Diane et son domaine

Artisane dans l’âme, je suis depuis toujours une grande fan des petits travaux à la main. Du «bricolage», comme on appelait ça plus jeune. Chaque technique a eu sa période : de la poterie à la couture, de la broderie à la peinture sur soie… D’ailleurs, je m’exprime présentement dans un grand «revival» de tricot, qui se vit d’ailleurs un peu partout sur la planète et dans toutes les tranches d’âge. Mais c’est une autre histoire…

Dans cet esprit, ma curiosité était grande de visiter Diane Lavoie, une dessinatrice de costumes, dans son domaine : Le Costumier. Vous savez, quand on parle des «artisans de Radio-Canada» dans les génériques? Bien voilà, ç’en est une vraie. Elle travaille ici depuis 1989. On a vu de ses créations costumières entre autres dans les deux derniers Bye Bye, beaucoup aussi dans la série  Bouledogue Bazar. «Oui, mon métier c’est une passion! Tant au travail qu’à la maison. Tu sais, j’avais un grand-père tailleur et l’autre était menuisier, alors j’ai le «fait-main» dans le sang!», explique-t-elle.

Elle me fait faire le tour. Je suis impressionnée. Pour moi, c’est comme déambuler dans une caverne d’Ali Baba : tissus, soie, vêtements, boutons, chapeaux, bottes, jupes, manteaux, cravates… Le tout en quantité phénoménale.

   

    

   

Un moment donné, elle ouvre pour moi LA voûte où sont gardés les costumes de valeur patrimoniale, souvenirs de nombreux personnages intemporels : Paillasson, Gobelet, Dame Plume, le petit Bouscotte, Ti-Coune et bien d’autres. Personne ne peut y accéder, encore moins y toucher, sans permission spéciale… !

   
En passant, Diane me dévoile son « endroit qu’elle aime le plus au monde », un petit racoin mais ô combien utile : la salle de bricolage conçue pour le airbrush.

   

Elle me montre aussi son élément fétiche, son préféré entre tous. À travers les costumes très élaborés et plus flamboyants les uns que les autres, elle choisit une immense tête de rongeur! Une très sympathique mascotte dans Bouledogue Bazar. Les plus grands défis de l’imagination et la plus grande somme de travail ne se trouvent pas nécessairement où l’on pense!
On a pu voir Diane Lavoie à la télé hier, à l’émission Les lionnes, dans une chronique sur les robes de bal (de finissants) à petit prix. Elle a courageusement relevé le défi d’en confectionner une qui coûtera moins de 100$…  Le résultat final à l’émission du 1er mars!
PS : au cours de sa carrière, Diane a reçu deux Gémeaux catégorie «Meilleure création de costumes» pour le Bye Bye 2010 et pour Bouledogue Bazar en 2002.