Blogue de Philippe Rezzonico

Le heavy metal : au delà de l’image

jeudi 9 août 2012 à 14 h 53 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Slipknot sera de la fête metal à Montréal.

Par Philippe Rezzonico

Moins d’une semaine après que 120 000 festivaliers ont assisté au festival Osheaga, le parc Jean-Drapeau sera de nouveau envahi ce week-end avec la présentation d’un autre festival, Heavy MTL. On pourrait presque dire que la comparaison s’arrête là. Le metal, pour ses adeptes, n’est pas qu’une musique. C’est un mode de vie.

Tous les genres musicaux ont leurs fidèles et leurs codes, mais aucun n’est plus identifiable que le metal. Au point que ça fait même peur à bien du monde.

Il est vrai qu’avec des noms de groupes tels Cannibal Corpse, Kataklsym, Fleshgod Apocalypse, Goatwhore, Killwitch Engage, Five Finger Death Punch – pour ne nommer que quelques-uns des groupes présents à ce quatrième Heavy MTL –, on sait que la musique risque d’être plus abrasive que celle de Kaïn, et le propos, plus mordant que celui de Marie-Mai. Après tout, le plus ancien groupe metal, le père de tous les groupes à venir, se nomme Black Sabbath…

Enrobage

Ce n’est pas différent pour l’aspect visuel. Les logos de certains groupes possèdent des formes stylisées parfois menaçantes. Et les organisateurs de Heavy MTL vont dans ce sens. Le logo de la scène de l’Apocalypse, qui se situe là où était la scène Verte à Osheaga, est une tête de mort. De l’emballage, tout ça.

Les t-shirts noirs, têtes de mort, monuments funéraires, éclairs, faux et autres « accessoires » liés à l’imagerie du metal sont les équivalents des coupes de cheveux mohawks pour les punks, des paillettes de l’univers disco, des bijoux de luxe des rappeurs afro-américains et du chapeau et des bottes de cowboy dans le monde du country. À chaque style musical ses codes.

Dangereux, les membres des groupes heavy metal? Black Sabbath inquiétait une bonne part de la population britannique et américaine à ses débuts. Mais depuis qu’Ozzy Osbourne a participé à sa propre télé-réalité et qu’on a constaté qu’il était un type ordinaire qui se fait mener par le bout du nez par sa femme, il n’y a plus de craintes.

Pensez-vous que les gars de Metallica, le plus important groupe metal depuis trois décennies, sont de méchants garnements? Ils ont eu leurs problèmes avec les drogues et l’alcool, comme les trois quarts des artistes issus du monde de la musique. Jimi Hendrix, John Bonham, Janis Joplin, Keith Moon, Elvis Presley et Whitney Houston en sont morts, d’ailleurs. Mais aujourd’hui, presque tout le monde voudrait prendre une bière avec James Hetfield ou Lars Ulrich.

Et que dire d’Alice Cooper, ce type qui se pointe sur scène avec un serpent et qui se fait enfermer dans un cercueil… De nos jours, tout golfeur de plus de 40 ans veut disputer une ronde avec Alice, qui, pour ceux qui l’ignorent, est un golfeur de fort calibre et le type le plus cool qui soit.

Univers parallèle

Entendons-nous, il y a un important contingent de groupes metal qui n’obtiendront jamais une reconnaissance comme celle des vétérans nommés plus haut. Des groupes qui resteront volontairement ou non dans la marge, ne fut-ce qu’en raison des diverses déclinaisons du genre : grincore, hardcore, metalcore, death metal et trash metal, pour ne nommer que celles-là. Et il y a certaines valeurs non conformistes, l’opposition à certains gouvernements, etc.

Non, cette musique ne sera jamais entendue à grande échelle ailleurs que sur le web et sur les chaînes ou radios spécialisées, ou encore durant des spectacles. Et c’est correct. Tout ne peut être accessible pour le grand public. Si nous n’avions plus de marginalité ni de marges, nous n’aurions plus de centre non plus.

Je parlais plus haut du mode de vie. Plus que pour des genres comme la pop, le disco et même le hip-hop, les adeptes du metal sont ceux qui sont les plus facilement reconnaissables au quotidien, dans leur milieu de travail ou de loisirs. Au-delà de leur amour pour cette musique, il y a une affiliation réelle à leur univers qui semble parfois en parallèle avec le nôtre.

Mais en définitive, ce sont foncièrement des fans d’un genre musical qui est plus bruyant que tous les autres. Heavy MTL va en faire la démonstration en fin de semaine. Et si le ciel risque de nous tomber sur la terre, ça ne sera pas à cause de la musique. Il paraît qu’il va pleuvoir…