Blogue de Isabelle Richer

[@ Single 2 @] Tout le monde parle… de Lino

Lundi 22 octobre 2012 à 16 h 41 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

IsabelleRicher

Depuis le premier jour de son témoignage, je ne compte plus le nombre de personnes qui m’ont demandé si Lino Zambito était en danger, le nombre de personnes qui sont absolument persuadées qu’il sera éliminé pour avoir trahi ses anciens complices.

Cependant, si on examine bien son témoignage, on remarquera que, bien que Zambito ait enchaîné les révélations renversantes, il en a bien peu dit sur la mafia, se retenant même de prononcer ce mot.

Au mieux, il utilisait l’expression plus vague « crime organisé », qui ne réfère pas nommément au clan Rizzuto.

Interrogé sur le montant de 2,5 % de la valeur des contrats que les entrepreneurs remettaient à Nicola Milioto au café Consenza, Lino Zambito s’est borné à dire qu’il s’agissait de la façon de faire des affaires. « C’était les règles du jeu, a-t-il répété sans faiblir. Si on ne voulait pas s’y plier, on avait qu’à changer de domaine. »

Jamais Lino Zambito n’a dit que ce montant représentait un « pizzo », qu’on lui avait extorqué cette somme, ou qu’il était forcé de payer pour faire partie du cercle fermé des entrepreneurs qui obtenaient des contrats. Au contraire. Il donnait volontairement ces milliers de dollars, puisque c’est ainsi qu’allait la « business ».

Quand on lui a demandé d’identifier des gens sur les images captées par les caméras de surveillance, il l’a fait sans rechigner, mais toutes les personnes qu’il a reconnues avaient déjà été identifiées au préalable par les policiers.

Même chose pour les hommes qui sont photographiés autour d’une table dans les bureaux de Frank Catania. Plusieurs de ces individus sont inconnus des policiers;  pas de chance, M. Zambito ne les connaît pas non plus.

Bien sûr, il a parlé de Vito Rizzuto, mais pour en dire quoi exactement? Qu’il était présent lors d’une rencontre avec l’entrepreneur Tony Accurso pour faire de la « médiation ». Le ton était cordial, poli. Lino Zambito a fini par reconnaître que sa compagnie n’avait pas les reins assez solides pour prétendre au contrat du rond-point L’Acadie. Et il s’est effacé au profit de la compagnie de Tony Accurso. Pas de menace, pas d’intimidation, Vito Rizzuto n’a même pas eu besoin de monter le ton.

Bref, à tout prendre, Lino Zambito n’a pas beaucoup impliqué les membres de la mafia, ni ne les a dépeints comme les êtres violents et sans grand talent pour le compromis que l’on connaît.

On peut dire sans trop se tromper qu’ayant ainsi ménagé leur susceptibilité, Lino Zambito pourrait échapper à leur colère.

Malgré tout, il y a ceux qui croient qu’il se fera éliminer pour en avoir trop dit, ceux qui croient que la mafia lui a « permis » de témoigner et ceux qui croient qu’il en a dit juste assez pour s’attirer les faveurs du DPCP (Directeur des poursuites criminelles et pénales) lorsque viendra le temps de son procès criminel.

S’il faut l’en croire, il n’a conclu d’entente avec personne. Et il assume totalement le poids de ses révélations.