Billets publiés en août 2014

Arcade Fire a proposé un spectacle festif et rassembleur en clôture de sa tournée mondiale. Photo PC.

Arcade Fire a proposé un spectacle festif et rassembleur en clôture de sa tournée mondiale. Photo PC.

Après une année de virée et plus de 110 spectacles présentés dans quelque 80 villes réparties sur 4 continents, la tournée Reflektor, d’Arcade Fire, jetait l’ancre à Montréal, samedi, pour sa dernière escale.

Si les chansons de Reflektor se voulaient la charpente de cette prestation offerte devant 25 000 personnes au parc Jean-Drapeau, ce spectacle était aussi le point d’orgue d’une décennie qui aura vu le groupe basé à Montréal grimper au sommet de l’Olympe.

Plus »

Le roi lion: une histoire universelle. Photo courtoisie Disney.

Le roi lion: une histoire universelle. Photo courtoisie Disney.

Walt Disney a produit de son vivant les films d’animation Fantasia, Bambi, Cendrillon, Peter pan, La belle et le clochard et Les 101 dalmatiens, qui ont défini le genre et charmé plusieurs générations d’enfants et de cinéphiles.

Comment aurait-il pu se douter qu’un film réalisé par ses studios près de 30 ans après sa mort allait devenir plus populaire que ses chefs-d’œuvre, au point que le musical qui en est inspiré fait fureur de nos jours. C’est pourtant ainsi. Le roi lion trône désormais au sommet du royaume de tonton Walt.

Plus »

James Hetfield, de Metallica, au festival Glastonbury en juin. Photo AP/Joel Ryan

James Hetfield, de Metallica, au festival Glastonbury en juin. Photo AP/Joel Ryan

Vous voulez entendre Creeping death, Whiplash, Ride the lightning, Fade to black, Master of puppets ou The shortest straw? Amateurs de Metallica, il n’en tient qu’à vous, car la prestation que livrera le légendaire groupe métalloïde, samedi, au festival Heavy Montréal, sera taillée sur mesure selon vos goûts.

En effet, ce sont les fans du groupe californien formé il y a plus de trois décennies qui détermineront la sélection des chansons présentées. Cet élément participatif du public vient s’ajouter au fait que ce spectacle de Metallica est le seul offert en Amérique du Nord cet été. Rarissime, dans les deux cas.

Plus »

Alex Turner, des Arctic Monkeys, le mois dernier en Hongrie. Photo AP/Balazs Mohaï

Alex Turner, des Arctic Monkeys, le mois dernier en Hongrie. Photo AP/Balazs Mohaï

Avec plus de 110 prestations prévues ce week-end au parc Jean-Drapeau, le festival Osheaga ratisse large, rayon genres et styles de musique. Des festivaliers vont se diriger vers le site pour voir la jeune sensation néo-zélandaise Lorde, le trio pop féminin Haim, Nick Cave, London Grammar ou les vétérans des Replacements.

Mais peu importe le volume et l’offre, ce sont quand même les têtes d’affiche qui assurent le succès d’un festival. Rappelons-nous comment The Flaming Lips a tiré les marrons du feu dès la première année du festival (2006) devant une foule modeste, puis, les marées humaines pour Coldplay (2009), Eminem (2011) et Mumford & Sons (2013).

Et, non, le succès d’une tête d’affiche n’est jamais garanti par sa simple présence sur la grande scène en fin de soirée. Rappelons-nous les Smashing Pumpkins en 2007 (spectacle mou) et Elvis Costello en 2011 (parterre déserté)… Outkast (vendredi), Jack White (samedi) et Arctic Monkeys (dimanche) auront la lourde tâche de clore chaque soirée avec éclat. Survol.

Plus »