Billets classés sous « Bandes dessinées »

Les nombrils.

Le 9e art a acquis ses lettres de noblesse dans les années 1940, 1950 et 1960, avec des personnages désormais légendaires, tels Tintin, Superman, Spirou, Batman, Astérix, Buck Danny, Spider-Man et Michel Vaillant. Mais à cette époque, la BD était essentiellement d’origine européenne ou américaine. Ce n’est plus le cas.

La bande dessinée québécoise vit à son tour ses heures de gloire. On peut presque parler d’un âge d’or. Le 2e Festival BD de Montréal (FBDM), présenté du 31 mai au 2 juin, est là pour célébrer les œuvres et les auteurs d’ici et tailler sa place dans la métropole québécoise.

Plus »

Les aventures de Tintin, celles de Spaghetti, de Bruno Brazil et de Gil Jourdan, ainsi que celles de Luc Orient et de la Patrouille des Castors ont toutes pris fin après le décès de leur créateur, la retraite bien méritée de celui-ci ou l’abandon pur et simple de la série.

À l’inverse, d’autres bandes dessinées qui sont des classiques de l’école franco-belge ont survécu à leurs auteurs à la suite de reprises de leurs catalogues ou à l’apparition de titres dérivés. Tout le monde le sait, les héros ont la vie dure. Et il semble que nombre d’entre eux vont distraire durant longtemps les générations à venir.

Plus »

 Faut-il acheter le numéro 79 de l’illustré Green Lantern/Green Arrow paru en 1970 et disponible à l’état presque neuf, attendre plus d’une heure pour obtenir l’autographe de Brent Spiner – Data, de la série Star Trek : the Next Generation -, ou débourser 10 $ afin de se faire photographier à côté de la Batmobile du film de 1989? Ce sont les interrogations existentielles qui meublent le quotidien des amateurs qui assistent au Comiccon de Montréal jusqu’à dimanche soir au Palais des congrès.

Véritable foire du super-héros et univers parallèle de la science-fiction, cet événement annuel  est pour certains l’équivalent de ce que représente le Salon du livre, celui de l’automobile ou de la mariée pour d’autres. Dans les faits, il est un peu les trois à la fois, quand on observe l’échantillonnage de ce que l’on y trouve.

Plus »