Blogue de Ronald Georges

Une Bonhomme en Espagne

Mercredi 7 décembre 2011 à 9 h 20 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@millesime

Elle a quitté le Québec il y a fort longtemps. Un séjour en Afrique du Sud la menée vers la restauration et l’industrie du vin. Mais c’est en Espagne que Nathalie Bonhomme est réellement « tombée dans les barriques » en devenant exportatrice au Québec. Il ne lui manquait que quelques pas pour devenir productrice de vin.

Le vignoble de trois hectares qu’elle gère avec des amis, dont l’œnologue Rafael Cambra, est situé à Valence, à la frontière de l’Alicante. Les fruits de cette première vendange seront dans les bouteilles du millésime 2011. Auparavant, les raisins étaient achetés de producteurs locaux.

Un seul de ses vins est vendu aux palais québécois, le El Bonhomme. « Les palais « franchouilles » et ceux des Québécois sont plus connaisseurs que ceux des États-Unis et de l’Ouest canadien », explique Nathalie Bonhomme. Le Petit El Bonhomme est plutôt vendu dans l’Ouest canadien.


Plusieurs chapeaux
De plus, Nathalie Bonhomme s’occupe de l’exportation mondiale de Dominio de Pingus. « C’est une maison très prestigieuse. Peter Sisseck est un homme fantastique, un Danois qui vit en Espagne depuis 20 ans, comme moi », raconte-t-elle avec des yeux pétillants.

Elle travaille aussi pour la Suède. Dans ce pays nordique, le vin est surtout produit dans l’île de Gotland, au large de la côte sud-est. « Je fais un Bag-in-Box (nos viniers), les Suédois en boivent beaucoup. Le Tetra box a été inventé en Suède. On vend 2 millions de litres par année. Et c’est un vin magnifique. On est le numéro cinq des ventes », explique-t-elle.

Dans cinq ans
Où se voit Nathalie Bonhomme dans 5 ans lorsqu’elle aura 50 ans? « Il y aura un autre vin, répond-elle. Mais je ne sais pas avec qui. Je vais peut-être plus me consacrer à l’exportation. Et dans cinq ans, on sera sorti de la crise du monde vinicole. » Une histoire à suivre, donc.

Écoutez l’entrevue de Nathalie Bonhomme et d’Élyse Lambert à l’émission de Catherine Perrin, Médium large.