Billets classés sous « Marie-Pierre Arthur »

Marie-Pierre Arthur nous revient avec Si l'aurore. Photo : Marc-Étienne Mongrain

Marie-Pierre Arthur nous revient avec Si l’aurore. Photo : Marc-Étienne Mongrain

Marie-Pierre Arthur est graduellement passée du statut d’accompagnatrice de premier plan à celui d’auteure-compositrice-interprète de plein droit. La gagnante du prix Félix-Leclerc en 2012 fait un retour la semaine prochaine avec Si l’aurore, son troisième album depuis 2009.

C’est un disque qui démontre que l’auteure a raffiné ses qualités d’observation pour charpenter ses textes et que la musicienne, toujours aventureuse, n’hésite pas à remiser son instrument de prédilection, afin de sortir de sa zone de confort.

Plus »

Crédit photo : Victor Diaz Lamich/FrancoFolies de Montréal

 

Vous souhaitez réussir votre soirée festive? Invitez un groupe de filles. Le succès est garanti. Les organisateurs des FrancoFolies de Montréal ont appliqué cette recette à la lettre, jeudi, pour leur événement extérieur d’ouverture, qui mettait en vedette Ariane Moffatt, Marie-Pierre Arthur, La Grande Sophie et Fanny Bloom.

Les chanteuses, musiciennes, auteures-compositrices et interprètes ont profité de l’occasion pour livrer un marathon musical de cinq heures et demie qui s’est avéré un retentissant coup d’envoi de la 25e présentation de l’événement phare de la chanson francophone au Québec. Et tout ça, dans des conditions climatiques idéales.

Plus »

Soupir de déception, mardi, dans l’industrie québécoise francophone de la musique, quand la courte liste du prestigieux prix Polaris 2012 a été dévoilée : aucun artiste d’expression française n’a été retenu parmi les 10 finalistes dont l’un d’entre eux sera couronné le 24 septembre prochain à Toronto. Déception légitime. Mais pour les théories de complot ou de conspiration envers les francophones du Québec, il faudra repasser.

En toute franchise, les albums de Marie-Pierre Arthur (Aux alentours), Avec pas d’casque (Astronomie), Ariane Moffatt (MA) et Cœur de pirate (Blonde) méritaient de figurer dans le dernier peloton. Même que les disques d’Arthur et d’Avec pas d’casque me semblaient les candidats les plus susceptibles d’y figurer en raison de leur facture sonore.

Il faut toutefois comprendre le mécanisme de votation du prix créé en 2006 par le Torontois Steve Jordan pour réaliser que le triomphe de Karkwa en 2010 relève plus de l’exception que de la règle.

Plus »