Blogue de Philippe Rezzonico

Dix concerts à voir en novembre

vendredi 31 octobre 2014 à 12 h 43 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Adam Cohen (Crédit : Radio-Canada)

Festivals, lancements, rentrées, tournées : novembre a beau être historiquement un mois gris d’un point de vue météorologique, il est l’un de ceux qui procurent le plus de plaisir au plan musical. Ce qui transforme en casse-tête la tâche de dresser une sélection d’une dizaine de spectacles incontournables.

Comble de malheur pour un boulimique dans mon genre, des tas de prestations qui s’annoncent formidables sont présentées le même soir. Quoique, le plus souvent, il s’agit de genres musicaux différents. Selon vos goûts (pop, rock, folk, chanson francophone ou anglophone), vous aurez plus de facilité à trancher que moi.

1erUsher, Centre Bell : chanteur, auteur-compositeur, homme d’affaires et philanthrope, Usher demeure depuis plus d’une décennie l’un des poids lourds des courants R’n’B/hip-hop contemporains. Et il amorce sa tournée mondiale The UR experience à Montréal. Également à Toronto (Centre Air Canada, 2 novembre), Vancouver (Aréna Rogers, 27 novembre) et Edmonton (Rexall Place, 30 novembre).

6 – The Barr Brothers, Métropolis : Sleeping operator, le nouveau disque des Barr Brothers, obtient son lot de critiques positives des médias internationaux. Leurs chansons jouent en boucle sur les sites d’écoute comme Spotify et ils viennent de faire salle comble à Londres et à Édimbourg. Peut-être bien la rentrée montréalaise la plus attendue de l’automne. Aussi à Sherbrooke (Théâtre Granada, 7 novembre) et à Québec (Impérial, 8 novembre).

6 – Klô Pelgag, Club Soda : les organisateurs du Coup de cœur francophone sont-ils prophètes? Demander à Klô Pelgag il y a deux mois de préparer un spectacle unique pour l’événement d’ouverture, c’était faire preuve d’audace. Maintenant qu’elle a obtenu le Félix de la révélation au Gala de l’ADISQ, cela s’avère une bonne affaire.

Klô Pelgag

Klô Pelgag: le spectacle d’ouverture du CCF. Photo Julie Mainville.

12 – John Fogerty, Centre Bell : en cette année de jeunesse effervescente que fut 1969, Creedence Clearwater Revival met en marché trois albums (Bayou country, Green river, Willie and the poor boys) en 11 mois (fait rarissime) qui se hissent respectivement aux septième, premier et troisième rangs du palmarès Billboard. En 2014, John Fogerty vient nous présenter la tournée 1969, one extraordinary year. Rendez-vous obligatoire. Dix-sept autres spectacles au Canada.

12 – Daniel Boucher, Club Soda : il y a 12 ans, Daniel Boucher présentait Chansons inédites au Spectrum, peut-être bien son meilleur spectacle. Comme le disque Toutte est temporaire sort le 11 novembre, on peut avancer qu’une bonne partie de ce que les gens vont entendre ce soir-là sera du matériel inédit. Le même plaisir nous attend-il?

13 – Salomé Leclerc, Club Soda : les chansons Arlon et Vers le sud ont fait une bonne première impression. On a maintenant hâte d’entendre sur scène la totalité – ou presque – des nouvelles compositions de 27 fois l’aurore, le deuxième album de la jeune auteure-compositrice-interprète. Rentrée montréalaise. Également à Vancouver (Centre culturel francophone, 15 novembre) et à Ottawa (Centre National des arts, 27 novembre).

13 et 14 – Vincent Vallières, Lion d’Or : le premier soir (Face a), Vincent Vallières va jouer entièrement et en séquence les chansons des albums Chacun dans son espace (2003) et Le repère tranquille (2006). Le lendemain (Face b), il fera de même pour Le monde tourne fort (2009) et Fabriquer l’aube (2013). Deux soirées tourne-disques comme il ne s’en fait plus.

Vincent Vallières

Vincent Vallières, les soirées tourne-disques.

18 – The Tea Party, Imperial de Québec : s’il y a un trio dont on n’attendait pas le retour, c’est bien celui de Jeff Martin. The ocean at the end est pourtant leur premier album de nouvelles chansons depuis 10 ans. À redécouvrir. Également à Montréal (Métropolis) le 28 novembre.

21 – Adam Cohen, Théâtre Maisonneuve : jamais Adam Cohen n’a autant assumé l’héritage artistique de son paternel, Leonard, qu’aujourd’hui. Le disque We come home l’atteste. C’est le moment de savourer tout ça. Aussi à Ottawa (22 novembre), à Sherbrooke (25 novembre), à Drummondville (26 novembre), à Québec (27 novembre), à Saguenay (28 novembre) et à Trois-Rivières (29 novembre).

22 – Julian Casablancas, Théâtre Virgin Corona : vous étiez au défunt Cabaret Juste pour rire le 30 septembre 2001, quand Julian Casablancas, le chanteur des Strokes, a interprété New York City cops (they ain’t too bright…), moins de trois semaines après les attentats du 11 septembre? Est-il encore aussi baveux et irrespectueux avec The Voidz? On le saura ce soir-là.