Billets classés sous « Fabriquer l’aube »

Depuis qu’On va s’aimer encore a été sacrée chanson de l’année au gala de l’ADISQ en 2011, le statut de Vincent Vallières a quelque peu changé. Terminées, les premières à l’Astral ou au Club Soda. Désormais, c’est au Métropolis que ça se passe.

Cela dit, il y a encore un clivage entre les amateurs qui suivent l’auteur-compositeur-interprète depuis plus d’une décennie et ceux qui l’ont découvert il n’y a pas si longtemps grâce aux ondes radiophoniques. Et c’était patent, jeudi, lors de la rentrée montréalaise du principal intéressé.

Plus »