Billets classés sous « Syriza »

La victoire de la gauche en Grèce ramène à l’avant-plan deux enjeux qui font toujours débat et sur lesquels il n’y a pas de consensus : l’austérité et l’euro.

Dans le cas de l’austérité, les Grecs ont accepté six années de restrictions, de compressions et de chômage, de récession et de réduction du pouvoir d’achat parce que leur gouvernement a accepté (ou n’a pas eu le choix d’accepter) des mesures d’austérité : privatisations, réduction des salaires et des retraites, mises à pied de travailleurs dans la fonction publique, réductions de service, etc. Après toutes ces années de douleur, qui n’ont pas empêché un accroissement important de la dette, les citoyens grecs tentent une nouvelle avenue.

Pour consulter ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Le parti Syriza propose de renégocier la dette et des mesures pour améliorer le sort des contribuables grecs. Il n’est pas impossible que la légitimité de la dette soit remise en cause. La gauche considère qu’une partie de la dette est illégitime parce qu’elle est attribuable aux dictatures passées, à la fraude fiscale et à des dépenses publiques inconsidérées faites avant les Jeux olympiques d’Athènes en 2004.

Dans les circonstances, une partie de la dette grecque devrait être effacée. Il est clair que l’Union européenne (UE), le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque centrale d’Europe (BCE) vont s’opposer férocement à toute tentative d’effacement de la dette ou à un défaut de paiement qui entraînerait, dans les faits, une faillite du pays.

Sortie de la zone euro?

Selon les analystes géopolitiques de la Financière Banque Nationale, Pierre Fournier et Angelo Katsoras, « il est difficile de voir comment on va trouver un terrain d’entente » entre la Grèce et les membres de la BCE, de l’UE et du FMI. À leur avis, l’Union européenne pourrait, au mieux, accepter de prolonger la durée des emprunts consentis à la Grèce et abaisser leurs taux d’intérêt.

Il sera difficile pour la Grèce de retrouver la prospérité à l’intérieur de la zone euro, selon les experts, sans rayer une partie importante de sa dette. Et la crainte encore, c’est la contagion du contexte grec aux autres pays en difficulté, qui pourraient aussi demander une radiation de dette. Le marasme économique qui perdure en plusieurs endroits pourrait entraîner l’élection d’autres partis situés plus aux extrêmes, anti-euro ou anti-austérité.

Le nouveau premier ministre Alexis Tsipras a réclamé dans les mois passés une conférence européenne sur la dette afin de renégocier les termes de la dette du pays et peut-être envisager une radiation d’une partie de cet endettement. Les dirigeants européens ont exprimé une ouverture polie, mais sans grande conviction.

Selon l’économiste Joseph Stiglitz, qui a reçu dans le passé le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en hommage à Alfred Nobel, rien n’a autant divisé l’Europe que la création d’une nouvelle zone monétaire. S’ils croient à l’euro, les pays de la zone doivent repenser leurs politiques et donner de l’air à la Grèce.

« La Grèce a fait quelques erreurs, a dit Joseph Stiglitz sur les ondes de CNBC. Mais l’Europe en a aussi fait de bien plus importantes. La médecine [imposée à la Grèce notamment] était un poison. Elle a mené à un accroissement de la dette et à un ralentissement de l’économie. »

Joseph Stiglitz affirme que le problème de la zone euro, ce n’est pas la Grèce, mais l’Allemagne. Berlin doit réaliser, selon lui, que l’éclatement de la zone euro lui coûterait cher. Si l’Allemagne réintroduisait le mark, la valeur de sa devise grimperait au détriment de ses exportations, part très importante de l’économie allemande.

La Grèce émerge

Le pays est en train d’émerger de la récession, tandis que le gouvernement a augmenté sensiblement ses dépenses en 2014. Le PIB est revenu au vert dans les derniers trimestres. C’est sur cet élan qu’Antonis Samaras a tenté de gagner l’élection de dimanche. C’est sur cet élan aussi que le nouveau premier ministre Alexis Tsipras veut renégocier les termes de la dette de son pays.

Une fois de plus, la Grèce, l’UE, la BCE, le FMI et l’Allemagne doivent se regarder dans le miroir et trouver des solutions réalistes pour améliorer le sort des citoyens européens. Y arriveront-ils?

Pour consulter ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici

Les experts à qui j’ai parlé dans les dernières semaines semblaient croire à une sortie prochaine de la Grèce de la zone euro. Au moins 60 % des chances m’ont dit plusieurs. À la lumière des résultats électoraux de dimanche, c’est moins probable. Le parti Nouvelle démocratie, parti de centre droit en faveur de l’austérité, est arrivé en tête et tentera dans les prochains jours de former une coalition pour gouverner la Grèce.

Antonis Samaras, chef du parti Nouvelle démocratie.

Ça se fera sans le parti Syriza, la gauche radicale, dont la popularité a grimpé en flèche dans les dernières semaines et qui est arrivé au second rang, pas très loin de Nouvelle démocratie. Ce parti rejette l’austérité et avait prévenu que, s’il était élu, il n’allait pas mettre en oeuvre les politiques d’austérité négociées avec l’Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI).

Si le résultat électoral signifie que l’accord entre la Grèce, le FMI et l’UE demeure en vie, il ne veut pas dire pour autant qu’Athènes pourra maintenir un régime d’austérité encore longtemps. La population est fatiguée, l’économie pourrait bientôt ressembler aux vieilles ruines grecques qui attirent encore les touristes du monde entier, le chômage monte, les citoyens retirent massivement leur argent des banques.

« L’austérité n’a pas marché et elle ne marchera pas », disait le Nobel d’économie Joseph Stiglitz, cité par The Business Week et le Courrier international. Il a raison : trois années d’austérité n’ont fait qu’empirer les problèmes de la Grèce, des politiques menées par l’Allemagne, la banque centrale, l’UE et le FMI, qui avaient pour but de remettre de l’ordre en Grèce et d’éviter une contagion de la crise de la dette. Or, dans les derniers jours, un quatrième pays a obtenu un soutien financier des autorités européennes. Jusqu’à 100 milliards d’euros seront versés à l’Espagne pour appuyer ses banques aux prises avec de mauvaises créances hypothécaires. Les coûts d’emprunt de l’Espagne, mais aussi de l’Italie, sont à des niveaux records depuis la création de la zone euro.

La solution selon plusieurs économistes, cambistes et autres spécialistes des marchés : annuler les dettes. Dans le cas de la Grèce, les créanciers privés ont annulé l’hiver dernier 53,5 % de leurs avoirs en obligations grecques. Un expert me disait récemment qu’il faudrait aller jusqu’à l’annulation de 80 ou 90 % de la dette grecque.

Pourquoi? Pour que la Grèce s’en sorte. Et parce que les coûts engendrés par la crise qui touche la Grèce, le Portugal, l’Irlande, l’Espagne et l’Italie, et qui a plongé la zone euro dans la récession, qui ralentit toutes les économies périphériques, y compris les plus grosses comme la France et l’Allemagne, sont plus élevés que le prix à payer pour boucher correctement le trou budgétaire.

Qu’est-ce qu’on attend? La zone euro a-t-elle le choix?

Environ 800 millions d’euros sont retirés tous les jours des banques par les citoyens grecs, qui ont perdu confiance dans leurs institutions et qui pariaient sans le souhaiter, jusqu’à dimanche à tout le moins, sur la sortie de leur pays de la zone. Dans cette éventualité, plusieurs ont fait le plein de liquidités en euros, par crainte que le retour de la drachme s’accompagne d’une chute de valeur spectaculaire de leur devise retrouvée.

Que vont faire les Espagnols? On rapporte déjà des retraits importants dans les banques. Que feront les Italiens, dont le pays est le prochain sur la liste à avoir besoin de l’aide de l’UE et du FMI? Et est-ce qu’on attend que la contagion atteigne la France?

Même avec la formation d’une coalition en Grèce, tout est à faire, tout est à refaire. D’un côté, l’Allemagne a besoin des pays d’Europe aujourd’hui en difficulté. C’est eux qui achètent une bonne partie de ses produits exportés. De l’autre, les pays au coeur de la crise ont besoin de l’euro, un projet qui se doit de passer à l’étape suivante : après l’intégration politique, l’intégration économique et fiscale. Les chefs en place, souvent motivés et tiraillés par des intérêts politiques locaux, auront-ils le courage de faire ce qu’il faut pour bâtir une zone solidaire, forte et cohérente?

Le résultat en Grèce donne une nouvelle chance à la zone euro de prendre les décisions qui lui permettront de survivre et de perdurer. Peut-on dire : c’est maintenant ou jamais?