Billets classés sous « Théâtre »

Un ennemi du peuple, mis en scène par Thomas Ostermeier. Photo courtoisie FTA.

La pensée artistique est une prise de position politique. Ces mots sont de Marie-Hélène Falcon, la directrice générale et artistique du Festival TransAmériques (FTA,) qui est présenté du 22 mai au 8 juin. Une quinzaine durant laquelle elle espère que les créations proposées par les artistes attiseront la capacité de résistance et de dissidence des spectateurs, ainsi que leur soif de rêve et d’utopie.

Les festivaliers ont, sans l’ombre d’un doute, droit à une programmation où les interrogations universelles, les quêtes individuelles et les pistes de réflexion se chevauchent au sein de créations qui reposent sur un esthétisme audacieux ou radical. Bref, le FTA, c’est le théâtre et la danse d’aujourd’hui sans conformisme.

Plus »

Jack White, L’affaire Dumont (Podz),  Marie-Lise Pilote, Les femmes savantes (Denis Marleau), À genoux dans le désir (Yann Perreau), Une histoire de l’impressionnisme (MBAM),  Les bobos, Peter Gabriel, Holy motors (Leos Carax), Martin Petit, Tout ça m’assassine  (Dominic Champagne), No 2 (Bernard Adamus), Kaguyahime (Grands ballets canadiens), Unité 9,  Neil Young, Lincoln (Steven Spielberg), Louis-José Houde, Nom de domaine (Olivier Chonière), Le treizième étage (Louis-Jean Cormier), En thérapie, Leonard Cohen, Life of Pi (Ang Lee), Mike Ward, À des milles (Caïman Fu), De rouille et d’os (Jacques Audiard),  Anne Sylvestre, Bob Dylan,  The Hobbit (Peter Jackson),  Stéphane Rousseau, Omniprésent (Damien Robitaille)…

Disques, films, télévision, spectacles, littérature, expositions,  théâtre, arts visuels, humour : la rentrée automnale dont on vous parle depuis des semaines n’est rien de moins qu’une avalanche de propositions culturelles. Insistance, ici, sur le mot avalanche.

D’où le volume considérable de l’énumération ci-dessus qui, dans les faits, n’est que la crête du tsunami culturel qui va s’abattre sur nous. Et qui vient avec l’interrogation sous-jacente : quelles sont les limites – de temps et d’argent – du consommateur de culture?

Plus »