Accueil

Hozier durant la cérémonie des Grammy, en février. Photo AP/John Shearer

Hozier durant la cérémonie des Grammy, en février. Photo AP/John Shearer

Le vedettariat instantané ne date pas d’hier dans l’industrie de la musique et le phénomène est décuplé quand une plateforme visuelle s’y rattache. C’était déjà vrai au début des années 1960, bien avant que le clip ne soit une forme d’art. C’est tout aussi vrai au 21e siècle, en cette ère de médias sociaux.

En 1962, Shelley Fabares interprète Johnny Angel durant La famille Stone (The Donna Reed show) : plus d’un million de 45 tours seront vendus. Cinquante ans plus tard, en 2012, le clip Gangnam style du Sud-Coréen Psy fait son apparition. On compte aujourd’hui plus de deux milliards de vues. Deux époques différentes, deux supports distincts, un même résultat. Et l’histoire se répète avec Hozier.

Plus »

Dix spectacles à voir en mars

Vendredi 27 février 2015 à 11 h 33 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Caleb et Georgia Nott, le duo néo-zélandais de Broods. Photo courtoisie Capitols records.

Caleb et Georgia Nott, le duo néo-zélandais de Broods. Photo courtoisie Capitols records.

Après l’avalanche de spectacles et les nombreuses premières québécoises qui ont jalonné le mois de février le plus froid de l’histoire du Québec à Montréal, mars s’annonce comme étant un mois placé autant sous le signe de la découverte que du retour de très, très vieux routiers.

Pour des Hozier, Broods et Dear Criminals qui apportent leur jeunesse, leur fougue et leur musique contemporaine à nos oreilles, nous aurons autant de revenants d’un autre âge comme Alan Parsons, Mike + The Mechanics et ZZ Top. Finalement, la musique est bel et bien une affaire intergénérationnelle, même si certaines générations ne se croisent jamais dans les mêmes salles de spectacles.

Plus »

Bryan Adams a interprété toutes les chansons de Reckless au Centre Bell. Photo PC/Borsi Rossler

Bryan Adams a interprété toutes les chansons de Reckless au Centre Bell. Photo PC/Borsi Rossler

Quand Bryan Adams lance l’album Reckless, le 5 novembre 1984, le vinyle est le support dominant du marché du disque, un téléphone cellulaire est un boulet qui pèse plus d’un kilogramme et Musique Plus n’a pas vu le jour.

Trois décennies plus tard, la musique est diffusée majoritairement sur le web, un téléphone intelligent se glisse dans une poche et les chaînes spécialisées (MTV, Much Music, Musique Plus) qui ont connu l’âge d’or du clip diffusent des séries de télé-réalité.

Et les chansons de Reckless, elles, on-t-elles bien vieilli? Adams répondait lui-même à cette interrogation, lundi, au Centre Bell, avec la tournée du 30e anniversaire de son disque phare présentée au festival Montréal en lumière.

Plus »

 

Découverte musicale dans l’Hexagone en 2014, interprète féminine de l’année aux Victoires de la musique à Paris il y a quelques jours, Christine and the Queens, de son vrai nom Héloïse Letissier, a réalisé dès qu’elle a mis les pieds au Québec que la notoriété ne connaît pas de frontières.

Arrivée mardi sur nos terres en vue de son spectacle de jeudi présenté à guichets fermés au Métropolis, la Française a été reconnue par une vendeuse dans un magasin de vêtements du centre-ville. Déjà, la rançon de la gloire.

Plus »

Louis-Jean Cormier à Montréal en lumière en 2014 (Photo : ICI Radio-Canada)


Les premières d’artistes locaux dans les festivals de musique étaient encore rarissimes il y a cinq ou six ans. Ce n’est plus le cas. Au même titre que la vente de la musique a été victime de soubresauts majeurs depuis une décennie, le modèle de diffusion de ladite musique sur scène s’est ajusté à une nouvelle réalité.

En novembre, Coup de cœur francophone a présenté pas moins de 16 premières (Daniel Boucher, Salomé Leclerc, Julien Sagot, Antoine Corriveau, etc.) à Montréal. À compter de jeudi, le festival Montréal en lumière en proposera près d’une dizaine (Daran, Mara Tremblay, Marie-Pierre Arthur, Bobby Bazini, Guillaume Beauregard, etc.).

Plus »

Marie-Pierre Arthur nous revient avec Si l'aurore. Photo : Marc-Étienne Mongrain

Marie-Pierre Arthur nous revient avec Si l’aurore. Photo : Marc-Étienne Mongrain

Marie-Pierre Arthur est graduellement passée du statut d’accompagnatrice de premier plan à celui d’auteure-compositrice-interprète de plein droit. La gagnante du prix Félix-Leclerc en 2012 fait un retour la semaine prochaine avec Si l’aurore, son troisième album depuis 2009.

C’est un disque qui démontre que l’auteure a raffiné ses qualités d’observation pour charpenter ses textes et que la musicienne, toujours aventureuse, n’hésite pas à remiser son instrument de prédilection, afin de sortir de sa zone de confort.

Plus »

Pharrell Williams: six nominations au Grammy. Photo AP

Pharrell Williams: six nominations au Grammy. Photo AP

La veille de la 50e cérémonie de remises des trophées Grammy, en 2008, Amy Winehouse avait déjà écoulé un peu plus de dix millions d’exemplaires de son album Back to black. Dans la semaine qui a suivi sa consécration mondiale avec l’obtention de cinq gramophones, plus d’un million de disques supplémentaires ont trouvé preneur.

Une telle chose pourrait-elle se produire dimanche à Los Angeles, advenant une récolte miraculeuse pour Sam Smith, Beyoncé ou Pharrell Williams (six nominations chacun)? Absolument pas. Au mieux, cela fera grimper le nombre d’écoutes en continu de leurs succès du moment. L’écoute en continu : le phénomène qui plombe un peu plus l’industrie de la musique de nos jours.

Plus »

Dix spectacles à voir en février

Vendredi 30 janvier 2015 à 11 h 11 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Christine and the Queens: un spectacle attendu à Montréal en lumière. Photo tirée de Youtube

Christine and the Queens: un spectacle attendu à Montréal en lumière. Photo tirée du clip Saint-Claude.

Il y a deux tendances lourdes dans la grille de spectacles du mois de février : le retour d’un nombre considérable de vedettes anglo-saxonnes qui ont fait leur marque durant les années 1980 et une foule de premières d’artistes francophones.

Après la relative accalmie de janvier dans les salles, l’activité reprend de plus belle. Et, contrairement à ce que chante Vincent Vallières dans Février, le mois le plus court de l’année n’est pas un « maudit mois malfaisant », mais un mois chantant et dansant.

Plus »

London Grammar: xx, Hannah Reid et Dan Rothman. Photo Jem Goulding

London Grammar: Dominic Major, Hannah Reid et Dan Rothman. Photo Jem Goulding

Parc Jean-Drapeau, le vendredi 1er août 2014, 18 h 30 : devant la scène verte du festival Osheaga, le brouhaha ambiant n’existe plus. Des milliers de personnes se taisent pour écouter la voix d’Hannah Reid survoler les mélodies atmosphériques et nocturnes de London Grammar. Un vrai tour de force en plein soleil.

Le public nord-américain devait renouer avec le trio britannique dès l’automne, mais la tournée a été reportée sans préavis à l’hiver 2015. Pour quelle raison? À l’aube du retour de London Grammar pour un concert à guichets fermés à l’Olympia de Montréal, vendredi, on a posé la question – et plusieurs autres liées – à la principale intéressée.

Plus »

Sam Smith | Crédit : John Shearer/Invision/AP

Sam Smith | Crédit : John Shearer/Invision/AP

Sam Smith. Il y a 18 mois, ce nom anglo-saxon qu’on pourrait qualifier de commun aurait pu être celui d’un barman de Melbourne ou d’un chauffeur de taxi de Brooklyn. Il est maintenant connu comme étant celui d’un artiste international. Sam Smith, un jeune Britannique de 22 ans, est désormais le chanteur le plus en vue du moment.

Smith, qui a récolté 6 nominations en vue de la cérémonie des Grammy du 8 février et 5 autres aux Brit Awards (25 février), a attiré pas moins de 12 601 spectateurs lundi soir au Centre Bell. L’engouement est-il justifié? Verdict.

Plus »