Blogue de Philippe Rezzonico

Salon du livre : l’avalanche de nouveautés

Mercredi 14 novembre 2012 à 16 h 27 | | Pour me joindre

Pour me joindre

 

Pour les petits et grands amants de la bande dessinée, le Salon du livre de Montréal, c’est vivre Noël cinq semaines d’avance, s’évader dans un autre monde sans devoir quitter le pays et se trouver en permanence dans le proverbial magasin de bonbons.

C’est aussi l’arrivée en masse d’un volume effarant de nouveautés qui sont éparpillées aux quatre coins du salon qui se tient à la Place Bonaventure du 14 au 19 novembre. On se dit que Milou aurait du mal à retrouver Tintin dans ce temple de papier éphémère.

Voici une dizaine de ces nouveautés en bande dessinée qui attirent l’attention : Séries classiques toujours à la page, lues par plusieurs générations de bédéphiles, ouvrages québécois et européens, rééditions… Des heures de plaisir Et il y a tant d’autres BD à découvrir.

Les séries

Blake et Mortimer, Le serment des cinq lords

Blake et Mortimer, Le serment des cinq lords (Blake et Mortimer) : Depuis la reprise en 1996 de la série créée par Edgar P. Jacobs, les albums de Blake et Mortimer ont eu droit à deux auteurs, cinq dessinateurs et huit tomes. Voici le cinquième tome du duo formé d’Yves Sente et André Julliard, qui mène le professeur et le capitaine à Oxford.

Une intrigue basée en Angleterre (comme dans La marque jaune), un musée archéologique (comme dans Le mystère de la grande pyramide), des vols d’œuvres d’art (comme dans L’affaire du collier) et des meurtres (ça, c’est moins courant…) : un environnement idéal pour un scénario qui repose sur la tradition du roman policier britannique, plutôt que sur les bases des aventures fantastiques du duo.

Kid Paddle, Slime project (MAD Fabrik) : « Chroniqueur vidéo » dans le journal Spirou à sa naissance en 1993, Kid Paddle est devenu une série BD – deux, en fait, avec le rejeton Game Over –, un magazine, une série animée et une usine à produits dérivés.

Pour ce 13e tome, le Kid veut faire exploser du blork, faire des expériences avec Big Bang, expliquer la vie à Horace, clouer le bec de Carole et confectionner des bricolages souvent de mauvais goût. Il y a tout de même une jolie petite blonde dans les parages, mais cela va rendre la situation encore plus explosive.

Lucky Luke, Cavalier seul

Lucky Luke, Cavalier seul (Lucky comics) : Si les Beatles se sont séparés, les Dalton peuvent le faire aussi. C’est ce qui arrive dans ce 5e volet des aventures du cowboy qui tire plus vite que son ombre depuis qu’elles sont scénarisées par Pennac et Benacquista et dessinées par Achdé.

Imaginez… Jack, William et Averell qui destituent Joe et décident de poursuivre leur route sans lui. Lucky Luke va encore une fois devoir céder la vedette.

Les Québécois, Les Québécois 2 (Boomerang) : Rien de tel qu’une bonne dose d’autodérision pour mener à terme un bon projet. Né de l’imagination de Yoh (Yohann Morin), Les Québécois se veut un miroir de nos manies, de nos travers et de nos obsessions au cours des pages de vignettes groupées par thématique.

La relation des Québécois avec la bière, le hockey, leur piscine, leurs problèmes de poids, etc. Le premier tome, paru en 2010, a maintenant un petit frère. Et dites-vous qu’il y a un volet sur les manifestations  du printemps dernier. Sarcastique à souhait.

Radisson, Pirates de la baie d’Hudson (Glénat Québec) : Quatrième et dernier tome de cette série de Jean-Sébastien Bérubé basée sur l’autobiographie de Pierre-Esprit Radisson, coureur des bois, surnommé « Tête de porc-épic » par les Amérindiens.

On couvre ici la période comprise entre 1662 à 1682, durant laquelle Radisson et son beau-frère décident de faire le commerce des fourrures venant de la baie d’Hudson qui mènera à la création de la Compagnie de la Baie d’Hudson… qui existe encore aujourd’hui sous la forme d’un magasin de détail. Une finale très attendue.

XIII Mystery, Steve Rowland

XIII Mystery, Steve Rowland (Dargaud) : Cinq ans après le – premier – épilogue de la série d’espionnage de Jean van Hamme et William Vance, XIII Mystery nous fait découvrir le passé des personnages clés qui ont peuplé l’univers de XIII durant 23 ans (1984-2007). Cette fois, on découvre l’enfance de Steve Rowland (Richard Guérineau/Fabien Nury), celui avec qui tout a commencé.

Inutile de lire ce bouquin si vous ne connaissez pas la série d’origine. Série d’initiés, ici. Mais comme XIII a été le plus grand phénomène de BD belge depuis près de 30 ans, ce 5e tome va se vendre par dizaines de milliers, comme d’habitude. Et la suite des aventures de XIII (L’appât), relancées par Sente et Jigounov en 2011, est pour dans deux semaines…

White crows, Le clan des suprématistes (Soleil) : Prenez une société où existe la ségrégation (comme l’Afrique du Sud, naguère), remplacez le groupe discriminé par la race humaine, mettez en toile de fond un monde intergalactique (comme dans Star wars) situé dans une ville futuriste (comme dans Blade runner) et ajoutez une bonne conspiration (comme dans n’importe quel polar) : ça donne White crows, du Québécois Djief.

Fort bien dessinée, possédant un bon rythme, cette jeune BD (deuxième tome) a le mérite de pouvoir plaire aux adultes et aux adolescents, les deux héros étant un père (Frank Willis) et sa fille (Shelly). Et on aime quand les Québécois font dans la BD futuriste.

Les rééditions

Buck Danny, L’intégrale 7 (Dupuis) : Amorcée depuis 2010, cette deuxième réédition des aventures de Buck Danny (Jean-Michel Charlier/Victor Hubidon) est un modèle du genre : papier épais de qualité, contexte historique, planches de travail, correspondance d’auteurs, récits en boni, etc.

Ici, les albums Top secret, Mission vers la vallée perdue, Prototype FX-13 et Escadrille ZZ (1958-1961) forment un 7e tome aussi exceptionnel que le 6e (Alerte en Malaisie, Le tigre de Malasie, S.O.S. soucoupes volantes, Un prototype a disparu), pour la période 1956-1958. Le summum de l’aviateur de la Navy.

Red Ketchup, L’intégrale de Red Ketchup

Red Ketchup, L’intégrale Red Ketchup volume 1 (La Pastèque) : Le seul livre dans cette liste qui est paru depuis quelques mois déjà, mais on ne peut passer à côté de Red Ketchup, l’espion du FBI créé par Pierre Fournier et Réal Godbout qui célèbre en 2012 son 30e anniversaire.

Pour ce premier volet de 152 pages, on redécouvre La vie en rouge, Kamarade Ultra et Red Ketchup contre Red Ketchup. Que de bagarres violentes, de massacres hilarants et de dénonciations politiques sous-jacentes dans ce trio d’albums qui n’a pas pris une ride.

Le livre de prestige

Uderzo, L’intégrale 1941-1951 (Hors-Collection) : Dessinateur émérite, Albert Uderzo a eu une vie professionnelle bien avant Oumpah-pah (1958), Tanguy et Laverdure (1959) et, bien sûr, le mythique Astérix (1959). Près de 20 ans de BD retracés dans ce grand et très lourd livre (plus de 2 kilos) de plus de 450 pages.

Philippe Cauvin et Alain Duchêne ont récupéré, rassemblé et restauré des planches, des dessins, des illustrations et des couvertures introuvables. On a reproduit les premières BD au trait du jeune Uderzo : Flamberge, gentilhomme gascon (1945), Clopinard (1946) et Clodo et son oie (1946-1947), ainsi que les premières séries dans le magazine O.K. (1946-1949), où Arys Buck et son épée magique, Prince Rollin et Belloy l’invulnérable annoncent le trait mieux défini, vibrant et plus réaliste de l’Uderzo adulte.

Et on note la diversité des champs d’intérêt : l’Indien Watoki le valeureux (1947) est l’ancêtre de Oumpah-pah, Superatomic Z (1950) verse dans l’espionnage alors que Capitaine Marvel jr., signé Al Uderzo, est la contribution du dessinateur aux superhéros américains, soit 35 pages en couleur produites en 1950 pour l’hebdomadaire Bravo. Tout ça sans compter ses contributions à France Dimanche et France-Soir. Magnifique.

Bonne lecture à tous. On se voit au salon?