Blogue de Philippe Rezzonico

American Music Awards : le gala des favoris

Vendredi 16 novembre 2012 à 16 h 41 | | Pour me joindre

Pour me joindre

La chanteuse Katy Perry (Photo : AP Photo/Paramount Pictures)

Amateurs de musique, ne ratez pas la présentation du 40e gala des American Music Awards, dimanche soir. Mmm… Permettez que je modifie ma phrase. Fans et groupies des vedettes de la musique, ne ratez pas la présentation du 40e gala des American Music Awards, dimanche soir. Voilà. C’est mieux ainsi.

Pourquoi cette nuance? Parce que la musique n’a plus grand-chose à voir quant à l’obtention des statuettes à ce gala annuel mis sur pied par Dick Clark en 1973. Comprenez ici que la qualité de la musique créée par les artistes en présence vient loin derrière leur statut de star.

Il va de soi que Rihanna, Nicki Minaj, Justin Bieber, Drake, Usher, Carrie Underwood et Katy Perry sont bel et bien des artistes de profession et non pas des courtiers d’assurance, des dentistes ou des caissières travaillant au dépanneur du coin – remarquez, Nicki Minaj en caissière au 7-Eleven, ce serait plutôt rigolo…

C’est toutefois leur réussite sociale, leur allure craquante, leurs vêtements griffés, leurs bagnoles de luxe, leurs résidences avec six salles de bain, quatre garages et deux piscines, leur présence dans les endroits branchés de la planète, leur abonnement à perpète aux revues à potins et leur omniprésence dans le cyberespace qui font pencher le vote en leur faveur.

Les préférés

Les American Music Awards (AMA) ne s’en cachent pas. Le libellé de 18 des 20 catégories d’artistes ou d’albums « de l’année » en 2012 s’amorce par le mot « favorite », comme dans « favori » ou « préféré ».

Le scrutin va d’ailleurs dans ce sens. Pour une sixième année de suite, les lauréats seront couronnés à la suite du vote en ligne (amavote.com et AMA.abc.com) qui se tient depuis le 9 octobre.

Dans la catégorie de l’album pop-rock favori, par exemple, je doute fortement que les fans de Justin Bieber (Believe) et ceux de One Direction (All night up) se posent la question : « Oui mais, franchement, lequel est le meilleur album? », avant d’enregistrer leur vote.

Le culte du vedettariat

Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de la très bonne musique parmi les œuvres qui sont en nomination. Loin de là. Mais quand seulement quatre catégories célèbrent des œuvres (albums favoris pop-rock, country, rap/hip-hop et soul/r&b) et que toutes les autres célèbrent des individus (artiste favori « contemporary inspirational », vraiment?), les AMA indiquent clairement que leur gala privilégie le culte de la star à la musique.

Il n’y a aucune catégorie visant à couronner une chanson en particulier, pas de trophée pour les meilleurs enregistrements et des sélections douteuses… comme il y en a dans tous les galas du genre.

N’empêche, pas de Coldplay nulle part, eux qui ont été partout sur la planète depuis un an. Pas de catégorie rock ou metal. Et surtout, absence d’Adele dans la catégorie de l’artiste de l’année.

Il faudrait qu’on m’explique pourquoi la seule artiste qui fait l’unanimité, celle qui est la plus plébiscitée par la critique ET qui a vendu le plus de disques sur la planète au cours de la dernière année, ne figure pas aux côtés de Justin Bieber, Drake, Maroon 5, Katy Perry et Rihanna. Mystère.

Avec les prestations, entre autres, de Christina Aguilera, de No Doubt, de Taylor Swift, de Linkin Park, de Pink, d’Usher et de Stevie Wonder – qui offrira l’hommage à Dick Clark, décédé cette année –, ce 40e gala des AMA (diffusé sur ABC dimanche à 20 h) risque d’être un divertissement télévisuel de haut calibre.

Mais ne vous y trompez pas. Dimanche, les AMA ne vont pas couronner les meilleurs. Uniquement les favoris du public.