Billets publiés en novembre 2015

Dix spectacles à voir en décembre

Vendredi 27 novembre 2015 à 15 h 56 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Marie-Mai (Facebook/Festival Western St-André-Avellin)

Marie-Mai (Facebook/Festival Western St-André-Avellin)

Le mois de décembre se pointe à l’horizon avec ses incontournables symboles que sont le sapin illuminé, les chemins enneigés, les réunions de famille, les bouffes copieuses bien arrosées… et les emplettes pour les cadeaux de Noël.

Cette liste de spectacles s’inscrit dans cet esprit, avec des prestations d’artistes de tous genres que l’on souhaite festives. On y retrouve entre autres des événements de collectes de fonds et des spectacles atypiques où l’on espère qu’une magie artistique va nous emporter comme dans un tourbillon de neige. Soyez prudents en vous rendant à ces événements qui devraient illuminer votre quotidien en ce dernier mois de l’année.

Plus »

Un phénomène nommé The Weeknd

Mercredi 25 novembre 2015 à 3 h 00 | | Pour me joindre

Pour me joindre

The Weeknd a de la présence sur scène et des milliers d'admiratrices prêtes à le suivre. Photo AP/Matt Sayles

The Weeknd a de la présence sur scène et des milliers d’admiratrices prêtes à le suivre. Photo AP/Matt Sayles

À l’adolescence, j’ai grandi dans une maison où mes parents avaient une chaîne dotée d’un son « quadraphonic » (la quadriphonie), comme nous disions dans les années 1970. Quand on était placé au centre de la pièce et que les quatre enceintes acoustiques étaient placées dans chaque coin du salon, l’effet sonore était saisissant.

J’ai ressenti la même chose dans la section 123 du Centre Bell mardi soir, lors du spectacle de l’artiste canadien The Weeknd. Les dizaines d’enceintes étaient bel et bien toutes installées à la même extrémité de la patinoire du Canadien, mais il y avait 18 784 spectateurs, éparpillés du parterre jusqu’à la dernière rangée au balcon, qui contribuaient à l’enveloppe sonore.

Plus »

July Talk à M pour Montréal  Photo :  Bruno Destombes

July Talk à M pour Montréal Photo : Bruno Destombes

À la fois vitrine commerciale, plateforme d’exportation et festival de musique, M pour Montréal célèbre cette semaine son 10e anniversaire, au terme d’une décennie où l’industrie musicale a été marquée par de profonds changements structurels.

L’événement mis sur pied par Sébastien Nasra s’avère plus que jamais un tremplin essentiel pour les artistes de la scène montréalaise qui espèrent rayonner à l’étranger.

Bilan d’un succès montréalais non annoncé.

King Crimson, cuvée 2015: X, Jaz, Levin, Fripp, Mol, Collins et xx.

King Crimson, cuvée 2015: Rieflin, Jakszyk, Levin, Fripp, Harrison, Collins et Mastelotto. Photo courtoisie King Crimson

Quand Robert Fripp a, une fois encore, suspendu les activités de King Crimson en 2009, plusieurs amateurs se disaient que, cette fois, c’était pour de bon. Comme un chat qui a neuf vies, le groupe a pourtant connu une énième renaissance avec une huitième incarnation musicale depuis ses débuts.

Hormis Fripp, le bassiste Tony Levin est le musicien qui compte le plus d’années de services au sein du collectif à géométrie variable. À l’aube de la série de spectacles prévus à Québec et à Montréal, Levin nous parle de cette nouvelle mouture, de son rôle, de sa relation avec Fripp et de ce qui attend les fidèles de King Crimson.

Plus »

Le Gala de l\u2019ADISQ 2014
Le Gala de l’ADISQ 2014
Au cours des dernières années, le Gala de l’ADISQ a été victime du déséquilibre entre le vote du public et celui de l’industrie. Une situation qui ne devrait pas se reproduire en 2015, avec le couronnement potentiel de Jean Leloup.

De la remise curieuse du Félix du Groupe de l’année à Mes Aïeux – presque inactifs – en 2010, à celle, étonnante, du Félix à Marc Dupré pour le titre d’interprète de l’année en 2013, l’histoire récente est ponctuée de remises qui s’expliquent par les disparités qui touchent le mode de scrutin de certaines catégories.

Les révisions apportées par l’ADISQ depuis deux ans pourraient enfin corriger l’équilibre délicat du Gala de l’ADISQ, voire, mener à une certaine forme d’unanimité. À 48 heures de l’événement, on analyse le tout.