Billets classés sous « The Black Keys »

Patrick Carney, des Black Keys. Photo courtoisie Evenko/Patrick Beaudry

Patrick Carney, des Black Keys. Photo courtoisie Evenko/Patrick Beaudry

Épargné par les éléments durant le week-end, le Festival Osheaga s’est terminé avec force, dimanche soir, avec une prestation mordante du groupe américain The Black Keys dans le parc Jean-Drapeau, plein à craquer.

Avec un maximum d’entrées payantes (135 000), tout juste une heure de pluie le samedi, et une foule de prestations mémorables, les organisateurs du festival montréalais qui célébrait cette année son dixième anniversaire ne pouvaient espérer mieux.

Plus »

Florence Welch. Photo AP/Silvia Izquierdo

Florence Welch. Photo AP/Silvia Izquierdo

Comment met-on sur pied la programmation d’un festival comme Osheaga? Voici un aperçu du mode d’emploi.

Le festival Osheaga a terminé cette semaine sa programmation de l’événement, qui célébrera son 10e anniversaire du 31 juillet au 2 août. Florence and the Machine, Kendrick Lamar et The Black Keys sont les têtes d’affiche du festival qui présentera aussi Weezer, Alt-J, Of Monsters and Men, St. Vincent, Patrick Watson et Gary Clark jr.

Pourquoi eux et pas Drake, Foo Fighters ou System of a Down, qui sont en vedette dans des festivals de musique ailleurs au Canada, aux États-Unis ou en Europe? Les organisateurs ont tous une vision spécifique en matière de programmation. À défaut de parler de recette immuable, il y a indiscutablement un mode d’emploi. Voici celui d’Osheaga.

Plus »

La chanteuse Adele, lors de la cérémonie des Grammy en 2012.

The Black Keys, Fun., Taylor Swift, Jack White, Adele et Mumford & Sons pourraient tous repartir de la cérémonie de remise des prix Grammys, dimanche, avec un petit gramophone. L’industrie musicale s’en portera-t-elle mieux, ou ce gala annuel n’est-il devenu qu’un paravent aux crises récurrentes? Peu importe, la musique d’expression anglaise va encore tout balayer sur son passage.

Selon leurs détracteurs, les Grammys ne sont plus représentatifs de l’industrie. Avec la récente explosion des plateformes numériques, l’offre musicale n’a plus de frontières, et ce gala ne représente pas les courants les plus audacieux.

Un bon nombre d’observateurs estiment qu’au contraire, malgré leurs imperfections, les remises des Grammys demeurent les plus pertinentes en raison de leur éclectisme (pas moins de 81 catégories) et de l’équilibre des forces vives représentées.

Plus »

L’idée générale, c’était de doter Montréal d’un – autre – festival modelé sur ceux de Glastonbury, en Angleterre, Coachella, en Californie, et Lollapalooza, qui fut longtemps un festival itinérant avant de s’établir à Chicago. Le festival Osheaga aura mis cinq bonnes années pour s’implanter fermement dans le paysage québécois.

À deux jours de sa septième présentation, on ne sait pas encore si l’alléchante affiche musicale de cette cuvée 2012 saura s’imposer sur les planches, mais le succès économique de l’entreprise est assuré, rayon achalandage.

Plus »