Blogue de Philippe Rezzonico

Dix spectacles à voir en mai

vendredi 1 mai 2015 à 13 h 46 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Kevin Parker de Tame Impala au festival Coachella le mois dernier. Photo AP

Kevin Parker, de Tame Impala, au festival Coachella le mois dernier. Photo AP

Nous sommes au début mai, même si le mercure et le temps n’en font pas toujours foi. Pour ce qui est des spectacles, le mois de mai est le dernier rempart des prestations en salle avant que les scènes extérieures n’imposent leur loi devant des dizaines de milliers de festivaliers.

Cela se vérifie sur la grille pour les prochaines semaines, avec un nombre bien plus considérable de spectacles dans des salles de taille moyenne que dans des arénas. Chaleur et proximité au menu, donc, et sans crainte d’intempéries. Le mois prochain, on ira jouer dehors.

3 mai – Scott Bradlee Postmodern Jukebox, Théâtre Corona Virgin Mobile : Comment lier le présent au passé ou faire du neuf avec du vieux? Vous faites comme le pianiste Scott Bradlee. Vous mettez un groupe sur pied, vous faites des reprises swing, ragtime ou jazz de succès contemporains et vous devenez une vedette sur YouTube (200 millions de visionnements). Oui, le jukebox existe encore. Et il n’est pas que virtuel.

6 mai – John Mellencamp, Théâtre St-Denis : Du début des années 1980 jusqu’au milieu des années 1990, John Mellencamp vendait des dizaines de millions de disques (neuf albums certifiés platine ou plus au Canada) et il se produisait au Forum de Montréal. De nos jours, l’Américain a pratiquement disparu des ondes radiophoniques et se produit dans de petites salles. Mais ses nouvelles chansons personnelles et sociales à la sauce heartland sont plus que jamais d’une troublante actualité.

Au menu : des tas de succès (Rain on the Scarecrow, Jack and Diane, Cherry Bomb) désormais trempés dans les racines du terroir, des nouvelles chansons de Plain Spoken et la présence en première partie de Carlene Carter, la fille de June Carter. Également à Toronto (Centre Sony, 1er et 2 mai) et à Québec (Grand Théâtre) le 5 mai.

7 et 9 mai – Térez Montcalm, L’Astral : Un album (Quand on s’aime) entièrement francophone (son premier depuis 2002), des relectures aux épices jazz de monuments de la chanson française (La belle vie, Les feuilles mortes, Black trombone) et revoilà Térez Montcalm qui s’offre non pas une, mais bien deux soirées à L’Astral avec son groupe qui comprend une pianiste nommée… Lorraine Desmarais. Alléchante proposition, s’il en est une.

14 mai – Louis-Jean Cormier, Métropolis : Surfant depuis trois ans sur une vague d’amour remarquable du public, Louis-Jean Cormier fait sa rentrée montréalaise armé de son nouveau disque Les grandes artères, qu’il présente aussi à Saint-Georges-de-Beauce (salle Alphonse-Desjardins, 1er mai), Baie-du-Febvre (Théâtre Belcourt, 2 mai), Joliette (Cabaret Telus, 7 mai), Sorel (café-théâtre Les beaux instants, 8 mai) et Saint-Camille (Le petit bonheur de St-Camille, 9 mai). Supplémentaire à Montréal le 17 juin, durant les FrancoFolies.

15 mai – Counting Crows, Métropolis : Ça fait maintenant plus de 20 ans qu’un jeune groupe californien s’est installé en bonne position sur l’échiquier musical à l’aide d’une bombe nommée Mr. Jones. Et en dépit de changements de personnel, le groupe fondé par Adam Duritz et David Bryson a fait preuve d’une belle constance. Ils s’offrent une impressionnante tournée canadienne en mai dans la foulée de la parution de Somewhere Under Wonderland l’automne dernier. Aussi à Toronto (Massey Hall, 14 mai), Ottawa (Centre national des Arts, 17 mai), Québec (Le Capitole) et dans 10 autres villes au Canada.

16 mai – Kaiser Chiefs, Théâtre Corona Virgin Mobile : J’ai toujours eu un faible pour le groupe de Leeds dont quatre des cinq albums depuis 2005 ont atteint le premier ou deuxième échelon des palmarès britanniques. Et le petit dernier, Education, Education, Education and War, a justement trôné au sommet. Excellente occasion de renouer avec la bande du fougueux Ricky Wilson. Aussi à Toronto (théâtre Phoenix) le 17 mai.

20 et 21 mai – Tame Impala, Métropolis : Depuis son apparition il y a de cela plusieurs décennies, le rock psychédélique et ses dérivés ont toujours eu des fidèles. Et il y a désormais des jeunes groupes comme les Australiens de Tame Impala qui portent le flambeau par le biais d’une musique éclatée de facture résolument contemporaine. Et c’est très populaire au Québec… À preuve, deux spectacles prévus à Montréal et un seul à Toronto (Massey Hall, 19 mai).

22 mai – Ariane Moffatt, Métropolis : À la fois organique et électronique, la tournée 22 h 22 d’Ariane Moffatt mise en scène par Marie Brassard fait enfin escale à Montréal après avoir parcouru bon nombre de salles au Québec ces dernières semaines. Première partie : Milk & Bone. Également à Québec (L’Impérial, 1er mai), L’Assomption (Théâtre Hector-Charland, 7 mai), Shawinigan (salle Philippe Filion, 9 mai) et Lavaltrie (La Chasse-galerie, 19 mai).

29 mai et 2 juin – Diana Krall, Place des Arts (salle Wilfrid-Pelletier) : Ça fait tout drôle de voir Diana Krall se pointer à Montréal à d’autres dates que celles du Festival international de jazz. Peut-être parce que son nouveau bébé musical (Wallflower) comporte essentiellement des reprises (California Dreamin’, Desparado, Sorry Seems to be the Hardest Word) de grandes chansons des palmarès pop et rock. Quoiqu’on risque de les entendre dans une enveloppe sonore bien différente en raison de la présence d’un orchestre. Également à Vancouver (Théâtre Orpheum, 13 mai), Toronto (Massey Hall, 22 et 23 mai), Ottawa (Centre national des Arts, 31 mai) et dans 11 villes canadiennes au mois de mai.

31 mai – Drake, Centre Bell : Si vous ne connaissiez pas Drake il y a un mois, c’est maintenant chose faite. C’est le type qui s’est fait férocement frencher par Madonna sur une scène du festival Coachella à la mi-avril… Et si l’œuvre de l’artiste canadien originaire de Toronto vous est familière, la qualité de son nouvel album If you’re Reading This it’s Too Late est un bon incitatif à aller voir la tournée Jungle. Aussi à Toronto (Centre Air Canada) le 2 juin.