Blogue de radio-canada

Carte du métro de Trois-Rivières

dimanche 31 mars 2013 à 0 h 00 | | Pour me joindre

Pour me joindre

 

Et si Montréal n’était pas la seule ville au Québec à posséder un métro? Nous nous sommes demandé à quoi pourrait ressembler le réseau du métro de Trois-Rivières s’il voyait le jour.

Cliquez sur la carte pour voir le résultat et parcourir le réseau.

Selon les nombreuses personnes consultées, ce métro pourrait être constitué de quatre lignes, dont deux se croiseraient au Platon, cette appellation du Vieux-Trois-Rivières qui remonte au temps de Laviolette.

Nous avons poussé l’exercice plus loin en demandant à des étudiants en génie civil de l’Université Laval de commenter ces cartes, afin de savoir s’il serait possible de construire un métro à Trois-Rivières.

Voici la réponse de Jean-Christophe Lemelin.

Trois-Rivières est la ville la plus importante de Mauricie. Les fusions municipales de 2002 ont permis d’augmenter sa superficie de même que sa population en incorporant quelques municipalités adjacentes. La densité de population à Trois-Rivières est de 455 habitants/km², étalée sur une superficie relativement grande (près de 290 km²). Selon les premières esquisses, les stations de Métro seraient très espacées, ce qui ne favorisera pas l’accessibilité à ce service pour la population ne se trouvant pas près de ces stations.

Aperçu géologique

La ville de Trois-Rivières se situe dans la province géologique des Basses-Terres-du-Saint-Laurent, juste au sud de la province du Grenville. Les sols sont essentiellement des dépôts quaternaires d’origine marine ou fluvio-glaciaire, de type pulvérulent (sables, silts) ou cohérent (argile). Ces dépôts présentent des épaisseurs localement considérables. La nappe phréatique se trouve à des profondeurs variables. Lors de la construction des lignes de métro et des stations, une nappe phréatique élevée et près de la surface dans des matériaux granulaires risque de causer des problèmes pour les excavations. Les coûts pour le rabattement de la nappe phréatique sur de grandes distances et à des profondeurs importantes pourraient grimper rapidement. L’utilisation d’une technique de pompage par pointes filtrantes à grande échelle pourrait être requise.

Les défis géologiques

La topographie de la ville de Trois-Rivières est caractérisée par la présence d’un bas plateau près du fleuve (altitude ≈ 0 mètre), puis d’une augmentation graduelle de l’altitude vers le nord (≈ 75 mètres à son point le plus haut).

La rivière Saint-Maurice traverse la ville à l’est et le fleuve Saint-Laurent borde le sud de la ville. Pour le métro proposé, on devra prévoir deux traversées sous-marines: la première est prévue sous le Saint-Laurent, en direction de Bécancour, tandis que la seconde est planifiée sous la rivière Saint-Maurice.

Les travaux de construction en tunnel associés à ces traversées sont de grande envergure, complexes, coûteux et très difficiles d’exécution. Ce type de travaux en milieu fluvial pose également des défis significatifs sur le plan environnemental.

Viabilité

Le plan proposé pour les lignes de métro, comme pour tout métro, favorise le centre-ville, où il y a beaucoup de commerces et de bureaux. Par contre, ce n’est qu’une infime partie de la population d’une ville de moyenne envergure qui doit se rendre à cet endroit pour le travail. Les quartiers industriels se trouvant en périphérie, où travaillent des milliers de personnes, ne seraient pas desservis par ce métro.

Afin de résoudre ce problème, le système d’autobus déjà établi semble la meilleure option à conserver ou à améliorer pour l’accessibilité au plus grand nombre de passagers au transport en commun à Trois-Rivières.