Blogue de Guillaume Lefrançois

Le dilemme Ovechkin

Mardi 1 mai 2012 à 12 h 55 | | Pour me joindre

Qu’ont en commun Jay Beagle, Troy Brouwer, Matt Hendricks, Brooks Laich et Marcus Johansson? Ils ont tous plus joué qu’Alexander Ovechkin lundi, dans la victoire de 3-2 des Capitals sur les Rangers de New York.

Tant Ovechkin que Dale Hunter ont minimisé la signification des 13 min 36 s passées sur la glace par Ovechkin, le plus faible total de sa carrière dans un match éliminatoire. En première période, il est même resté cloué au banc pendant près de huit minutes, de 3:15 à 10:53, pour être précis. Et en troisième période, il a quitté la patinoire à 14:04 pour y revenir seulement pour célébrer la victoire avec ses coéquipiers. (Le sommaire de son utilisation est ici. Et le Globe and Mail a produit un graphique sur son temps de jeu ici.)

« L’important est de gagner le match et la série, a dit Ovechkin aux médias sur place. Comme je l’ai déjà dit, il faut l’accepter. »

Le chroniqueur du Washington Post Mike Wise pose le mieux la question : « Quand un double gagnant du trophée Hart est utilisé moins du quart d’un match éliminatoire par son entraîneur obsédé par la défense, c’est évidemment une histoire. Mais en est-ce vraiment une, si cette équipe gagne – à l’arraché – quand ça compte? »

Le collègue Dany Dubé l’a écrit lundi soir, Dale Hunter dirige pour gagner, pas pour durer. Car quand on regarde la répartition des salaires des Capitals, il y en a, de l’argent sur le banc.

Ovechkin (9,02 millions dans la masse salariale) est limité à 13 minutes. Alexander Semin (6,7 millions) n’a passé que 12:27 sur la patinoire. Mike Green (5,1 millions) a joué 18:14, ce qui n’est pas mal en soi. Mais il y a tout de même trois défenseurs des Capitals qui ont joué davantage que lui.

Les contrats de Semin et de Green prennent fin cette saison. Le directeur général George McPhee aura donc le loisir de laisser partir les deux joueurs s’ils les trouvent trop gourmands pour leur rendement.

Dans le cas d’Ovechkin, les Capitals vont s’échapper d’une crise médiatique tant qu’ils gagneront. S’ils sont éliminés au deuxième tour, des maux de tête sont à prévoir dans les bureaux du Verizon Center…