Billets classés sous « PIB »

Ralentir…

Mercredi 19 mars 2014 à 12 h 32 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Stephen Poloz

Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, a prononcé un discours important mardi à Halifax qui rejoint un constat de plus en plus répandu parmi les économistes : nous sommes appelés à connaître une faible croissance économique au cours des prochaines années. Ce sera le cas dans la plupart des pays occidentaux, dont au Canada.

Plusieurs membres de l’Association des économistes du Québec, comme Jean-Pierre Aubry, François Delorme ou Jean-Pierre Furlong, nous ont déjà parlé du nouveau paradigme qui se dessine : nous entrons, pour plusieurs raisons, dans une phase de croissance lente. L’économiste de l’UQAM Éric Pineault va plus loin et nous a parlé, lui, de stagnation économique.

Selon Stephen Poloz, « l’action conjuguée des forces démographiques et des retombées de la crise financière mondiale […] limite la croissance économique. […]L’économie mondiale ne souffre peut-être pas seulement d’une gueule de bois due à un lendemain de crise financière. D’autres forces à plus long terme sont aussi à l’œuvre ».

Il établit trois défis qui s’articulent au même moment : la morosité de la demande mondiale, les baby-boomers qui commencent à prendre leur retraite et l’augmentation du niveau d’épargne. « Lorsqu’un large pan de la population prend des décisions similaires, a dit le gouverneur Poloz devant un groupe de gens d’affaires, les conséquences de celles-ci sur l’ensemble de l’économie peuvent être notables. »

Lors de la conférence de presse après sa présentation, il est allé plus loin en expliquant que la marge de manœuvre est mince pour les banques centrales du monde. Difficile de baisser davantage les taux d’intérêt pour tenter de stimuler l’économie, alors que des forces s’attaquent aux structures mêmes de l’économie et peuvent venir annuler en quelque sorte une partie de l’impact habituel d’une baisse de taux.

Au cours des 30 dernières années, les baby-boomers travaillaient, ils ont stimulé l’économie, a-t-il dit. Aujourd’hui, nous assistons à un renversement de la tendance démographique. « Si vous voulez critiquer les baby-boomers pour l’avenir (parce qu’ils partent à la retraite), vous devez leur donner du crédit pour le passé! » Mais le passé étant déjà bien consommé, on n’a pas trop le choix de s’intéresser à l’avenir et de le regarder avec lucidité, n’est-ce pas?

Dans les circonstances, Stephen Poloz affirme que les gouvernements doivent être très prudents dans leurs actions. Il faut qu’ils mesurent correctement l’impact des décisions qui ont pour but de réduire la stimulation économique. Et ils doivent continuer d’améliorer l’environnement d’affaires pour les entreprises, en misant notamment sur le libre-échange, a-t-il indiqué.

Le Canada doit aussi composer avec une donne supplémentaire : la migration interprovinciale qui accentue les difficultés pour certaines provinces. Ce phénomène est exacerbé par le fait que l’économie canadienne fonctionne à « deux vitesses », selon Stephen Poloz, soit l’économie de l’énergie et le reste de l’économie canadienne.

Ces propos confirment les récentes observations des économistes Jacques Parizeau, Marc Van Audenrode, Pierre Fortin à propos de la situation du Québec. Le vieillissement de la population se fait plus rapidement au Québec qu’ailleurs au pays. Une quantité importante de travailleurs vont quitter la population active pour aller à  la retraite. Nécessairement, cela nuira à la croissance de l’emploi et de l’économie. En parle-t-on en campagne électorale?

L’austérité au Québec

Vendredi 6 septembre 2013 à 12 h 57 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Au moment où on constate que la croissance économique est faible au Québec et qu’il se perd des emplois depuis le début de l’année, la question que se posent plusieurs groupes sociaux, des syndicats et des économistes, c’est de savoir s’il ne serait pas préférable pour le gouvernement Marois de reporter à plus tard l’équilibre budgétaire, prévu pour cette année, pour l’exercice 2013-2014.

Le ministre des Finances du Québec, Nicolas Marceau, en entrevue avec Gérald FilionAfin d’atteindre cet objectif, le ministre des Finances Nicolas Marceau a annoncé dans son budget de novembre dernier des hausses de taxes et d’impôts. Les exigences imposées à Hydro-Québec pourraient bientôt entraîner également une hausse marquée des tarifs d’électricité.

Surtout, le gouvernement a annoncé une série de mesures pour réduire la croissance des dépenses, ce que le ministre a qualifié de « contexte d’austérité » dans une entrevue réalisée deux mois après le budget à RDI économie. C’était le 17 janvier dernier.

Dans le cadre d’une autre entrevue réalisée à RDI économie, ça se passait jeudi soir, le ministre a retourné sa veste pour dire que, non, il n’y a pas d’austérité au Québec. Les dépenses sont en hausse et les investissements dans les infrastructures sont massifs. Le conseiller de Pauline Marois Stéphane Gobeil en a rajouté après l’entrevue en m’interpellant sur Twitter afin d’attirer mon attention vers son blogue : « Austérité, mon oeil! » écrit-il. L’austérité, selon lui, c’est une « réduction, souvent très importante », des dépenses publiques.

Définition bien courte, à mon avis, de l’austérité. Le fait de réduire la croissance des dépenses a un effet décélérateur sur l’économie et l’emploi. Et bien que le Québec ne soit pas la Grèce et n’ait pas à se soumettre un régime minceur du même acabit, le dernier budget est bel et bien un exercice d’austérité. Dans le budget des dépenses des ministères et organismes, presque tous les crédits ont été réduits ou augmentés à un plus faible taux que l’inflation, ce qui équivaut finalement à une réduction.

L’économiste François Delorme a évalué sur nos ondes que, sans ces mesures, il y aurait 15 000 emplois de plus dans l’économie du Québec. Il comprend l’objectif du ministre de vouloir atteindre l’équilibre rapidement, mais estime que tout est une question de « timing et de dosage ». Selon lui, il faut du « pragmatisme ». En avril dernier, il recommandait déjà au ministre de reporter le déficit zéro d’un an.

Si vous souhaitez une réduction importante de l’appareil de l’État et des coupes massives dans le nombre de fonctionnaires, il est clair que, pour vous, ce qui se passe, ce n’est pas de l’austérité. Si vous êtes au gouvernement, que vous voulez atteindre le déficit zéro rapidement et que vous devez composer en même temps avec un contexte économique difficile, il est évident que vous ne voulez pas vous faire dire : « Hé! vos coupes budgétaires nuisent à l’économie! »

Loin des intérêts des uns et des autres, il faut nommer les choses telles qu’elles sont, comme le ministre des Finances l’a fait le 17 janvier dernier : le Québec évolue en ce moment dans un « contexte d’austérité » afin d’atteindre l’équilibre budgétaire cette année. Pour le meilleur et pour le pire…

L’an 1 du PQ : pressage de citron

Mardi 3 septembre 2013 à 14 h 50 | | Pour me joindre

Pour me joindre

La première ministre, Pauline MaroisIl y a un an, le Parti québécois prenait le pouvoir. Pour la première fois dans l’histoire du Québec, une femme allait devenir première ministre. Nous voici donc 12 mois plus tard : quel est le bilan du Parti québécois à la tête du gouvernement? Comment se porte l’économie du Québec? Quels sont les faits marquants sur le plan des mesures économiques et fiscales du gouvernement Marois? Un an plus tard, qu’est-ce qu’on retient?

1- L’état de  l’économie

J’en parlais dans un billet précédent : quand ça va bien, les politiciens au pouvoir aiment bien s’attribuer les succès économiques de leur territoire. Quand ça va mal, l’opposition aime bien faire porter l’odieux au gouvernement. Dans tous les cas, il faut prendre ça avec un grain de sel : l’action du gouvernement a un impact sur l’économie, mais c’est loin d’être la seule donnée en jeu.

Cela dit, force est de constater que le vent ne souffle pas du bon bord pour le Parti québécois. À son arrivée au pouvoir, l’emploi était en croissance. Mais, depuis la fin de 2012, la croissance est de plus en plus faible et les mois de pertes d’emplois s’additionnent. Depuis octobre 2012, soit 2 semaines après l’arrivée au pouvoir du Parti québécois, il s’est créé 3700 emplois au Québec.

Il s’est créé en moyenne 9800 emplois par mois de juillet à décembre 2012. Il s’est perdu 5800 emplois en moyenne de janvier à juillet 2013.

Le PIB du Québec croît lentement. En fait, le printemps dernier, le produit intérieur brut a reculé de 0,2 % en mars et de 0,2 % en avril avant de se stabiliser en mai, ce qui veut dire que la croissance était à zéro. La donnée pour le mois de juin pourrait être décevante, elle aussi, puisqu’il y a eu grève dans le secteur de la construction.

D’ailleurs, ce secteur ralentit au Québec en raison notamment des mises en chantier qui se font moins nombreuses. Selon la SCHL, le nombre de mises en chantier sera à son plus bas en une décennie au Québec cette année.

2- Les mesures fiscales et économiques du gouvernement

La grande priorité du gouvernement Marois, c’est l’atteinte de l’équilibre budgétaire en 2013-2014. Aucune décision en ce moment ne résiste au filtre de cet objectif. Dans un contexte de très lente croissance économique, c’est en quelque sorte une politique du pressage de citron qui est appliquée par le gouvernement depuis son arrivée au pouvoir. Et une réduction importante et rapide de la hausse des dépenses gouvernementales, jumelée à une hausse de tarifs et d’impôts, a un impact décroissant sur l’économie du Québec.

L’économiste François Delorme nous expliquait le 8 mai à RDI économie que les mesures d’austérité du gouvernement Marois allaient réduire le nombre d’emplois créés au Québec. Il y aurait, selon son analyse, 15 000 emplois de plus dans l’économie du Québec en 2014 sans les mesures d’austérité.

En résumé, le gouvernement a adopté les mesures suivantes :

  • Hausse des tarifs d’électricité et dégel du tarif patrimonial;
  • Hausse des taxes scolaires;
  • Hausse indexée des droits de scolarité, bonification des prêts et bourses;
  • Hausse des impôts des mieux nantis;
  • Maintien et hausse pour les mieux nantis de la taxe santé;
  • Compressions dans les dépenses, notamment la recherche, les CPE et l’aide sociale;
  • Exigences d’un rendement plus élevé des sociétés d’État;
  • Fermeture de Gentilly-2, fonds de 200 M$ pour la diversification de l’économie du Centre-du-Québec et de la Mauricie;
  • Fin de l’amiante, fonds de 50 M$ pour la diversification de l’économie de la MRC des Sources;
  • Moratoire sur le gaz de schiste;
  • Annulation de projets d’infrastructures et de minicentrales;
  • Québec et le Fonds de solidarité FTQ participent à la relance d’une partie des activités d’Aveos;
  • Déblocage de projets éoliens (qui pourraient se traduire par une plus forte hausse des tarifs d’électricité à partir du 1er avril 2014);
  • Politique de souveraineté alimentaire;
  • Crédits d’impôt pour favoriser le mécénat culturel.

Il est important de noter que les projets créateurs de richesse pour l’État et l’économie du Québec n’ont pas donné les résultats attendus ou promis :

  • La Banque de développement ne suscite pas l’adhésion de l’opposition, et il semble de moins en moins probable qu’elle verra le jour;
  • Faible hausse des droits miniers;
  • Abandon de la réforme de la taxation du gain en capital.

Le déficit zéro sera probablement atteint grâce à une gestion froide des dépenses publiques : réduction de la croissance des dépenses, nouveaux revenus d’impôts et de tarifs. En retour, la stratégie de croissance économique est encore à élaborer. Que deviendra la Banque de développement économique du Québec? Est-ce que le gouvernement va finalement miser sur Investissement Québec et lever l’incertitude qui pèse sur l’institution?

À surveiller : la politique industrielle que le gouvernement doit déposer cet automne ainsi que les conclusions des commissions en cours sur les mines, les régimes de retraite et le prix du livre.

Il me semble qu’avant – vous savez avant notre époque qui se définit essentiellement par l’arrivée de centaines de postes de télé, par le World Wide Web et par les médias sociaux – avant, il me semble qu’on fermait les livres à la Saint-Jean et qu’on revenait en vie le lendemain de la fête du Travail. Et, encore, en juin, on se mettait en mode de ralentissement graduel et on prenait au moins deux semaines en septembre pour reprendre un rythme normal. Vous vous souvenez de cette époque?

Aujourd’hui, on est à « ON » 12 mois par année et ce n’est pas vraiment facile de se débrancher.

Alors, puisqu’il le faut, puisque l’actualité économique ne prend pas de vacances, voici cinq enjeux clés de l’économie à surveiller cet été.

  1. Les marchés : Depuis que la Réserve fédérale laisse entendre qu’elle va bientôt cesser de faire marcher frénétiquement sa planche à billets, la bourse se dégonfle ou donne des signes d’inquiétudes. Les propos de Ben Bernanke le 18 juin ont créé de la confusion : la Fed pourrait réduire son intervention dans les marchés d’ici la fin de l’année et arrêter tout ça l’été prochain. Le printemps s’est terminé sur une glissade boursière. Tous les signaux économiques et en provenance des membres de la Réserve fédérale pourraient provoquer une certaine volatilité sur les marchés financiers cet été.
  2. L’Europe : La moitié des pays sont en récession, les taux de chômage ne cessent de monter. Mais il y a quelques éclaircies, en Espagne notamment. Les dirigeants des pays en difficulté et les grandes organisations comme le FMI ont compris que l’austérité n’est pas le bon remède pour soulager les malheurs de l’économie. À surveiller donc : les projets de croissance de la France, au moment où le président Hollande est très impopulaire et que des mesures de stimulation économique lui sont réclamées. La zone euro va-t-elle s’enfoncer un peu plus encore ou verra-t-on apparaître des indices de stabilisation puis éventuellement de reprise?
  3. La Chine : Depuis plusieurs trimestres, les indicateurs économiques de la Chine sont moins forts qu’attendu. L’activité manufacturière est à son plus bas depuis neuf mois. Chaque donnée économique moins forte en provenance de la puissance émergente qu’est la Chine a un impact immédiat sur les marchés, les cours des métaux entre autres. La croissance du PIB demeure spectaculaire à 7 ou 8 %, mais la révision à la baisse des prévisions laisse entrevoir une demande moins forte pour les ressources mondiales, dont celles du Canada. À surveiller : les indicateurs économiques de la Chine vont donner le ton quant à la solidité de la reprise économique mondiale pour les années suivantes, d’autant que le premier client des Chinois, c’est l’Europe!
  4. Chez nous, la construction, les prix des maisons, la banque centrale, le dollar : Tout est lié. Nous en avons souvent parlé. L’endettement élevé des Canadiens est le premier danger pour notre économie et le nouveau gouverneur de la Banque du Canada Stephen Poloz a été clair : la croissance doit venir des entreprises et particulièrement des exportateurs. Il sera intéressant de voir dans le communiqué de la Banque du Canada le 17 juillet si l’évocation d’une hausse éventuelle des taux d’intérêt y figurera encore. Si Stephen Poloz veut aider les exportateurs, il sera sans doute tentant pour lui de repousser le plus tard possible la hausse des taux afin de ne pas créer de pression à la hausse sur le dollar canadien. À suivre aussi : les prix des maisons, les intentions de construction, les dangers de bulle dans le secteur des condos à Toronto et à Montréal.
  5. Libre-échange : le Canada va-t-il finir par conclure un accord de libre-échange avec l’Union européenne? Et si oui, à quel prix? Quelles seront les concessions? Sinon, comment sortir de cette démarche la tête haute? À quoi pourrait ressembler un accord incomplet, mais qui serait jugé satisfaisant pour les deux parties? Il sera intéressant de surveiller aussi les premières déclarations entourant le début des négociations entre les États-Unis et l’Union européenne en juillet.

En terminant, j’ai le plaisir de partager avec vous des réflexions comme ça plusieurs fois par semaine depuis maintenant sept ans, depuis 2006. C’est un immense privilège pour deux raisons : la première, c’est de pouvoir expliquer les choses, d’avoir de la place pour le faire. Et la deuxième, c’est de pouvoir vous lire, de parler avec vous et d’échanger des idées. Vous ne le savez peut-être pas, mais vous êtes une grande partie des sujets qu’on développe au module économie. Et c’est ainsi, je pense, que l’on réussit à remplir une mission essentielle au service public : vous donner la parole.

Merci, bon été. Continuez d’écrire ici, sur ce blogue, et de partager vos idées, vos suggestions, vos réflexions.

Michael Applebaum est apparu calme dans la voiture qui l'amenait au quartier général de la SQ, à Montréal.    Iriez-vous faire des affaires dans une ville où le maire vient de se faire arrêter par la police? C’est la question que se posent et se poseront bien des dirigeants à la tête d’entreprises qui font affaire à Montréal et avec des sociétés qui sont installées à Montréal.

La réputation de Montréal, déjà entachée par des années de révélations sur la collusion et la corruption qui sévissent dans la ville, vient de descendre de quelques crans encore avec l’arrestation du maire Michael Applebaum, qui assure l’intérim depuis la démission de l’ex-maire Gérald Tremblay, qui a lui-même cédé sous la pression des révélations à la commission Charbonneau.

Pour vous donner une idée de ce qui est en jeu, des chiffres :

  • le PIB de Montréal représente le tiers de l’économie du Québec : 112 milliards de dollars en 2012;
  • Montréal, Laval et la Montérégie, c’est la moitié de l’économie du Québec;
  • Montréal, c’est 2 millions de personnes;
  • c’est près de 1 million d’emplois, le quart de tous les emplois du Québec;
  • 15 milliards de dollars d’investissements en 2012, selon l’ISQ;
  • 8000 mises en chantier par année, soit 18 % du total québécois;
  • le prix de vente des maisons a augmenté de 4 à 5 % par année dans les dernières années.

Les atouts de Montréal :

  • coûts compétitifs pour faire des affaires;
  • pôle financier;
  • ville universitaire;
  • ville de haute technologie;
  • personnalité axée sur la culture et le divertissement.

Ce qui joue contre Montréal :

  • corruption, collusion;
  • problèmes d’infrastructures;
  • congestion routière;
  • taux de chômage élevé à 10 %, faible croissance économique.

Il y a près de 150 000 emplois à pourvoir à Montréal d’ici 2015, selon Emploi-Québec, dont 65 % pour remplacer des départs à la retraite. Il y a près de 8 millions de touristes par année, d’après Tourisme Montréal. C’est l’économie de Montréal qui est en jeu. C’est l’économie du Québec aussi.

Mais attention, Montréal n’est pas une ville dangereuse. Et donc les gens vont continuer d’aimer et de visiter Montréal. Toutefois, le climat d’affaires devient toxique : comment les entrepreneurs d’ici vont-ils convaincre les investisseurs d’ailleurs de venir chez nous, injecter des sommes pour faire prospérer leurs avoirs et notre économie? Comment les entrepreneurs d’ici vont-ils réussir à convaincre les acheteurs et fournisseurs d’ailleurs de conclure des contrats avec eux?

Un haut dirigeant d’entreprise, et je vous en ai déjà parlé ici dans ce blogue, m’avait dit il y a déjà quelques années de cela que Montréal était considérée comme la Palerme du Nord. Et que cette perception pouvait nuire à l’obtention de contrats.

C’est un jour triste pour Montréal.

Sources : Desjardins, ISQ

La décevante reprise au Canada

Vendredi 31 mai 2013 à 15 h 20 | | Pour me joindre

Pour me joindre

La croissance au pays a été plus forte qu’attendu au premier trimestre, mais… il y a des mais! D’abord, la hausse du PIB est attribuable à la croissance des exportations énergétiques en janvier et en février. Et la demande intérieure et la consommation ne progressent presque plus. C’est une bonne nouvelle que les exportations prennent le relais, mais est-ce que ça va durer?

Notre PIB dépend toujours en bonne partie de la croissance américaine. On le sait, les signaux sont encourageants, mais l’austérité dans les dépenses gouvernementales à Washington semble ralentir quelque peu la reprise américaine.  Et puis, la croissance chinoise ne cesse de ralentir. À 7,8 % pour 2013, le PIB de la Chine s’éloigne de plus en plus des années fastes de 9 et de 10 %.

Surtout, derrière la statistique du premier trimestre au Canada, se cache une réalité dont on n’a peu parlé jusqu’à maintenant : au Canada aussi, la reprise est décevante. C’est l’économiste Éric Pineault qui nous a fait parvenir un courriel sur la question. De 1975 à 1991, les récessions ont été moins profondes que celle de 2009 et les reprises ont été plus fortes. Aujourd’hui, on vit une reprise beaucoup plus faible que la moyenne historique.

Vous voyez sur le tableau l’évolution de trimestre en trimestre de la croissance économique : la moyenne des trimestres comparables durant les récessions et les reprises de 1975 à 1991. Et l’évolution sur le même temps de la période entourant la récession de 2009.

Pourquoi est-ce ainsi? Parce que la croissance mondiale est faible, particulièrement celle des États-Unis. Et, selon Éric Pineault, parce que le Canada a aussi fait le choix de l’austérité budgétaire. Le directeur parlementaire du budget a publié des études dans les dernières années pour expliquer que les compressions dans les dépenses au gouvernement fédéral réduisent la croissance du PIB et la création d’emplois. Éric Pineault est d’avis que les mesures d’austérité nous donnent une reprise décevante, qui pourraient même conduire à une stagnation économique.

C’est donc Krugman qui avait raison?

Vendredi 26 avril 2013 à 16 h 16 | | Pour me joindre

Pour me joindre

« Paul Krugman a gagné » annonçait sur son blogue mercredi l’ancien analyste financier de la CIBC et de Merrill Lynch, Henry Blodget, dont la carrière s’est écroulée avec l’éclatement de la bulle techno au début des années 2000. Il anime aujourd’hui The Daily Ticker sur Yahoo et dirige The Business Insider. Mais, c’est une autre histoire.

Concentrons-nous sur Paul Krugman. Il a gagné quoi au juste?

Selon le blogueur, et selon plusieurs observateurs, cinq ans après le début de la crise, force est de constater que les tenants de l’austérité avaient tort. La crise européenne ne cesse de prendre de l’ampleur, tandis que plusieurs pays endettés ont été obligés d’imposer de sévères mesures d’austérité, qui ont réduit considérablement le niveau de vie des Grecs, des Espagnols, des Portugais, des Italiens, notamment. L’austérité n’a rien réglé.

Ajoutons à cela les États-Unis avec un endettement qui dépasse les 100 % du PIB, mais qui ont du mal à générer des revenus nouveaux et durables au moment où la reprise est extrêmement timide. Paul Krugman a toujours dénoncé les coupes budgétaires américaines. Il affirmait qu’il fallait continuer à stimuler l’économie pour assurer une reprise durable, des revenus supplémentaires et à une réduction de la dette à long terme.

« Il est rare que des débats économiques se terminent par un K.-O. technique, écrit le chroniqueur Paul Krugman dans le New York Times ce matin. Mais le grand débat des dernières années entre les keynésiens, qui militent en faveur de dépenses gouvernementales durables et en croissance durant les temps de dépression, et les pro-austérité, qui exigent des réductions de dépenses immédiates, s’achève, du moins dans le monde des idées.

« En ce moment, poursuit Krugman, la position de ceux qui favorisent l’austérité a implosé. Non seulement leurs prédictions touchant le monde réel ont complètement échoué, mais la recherche scolaire sur laquelle ils appuyaient leur position était finalement truffée d’erreurs, d’omissions et de statistiques discutables. »

Le chroniqueur fait référence aux économistes Kenneth Rogoff et Carmen Reinhart, qui ont admis s’être trompés dans leurs calculs. Un pays qui arrive à un niveau d’endettement représentant 90 % de son PIB ne voit pas sa croissance baisser de 0,1 %, comme ils l’affirmaient, mais croître plutôt de 2,2 % en moyenne. L’étude des deux économistes avait largement été citée par les pays occidentaux pour justifier les mesures d’austérité. Les experts qui ont découvert l’erreur dans le tableau Excel de Rogoff et Reinhart s’entendent tout de même avec eux pour dire qu’un endettement grandissant à long terme n’est pas soutenable pour les finances publiques.

Il faut ajouter qu’en début d’année, Olivier Blanchard, économiste en chef du FMI, affirmait à titre personnel, de concert avec un autre économiste du FMI Daniel Leigh, que les experts avaient sous-estimé l’impact de l’austérité sur la croissance. Leur déclaration a fait grand bruit.

Pourquoi tant d’austérité alors? Pourquoi ce discours est-il encore très présent malgré un affaiblissement de sa domination dans les derniers mois?

Paul Krugman affirme qu’une « partie de la réponse repose certainement sur le désir très répandu de considérer les questions économiques comme un jeu moral, comme une histoire d’excès et de conséquences. Nous visons au-dessus de nos moyens, l’histoire se répète, et maintenant nous payons le prix inévitable ».

Selon lui, on peut expliquer longtemps que des dépenses supplémentaires vont réduire le chômage, « on s’en fout, bien des gens ont la profonde impression que nous vivons dans le péché et que la rédemption viendra de la souffrance ».

Voilà où nous en sommes. Depuis 2010, on annonce année après année une reprise durable de l’économie américaine et de l’économie mondiale. Nous sommes en 2013 et les prochains mois seront encore décevants selon les prévisionnistes. Mais, encore là, il y a de l’espoir parce que les signaux sont encourageants aux États-Unis.

Que faire? Les autorités politiques et économiques doivent encore se poser la question aujourd’hui et continuer de tirer des leçons de ce qui est arrivé au cours des cinq dernières années. Il y a, dans les pays développés, 26 millions de jeunes de 15 à 24 ans qui sont au chômage ou qui ne sont pas à l’école selon The Economist. C’est inquiétant. Comment réagir? Compte tenu des espoirs de reprise, doit-on poursuivre sur la voie de l’austérité ou stimuler l’économie pour asseoir cette reprise?

Déficits et dettes : les chiffres

Mardi 16 avril 2013 à 17 h 05 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Amateurs de chiffres, bonsoir!

Voici les prévisions du FMI en matière de déficit budgétaire et de dette publique pour plusieurs États du monde pour 2013.

Pour consultations et discussions!

—-

Déficit budgétaire (en pourcentage du PIB)

Japon : 9,8
Inde : 8,3
Irlande : 7,5
Royaume-Uni : 7,0
Espagne : 6,6
États-Unis : 6,5
Portugal : 5,5
Grèce : 4,6
France : 3,7
Canada : 2,8
Italie : 2,6
Chine : 2,1
Brésil : 1,2
Allemagne : 0,3
Russie : 0,3

Dette publique (en pourcentage du PIB)

Japon : 245,4
Grèce : 179,5
Italie : 130,6
Portugal : 122,3
Irlande : 122,0
États-Unis : 108,1
Royaume-Uni : 93,6
France : 92,7
Espagne : 91,8
Canada : 87,0
Allemagne : 80,4
Brésil : 67,2
Inde : 66,4
Chine : 21,3
Russie : 10,4

Quand le ministre des Finances Jim Flaherty affirme que le Canada domine les pays du G7 en terme de croissance au 4e trimestre, il offre un portrait un peu plus étincelant qu’il ne l’est en réalité. Dans la vraie vie,  on est « moins pire » que les autres! Il est difficile de bomber le torse avec des croissances annualisées de 0,7 % et de 0,6 % dans les deux derniers trimestres de 2012 et une chute des exportations de près de 10 % au cours de la dernière année.

Le ministre des Finances Jim Flaherty lors de la conférence de presse, le 1er mars 2013Le Canada connaît une très faible croissance économique et les perspectives ne sont pas exactement rassurantes. Dans ces circonstances, les revenus attendus pour atteindre l’équilibre budgétaire dans le budget de 2015-2016 ne seront possiblement pas au rendez-vous. Et c’est pourquoi c’est dans les dépenses que le gouvernement devra trouver son déficit zéro.

Et la question avec laquelle jongle le ministre Flaherty ces jours-ci, c’est de savoir si la croissance est assez forte pour soutenir une nouvelle ronde de compressions budgétaires.

La consommation des ménages ne pourra pas, à elle seule, soutenir la croissance. C’est une donne importante : c’est environ 60 % de la croissance économique. Et puis, deux des secteurs qui ont littéralement propulsé le Canada au cours des dernières années connaissent un passage à vide, dont la durée est indéterminée : l’immobilier et le pétrole.

Dans le cas du premier, la TD annonce que les prix vont stagner au cours des 10 prochaines années. Ils vont baisser d’ici 2015 avant de remonter légèrement dans les années suivantes. Après un boom exceptionnel, la construction de nouvelles propriétés ralentit et la revente de maisons décélère. Les courtiers hypothécaires tiennent le gouvernement Harper responsable de cette situation parce qu’Ottawa a resserré à quatre reprises les règles hypothécaires pour calmer l’endettement parfois disproportionné des ménages.

Aujourd’hui, le niveau de mises en chantier est tombé à un rythme de construction plus modeste, soit autour de 170 000 ou de 180 000, loin des années à plus de 200 000. Et les ventes chutent, notamment à Montréal, où elles ont dégringolé de 22 % en février par rapport au même mois en 2012, au plus bas niveau depuis 2009.

Installation pétrolière à Fort McMurray en AlbertaPour ce qui est du pétrole, plus l’écart entre le prix de l’Alberta et le prix du WTI américain et du Brent londonien grandit, plus le Canada perd des revenus. Selon Charles Saint-Arnaud, de la firme Nomura à New York, une différence de 50 $ entre le prix de vente du baril albertain et celui qui est négocié en fonction du Brent entraîne une perte de revenus pour l’économie canadienne de 2,5 milliards de dollars par mois.

Nous en avons parlé à quelques reprises : en raison de la hausse de la production américaine et de l’absence de nouveaux oléoducs pour transporter son pétrole, l’Alberta vend son produit issu des sables bitumineux à 60 ou 70 $. C’est de 20 à 30 $ plus bas que le prix américain. C’est de 40 à 50 $ plus bas que le prix international fixé sur le Brent.

Moins de consommation, moins de profits pour les entreprises, moins de revenus pour le gouvernement. Le Canada est un pays en excellente santé financière. Mais ça n’empêche pas le ministre Flaherty de devoir trouver un équilibre à court et à moyen terme pour éviter de gaspiller cette avance.

Ne sous-estimez pas l’Oncle Sam…

Jeudi 28 février 2013 à 15 h 02 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Le PIB des États-Unis a progressé de 0,1 % au 4e trimestre selon la dernière révision des autorités américaines. On avait d’abord annoncé une baisse de 0,1 %. C’est un peu mieux qu’annoncé, mais on s’entend, l’économie de nos voisins du sud stagne.

À première vue, et vu de chez nous, il y a de quoi s’inquiéter. Dans mon blogue de lundi, j’ai fait une liste d’indicateurs qui nous révèlent clairement que l’économie canadienne ralentit sérieusement, ce qui donne des maux de tête ces jours-ci au ministre des Finances Jim Flaherty.

Mais, selon les analystes Pierre Fournier et Angelo Katsoras, de la Financière Banque Nationale, il faut regarder les choses autrement. L’économie américaine connaîtra, à long terme, une croissance plus forte que tous les autres pays avancés de la planète.

Vraiment? « La croissance sera encore modeste aux États-Unis pour un certain temps, écrivent les auteurs dans une étude publiée pour le milieu financier, mais nous sommes de plus en plus convaincus que l’équilibre des risques tend vers un retour graduel et durable à des niveaux de croissance plus normaux. »

Qu’est-ce que ça veut dire?

Ça veut dire qu’en y regardant de plus près, les avantages fondamentaux de l’économie américaine sont multiples, selon Pierre Fournier et Angelo Katsoras :

  • les États-Unis approchent de l’indépendance énergétique avec un secteur du gaz et du pétrole en forte expansion et pourraient « capitaliser sur un gaz naturel abondant et peu cher et sur un plus grand accès à des sources sûres de pétrole »;
  • face à la Chine, l’Inde et l’Allemagne, les Américains possèdent des réserves d’eau importantes, loin toutefois derrière le Canada et la Nouvelle-Zélande;
  • les États-Unis possèdent les réserves de terres cultivables les plus importantes après le Brésil;
  • le pays est moins touché que plusieurs autres pays avancés par le vieillissement accéléré de sa population;
  • le niveau de taxation par rapport au PIB est, aux États-Unis, l’un des plus bas parmi les pays avancés, ce qui donne au pays un espace fiscal pour améliorer les revenus du gouvernement sans nuire sensiblement à sa compétitivité;
  • le secteur manufacturier a retrouvé le chemin de la croissance au cours des deux dernières années en raison d’une baisse des coûts de main-d’œuvre aux États-Unis et d’une hausse dans les pays émergents, ce qui réduit les écarts de coûts;
  • le marché immobilier est certainement en reprise et l’avoir net des ménages remonte;
  • les États-Unis ne sont pas en conflit avec leurs voisins;
  • pour ce qui est de la sécurité, le fait d’être bordé par deux océans est un élément géophysique qui favorise la protection du territoire;
  • les guerres d’Irak et d’Afghanistan étant essentiellement des événements du passé, et les menaces d’attaques terroristes étant plus faibles, le pays connaît une paix relative, tout en maintenant un haut niveau de surveillance sécuritaire et l’armée la plus puissante du monde.

Bien qu’il soit essentiel de diversifier nos sources d’exportations, cette mise en perspective nous rappelle que nous avons tout intérêt à maintenir d’excellentes relations commerciales avec notre premier partenaire économique!

L’étude se nomme : « Why the u.s. economy will outperform other advanced economies. » Je ne la trouve pas sur le web, je ne peux vous fournir de lien, mais je vais le faire dès que possible.