Blogue de Philippe Rezzonico

10 spectacles à voir au printemps

mercredi 1 avril 2015 à 16 h 59 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Salomé Leclerc (Facebook.com/Salome-leclerc)

Il fait beau (enfin, assez souvent…), il fait chaud (pas vraiment, mais les grands froids sont derrière nous…) et il n’y a plus de neige (ça dépend où vous résidez…). Bref, tous les signes annonciateurs du printemps sont là et le calendrier de spectacles en fait foi.

Les mois d’avril et de mai sont parmi les plus chargés de l’année, en dehors de l’été avec l’incontournable série de spectacles liée à ses festivals. Non seulement on espère que ceux que l’on vous propose seront bons, festifs, touchants et/ou intenses, mais on souhaite aller les voir sans devoir mettre un manteau d’hiver en sortant des salles.

3 avril, Milky Chance, Métropolis : Il y a deux ans, en avril, le duo allemand Milky Chance s’est fait connaître avec sa chanson Stolen Dance, qui a atteint le sommet des palmarès de plus d’une demi-douzaine de pays d’Europe avant de faire un malheur en Amérique du Nord l’an dernier. Si vous n’avez pas déjà votre billet (c’est complet), vous pourrez vous reprendre au Bluesfest d’Ottawa ou festival Osheaga cet été. Première partie : James Hershey.

5 avril, David Guetta, Centre Bell : L’arrivée du printemps est aussi synonyme du Bal en Blanc, qui en à sa 21e année. Le DJ français David Guetta est la vedette de l’événement annuel, qui compte également Alesso et Dash Berlin au nombre des têtes d’affiche. On va danser jusqu’au lever du soleil.

7 avril – Nicola Ciccone, Place des Arts (Cinquième Salle) : Il a livré ses premières chansons durant l’autre siècle. Après plus de 15 ans de carrière, Nicola Ciccone s’offre une rétrospective, où L’opéra du mendiant, J’t’aime tout court et Nous serons six milliards seront à l’honneur. Également à Gatineau (16 avril, la Maison de la culture), à Terrebonne (7 mai, Théâtre du Vieux-Terrebonne) et à Québec (8 mai, Salle Albert-Rousseau).

9 et 10 avril – Joe Bonamassa, Place des Arts (salle Wilfrid-Pelletier) : Simplifions. L’Américain Joe Bonamassa est l’un des meilleurs guitaristes de blues de sa génération, au point qu’il a revitalisé le blues rock depuis une dizaine d’années, en compagnie d’autres pointures comme Derek Trucks. Une chose est sûre, sa notoriété est telle qu’il peut désormais s’offrir deux soirs à la Place des Arts pour présenter les nouvelles compositions de Different Shades of Blue. Ça va chauffer.

10 et 11 avril – The Cat Empire, Métropolis : The Cat Empire est l’un des meilleurs collectifs issus de l’Australie depuis une quinzaine d’années. Les garçons from down under qui fusionnent rock, ska et jazz ont d’ailleurs fait fondre quelques fois l’asphalte des rues du centre-ville de Montréal au cours des ans. Cette fois, c’est la parution du disque Steal the Light qui nous ramène le groupe pour une tournée pancanadienne.

The Cat Empire. Photo promotionnelle.

The Cat Empire. Photo promotionnelle.

Également à Vancouver (3 et 4 avril, Commodore Ballroom), Edmonton (5 avril, Centre Winspear), Calgary (7 avril, MacEvan Ballroom), Winnipeg (8 avril, Théâtre Burton Cummings), Toronto (Danforth Music Hall), Sherbrooke (13 avril, Théâtre Granada), Ottawa (14 avril, Théâtre Algonquin) et Québec (15 avril, Salle Albert-Rousseau).

18 et 19 avril – Kodaline, Métropolis : J’ai vu ces jeunes Irlandais en plein air l’été dernier en Suisse, au festival Caribana. Sur scène deux heures avant Queens of the Stone Age, Kodaline n’a pas démérité, mais la performance des Irlandais était nettement plus décontractée que relevée. De là à s’offrir deux fois le Métropolis (complet le premier soir), je suis franchement étonné. J’ai hâte de les revoir pour mesurer le chemin parcouru.

22 avril – Salomé Leclerc, La Tulipe : Cela fait quelques mois déjà que l’on écoute les compositions de 27 fois l’aurore. Cette fois, c’est la rentrée montréalaise et on a hâte de découvrir les chansons sur scène, ce que vous pouvez faire dans d’autres villes : Lavaltrie (7 avril, Café culturel de la chasse-galerie), Waterloo (8 mai, Maison de la culture de Waterloo) et Trois-Rivières (15 mai, salle Louis-Philippe-Poisson).

24, 25 et 26 avril, Marillion, L’Olympia : Il y a certains groupes dont la popularité demeure renversante à Montréal : Genesis, Pink Floyd (Roger Waters), Supertramp (Roger Hogdson) et… Marillion. Depuis plusieurs années, le groupe britannique propose le week-end Marillion à Montréal, qui consiste à présenter trois spectacles, durant lesquels la sélection de titres retenus est entièrement différente. Attendons-nous encore à trois salles combles à L’Olympia ce printemps.

28, 29 et 30 avril, Jean-Pierre Ferland, Place des Arts (Maison symphonique) : Jean-Pierre Ferland a « officiellement » livré son dernier spectacle le 13 janvier 2007, mais officieusement, il trouve toujours une bonne raison pour reprendre du service. En 2011, c’était pour interpréter l’intégrale de Jaune, dont on soulignait le 40e anniversaire. Cette année, c’est pour célébrer ses 80 ans avec l’Orchestre symphonique de Montréal. Événement.

2 mai, Def Leppard, Centre Bell : Je vais être franc. Def Leppard, ce n’est pas vraiment mon truc, mais je pourrais écrire ici les noms de plus d’une douzaine d’amies dans la trentaine et dans la quarantaine qui vont se précipiter au Centre Bell, ne fusse que pour hurler à pleins poumons Pour some sugar on me. Idéal, pour chasser le blues de l’hiver, ça. Elles ne seront pas les seules, étant donné que les Anglais vont se produire dans 12 villes canadiennes du 15 avril au 5 mai, incluant des escales inhabituelles comme Penticton, Dawson Creek et Lethbridge. Consultez les dates sur le site de Def Leppard.