, l’agneau trône à table pour le repas de Pâques, mais n’oublions pas celui du Vendredi saint, qui était à l’époque maigre, c’est-à-dire sans viande.

Voici donc quelques suggestions de vin pour le poisson et les légumes du vendredi, l’agneau de dimanche et les cocos chocolatés de Pâques.

Avec le poisson et les mets végétariens :
Domaine Marcel Deiss Alsace 2010
Code SAQ : 10516490
22,60 $

Avec l’agneau :
Musar cuvée rouge Gaston Hochar et fils vallée de Bekaa 2009
Code SAQ : 10700393
19,35 $

Avec l’agneau au cumin :
Villa Cafaggio Chianti Classico 2009
Code SAQ : 00571539
24,40 $

Un porto avec le chocolat :
Fonseca tawny
Code SAQ : 00499145
15,25 $

Joyeuses Pâques!

Vous pouvez toujours me suivre sur Twitter au @millesime. Cliquez en haut de la page dans « Pour me joindre » et choisissez le bouton Twitter.

Les vins millénaires du Liban

Mardi 3 avril 2012 à 13 h 19 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

© Union viticole du Liban

Vous ne serez pas surpris d’apprendre que la tradition vinicole au Liban est millénaire, comme elle l’est dans les pays voisins. Les Phéniciens ont introduit la vigne il y a plus de 3000 ans dans de nombreux territoires méditerranéens, mais c’est au Liban qu’ils y ont développé des techniques viticoles.

Ensuite, les Romains ont pris la relève, en prenant même soin d’élever un temple en l’honneur au dieu du vin, Bacchus.

Après près de 1000 ans d’absence de vin (à la suite de la domination musulmane qui l’a interdit), les Jésuites ont réintroduit la vigne en 1857 en créant les grandes caves de Ksara.

De 1975 à 1989, la guerre civile allait ralentir la production, à l’exception du Château Musar, dirigé par Serge Hochar (lisez le papier d’Eric Asimov dans le New York Times).

Qui dit vin libanais doit mentionner la vallée de la Bekaa, le centre névralgique de l’industrie libanaise du vin. Les coteaux de la vallée sont couverts de vignes. L’altitude élevée (près de 1000 mètres) est une des conditions gagnantes pour la production de vin en région chaude.

Les cépages sont français, surtout ceux de Bordeaux, additionnés de carignan, de cinsault et de grenache.

La production de vins blancs est plus modeste. L’ugni blanc, le chardonnay, le muscat, le viognier et la clairette côtoient les cépages autochtones marvey et obeidy.

Le reste des raisins cultivés est consommé comme raisin de table et distillé pour l’apéritif anisé arak.

 

En dégustation
Château Les Cèdres Domaine Wardy vallée de la Bekaa 2004 (le 2007 est en vente à la SAQ)

Tiré de vignes de cabernet-sauvignon, de syrah et de merlot, ce vin libanais exhale de fruits rouges et d’olives. En bouche, le cassis et le café apportent une finale marquée par les tannins, l’alcool et le bois. Avec des viandes rouges, des gibiers et des fromages fermes.

 

Vous pouvez toujours me suivre sur Twitter au @millesime. Cliquez en haut de la page dans « Pour me joindre » et choisissez le bouton Twitter.