Billets classés sous « gaz de schiste »

141011_zn7jy_manifestation-cacouna-2-corr_sn635Après des échecs retentissants, le gouvernement du Québec a décidé en 2014 de lancer un Chantier de l’acceptabilité sociale. C’est la moindre des choses à faire. Quantité de projets ont été abandonnés, charcutés, reportés à plus tard parce que les promoteurs n’ont pas pris au sérieux l’étape névralgique de l’acceptabilité sociale. Du Cirque du Soleil dans le sud-ouest de Montréal au gaz de schiste dans la vallée du Saint-Laurent, des projets économiques porteurs ont frappé le mur de la contestation sociale et citoyenne parce qu’ils étaient mal ficelés ou mal expliqués.

« Dans un contexte où les projets et les décisions publics semblent de plus en plus contestés, écrit la chercheuse Corinne Gendron, un nouvel impératif tend à s’imposer : l’acceptabilité sociale. Cette notion s’enracine dans les stratégies mises en oeuvre par les décideurs pour maîtriser une opposition qu’ils ne cherchent malheureusement pas toujours à comprendre. » Et le Québec semble en retard en matière d’acceptabilité sociale, alors que les mouvements d’opposition s’organisent avec efficacité et réussissent à déboulonner plusieurs projets.

On peut, à ce point-ci, continuer de se plaindre du pouvoir des « groupuscules » comme le font certains décideurs, frustrés qu’on leur accorde de l’attention. Ou on peut aussi se regarder dans le miroir et évaluer ce qui ne va pas et ce qui doit être fait. C’est ce que semble envisager le gouvernement du Québec en ce moment. Dans un rapport obtenu par Radio-Canada, la firme Raymond Chabot Grant Thornton propose au ministère des Ressources naturelles d’amener les promoteurs à impliquer les citoyens dès le début du projet. Ils doivent être transparents tout au cours du projet, selon les auteurs du rapport.

Le Québec doit agir. Dans un texte publié dans le magazine Communiquer – revue internationale de communication sociale et publique en novembre 2014 –, Corinne Gendron écrit que « l’acceptabilité sociale peut être lente à construire et fragile, l’inacceptabilité, une fois constatée, est difficile à renverser. […] C’est bien en amont du projet lui-même que s’établissent les bases de l’acceptabilité sociale, à travers la construction d’une relation de confiance entre le décideur et la société civile ».

Elle propose « l’instauration de forums de dialogue » dans le cadre du concept de la « démocratie participative ». Il faut des institutions, des lieux de débat parce que « le décideur public ne peut se contenter de mobiliser le processus de la démocratie représentative pour justifier ses décisions, selon Corinne Gendron, tandis que l’entrepreneur doit mettre son projet en phase avec la vision du progrès portée par la population qui est invitée à l’accueillir. La crédibilité du décideur et l’ancrage de la décision dans le tissu social sont aujourd’hui déterminants pour que celle-ci soit acceptée, et par conséquent applicable et effective ».

Il sera toujours difficile de concilier l’exploitation de ressources fossiles et/ou non renouvelables avec le désir de réduire nos émissions de gaz à effet de serre et de protéger la planète. L’acceptabilité sociale n’est pas impossible toutefois. Des compensations réelles pour les populations touchées et des investissements dans des projets de développement durable et des technologies vertes peuvent faire partie d’une entente. Pour ça, il faut de l’ouverture, des explications. Et il faut que ce soit sincère!

Bilan 2014 de l’économie

vendredi 19 décembre 2014 à 16 h 50 | | Pour me joindre

Pour me joindre

petro

Cette année se termine sur un événement qui n’était pas prévu, qui est finalement, à mon avis, l’événement économique de l’année. Les prix du pétrole ont chuté de moitié, et bien malin celui qui saura prévoir la fin de cette chute et la remontée des cours.

On produit trop de pétrole sur cette planète pour répondre à une demande qui croît moins rapidement que la production. Et ceux qui occupent les premiers rôles dans le grand ballet pétrolier mondial n’ont pas l’intention de jouer les acteurs de soutien.

L’Arabie saoudite est entrée dans une guerre de prix avec les Américains : les Saoudiens ne vont pas réduire leur exploitation parce que les États-Unis augmentent la production de pétrole de schiste à vitesse grand V!

C’est une mauvaise nouvelle pour le Canada, qui compte sur ses ressources pour s’enrichir. Qui, pensez-vous, va réduire sa production dans la foulée de la chute des prix du pétrole? L’Arabie saoudite a besoin de son pétrole, mais peut vivre avec une chute importante des cours. Les États-Unis sont devenus indépendants du point de vue énergétique et ont l’intention d’augmenter leurs exportations de pétrole. Mais le pétrole de schiste coûte cher à produire. Tout comme les sables bitumineux de l’Alberta, qui ont besoin d’un pétrole à 70 et 80 $ pour atteindre la rentabilité.

En même temps, la chute du pétrole va stimuler l’économie, puisque les prix de l’essence sont en glissade. Cette chute représente une baisse d’impôt de plusieurs centaines de milliards de dollars dans les pays développés, y compris chez nous. Avec la reprise américaine qui semble prendre racine, la baisse du prix de l’essence et du dollar canadien pourrait stimuler les économies de l’Ontario, du Québec et du Nouveau-Brunswick.

Sur le plan environnemental, la reprise économique et la chute des prix du pétrole viennent réduire l’impact négatif des prix élevés sur la consommation d’énergie fossile et l’achat de gros véhicules polluants. Le « signal du prix » est souvent considéré par les économistes comme la meilleure façon de changer les comportements.

PRINCIPAUX ÉVÉNEMENTS DE 2014 

Le top 5 – économie – monde

  1. Chute de 50 % des cours du pétrole
  2. Fin de l’intervention exceptionnelle de la Réserve fédérale
  3. Décélération de l’économie chinoise
  4. Russie : conflit avec l’Ukraine, sanctions économiques, chute du rouble, récession
  5. Quasi-récession en Allemagne : la croissance européenne est anémique

Le top 10 – économie – Québec, Canada

  1. La chute du pétrole affecte les finances publiques de l’Alberta, de Terre-Neuve et du gouvernement du Canada, mais va stimuler les économies centrales
  2. Chute du dollar canadien : impact positif pour les exportateurs et les provinces manufacturières – impact négatif pour les importations
  3. Annonce du projet Énergie Est, projet de 12 milliards de dollars de TransCanada – projet suspendu en décembre pour analyser la nouvelle classification des bélugas du Saint-Laurent, maintenant considérés comme en voie de disparition
  4. Baisse d’impôt pour les 4 millions de familles biparentales au Canada
  5. La réduction de la taille de l’État par le nouveau gouvernement Couillard au Québec : réformes, suppressions de postes, hausse de tarifs, révision des régimes de retraite
  6. Bombardier supprime 1700 emplois, dont 1100 au Québec, année 2015 importante pour l’avenir de l’entreprise
  7. Burger King achète Tim Hortons, transaction de 12 milliards de dollars, siège social en Ontario;
  8. L’Espagnole Repsol offre 8,3 milliards de dollars (15 milliards de dollars en incluant la dette) pour acheter la canadienne Talisman, ce ne sera probablement pas la seule transaction
  9. Démission en février et décès en avril de Jim Flaherty, ministre des Finances du Canada de 2006 à 2014
  10. Québec injecte 115 millions de dollars dans deux projets totalisant 190 millions de dollars avec Pétrolia et Junex, notamment pour explorer l’île d’Anticosti.

PERSONNALITÉS MARQUANTES DE L’ANNÉE

Martin Coiteux : Peu connu du public, cet économiste, que nous recevions à l’occasion à RDI économie, est devenu l’homme de la restructuration de l’appareil de l’État : coupes dans les dépenses, réduction des effectifs, révision des façons de faire. L’homme de la rigueur pour les uns, l’homme de l’austérité pour les autres.

Geoff Molson :  Le succès de son entreprise (et de son équipe) n’est plus à faire. Le Canadien de Montréal vaut maintenant 1 milliard de dollars. Tous les matchs sont joués à guichets fermés. Le Canadien a aussi signé un contrat de diffusion de ses matchs avec Rogers, contrat de 5,2 milliards de dollars pour 12 ans.

Le pouvoir citoyen : L’opposition de groupes environnementaux, de groupes citoyens et même des milieux d’affaires ont eu raison, de toute évidence, du projet de terminal pétrolier à Cacouna. Sur tous les aspects, le projet de TransCanada est dénoncé. Il n’est pas impossible, en retour, que TransCanada propose un nouveau tracé pour son pipeline et un nouveau site pour son terminal pétrolier. Le même pouvoir citoyen semble avoir eu raison du gaz de schiste. Non seulement un moratoire est en cours, mais le dernier rapport en lice, celui du BAPE, conclut au rejet de cette filière énergétique : il n’y a pas d’acceptabilité sociale, les risques sont élevés et la rentabilité économique mettra plusieurs décennies à se réaliser.

PC_140210_jt9gm_jim-flaherty-vendredi_sn635

Jim Flaherty

Jim Flaherty : Quelques semaines avant de mourir, Jim Flaherty a déposé son 10e et dernier budget le 10 février. Il a préparé le retour au déficit zéro qui sera officiellement annoncé dans le budget 2015-2016 de son successeur, Joe Oliver. Il a aussi bousillé la promesse des conservateurs, le lendemain de son budget, qui était celle de permettre le fractionnement de revenus pour les familles. Plusieurs ajustements et d’autres mesures ont été nécessaires pour rendre ce fractionnement acceptable politiquement, alors qu’une seule famille sur 10 peut en profiter.

Vladimir Poutine : L’intervention russe en Ukraine a poussé les pays occidentaux à imposer des sanctions commerciales contre Moscou. Avec la chute du pétrole, le pays a plongé en récession et le rouble s’est écroulé. La Russie est aux prises en ce moment avec une stagflation : récession et forte inflation. Le président russe a-t-il perdu la maîtrise de son pays? Comment va-t-il relever l’économie russe?

Jack Ma: C’est le fondateur d’Alibaba, géant chinois du commerce électronique, utilisé par le tiers des Chinois. Son entrée en bourse sur Wall Street en septembre est la plus importante de l’histoire des marchés, valeur de 25 milliards de dollars. Jack Ma a 50 ans et est l’un des hommes les plus riches du monde. Il est l’une des personnalités de l’année du magazine Time.

Thomas Piketty : Il est rare qu’un livre d’économie fasse autant parler, surtout aux États-Unis. De surcroît, un livre de 700 pages, écrit par un Français, socialiste, sur un sujet qui fâche chez les Américains : les inégalités. Son livre a été salué, puis critiqué. Le capital au 21e siècle fait partie des livres importants publiés sur les écarts de richesse.

La fin du gaz de schiste?

mercredi 17 décembre 2014 à 12 h 13 | | Pour me joindre

Pour me joindre

En février 2011, un premier rapport du BAPE sur les gaz de schiste concluait qu’il n’y avait pas assez de connaissances scientifiques pour déterminer quels étaient les risques associés à l’exploitation du gaz de schiste. Afin d’obtenir une plus grande acceptabilité sociale, le rapport suggérait au gouvernement de se servir des Conférences régionales des élus (CRE) pour mettre en place un comité de concertation. Le gouvernement Couillard est en train, en ce moment, d’abolir cet outil.

En janvier 2014, le Comité de l’évaluation environnementale stratégique sur le gaz de schiste a déposé son rapport d’évaluation sur cette filière. Le Comité a fait le constat que plusieurs questions demeuraient toujours sans réponse, notamment sur « la santé des personnes, leur sécurité ainsi que leur qualité de vie […] La filière du gaz de schiste est sujette à un manque d’acceptabilité sociale.

Sur le plan de l’environnement, on appréhende plusieurs impacts environnementaux, dont au premier chef la contamination de l’eau et des sols, un bilan négatif de GES ainsi que les fuites de gaz liés à l’utilisation de la technique de fracturation. Du côté économique, le prix très bas du gaz naturel sur les marchés nord-américains compromet la pertinence économique du développement de la filière du gaz de schiste et la possibilité de procéder à une redistribution juste et équitable de la plus-value tirée de l’exploitation ».

Et, voilà que le 15 décembre 2014, un autre rapport du BAPE arrive à la conclusion qu’il ne serait pas approprié d’exploiter le gaz de schiste au Québec. Le BAPE affirme que « l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste dans les basses-terres du Saint-Laurent pourraient générer des impacts majeurs sur les communautés d’accueil : détérioration de la qualité de l’air, augmentation du bruit, de la circulation routière et de la pollution lumineuse, diminution de la valeur des propriétés situées à proximité des plateformes de forage, impacts sur les paysages, risques d’accidents technologiques, impacts sociaux et impacts sur la santé.

Les activités de l’industrie pourraient également entraîner des conséquences sur la qualité de l’environnement, en particulier sur la qualité des eaux de surface et des eaux souterraines, sur les aires protégées et les milieux humides, et entraîner la fragmentation des milieux forestiers. Les émissions de gaz à effet de serre associées aux activités de l’industrie pourraient contribuer aux changements climatiques. Finalement, la présence des activités d’exploration pourrait entraîner des effets négatifs sur certains secteurs économiques des régions d’accueil, tels que les secteurs agricole, touristique et agrotouristique ».

Expertise rare, riche et fouillée

Trois rapports arrivent à une conclusion fondamentale : l’exploitation du gaz de schiste est risquée, les retombées économiques sont peu probables et l’acceptabilité sociale n’est pas au rendez-vous. Au même moment, le Nouveau-Brunswick et l’État de New York évaluent la possibilité d’imposer un moratoire sur le développement de cette filière. Et le premier ministre du Québec Philippe Couillard semble avoir fait son lit à la lecture des 3 rapports et a décidé de fermer le dossier mardi soir en entrevue au Téléjournal.

Malgré cela, les chambres des commerces et les représentants patronaux demandent au premier ministre de poursuivre son analyse « dans une vision globale de création de richesse et de croissance de l’économie québécoise. » À leur avis, « le BAPE n’a pas l’expertise requise pour se prononcer sur ces questions » faisant abstraction des deux autres rapports publiés en 2011 et début 2014. Ces rapports ont été écrits par des gens provenant des secteurs de l’environnement, de l’énergie, de l’ingénierie, de la comptabilité, du milieu universitaire, de certains ministères du gouvernement, du monde municipal et j’en passe.

L’accusation des chambres de commerce et des associations patronales est insultante pour ces experts, elle est courte et simpliste. Il est rare de pouvoir compter sur une littérature aussi riche et fouillée sur un enjeu. La contribution des experts québécois à la compréhension des apports bénéfiques et des risques associés au gaz de schiste est exceptionnelle. On doit s’en réjouir.

Le retour du gaz de schiste?

vendredi 23 mai 2014 à 11 h 59 | | Pour me joindre

Pour me joindre

En annonçant qu’il voulait « amorcer une véritable et rigoureuse évaluation environnementale stratégique de l’ensemble de la filière des hydrocarbures », le premier ministre du Québec semble préparer le retour dans le débat public de l’enjeu de l’exploitation des gaz de schiste. Dans son discours inaugural, Philippe Couillard a dit vouloir « favoriser l’utilisation du gaz naturel en lieu et place du diesel et du mazout ».

Alors que le Parti québécois avait adopté un moratoire sur le gaz de schiste et semblait vouloir laisser la question en plan, pour quelque temps à tout le moins, le premier ministre Couillard voit les choses autrement. Mais il sait qu’il devra y aller lentement, par étapes, pour éviter de brusquer la population comme l’ont fait les gazières en 2010. Ça avait alors poussé le gouvernement Charest à stopper la machine.

La stratégie de Pauline Marois s’est concentrée sur le pétrole de l’île d’Anticosti. Philippe Couillard, lui, évite soigneusement de se prononcer sur ce projet, bien qu’il ait déclaré en février dernier qu’il était « favorable à l’exploitation des hydrocarbures de façon responsable ». À mon collègue Patrice Roy, mercredi, il a dit ceci : « On va vous revenir là-dessus prochainement. Je veux aborder la question globalement et non pas de façon ponctuelle […] On va présenter une approche cohérente et large des hydrocarbures. »

Comprenez bien : tout est sur la table.

Le gaz de schiste demeure attirant pour les gouvernements qui misent sur les ressources pour stimuler leur économie. Jeudi, un rapport de l’Institut géologique de Grande-Bretagne portant sur les gaz de schiste a été rendu public à Londres. Constat : il y a du gaz et du pétrole de schiste dans les entrailles du pays, et ces hydrocarbures pourraient éventuellement remplacer les réserves de la mer du Nord qui s’épuisent. Le ministre britannique de l’Énergie, Michael Fallon, a déclaré que « la Grande-Bretagne a besoin de plus d’énergie produite sur son sol. La mise en valeur des schistes apportera de l’emploi, des occasions d’affaires. »

Le discours du ministre britannique est clair et assumé. Le premier ministre Couillard dira-t-il la même chose dans quelques années?

Il y a quelques années, s’ajoutait au débat sur la sécurité et l’impact environnemental, la pertinence économique d’exploiter le gaz de schiste au Québec. Le prix du gaz naturel avait chuté et plusieurs affirmaient qu’on allait perdre beaucoup de temps et d’énergie à pousser sur une production qui provoquait autant d’opposition dans la population et qui allait rapporter peu à la société. Depuis, les prix remontent. De 2 $ le million de BTU à l’été 2012, le prix a atteint les 6 $ cette année avant de redescendre à 4,50 $.

Êtes-vous prêts à reprendre le débat?

L'île d'Anticosti vue des airsEn injectant 115 millions de dollars dans deux projets d’exploration pétrolière de l’île d’Anticosti, le gouvernement du Québec décide d’assumer une grande partie du risque lié à de telles activités. Les deux projets, réalisés avec Pétrolia, Junex, Maurel et Prom ainsi que Corridor Resources, vont nécessiter des investissements totaux de 190 millions de dollars.

Le total de l’argent prévu par Québec est plus élevé que la valeur rassemblée de Junex et de Pétrolia en bourse. Le gouvernement Marois va là où le gouvernement Charest ne voulait pas aller. Les libéraux préféraient laisser le privé prendre les risques en retour de permis à très faibles coûts, sinon gratuits.

Il faut savoir que la phase d’exploration permettra trois choses : vérifier le type de pétrole disponible, vérifier la quantité et évaluer la rentabilité. Ce sont des étapes qui pourraient, à n’importe quel moment, amener les partenaires à ne pas investir dans l’exploitation. Et si le marché devait ralentir, comme c’est le cas dans les métaux en ce moment, il y a fort à parier que les projets d’investissements seraient mis sur la glace.

Québec prend en charge ses ressources sans en devenir tout à fait propriétaire. Québec met lui-même le pied sur l’accélérateur pour que les choses avancent et évoluent.

Mais à quel prix?

Qu’en pensez-vous?

L’an 1 du PQ : pressage de citron

mardi 3 septembre 2013 à 14 h 50 | | Pour me joindre

Pour me joindre

La première ministre, Pauline MaroisIl y a un an, le Parti québécois prenait le pouvoir. Pour la première fois dans l’histoire du Québec, une femme allait devenir première ministre. Nous voici donc 12 mois plus tard : quel est le bilan du Parti québécois à la tête du gouvernement? Comment se porte l’économie du Québec? Quels sont les faits marquants sur le plan des mesures économiques et fiscales du gouvernement Marois? Un an plus tard, qu’est-ce qu’on retient?

1- L’état de  l’économie

J’en parlais dans un billet précédent : quand ça va bien, les politiciens au pouvoir aiment bien s’attribuer les succès économiques de leur territoire. Quand ça va mal, l’opposition aime bien faire porter l’odieux au gouvernement. Dans tous les cas, il faut prendre ça avec un grain de sel : l’action du gouvernement a un impact sur l’économie, mais c’est loin d’être la seule donnée en jeu.

Cela dit, force est de constater que le vent ne souffle pas du bon bord pour le Parti québécois. À son arrivée au pouvoir, l’emploi était en croissance. Mais, depuis la fin de 2012, la croissance est de plus en plus faible et les mois de pertes d’emplois s’additionnent. Depuis octobre 2012, soit 2 semaines après l’arrivée au pouvoir du Parti québécois, il s’est créé 3700 emplois au Québec.

Il s’est créé en moyenne 9800 emplois par mois de juillet à décembre 2012. Il s’est perdu 5800 emplois en moyenne de janvier à juillet 2013.

Le PIB du Québec croît lentement. En fait, le printemps dernier, le produit intérieur brut a reculé de 0,2 % en mars et de 0,2 % en avril avant de se stabiliser en mai, ce qui veut dire que la croissance était à zéro. La donnée pour le mois de juin pourrait être décevante, elle aussi, puisqu’il y a eu grève dans le secteur de la construction.

D’ailleurs, ce secteur ralentit au Québec en raison notamment des mises en chantier qui se font moins nombreuses. Selon la SCHL, le nombre de mises en chantier sera à son plus bas en une décennie au Québec cette année.

2- Les mesures fiscales et économiques du gouvernement

La grande priorité du gouvernement Marois, c’est l’atteinte de l’équilibre budgétaire en 2013-2014. Aucune décision en ce moment ne résiste au filtre de cet objectif. Dans un contexte de très lente croissance économique, c’est en quelque sorte une politique du pressage de citron qui est appliquée par le gouvernement depuis son arrivée au pouvoir. Et une réduction importante et rapide de la hausse des dépenses gouvernementales, jumelée à une hausse de tarifs et d’impôts, a un impact décroissant sur l’économie du Québec.

L’économiste François Delorme nous expliquait le 8 mai à RDI économie que les mesures d’austérité du gouvernement Marois allaient réduire le nombre d’emplois créés au Québec. Il y aurait, selon son analyse, 15 000 emplois de plus dans l’économie du Québec en 2014 sans les mesures d’austérité.

En résumé, le gouvernement a adopté les mesures suivantes :

  • Hausse des tarifs d’électricité et dégel du tarif patrimonial;
  • Hausse des taxes scolaires;
  • Hausse indexée des droits de scolarité, bonification des prêts et bourses;
  • Hausse des impôts des mieux nantis;
  • Maintien et hausse pour les mieux nantis de la taxe santé;
  • Compressions dans les dépenses, notamment la recherche, les CPE et l’aide sociale;
  • Exigences d’un rendement plus élevé des sociétés d’État;
  • Fermeture de Gentilly-2, fonds de 200 M$ pour la diversification de l’économie du Centre-du-Québec et de la Mauricie;
  • Fin de l’amiante, fonds de 50 M$ pour la diversification de l’économie de la MRC des Sources;
  • Moratoire sur le gaz de schiste;
  • Annulation de projets d’infrastructures et de minicentrales;
  • Québec et le Fonds de solidarité FTQ participent à la relance d’une partie des activités d’Aveos;
  • Déblocage de projets éoliens (qui pourraient se traduire par une plus forte hausse des tarifs d’électricité à partir du 1er avril 2014);
  • Politique de souveraineté alimentaire;
  • Crédits d’impôt pour favoriser le mécénat culturel.

Il est important de noter que les projets créateurs de richesse pour l’État et l’économie du Québec n’ont pas donné les résultats attendus ou promis :

  • La Banque de développement ne suscite pas l’adhésion de l’opposition, et il semble de moins en moins probable qu’elle verra le jour;
  • Faible hausse des droits miniers;
  • Abandon de la réforme de la taxation du gain en capital.

Le déficit zéro sera probablement atteint grâce à une gestion froide des dépenses publiques : réduction de la croissance des dépenses, nouveaux revenus d’impôts et de tarifs. En retour, la stratégie de croissance économique est encore à élaborer. Que deviendra la Banque de développement économique du Québec? Est-ce que le gouvernement va finalement miser sur Investissement Québec et lever l’incertitude qui pèse sur l’institution?

À surveiller : la politique industrielle que le gouvernement doit déposer cet automne ainsi que les conclusions des commissions en cours sur les mines, les régimes de retraite et le prix du livre.

Alors que le gouvernement du Québec impose un moratoire officiel sur le gaz de schiste, les États-Unis sont en train de changer le monde énergétique mondial en misant tous azimuts sur la fracturation hydraulique. La voie est libre, les Américains ont le marché à eux et ils saisissent l’occasion, malgré toutes les incertitudes soulevées sur la sécurité et l’environnement.

Pétrole de schisteÀ cause de la production américaine de gaz de schiste, le prix du gaz a plongé. Cela a du coup fait plonger le prix de l’électricité dans le marché au grand dam d’Hydro-Québec, qui misait sur ses exportations vers les États-Unis pour augmenter ses revenus et ses dividendes.

La production de gaz naturel aux États-Unis a bondi de 327 % de 2007 à 2011.

Cette technologie de la fracturation est aussi utilisée pour explorer de nouvelles sources de pétrole. Et l’Agence internationale de l’énergie (AIE) annonçait dans un rapport mardi que le pétrole de schiste allait propulser les États-Unis au premier rang des producteurs mondiaux en 2015 dans les pays hors OPEP et avant 2020 dans l’ensemble du marché mondial.

En réalité, avec la production américaine, l’offre va monter plus rapidement que la demande! Qui aurait cru une telle avenue il y a quelques années à peine, à une époque où on parlait du pic pétrolier. Les technologies permettent aujourd’hui d’explorer du nouveau pétrole, qui coûte bien plus cher à produire, mais qui est rentable dans le contexte d’un baril à environ 100 $.

Selon l’AIE, ce pétrole de schiste et le pétrole des sables bitumineux de l’Alberta vont créer une « onde de choc » sur la planète au cours des cinq prochaines années, comme la hausse de la consommation pétrolière des Chinois a bouleversé le marché depuis 15 ans.

C’est à se demander si la transformation nécessaire vers des énergies vertes et renouvelables est vraiment en cours. On ne cesse de dire qu’en attendant de passer à de nouvelles sources d’énergie, on a encore besoin de pétrole. Dans ce contexte, et parce que le développement technologique le permet et que les prix sont élevés, on explore et on exploite. Et on continue!

Et vous savez quoi? Avec une telle offensive sur la production, on peut se demander si les prix de l’essence ne sont pas appelés… à baisser plutôt qu’à augmenter! Bien sûr, d’autres facteurs, comme le raffinage et les taxes, influent sur les prix de l’essence.

Après avoir dit pendant des années qu’il fallait se préparer à une hausse des prix de l’essence, ce spectaculaire développement de l’offre pétrolière en Amérique du Nord est-il en train de remettre en question toutes les prévisions?

Ce qui a déjoué l’Alberta…

vendredi 8 mars 2013 à 15 h 37 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Si l’Alberta voit ses revenus de ressources chuter autant ces jours-ci, c’est parce que l’essor pétrolier et gazier des États-Unis est tout simplement spectaculaire. Dans son budget présenté hier pour l’exercice 2013-2014, le gouvernement Redford à Edmonton indique que les revenus pétroliers seront de 6,2 milliards de dollars moins élevés qu’attendu en 2013-2014. Pourquoi?

Pétrole de schisteUne bonne partie de la réponse se trouve dans un rapport du Service de recherche du Congrès américain, publié il y a une semaine.  On apprend ainsi que la production totale américaine de pétrole a atteint 6 208 200 barils par jour en 2012, une hausse de 11,6 % par rapport à l’année précédente, de 24,1 % par rapport au niveau de 2008.

On apprend aussi que la production de gaz naturel a totalisé 23,966 milliards de pieds cubes en 2012, une hausse de 1,6 % comparativement à 2011, de 20,1 % par rapport à 2007.

Dans les deux cas, l’Agence internationale de l’énergie prévoit une hausse de la production au cours des prochaines décennies. Plusieurs observateurs s’attendent à ce que les États-Unis atteignent l’indépendance énergétique dans une ou deux décennies.

Ainsi, la demande américaine pour le pétrole albertain est de moins en moins forte, ce qui fait pression sur le prix de vente du bitume albertain. Le prix international du pétrole, le BRENT, est à plus de 110 $. Le prix américain du WTI est à 90 $. Et celui de l’Alberta se situe entre 60 et 70 $ en ce moment.

Il y a aussi l’exploitation massive des gaz de schiste aux États-Unis qui a provoqué une hausse importante de la production de gaz naturel, ce qui a fait pression à la baisse sur les prix.

Alors, les prévisions albertaines ne tiennent plus la route. Et la province, qui comptait sur ces revenus pour éponger la hausse de ses dépenses, provoquée notamment par une croissance démographique majeure,  doit refaire ses devoirs.

Edmonton refuse d’utiliser l’espace fiscal disponible : pas de taxe de vente, pas de hausse d’impôts. Le gouvernement coupe donc dans les dépenses, emprunte sur le marché et s’endette pour financer ses projets. Et il espère que ses projets d’oléoducs (vers le sud, vers l’ouest et vers l’est) seront bientôt approuvés.

Pourquoi Talisman jette l’éponge?

mercredi 31 octobre 2012 à 13 h 29 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Il faut voir ou revoir l’entrevue que nous avait accordée, le 24 août 2010, Hope Deveau-Henderson, directrice des affaires gouvernementales et industrielles pour l’Amérique du Nord pour Talisman Energy pour comprendre tout le mal que l’entreprise était prête à se donner pour aller de l’avant avec l’exploitation des gaz de schiste du Québec.

Exploitation pétrolifère et schiste

Non seulement l’entreprise minimisait les cas rapportés de contamination de l’eau ou du sol, ou encore de violations de la réglementation d’États américains, mais elle était prête à affronter la grogne qui ne faisait que prendre de l’ampleur au Québec en réaction au développement désordonné des gaz de schiste dans certaines régions de la vallée du Saint-Laurent.

Talisman nous avait demandé, à l’équipe économique de Radio-Canada, une rencontre éditoriale pour nous expliquer leurs projets. Des documents nous avaient alors été remis, dont un ressemblant à un petit journal, nommé « Ressources » publié par Talisman Energy, en français, avec en manchette : « Le gaz naturel : une occasion à saisir ».

L’entreprise avait alors fait une tournée des médias, avait participé à plusieurs rencontres d’informations et d’échanges et considérait le Québec comme une terre fertile pour le développement. « L’industrie gazière québécoise pourrait investir 9 milliards de dollars et créer près de 65 000 emplois au cours des 15 prochaines années dans des projets de développement du gaz naturel » écrivait Talisman il y a deux ans.

Aujourd’hui, l’entreprise renonce à ses projets au Québec. Elle a annoncé hier une dépréciation d’actifs de 109 millions de dollars avant impôts associés aux gaz de schiste du Québec. C’est terminé. La cause? « L’interdiction » d’explorer et d’exploiter le gaz de schiste au Québec, affirme l’entreprise dans le texte de ses résultats financiers.

En réalité, une évaluation environnementale stratégique est toujours en cours officiellement. Le ministre de l’Environnement Daniel Breton a indiqué que le dossier pourrait être transféré au Bureau d’audiences publiques en environnement, une fois qu’un nouveau président aura été nommé. Québec ne ferme pas la porte au gaz de schiste, mais les signaux envoyés par le nouveau gouvernement ne semblaient pas pencher en faveur d’une exploitation prochaine.

Alors, pourquoi Talisman s’en va alors que d’autres prônent encore la patience, comme le président de l’Association pétrolière et gazière du Québec Lucien Bouchard? Pourquoi Michael Binnion, de la société énergétique Questerre, qui ne s’empêche jamais d’exprimer clairement son point de vue, continue de croire à l’industrie du gaz de schiste au Québec?

Deux extraits de son blogue en témoignent. Le premier, le 24 octobre :

Que dites-vous si je vous dis que je cherche du gaz naturel au Québec parce que j’ai la conviction qu’un Canada fort nécessite un Québec fort? Que dites-vous si je vous dis que je crois que de transférer du capital et des technologies au Québec est meilleur pour le Québec, l’Alberta et le Canada que des transferts de paiements? 

Et puis, le 29 octobre :

Le Québec est capable, peut-être encore plus capable qu’ailleurs de développer ses ressources de façon durable. J’invite le gouvernement de Pauline Marois à choisir une alternative à la confrontation. L’alternative, c’est la coopération. L’alternative de travailler ensemble pour terminer le travail de façon constructive. L’alternative de terminer le travail qu’elle a aidé à démarrer à titre de chef de l’Opposition. Terminer le travail permettant au Québec d’être pour une exploitation moderne et encadrée du gaz et du pétrole. 

Alors, est-ce que Talisman abdique trop rapidement? L’entreprise a-t-elle compris qu’il n’y a pas vraiment d’avenir pour le gaz de schiste au Québec? Le gouvernement Marois doit-il être tenu responsable de l’abdication d’un joueur aussi important que Talisman?

Ou est-ce le prix du gaz naturel qui est trop bas? Le contexte économique qui est trop difficile?

L’économie en 2011…

mardi 20 décembre 2011 à 11 h 35 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Dernier blogue de l’année! Je vais vous retrouver quelque part début janvier. Je vous propose de vous prononcer sur les gens et les événements qui ont fait l’année 2011. Répondez et discutez.