Blogue de Philippe Rezzonico

Amateurs de hockey : sachez retenir vos larmes

vendredi 5 octobre 2012 à 11 h 27 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Analis Morissette, Yann Perreau et Antoine Bertrand, qui joue dans la pièce Tout ça m’assassine.

Les dirigeants de la Ligue nationale de hockey, qui ont mis les joueurs en lock-out le 16 septembre, ont officiellement annulé, jeudi, tous les matchs du calendrier de leur circuit jusqu’au 24 octobre, inclusivement. Pour l’amateur de notre sport national d’un océan à l’autre, le responsable de ce gâchis importe peu. L’implacable réalité demeure : il n’y aura pas de hockey professionnel comme prévu à partir du 11 octobre.

Des millions d’assidus des arénas professionnels, du bar sportif du coin ou de leur confortable sofa qui fait face à leur téléviseur de 50 pouces seront en manque dans quelques jours. En manque de buts spectaculaires, d’arrêts à bout portant, de plaquages robustes et de bagarres violentes.

Des amateurs en manque comme le fumeur privé de cigarettes, le buveur social sans sa boisson favorite et l’amant sans sa blonde. Amateurs de hockey, en dépit de cette tragédie d’ordre sociologique, sachez retenir vos larmes. La culture, intarissable, arrive à votre rescousse.

Ne reculant devant rien pour vous permettre de survivre à ce vide digne d’un trou noir, La filière Rezzonico vous propose humblement des suggestions d’activités culturelles les soirs des matchs originalement prévus du Canadien.

Il est évident que rien ne vous fera vibrer autant que de voir Max Pacioretty écraser le visage de Zdeno Chara dans la bande, mais il devrait bien y avoir un ou deux trucs qui vont vous plaire dans cette liste. Ou plaire à votre conjointe, l’habituelle veuve du hockey…

Jeudi 11 octobre (Ottawa à Montréal) : Le Canadien devait amorcer la saison à domicile pour la première fois depuis 1999. Misère… En lieu et place, on vous propose le nouveau spectacle de Yann Perreau (Club Soda), inspiré de son disque À genoux dans le désir, dont les chansons ont été écrites à partir de poèmes jamais lus ou entendus de Claude Péloquin.

Si la poésie vous rebute, Jean-Marc Parent présente Torture au Théâtre St-Denis, et la pièce Tout ça m’assassine, mise en scène par Dominic Champagne, reprend du service à la Cinquième Salle de la Place des Arts. Résidents d’Ottawa qui aimez le jazz en plus du hockey, Chick Corea et Gary Burton se produisent au théâtre Centrepointe.

Kaguyahime, des Grands ballets canadiens

Samedi 13 octobre (Montréal à Toronto) : Le classique par excellence. Un match Canadien-Maple Leafs présenté un samedi soir, avec Don Cherry vêtu d’un de ses complets sobres et de bon goût à l’antenne de la CBC.

Vous pouvez passer votre mécontentement en vous défoulant durant le Festival de ska (Club Soda), qui met en vedette les Planets Smashers, aller voir le film Argo, réalisé par Ben Affleck, qui porte sur la prise d’otages américains en Irak en 1980, ou changer complètement d’univers avec Kaguyahime : princesse de la Lune (salle Wilfrid-Pelletier), présenté par les Grands Ballets canadiens.

Les Grands Ballets, j’admets que c’est une suggestion qui ne fera pas l’unanimité auprès des fans de Carey Price… À Toronto, la comédie musicale War horse – comme le récent film du même nom – se poursuit au théâtre Princes of Wales.

Mardi 16 octobre  (Boston à Montréal) : Non, vous ne verrez pas Max et Zdeno se boxer le nez ce soir-là. Histoire de faire « sortir le méchant », comme le dit l’expression, le cri primal d’Alanis Morissette (Métropolis) ou le retour de John Lydon et de PiL (Corona) s’avèrent de bons choix.

Jeudi 18 octobre (Montréal à Boston) : Pour une fois, le Centre Bell sera plein en dépit du lock-out en raison du spectacle de Rush. Les amateurs d’humour ont le choix. Les humoristes Alexandre Barrette (Alexandre Barrette et personne d’autre) et Guillaume Wagner (Cinglant) occupent respectivement le Théâtre St-Denis et le St-Denis 2. Pour les belles histoires et les textes remplis d’imaginaire et de poésie, Fred Pellerin, avec son nouveau spectacle, De peigne et de misère (théâtre Maisonneuve), est incontournable.

Le film Vous n’avez encore rien vu

Samedi 20 octobre (Washington à Montréal) : Déjà plus d’une semaine sans hockey. Vous n’en pouvez plus… Pas de discussion, dirigez-vous illico au Club Soda pour applaudir Lisa LeBlanc. En pensant au manque de gouret, vous pourrez chanter à l’unisson avec elle : « Ma vie c’est d’la marde! »

Vous êtes un vieux rockeur? Vous trouverez votre bonheur au cinéma avec Celebration Day, le film qui relate les retrouvailles sur scène de Led Zeppelin à Londres en 2007. Explosif, ce spectacle. Et c’est probablement une meilleure suggestion que le film d’animation Le magasin des suicides, du Français Patrice Leconte. Rayon film français, Vous n’avez encore rien vu, d’Alain Renais, s’avère probablement un choix plus judicieux.

Mardi 23 octobre (Montréal à Minnesota) : En raison du décalage horaire avec l’État du Minnesota, le match contre le Wild se serait amorcé en fin de soirée, pas mal à la même heure que celle où Social Distortion montera sur la scène du Métropolis. Le nombre de décibels qu’on entendra ce soir-là sera supérieur à celui de la clameur de la foule du Centre Bell après un but du Canadien.

Et après? Si vous croyez aux miracles, il y aura peut-être une entente entre la LNH et l’Association des joueurs. Mais j’en doute. Donc, on poursuit jusqu’à la fin du mois d’octobre.

Jeudi 25 octobre (Philadelphie à Montréal) : Messieurs, ça fait des semaines que votre conjointe souhaite une sortie romantique. Vous résistiez fermement à cette demande légitime en raison du match contre les Flyers pour lequel vous avez obtenu des billets de votre patron. Plus d’excuses, vous devez aller voir et entendre Air Supply (Métropolis). Des chansons d’amour, des chansons d’amour et encore des chansons d’amour. Votre couple s’en portera mieux.

Rufus Wainwright

Samedi 27 octobre (Anaheim à Montréal) : On approche de l’Halloween. La soirée Forty years after, l’expérience Woodstock (Club Soda) vous donnera l’occasion d’entendre des vieux succès de Santana, des Who, de Janis et de Jimi tout en vous fournissant l’occasion de vous déguiser en icône du rock. Déguisement déconseillé ce soir-là ou dans toute autre soirée similaire à l’Halloween : un masque du commissaire de la LNH, Gary Bettman, qui a décrété le lock-out.

En humour, Eddy King se produit au Club Soda. Rayon cinéma, nous avons droit à la sortie du film québécois Le torrent, du réalisateur Simon Lavoie, et à Cloud atlas, qui met en vedette Tom Hanks et Halle Berry. Et si vous résidez à Québec (il y a des fans du Canadien et des fans de hockey à Québec), Rufus Wainwright est à la salle Albert-Rousseau.

Mardi 30 octobre (Montréal à Calgary) : J’aurais assisté au spectacle de Chris Isaak (Théâtre St-Denis) plutôt que de regarder le Canadien à la télé, lock-out ou non. Rien ne vous empêche de faire de même. Vous habitez à Calgary? Le puissant groupe rock Black Label Society se produit au MacEwan Hall.

Voilà. En espérant que ça puisse vous permettre, à vous, l’amateur de hockey, de meubler vos soirées. Et si le conflit n’est pas réglé à la fin d’octobre, on pourra toujours faire une autre chronique du genre au début de novembre.