Billets classés sous « Centre Bell »

Un phénomène nommé The Weeknd

Mercredi 25 novembre 2015 à 3 h 00 | | Pour me joindre

Pour me joindre

The Weeknd a de la présence sur scène et des milliers d'admiratrices prêtes à le suivre. Photo AP/Matt Sayles

The Weeknd a de la présence sur scène et des milliers d’admiratrices prêtes à le suivre. Photo AP/Matt Sayles

À l’adolescence, j’ai grandi dans une maison où mes parents avaient une chaîne dotée d’un son « quadraphonic » (la quadriphonie), comme nous disions dans les années 1970. Quand on était placé au centre de la pièce et que les quatre enceintes acoustiques étaient placées dans chaque coin du salon, l’effet sonore était saisissant.

J’ai ressenti la même chose dans la section 123 du Centre Bell mardi soir, lors du spectacle de l’artiste canadien The Weeknd. Les dizaines d’enceintes étaient bel et bien toutes installées à la même extrémité de la patinoire du Canadien, mais il y avait 18 784 spectateurs, éparpillés du parterre jusqu’à la dernière rangée au balcon, qui contribuaient à l’enveloppe sonore.

Plus »

Stevie Wonder a interprété Songs In the Key of Life en totalité. AP/Chris Pizzello

Stevie Wonder a interprété Songs In the Key of Life en totalité. AP/Chris Pizzello

Ainsi, Stevie Wonder allait nous livrer intégralement et en séquence les chansons de Songs In The Key of Life, y ajouter quelques rappels, et le tour allait être joué? C’est bien mal connaître l’artiste américain qui peut être puriste jusqu’au bout des ongles ou cabotin au possible.

Et les deux Stevie étaient au rendez-vous mercredi soir au Centre Bell pour ce spectacle hors normes. On a donc côtoyé la grâce et le bancal au sein de cette prestation qui, si elle ne s’adressait pas qu’aux puristes, en était indiscutablement une pour connaisseurs.

Plus »

Stromae au festival Coachella en 2015
Stromae au festival Coachella en 2015 Rich Fury/AP
À bien des égards, le spectacle que Stromae a livré lundi soir à Montréal était tout aussi festif, rassembleur et achevé que ceux offerts lors des FrancoFolies de 2014. Sauf que l’an dernier, tout était frais et neuf, tant pour les spectateurs que pour l’artiste belge lui-même. Pas cette fois.

Pour les amateurs présents au Centre Bell en 2014 – il y en avait beaucoup dans la foule, lundi soir -, ce spectacle était un calque de celui de l’an dernier. Pour ceux qui voyaient le Belge pour une première fois sur scène, la prestation était un électrochoc. Et pour Stromae, ce spectacle était à la fois un moment d’éternité et une fichue de belle répétition générale avant sa première au Madison Square Garden de New York, jeudi.

Plus »

La bonne nostalgie de Madonna

Jeudi 10 septembre 2015 à 2 h 45 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Madonna au Centre Bell
Madonna au Centre Bell AP/Rich Fury

Madonna a encore le cœur rebelle, comme l’indique le titre de son nouveau disque. On ne change pas sa nature profonde. Mais après avoir assisté à la première mondiale de la tournée Rebel Heart, mercredi, au Centre Bell, force est d’admettre que celle qui nous a étonnés, provoqués et choqués depuis 35 ans verse désormais dans la nostalgie.

Notez bien, de la bonne nostalgie… Celle qui fait plaisir aux amateurs de longue date et sans laquelle une prestation d’une artiste de renommée internationale serait amoindrie. Mais de la nostalgie quand même. Et c’est ce qu’il fallait à ce spectacle à grand déploiement dont la production spectaculaire ne parvenait pas toujours à masquer certaines carences.

Plus »

The Edge et Bono, à Inglewood il y a quelques jours. Photo AP/Rich Fury

The Edge et Bono, à Inglewood il y a quelques jours. Photo AP/Rich Fury

Montréal – Le nouveau disque s’intitule Songs of Innocence. La tournée porte le nom d’iNNOCENCE + eXPERIENCE. En grosses lettres… C’est en définitive un concept entre la jeunesse et la sagesse que propose U2 avec sa tournée mondiale qui faisait escale vendredi au Centre Bell, pour le premier de quatre spectacles au Québec.

Il y a belle lurette que les quatre Irlandais ont perdu l’innocence de leur jeunesse, mais en raison de leur expérience, ils sont capables de la faire revivre à l’aide d’une production scénique qui fera époque.

Plus »

L'amphithéâtre de Québec portera le nom de Centre Vidéotron
L’amphithéâtre de Québec portera le nom de Centre Vidéotron.
Vous avez entendu parler de la programmation musicale des premières semaines du Centre Vidéotron, qui ouvrira ses portes à Québec en septembre? Metallica, Madonna, RBO (leur spectacle de chansons) et un party d’ouverture avec des artistes québécois, dont, peut-être, Céline Dion et Marie-Mai. Impressionnante brochette.

Il était prévisible que les propriétaires du nouvel édifice frappent un grand coup pour l’ouverture. Cela dit, se pourrait-il que les gestionnaires de l’aréna aient du mal à y attirer régulièrement des vedettes internationales en raison de facteurs démographiques, du profil des amateurs de musique de la région et de la spécificité du marché local? C’est probable. Analyse.

Plus »

Bryan Adams a interprété toutes les chansons de Reckless au Centre Bell. Photo PC/Borsi Rossler

Bryan Adams a interprété toutes les chansons de Reckless au Centre Bell. Photo PC/Borsi Rossler

Quand Bryan Adams lance l’album Reckless, le 5 novembre 1984, le vinyle est le support dominant du marché du disque, un téléphone cellulaire est un boulet qui pèse plus d’un kilogramme et Musique Plus n’a pas vu le jour.

Trois décennies plus tard, la musique est diffusée majoritairement sur le web, un téléphone intelligent se glisse dans une poche et les chaînes spécialisées (MTV, Much Music, Musique Plus) qui ont connu l’âge d’or du clip diffusent des séries de télé-réalité.

Et les chansons de Reckless, elles, on-t-elles bien vieilli? Adams répondait lui-même à cette interrogation, lundi, au Centre Bell, avec la tournée du 30e anniversaire de son disque phare présentée au festival Montréal en lumière.

Plus »

Justin Timberlake affiche désormais une maîtrise exceptionnelle de son art. photo AP/Charles Sykes

Justin Timberlake affiche désormais une maîtrise exceptionnelle de son art. photo AP/Charles Sykes

Chaque génération musicale possède un artiste-phare. Celui qui symbolise la quintessence contemporaine de son art, au point qu’il peut s’approprier le répertoire des géants qui l’ont précédé sans coup férir. Justin Timberlake, le garçon révélé au petit écran par le club Mickey Mouse et qui, adolescent, a chanté au sein du boys band  *NSYNC, est devenu cette référence en matière de pop.

Le spectacle à guichets fermés livré par l’Américain, vendredi, au Centre Bell, fut d’une qualité rarement atteinte par quiconque. Voix porteuse, fougue indéniable, chansons irrésistibles, musiciens de haut calibre, chorégraphies redoutables, production spectaculaire : le tout, offert face à une foule conquise (17 000 personnes) qui a hurlé sa joie au point d’y laisser ses cordes vocales ou ses tympans, c’est selon.

Plus »

Stromae, que l'on voit ici en spectacle à Rabat la semaine dernière, livrera deux spectacles au Centre Bell. Photo AP/Abdeljalil Bounhar

Stromae, que l’on voit ici en spectacle à Rabat la semaine dernière, livrera deux spectacles au Centre Bell. Photo AP/Abdeljalil Bounhar

Paul Van Haver est indiscutablement la tête d’affiche de la deuxième semaine des FrancoFolies de Montréal. Ce nom ne vous dit rien? Il est vrai que le Belge est plus connu sous le nom d’artiste de Stromae.

Écoutez la critique du premier concert de Stromae au Centre Bell (17 juin)

Ce pseudonyme, en verlan, est une inversion de maestro. Et il cause sa part d’ennuis, rayon prononciation. On se dit que l’on devrait prononcer « Stro-maé », mais il n’en est rien. On doit prononcer « Stro-maï » ou « Stro-maille ». Fin du cours de phonétique. Place à la musique.

Plus »

Wayne Sermon et Dan Reynolds, d'Imagine Dragons, plus tôt cette année à New York. Photo AP

Wayne Sermon et Dan Reynolds, d’Imagine Dragons, plus tôt cette année à New York. Photo AP

« Ba-doum-tssh! Ba-doum-doum! Boum ! Boum! Ba-doum! Ba-doum! » : Ces onomatopées évoquent le bruit des cymbales, de la batterie et de la dizaine de tambours de toutes sortes et de toutes dimensions éparpillés sur la scène du Centre Bell lors du spectacle d’Imagine Dragons.

C’est ce qui retient l’attention au premier chef. Il s’agit de la carte de visite du groupe de Las Vegas. Mais la bande à Dan Reynolds a un autre as dans sa manche pour soulever les foules comme elle l’a fait lundi soir.

Plus »