Billets classés sous « Saskatchewan »

La cohorte saskatchewanaise 2017

Mardi 7 février 2017 à 14 h 05 | | Pour me joindre

Pour me joindre

L’aventure Jeun’info d’Amélie Boutin, Jacinthe Bumphrey, Mélanie Pudifin-Laverty, Meriem Ammari, Naila Yoh, Renée Wahl, et Zoé Dagenais a débuté la première fin de semaine de février. Nos sept participantes ont exploré pour la première fois la station de Radio-Canada à Regina et ont été plongées dans l’univers journalistique.

Camille, Roxanne et Sebastian sur le plateau du Téléjournal Saskatchewan
Camille, Roxanne et Sebastian sur le plateau du Téléjournal Saskatchewan
Beaucoup de fébrilité chez les trois jeunes collaborateurs de Jeun’info le mercredi 10 février.

Les studios de Radio-Canada de Regina ne sont plus étrangers à Camille, Sebastian et Roxanne. C’est que depuis le 28 novembre 2015, ils sont venus y travailler à 6 reprises.
La journaliste Pascale Bouchard les a accueillis une dernière fois aujourd’hui. Fiers de travail, ils ont présenté leur reportage devant un public attentif.

Voyez ce segment d’émission.

À votre tour de partager leurs reportages. Il suffit de vous rendre sur ici.radio-canada.ca/saskatchewan et de partager dans vos réseaux sociaux le reportage que vous aimez. Le reportage qui aura le plus de partages à partir du site ici.radio-canada.ca se méritera une tablette Samsung.
Ils comptent sur vous!

Depuis le tournage des entrevues et du visuel pour illustrer les propos, les jeunes collaborateurs n’ont pas chômé!

Camille, Roxanne et Sebastian sont revenus passer une journée dans les bureaux de Radio-Canada pour écrire leur reportage, accompagnés par Pascale Bouchard. On peut dire que cette partie du travail est plutôt longue et exigeante, mais surtout déterminante. Ils ont réécouté leurs entrevues pour bien choisir les propos qui font ressortir ce qui est essentiel à la compréhension.

Un reportage, ça ne s’écrit pas d’un seul trait! Les conseils et les avis de Pascale ont permis à nos collaborateurs d’avoir un texte qui reflète bien leur recherche et les propos des gens interviewés.

Le 16 janvier, ils sont revenus enregistrer leurs textes. Il faut être naturel, captif, énergique. « C’est en forgeant qu’on devient forgeron ». Camille, Roxanne et Sebastian ont pris le temps de « placer leur voix », mettre en bouche leurs mots et suivre les conseils des artisans de Radio-Canada.




Une journée fructueuse

On a profité de leur passage dans les studios de Radio-Canada pour enregistrer une publicité. Encore une fois, il a fallu répéter et jouer le jeu de redire un texte maintenant appris par coeur pour les besoins de la caméra. Faire de la télé, ça peut parfois être un peu plus long.

Preuve que leur samedi après-midi était bien rempli, quand on leur a demandé comment ils se sentaient en fin de journée, ils ont tous répondu… qu’ils avaient faim!

Vous pourrez voir le résultat de leur travail le mercredi 10 février au Téléjournal Saskatchewan. Leurs reportages, très différents les uns des autres, sauront plaire à tous.

Produire un reportage, c’est aussi être disponible au moment où les intervenants le sont. Sébastian a fait sa première entrevue mercredi, entre deux cours, et deux jours plus tard il s’est rendu là où sont les gens. Il s’est senti particulièrement bien appuyé par l’équipe de tournage.

Assis sur la banquette arrière dans la camionnette de Radio-Canada, il relate les moments forts de sa journée.

Une journée de tournage où tout n’est pas bouclé. Dès le début de la journée, Camille est confrontée au temps restreint de production : le personnage principal qui permettra de raconter et d’illustrer le sujet du reportage ne confirme sa participation que tard dans la journée de tournage. Tout en cherchant des solutions de rechange, Camille a dû garder confiance qu’elle allait réussir à joindre cette personne.

La journée a connu des rebondissements qui ont malgré tout bien tourné. C’est une Camille fatiguée mais très satisfaite de la tournure des événements qui nous résume sa journée.

La journée de tournage a été à la fois épuisante et stimulante, en raison des nombreuses entrevues qui ont été réalisées. Une de ces rencontres a été au-delà des attentes de Roxanne. Passionnée de lecture, la jeune collaboratrice a allié ses intérêts à son sujet de reportage.

Sans trop en dire à ce moment sur sa couverture journalistique, Roxanne nous raconte les sentiments qui l’ont habitée lors d’une rencontre qui restera gravée dans sa mémoire.

Ça y est, c’est parti!

Jeudi 3 décembre 2015 à 18 h 02 | | Pour me joindre

Pour me joindre

En Saskatchewan, trois jeunes apprentis journalistes ont débuté leur parcours à Jeun’info les 28 et 29 novembre.

Sebastian Fasiang, Camille Kaytor et Roxanne Masson sont trois élèves du secondaire allumés, en quête d’une expérience riche en connaissances journalistiques.

Après deux jours de travail intense avec leur mentore Pascale Bouchard, Sebastian Fasiang a une bonne idée de son sujet de reportage.

C’est meilleur que ce que je pensais et c’est plus de travail, mais c’est correct.

Camille Kaytor est sportive et s’intéresse à la nutrition. Elle n’en est pas à son premier reportage.

Jeun’info c’est pour moi une façon de pratiquer mon français, de garder mon français et d’explorer un métier

Passionnée de lecture et curieuse des arts, Roxanne Masson aime beaucoup parler.

Ce projet, c’est une chance incroyable de pouvoir rentrer dans les studios et de pouvoir faire quelque chose comme ça à notre âge.

Les reportages des apprentis journalistes seront présentés le mercredi 10 février au Téléjournal Saskatchewan. D’ici-là, suivez-les sur Facebook ICISASKATCHEWAN ou blogues.radio-canada.ca/jeuninfo

 
Yuxin Baï, élève de 10e année de l’école Walter Murray Collegiate Institute à Saskatoon, s’est penchée sur une menace informatique encore méconnue : le rançongiciel.

 
Jonathan Silmé de l’École secondaire Collège Mathieu a voulu rendre compte des différentes activités offertes en français dans son école.

Une journée bien remplie!

Samedi 20 décembre 2014 à 15 h 22 | | Pour me joindre

Pour me joindre

L’écriture du reportage est la chance de mettre ensemble les informations pertinentes de la cueillette journalistique. Yuxin a complété l’écriture de son reportage en moins d’une journée.

Ce qui inquiète Yuxin lors de cette journée, c’est plutôt la partie où il faut enregistrer sa voix pour livrer la narration de son reportage. C’est que cet automne, elle n’a pas de cours de français et elle a très peu d’occasion de le parler. Yuxin nous confie que c’est une des raisons qui l’a poussé à poser sa candidature et de participer à Jeun’Info. Ce projet lui offre la chance de se retrouver dans un milieu de travail francophone et de parler en français.