Accueil

Amélie Veille: désormais liée à  Paris. Photo courtoisie.

Amélie Veille: désormais liée à Paris. Photo courtoisie.

PARIS – Rencontrer Amélie Veille dans un bistro de la cour Saint-Émilion est aussi naturel que de la croiser à Montréal. Avec son sourire craquant, ses cheveux qui flottent dans le vent de novembre et son manteau bien coupé, la Québécoise qui semble être une héritière de la Nouvelle Vague se fond dans ce décor néo-chic.

Cette impression est sans doute accentuée par le fait que l’artiste n’est pas en visite dans la Ville Lumière : c’est là qu’elle vit, écrit, compose et collabore avec des auteurs-compositeurs européens en vue de son prochain album. Rencontre.

Plus »

Vincent Vallières

Le microsillon, ce support audio fait de vinyle depuis la fin des années 1940, vit une renaissance, mais il a toujours eu des fidèles au sein de toutes les générations d’artistes. Vincent Vallières l’aime tellement que les spectacles qu’il présente jeudi (Face A) et vendredi (Face B) au Lion d’Or, durant le Coup de cœur francophone, s’en inspirent.

« On voulait se faire plaisir dans de petites salles. On a trouvé preneur », dit-il, en soulignant l’intérêt des organisateurs de l’événement annuel à sa proposition. « On voulait jouer des disques au complet. Les vieux bands font ça ».

Plus »

Jacques Dutronc, Johnny Hallyday et Eddy Mitchell: le bon temps du rock n' roll.

Jacques Dutronc, Johnny Hallyday et Eddy Mitchell: le bon temps du rock n’ roll.

PARIS – Johnny Hallyday, l’idole, Jacques Dutronc, le playboy, et Eddy Mitchell, le rockeur crooner : rêver d’une prestation commune des trois légendes françaises relevait de l’utopie. Il a fallu un repas entre les copains de toujours pour que se concrétise le spectacle Les vieilles canailles, Dutronc, Hallyday, Mitchell, qui fait salle comble depuis mercredi au palais omnisports Paris-Bercy.

Il y a eu trois spectacles d’annoncés en avril. Puis, deux autres se sont greffés. Et un sixième, il y a dix jours. Mesurez les chiffres : 214 ans d’âge pour le trio, plus de 150 années de métier, environ 100 000 spectateurs en six soirs et une diffusion en direct dans plus de 160 de salles de cinéma dimanche en France, en Suisse et en Belgique. L’événement musical de l’automne à Paris. Récit.

Plus »

Dix concerts à voir en novembre

Vendredi 31 octobre 2014 à 12 h 43 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Adam Cohen (Crédit : Radio-Canada)

Festivals, lancements, rentrées, tournées : novembre a beau être historiquement un mois gris d’un point de vue météorologique, il est l’un de ceux qui procurent le plus de plaisir au plan musical. Ce qui transforme en casse-tête la tâche de dresser une sélection d’une dizaine de spectacles incontournables.

Comble de malheur pour un boulimique dans mon genre, des tas de prestations qui s’annoncent formidables sont présentées le même soir. Quoique, le plus souvent, il s’agit de genres musicaux différents. Selon vos goûts (pop, rock, folk, chanson francophone ou anglophone), vous aurez plus de facilité à trancher que moi.

Plus »

Pascale Picard. Photo LePetitRusse.

Pascale Picard. Crédit photo LePetitRusse.

L’album Me, myself & us a propulsé Pascal Picard au firmament des vedettes en 2007. Plus de 300 000 exemplaires vendus chez nous et en Europe. Des spectacles au Québec, en France, au Canada anglais, deux Félix… Le rêve éveillé, quoi.

Quatre ans plus tard, une Pascale Picard au nouveau look lance A letter to no one dont elle n’a vendu que 30 000 exemplaires. Que s’est-il passé? À la veille de la rentrée montréalaise de son disque All things pass, Pascale Picard fait le point. Conversation à cœur ouvert.

Plus »

Les soeurs Boulay (Photo : Julie Mainville)

Alex Nevsky, Philippe B, Klô Pelgag, Les sœurs Boulay, Patrice Michaud, Jimmy Hunt, Koriass, Pawa Up First, Trio Jérôme Beaulieu, Daniel Clarke Bouchard et De Temps Antan ont remporté au moins un Félix en 2014, lors de l’une ou l’autre des remises de prix liées au Gala de l’ADISQ. Avouons que personne ne l’avait vu venir.

Ce qui frappe, ce n’est pas tant le volume considérable de nouveaux visages, plutôt que la frange musicale de laquelle ils proviennent, à savoir cette mouvance indépendante québécoise qui s’affirme tant en anglais qu’en français. Notons aussi qu’aucun lauréat ne doit son Félix à une surexposition télévisuelle. Sur cet aspect, il y a, du moins en partie, une explication technique.

Plus »

Au Québec, le nombre d’albums vendus est passé de 13 millions en 2005 à 6 millions en 2013, selon les chiffres de l’ADISQ. (Photo : Associated Press/Alex Brandon)

Le Gala de l’ADISQ braque annuellement les projecteurs sur le meilleur de notre musique qui, à bien des égards, affiche une belle vitalité en ce 21e siècle. Malheureusement, vitalité ne rime pas avec viabilité, et les Félix décernés cette semaine ne peuvent masquer la dure réalité qui se résume en une question essentielle et existentielle : qui est encore prêt à payer pour la musique?

Les craintes et les constats touchant l’écoute en continu, les ventes de disques à la baisse, le piratage, la diffusion, le financement et les droits d’auteur font l’objet de débats plus délicats que de savoir si Emmène-moi, de Marie-Pierre Arthur, est une meilleure chanson que Marie-Jo, de Karim Ouellet. État des lieux.

Plus »

Alexandre le Grand

Vendredi 10 octobre 2014 à 11 h 21 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Alexandre Désilets (Photo : Indica/Albert Zablit)

Avant un spectacle, il y a des indices qui ne mentent pas : absence de décor, 18 blocs de lumières alignés sur le mur du fond, et une scène avancée au parterre. Le message était limpide, jeudi, au Club Soda : une prestation franche, sans artifices et d’une rare proximité nous attendait avec Alexandre Désilets, celui qui n’a peur de rien.

En fait, au rayon des artifices, il y avait bien cette boule disco qui pendait du plafond, mais c’était à peu près tout lors de cette soirée durant laquelle la foule aurait dû faire partie intégrante du spectacle.

Plus »

Emilie-Claire Barlow se produira deux soir avec l'OSQ. Photo Yasushi Yoneda.

Emilie-Claire Barlow se produira deux soir avec l’OSQ. Photo Yasushi Yoneda.

Après un mois de septembre riche de nouveaux albums qui ont mené à une foule de spectacles-lancements au Québec, le mois d’octobre nous plonge dans une saison automnale où l’on ne sait plus où donner de la tête, rayon spectacles.

L’accalmie de septembre – seulement 15 spectacles présentés conjointement au Centre Bell, au Métropolis et au Club Soda – s’explique par le déferlement de centaines d’artistes de juin à juillet à Montréal durant les festivals. Mais le retour d’octobre rime avec feuilles mortes et calendrier chargé.

Plus »

Ronnie Spector vient présenter ses chansons et son histoire. Photo courtoisie Pop Montréal

Ronnie Spector vient présenter ses chansons et son histoire. Photo courtoisie Pop Montréal

Figure emblématique des groupes de filles des années 1960, Ronnie Spector a eu une vie à la fois de contes de fées et de films d’horreur. Égérie de la pop qui a survécu à la violence conjugale, l’interprète des immortelles Be my baby et Baby I love you vient nous raconter son histoire sans filtre à Pop Montréal.

Beyond the beehive est un spectacle qui marie confidences, chanson, photos et vieilles images de films. Celle qui était perçue comme la bad girl de son époque peut ainsi raconter de vive voix, en chanson ou par l’entremise de la vidéo, le périple de sa vie publique avec les Ronettes et de sa vie privée avec Phil Spector.

Plus »