Blogue de Philippe Rezzonico

Vers les Oscars 2013 (6): Opération tonnerre

Vendredi 1 février 2013 à 12 h 03 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Jessica Chastain, en nomination pour l’Oscar de la meilleure actrice dans Opération avant l’aube. Photo courtoisie.

L’Académie des arts et des sciences du cinéma décernera ses Oscars annuels au cours de la 85e cérémonie de remise, le 24 février, au théâtre Dolby de Los Angeles. D’ici là, La filière Rezzonico analysera les neuf longs métrages en lice pour l’obtention de l’Oscar du meilleur film, en soupesant leurs chances respectives de repartir avec la statuette dorée. Sixième volet : Opération avant l’aube (Zero dark thirty).

Le 11 septembre 2001, les tours du World Trade Center de New York sont torpillées par deux avions de ligne détournés. Pour le gouvernement américain commence alors la traque du cerveau de ses attentats terroristes : Oussama ben Laden. La poursuite durera 10 ans, elle sera longue, ardue et meurtrière. Et personne n’aura le beau rôle dans cette histoire.

La réalisatrice Kathryn Bigelow a l’habitude d’offrir du cinéma coup-de-poing, peu importe si ses films sont fictifs ou basés sur des événements historiques. Cette approche lui a valu l’honneur d’être la première femme à remporter l’Oscar de la réalisation en 2010 pour Démineurs (The hurt locker).

Bigelow maintient cette approche dans Opération avant l’aube, alors que l’on suit le périple de Maya (Jessica Chastain), une agente de renseignements de la CIA dont l’unique fixation dans la vie est de ramener Ben Laden mort ou vif. Et tous les coups sont permis.

Le film de Bigelow est cru, rugueux, farci d’éléments qui ont rebuté bien des Américains à sa sortie. Pour capturer l’ennemi public numéro 1, il faut parfois utiliser des méthodes peu orthodoxes. Les scènes de torture menées par les Américains ont fait grand bruit dans l’opinion publique.

Tout le film de Bigelow est de cette eau. Les douleurs physiques sont atroces, les bombes pulvérisent les chairs sans merci et la patience devient une vertu. Tourné caméra à l’épaule, Opération avant l’aube est à la fois dense et intense, nerveux et efficace.

La scène où Barack Obama, nouvellement élu, déclare que les Américains ne pratiquent pas la torture devant les membres de la CIA rivés à leur petit écran est un moment fort de cinéma. La minutieuse traque nous tient en haleine, tout comme les jeux de coulisses à la CIA et la scène pivot où l’état-major donne le feu vert pour l’attaque. Du bonbon.

Même l’attaque finale au Pakistan ne verse pas dans les effets spéciaux démesurés. Bigelow maintient l’unité de ton, et le scénario de Mark Coal colle à la réalité, hormis de minimes entorses. Les soldats d’élite qui ont donné l’assaut du repère de Ben Laden, par exemple, ignoraient l’identité de leur cible 24 heures avant l’attaque, contrairement à ce que l’on voit dans le film.

Pour : Un portrait sans complaisance d’une chasse à l’homme planétaire, un film sans temps morts qui ne glorifie pas le patriotisme exacerbé de certains illuminés américains –  ce qui représente un exploit en soi – et une trame narrative solide.

Contre : Des scènes de tortures qui ont vraisemblablement coûté à Bigelow une nomination à la réalisation et le portrait d’une face cachée des Américains que les Américains eux-mêmes refusent de voir. Pas bon pour le vote, ça.

Les autres nominations d’importance

Premier rôle féminin (Jessica Chastain) : Jessica Chastain devient une habituée des Oscars. Elle était en nomination l’an dernier pour le deuxième rôle féminin avec La couleur des sentiments (The help). Dans le rôle de l’agent de la CIA, Chastain est le ciment qui lie toutes les étapes de la traque de Ben Laden. Telle une force tranquille, elle ne perd jamais de vue l’essentiel et elle sait y aller de coups de gueule quand il faut se faire entendre.

Les honneurs récoltés par Jennifer Lawrence (Le bon côté des choses/Silver linings playbook) ces dernières semaines indiquent qu’elle est la favorite. Mais l’Académie salue fréquemment des prestations dans des films dramatiques pour un premier rôle féminin.

Ce fut le cas avec Meryl Streep (La dame de fer/The iron lady), Nathalie Portman (Le cygne noir/Black swan), Kate Winslet (Le liseur/The reader) et Helen Mirren (Sa Majesté la reine/The Queen) depuis cinq ans. La seule exception? Sandra Bullock pour L’éveil d’un champion (The blind side).  Il ne faudrait pas écarter Chastain trop vite.

Scénario (Mark Boal) : Malgré ses qualités, je doute sérieusement que le scénario de Boal puisse souffler l’Oscar à Quentin Tarantino (Django déchaîné/Django unchained).

Montage (Dylan Tichenor and William Goldenberg) : Ça va se jouer entre Opération avant l’aube, L’histoire de Pi et Lincoln, mais probablement pas à l’avantage de Tichenor et Goldenberg.

Son (Paul N.J. Ottosson) : Il faut admettre que les coups de feu dans Opération avant l’aube sont diablement plus tonitruants que ceux entendus dans Django en furie et 007 Skyfall (Sykfall).

A lire aussi

Vers les Oscars 2013 (1) : Django en furie

Vers les Oscars 2013 (2) : Le jeune homme et la mer

Vers les Oscars 2013 (3) : Misérables et grandioses

Vers les Oscars 2013 (4) : Otages d’un scénario hollywoodien

Vers les Oscars 2013 (5) : Amours bipolaires