Blogue de Emilie Larivée-Tourangeau

Et le métro la nuit?

jeudi 20 septembre 2012 à 22 h 00 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Montréal et Toronto gravitent autour de leur système de transport. Nous avons donc demandé aux représentants des métros de la Société des transports de Montréal (STM) et de la Toronto Transit Commission (TTC) de répondre à des questions que vous vous êtes peut-être déjà posées vous aussi.

Pourquoi pas un service 24 heures ?

Montréal

Réponse de Dominique Lemay, directeur exécutif – Métro – Société de transport de Montréal

C’est simple, ce n’est pas une question de coût, c’est une question d’entretien. Le métro de Montréal a 46 ans, et n’importe quel métro qui vieillit a besoin d’entretien. On a des dizaines de systèmes qui servent à faire rouler le métro. En voici quelques exemples : le système de ventilation, les systèmes de radiocommunication, les systèmes de contrôle des trains, les systèmes de téléphonie, les systèmes de pompage. Il y a des infiltrations normales d’eau dans les tunnels : il faut sortir cette eau des tunnels – on en sort 11 millions de litres par jour. On ne peut pas entretenir ces équipements-là de jour, lorsque les métros circulent et qu’il y a de l’énergie électrique de 750 volts sur le réseau : ce serait trop dangereux, et il n’y a pas non plus d’espace pour le faire. Donc, toutes les nuits, on a entre 50 et 65 chantiers en permanence entre la fermeture et l’ouverture du métro.

Tout ça, c’est planifié. Des convois suivent les dernières rames de métro. De très gros véhicules au diesel avec des plateformes en arrière circulent sur les rails. C’est assez spectaculaire à voir. Quand on les voit passer dans les tunnels, ça fait un peu science-fiction.

 De façon exceptionnelle, comme pour la Nuit blanche, on va ouvrir le métro toute la nuit; on arrête tous les chantiers, mais ça nous pénalise pour l’entretien. Une fois par année, c’est une chose : on ne pourrait pas faire ça en permanence.

 Est-ce que, un peu partout dans le monde, les métros ne peuvent ouvrir la nuit en raison de l’entretien?

 Ça dépend. Il y a des réseaux, comme celui de New York, qui ont les moyens de le faire. Le métro n’est pas situé en profondeur à New York, il est juste un étage en dessous des buildings. Il y a plusieurs voies l’une à côté de l’autre, donc si de l’entretien est en cours sur une voie, les rames de métro peuvent passer sur l’autre. À Montréal, il y a seulement deux voies : si on fait de l’entretien sur l’une d’elle, on arrête le métro.

 Toronto

Réponse de Brad Ross, directeur exécutif – communications institutionnelles – Toronto Transit Commission

Le métro circule jusqu’à environ 1 h 30 du matin et le service reprend autour de 5 h 30, 5 h 45.  Donc à partir de 1 h 30, et jusqu’à 5 h 30 du matin, nous procédons à l’entretien des tunnels, de la signalisation et des rails, qu’il faut nettoyer et éventuellement remplacer. Le nettoyage des stations est effectué en journée, mais il peut également être fait de nuit. Les toilettes sont nettoyées de fond en comble toutes les nuits, après la fermeture, mais c’est surtout l’entretien des tunnels qui est fait de nuit. Les dimanches matins, le métro ne démarre qu’à 9 h, et cela nous donne quelques heures de plus pour faire d’autres travaux. C’est un très court laps de temps pour tout ce travail.

Je sais qu’il existe des réseaux beaucoup plus importants que ceux de Toronto et Montréal qui ont des voies express qui fonctionnent 24 h sur 24, du moins certaines lignes. Au lieu de cela, nous avons un réseau de bus de nuit de 22 lignes, le Blue Night Network, une sorte de miroir du réseau de métro. Donc quelle que soit l’heure, de jour comme de nuit, et où que vous soyez dans la ville, vous vous trouvez à 800 m d’un arrêt du transport en commun. Bien sûr, la nuit, le temps d’attente est plus long, mais vous pouvez vous déplacer là où vous voulez quelle que soit l’heure, mais pas toujours en métro, justement à cause de ce court laps de temps consacré à l’entretien.

 —————————————————————————————————————————————

Dominique Lemay – STM

Dominique Lemay est le directeur exécutif – Métro pour la Société des transports de Montréal (STM). À ce titre, il gère les opérations pour le métro de Montréal, qui représente quatre lignes, 68 stations et près de 900 000 déplacements par jour. Il dirige une équipe de 2600 employés assurant l’exploitation des stations, des trains et du centre de contrôle ainsi que l’entretient du matériel roulant, des équipements fixes, la sûreté et le contrôle. Membre du comité de direction de la STM.

Brad Ross – TTC

Brad Ross est le directeur exécutif – communications institutionnelles pour la Toronto Transit Commission (TTC). Il est à la tête d’une équipe de cinq employés qui s’occupe des relations avec les médias, des relations publiques et des communications internes. La TTC est le troisième plus grand réseau de transport en Amérique du Nord et représente trois lignes de métro, 69 stations, 11 lignes de tramway, 160 circuits d’autobus et près de 1,6 million de déplacements par jour.