Blogue de Philippe Rezzonico

35e Gala de l’ADISQ: des artistes à surveiller et des souvenirs

vendredi 18 octobre 2013 à 9 h 41 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Les soeurs Boulay
Les soeurs Boulay

L’Association québécoise de l’industrie du disque et de la vidéo retiendra l’attention la semaine prochaine avec la présentation de son 35e Gala et la remise d’une soixantaine de Félix. Les statuettes liées aux nominations artistiques seront décernées en deux temps, au Gala de l’ADISQ et durant L’autre Gala, tandis que les Félix industriels seront remis au Gala de l’industrie.

Qui l’emportera? C’est la question récurrente annuelle. Dites-vous que c’est comme dans le sport. Si on connaissait d’avance le résultat, on ne présenterait pas un gala avec des catégories compétitives. En revanche, on peut parier sur ceux qui ont des chances de faire une bonne affaire, advenant une récolte de statuettes, et faire un parallèle avec le passé, 35e anniversaire oblige.

La chanson phare

Obtenir le Félix de la chanson populaire de l’année, c’est marquer l’imaginaire, immortaliser son art et, parfois, changer de statut d’artiste. Parlez-en à Vincent Vallières depuis le triomphe de On va s’aimer encore, en 2011.

L'auteur-compositeur-interprète Karim Ouellet au spectacle d'ouverture du 11e FME
L’auteur-compositeur-interprète Karim Ouellet au spectacle d’ouverture du 11e FME.

Karim Ouellet (L’amour) ou Amélie Veille (Mon cœur pour te garder) pourraient-ils voir leur vie changer? Pas exclu, même si bien des gens pensent que l’immensément populaire Marie-Mai (C.O.B.R.A.) pourrait réaliser un doublé après son Félix de 2012 pour Sans cri ni haine. Or, l’histoire ne penche pas en sa faveur.

1996-1998 : Kevin Parent est le seul artiste en 35 ans à avoir remporté ce Félix deux années de suite. En fait, il est reparti avec la statuette trois années d’affilée pour Seigneur (1996), Father on the go (1997) et Fréquenter l’oubli (1998)! Du jamais vu.

Paroles et musique
Daniel Bélanger, Louis-Jean Cormier, Keith Kouna, Pierre Lapointe et Les sœurs Boulay sont en lice pour le Félix auteur ou compositeur. Bélanger l’a gagné deux fois, Cormier aussi, mais au sein de Karkwa, Lapointe l’a déjà obtenu dans le passé, et Kouna et Les sœurs Boulay en sont à leur première nomination dans cette catégorie. Bataille serrée en vue. Un double couronnement? Ça ne serait pas une première.

Daniel Bélanger a pris part aux célébrations.
Daniel Bélanger encoe une fois en lice pour le Félix auteur ou compositeur.

1987 et 2006 : Louise Forestier (Le diable avait ses yeux) ainsi que Michel Rivard et Marie Bernard (Libérez le trésor) sont couronnés en 1987 quand ce Félix était attribué pour la qualité d’une chanson. En 2006, ce sont cette fois Karkwa et Pierre Lapointe qui l’emportent conjointement. Diane Tell est la seule artiste à avoir remporté ce Félix deux années de suite, en 1980 et en 1981.

La consécration individuelle?

Après des Félix remportés avec Karkwa, d’autres avec les « hommes rapaillés » et son travail de réalisation auprès de Lisa LeBlanc, Louis-Jean Cormier obtient 11 nominations (artistiques ou industrielles) pour Le treizième étage. Plus que quiconque.

C’est l’un des favoris dans les catégories Album de l’année – Choix de la critique et Auteur ou compositeur. Comme Michel Rivard (après Beau Dommage), Richard Séguin (après Les Séguin et Fiori-Séguin) et Pierre Flynn (après Octobre) avant lui, Cormier vise la consécration individuelle. Au moins, on a eu la bonne idée de ne pas le nommer dans la catégorie Révélation.

1979 : Lors du premier Gala de l’ADISQ, Paul Piché est en nomination dans la catégorie Découverte de l’année avec Gilles Rivard, Gino Soccio, Angèle Arseneault et Fabienne Thibault même si À qui appartient l’beau temps?, paru deux ans plus tôt, est certifié platine. Trouvez l’erreur… Fabienne Thibault l’a emporté.

L’émergence grand public

La situation du duo Les sœurs Boulay n’est pas sans rappeler celle de Lisa LeBlanc en 2012. Plébiscitées sur toutes les tribunes musicales, les frangines Mélanie et Stéphanie Boulay ont cinq nominations artistiques, dont Album de l’année – Choix de la critique, Album de l’année – Folk, Auteur ou compositeur et Révélation.

C’est dans cette dernière catégorie qu’elles ont les meilleures chances de gagner un Félix et de se révéler à un public plus large que leur base de fidèles, comme ce fut le cas pour Lisa LeBlanc.

1993 : En nomination face à France D’Amour, à Luce Dufault, à Bruno Pelletier et à Stéphane Rousseau, Les Colocs remportent le Félix de la Découverte de l’année et celui du Groupe de l’année aux dépens de La Bottine souriante, des Parfaits salauds, de Rude Luck et de Vilain Pingouin. Rarement aura-t-on célébré des nouveaux venus comme il y a 20 ans.

Le groupe favori

Le Québec adore ses groupes même si nombre d’entre eux implosent. Ce n’est pas le cas ici avec Mes Aïeux, Les Cowboys fringants, Les Trois Accords, Kaïn et Loco Locass, tous des vieux de la vieille talentueux. Depuis 2009, ce Félix est décerné à la suite d’un vote du public, ce qui écarte diverses considérations artistiques.

Les frères Stéphane et Benoît Archambault du groupe Mes Aïeux
Les frères Stéphane et Benoît Archambault du groupe Mes Aïeux

À preuve, lors de la dernière année du scrutin tenu par les membres de l’ADISQ en 2008, Karkwa l’a emporté. Depuis, trois triomphes pour Mes Aïeux (2009, 2010, 2012) et un pour Les Cowboys fringants (2011). Désormais, le groupe qui l’emporte est celui qui compte le plus grand nombre de fidèles.

1984: Les groupes implosent? Ils sont éphémères, aussi. Les nommés de 1984 en sont la preuve : Corbeau, Marc Drouin et les Échalotes, Romantique Machine, Soupir et Uzeb étaient sur les rangs. Uzeb – qui a eu une carrière internationale – a logiquement triomphé.

Vivre dans la marge

Il est toujours ardu de créer dans la marge où se retrouvent d’emblée les artistes en lice dans la catégorie Album de l’année – Alternatif : Forêt (Forêt), Gros Mené (Agnus dei), Hôtel Morphée (Des histoires de fantômes), Peter Peter (Une version améliorée de la tristesse) et Ponctuation (27 club) s’y trouvent. Un Félix peut-il permettre de percer? Tout est possible, si l’on se fie à la cuvée 2002.

2002 : Lors de la première année de cette catégorie, WD-40, Les Chiens, Mogilny, Mara Tremblay et Les Cowboys fringants sont nommés. Le gagnant : Les Cowboys fringants pour Break syndical. Alternatif, Break syndical?

Les coups de gueule

Rien de tel que des remises de prix en direct pour inciter des artistes à passer un message de mécontentement, avec classe ou pas. Avec la charte des valeurs du Québec et les élections municipales en toile de fond, qui sait ce qui pourrait arriver lors des deux retransmissions, si le passé est garant de l’avenir?

1983, 1990, 2004 et 2005 : En 1983, Luc Plamondon s’offre un coup de gueule mémorable à propos de la réforme du droit d’auteur. Le débat est toujours d’actualité. En 1990, Céline Dion refuse le Félix remis à l’artiste anglophone de l’année prétextant qu’elle n’est pas anglophone. On a, depuis, changé l’appellation de la catégorie.

En 2004, croyant que Richard Desjardins ne s’était pas présenté au gala par manque d’intérêt, l’animateur Guy A. Lepage lance en coulisse le Félix que Desjardins vient de remporter. Il s’excusera la semaine suivante. Et en 2005, Pierre Lapointe lance un « Réveillez-vous, merde! » aux radios québécoises qui ne font pas assez de place aux artistes émergents. Le message a été entendu.

Le Gala de l’ADISQ, animé par Louis-José Houde, le 27 octobre, sur ICI Radio-Canada Télé en direct de la salle Wilfrid-Pelletier (19 h 30). Diffusion en simultané sur Radio-Canada.ca Artistes en prestation : Dévoilement des artistes, le 24 octobre.

L’Autre Gala, animé par Les Denis Drolet, le 22 octobre, sur les ondes de MusiquePlus et MusiMax (20 h), en direct de la salle Wilfrid-Pelletier. Diffusion en simultané sur MusiquePlus.ca et MusiMax.ca. Artistes en prestation : Emilie-Claire Barlow, Jean-Marc Couture, Paul Daraîche, Gros Mené, Loco Locass et Ingrid St-Pierre.

Le Gala de l’industrie, le 22 octobre, présenté au Club Soda (16 h). Pas de diffusion.