Blogue de Philippe Rezzonico

Manifeste pour une Saint-Jean festive et pacifique

vendredi 22 juin 2012 à 17 h 34 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Par Philippe Rezzonico

Les manifestations monstres et répétitives liées au conflit étudiant et à l’instauration de la loi 78 ont tellement monopolisé l’attention ces derniers mois que l’on avait presque oublié que les plus grands rassemblements annuels sont d’ordinaire liés aux célébrations de la fête nationale.

Les mégaspectacles prévus à Montréal et à Québec et tous ceux qui seront présentés dans les villes et municipalités de la province ce week-end vont regrouper des milliers de citoyens qui voudront faire la fête. Il faut toutefois être naïf pour croire que les événements des derniers mois ne vont pas teinter ces rassemblements.

Les fêtes nationales, par définition, ont une dimension politique et certaines célébrations de la Saint-Jean l’ont démontré dans le passé. Que l’on pense aux spectacles présentés sur l’île de Montréal au milieu des années 1970 qui pavaient la voie à la première élection du Parti québécois, ou à celui de la Saint-Jean de 1992, durant lequel la fibre nationaliste était à fleur de peau quelques jours après le rejet de l’accord du lac Meech.

Le week-end de la Saint-Jean en 2012 se pointe alors que le climat social n’a jamais aussi tendu depuis 1995, année du deuxième référendum au Québec. Les spectacles prévus sur les plaines d’Abraham à Québec et au parc Maisonneuve à Montréal vont attirer des foules qui vont largement surpasser les six chiffres (100 000 personnes et plus). Peut-on espérer des célébrations festives,  sans controverse?

Interdiction de se produire

À Québec, la controverse a éclaté bien avant le spectacle prévu samedi soir. Le groupe alternatif Mise en demeure, qui a pastiché le tableau La liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix en remplaçant la tête d’un révolutionnaire par celle d’Amir Khadir et celle d’un homme mort par le premier ministre Jean Charest, a dû renoncer à se produire à la Fête nationale.

Mise en demeure devait prendre part au «Party clandestin» du festival Envol et Macadam le 23 juin. Le premier ministre Charest a déclaré qu’il trouvait inacceptable qu’un groupe qui prône la violence se produise dans le cadre des festivités de la Fête nationale. Mise en demeure a écrit une chanson, Ah vous dirais-je maman, dans laquelle il y a un lien direct entre une «scie à chaîne» et la ministre de l’Éducation, Michelle Courchesne. Le festival risquant de perdre son financement, Mise en demeure a préféré se retirer.

En début de semaine, la ville de Québec a modifié son règlement municipal touchant l’encadrement des manifestations afin qu’il soit plus rigide, quelques jours avant la manifestation prévue vendredi et le spectacle de la Saint-Jean de samedi.

Le nouveau règlement interdit la présence dans un attroupement de 23 heures à 5 cinq heures du matin. Comment va-t-on gérer cela lors de la Saint-Jean avec 100 ou 150, 000 personnes présentes sur les plaines d’Abraham après 23 heures? Réponse en fin de semaine.

À Montréal, le mot d’ordre semble être plutôt de la jouer relaxe. L’animateur du spectacle prévu dimanche au parc Maisonneuve, Guy A. Lepage, a déclaré qu’il s’en remettait à l’intelligence des gens.

Les plus récentes FrancoFolies de Montréal ont démontré que des milliers de gens portant le carré rouge, les casseroles et les artistes pouvaient parfaitement cohabiter ensemble. Cela a d’ailleurs mené à de grands moments. On s’attend à ce que des casseroles fassent leur apparition dans nombre de manifestations culturelles ce week-end.

Les histoires de langues

Reste aussi à voir si la Saint-Jean ne provoquera pas de controverses linguistiques. On se souvient de la tempête provoquée par la présence de Bloodshot Bill et du groupe Lake of Stew lors de L’Autre Saint-Jean, au parc du Pélican de Montréal, en 2009. Les Montréalais devaient chanter en anglais. Quelle levée de boucliers ce fut! En définitive, les artistes anglo-saxons ont chanté en anglais… mais aussi en français.

Cette année, on note qu’Adam Cohen, fils du légendaire Leonard, Montréalais de souche, sera aux côtés des Jean-Pierre Ferland, Ariane Moffatt, Daniel Bélanger et consorts au parc Maisonneuve. Adam chante dans les deux langues. Comme Ariane, tiens… Pourrait-il interpréter une chanson de son héritage linguistique paternel? Visiblement pas, comme l’indiquait Guy A. Lepage à l’émission de Pénélope McQuade, le 21 juin.

Dernière inconnue : l’alcool. Ne jouons pas à l’autruche. La fête nationale est aussi l’occasion de prendre un verre. Des millions de Québécois le font avec modération, mais pour certains, la fête nationale mène à quelques excès.

Comme le dit la publicité, il faudra faire preuve de modération ce week-end. Le climat social est quelque peu incendiaire. Il ne faudrait pas jeter de l’huile sur le feu.

Tiens… Ça me fait penser. Loco Locass va-t-il faire impasse sur Libérez-nous des libéraux à Québec samedi soir? Je pose la question, comme ça. Allez… Bonne Saint-Jean.