Billets classés sous « éolienne »

Le dilemme de l’éolien

Mardi 25 février 2014 à 14 h 46 | | Pour me joindre

Pour me joindre

On a longtemps présenté l’éolien comme étant une énergie verte et renouvelable, l’énergie de l’avenir qui allait pouvoir remplacer, à tout le moins partiellement, une partie des énergies fossiles. Puis, on a commencé à exposer les désavantages des éoliennes en affirmant que l’énergie émise était intermittente et que ces grands arbres à pales dérangeaient les populations en raison du bruit et de la vibration qu’ils produisaient.

Aujourd’hui, il y a des gens pour et des gens contre qui ont développé tout un argumentaire pour appuyer leur propos. Les « pour » sont en faveur de l’éolien parce que cette industrie aide au développement régional et parce qu’on la considère comme étant l’une des énergies les moins dommageables pour l’environnement. Les « contre » s’attaquent à l’efficacité de cette filière, à son impact sur les collectivités et à son utilité réelle en certains endroits, comme au Québec.

Et justement, au Québec, l’éolien suscite de vifs débats. La première ministre Pauline Marois s’appuie sur cette filière pour développer l’économie du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie. Mais, selon Normand Mousseau et Roger Lanoue, auteurs d’un rapport sur les enjeux énergétiques au Québec, « la stratégie axée sur la construction de nouveaux projets (ouvrages hydroélectriques ou éoliens, notamment) est ruineuse pour le Québec ». Ils proposent qu’on arrête ou suspende les contrats d’approvisionnement en éolien.

Il est déjà prévu de produire 4000 MW d’énergie éolienne supplémentaire. L’industrie en réclame 3200 de plus entre 2017 et 2025. Or, le Québec connaît des surplus importants d’électricité. Les auteurs du rapport calculent que les contribuables devront assumer pour 1,2 milliard de dollars de production excédentaire en 2017.

Ces réalités économiques sont réelles. Pour la suite des choses, il est essentiel de comparer des pommes avec des pommes et de rappeler l’urgence environnementale. D’abord, comme l’expliquait Karel Mayrand dans un texte publié en août dernier, « dans le calcul du coût de la grande hydraulique, Hydro-Québec amortit les investissements sur 100 ans, alors qu’elle demande aux producteurs éoliens d’amortir les leurs sur 20 ans ».

Il est donc clair que l’éolien paraît plus cher que les nouveaux projets d’hydroélectricité avec un tel calcul. Il serait intéressant de mieux mesurer les coûts des deux formes de production afin de les comparer correctement. Ce qu’on sait pour l’instant, c’est que les nouveaux projets d’hydroélectricité et d’éoliennes coûtent plus cher à produire que ce qu’ils rapportent.

Et puis, il faut revenir à l’essentiel : pourquoi doit-on miser sur des énergies renouvelables? Parce que le défi économique du XXIe siècle, c’est le défi écologique. La communauté scientifique est quasi unanime sur ce sujet. Dans les circonstances, n’est-il pas obligatoire de considérer cet enjeu dans chacune de nos décisions énergétiques?

Le Devoir rapporte ce matin les propos de Michel Di Capua, directeur pour l’Amérique du Nord de Bloomberg-New Energy Finance, qui disait lundi lors d’une conférence à Montréal que « les nouveaux investissements en matière d’énergie renouvelable ont reculé de 11 % l’an dernier et avaient reculé de presque autant l’année d’avant ».

Allons-nous dans la bonne direction?

Où est le plan d’électrification?

Mercredi 6 février 2013 à 14 h 46 | | Pour me joindre

Pour me joindre

S’il s’avère que les surplus d’électricité produits au Québec coûteront 500 millions de dollars par année d’ici 2020, il faut se rendre à l’évidence : ça aura coûté cher en subventions pour attirer des entreprises au Québec et stimuler l’économie de certaines régions!

La première ministre Pauline MaroisPour justifier ces surplus créés par les décisions du gouvernement précédent et un retournement de marché, la première ministre Pauline Marois affirme qu’il s’agit là d’un avantage pour convaincre des entreprises de s’installer au Québec. Elle a ajouté un argument de plus vendredi dernier : ces surplus permettront d’électrifier les transports au Québec.

Parfait disent plusieurs analystes! Le Parti québécois s’intéresse depuis plusieurs années à cet enjeu. Mais il faut poser la question : où est le plan concret d’électrification du gouvernement? Et quand sera-t-il en marche? Quel est l’échéancier? Quelles sont les priorités? Parce qu’en attendant, le compteur tourne!

Et, en passant, il tourne aussi, faut-il le rappeler, pour cette centrale thermique de Bécancour qui ne sert presque à rien et qui coûte 150 millions de dollars par année à l’État.

Dans ce contexte, le gouvernement a décidé d’annuler six projets de minicentrales. La réaction du maire de Saint-Joachim et celle du président de la Fédération des municipalités semblent donner raison au professeur Jean-Thomas Bernard qui affirmait la semaine dernière à RDI Économie que les nombreux projets approuvés par les Libéraux dans les années passées ressemblaient essentiellement à des « subventions déguisées » pour certaines régions.

Le gouvernement va épargner 24 millions de dollars en annulant ces projets, mais c’est bien peu à côté des surplus encore à racheter. Et le résultat sur les économies locales est indéniable : ces projets étaient créateurs d’emplois, surtout durant la construction.

Une station de rechargement pour les voitures électriques (Gatineau).Selon Jean-François Blain, analyste du secteur de l’énergie, l’électrification du transport des véhicules de promenade permettrait une économie exceptionnelle. Il estime que le coût actuel en essence pour ces véhicules totalise 8,7 milliards de dollars. En électrifiant tout ce parc de véhicules, la dépense serait réduite à 2,2 milliards à un prix de 15 ¢ le kWh. Jean-François Blain affirme que ça permettrait à Hydro-Québec d’augmenter, en plus, ses bénéfices, de 1,4 milliard. Cela permettrait de verser un dividende supplémentaire de 1 milliard au gouvernement du Québec.

En ce moment, on exporte à perte, on achète les surplus privés à perte et tout ce qui est en construction (La Romaine, les minicentrales, l’éolien) ne viendra qu’ajouter à une offre non nécessaire, qui devrait engendrer d’autres pertes finalement.

Et puis, sur le gaz de schiste, n’avons-nous pas une preuve économique de plus que son exploitation ne serait pas avantageuse pour le Québec? D’abord, parce qu’il y en a une abondance grandissante aux États-Unis. Et parce que l’exploitation du gaz de schiste entrerait en concurrence avec l’eau, le vent et la biomasse, dont la production sera en surplus jusqu’en 2027.

Que les entreprises profitent de l’abondance d’électricité, des faibles prix et de son accès facile pour venir s’installer au Québec, c’est une chose. Qu’il nous en coûte 500 millions par année pour racheter des surplus nous amène dans une autre dimension.

Que ces surplus nous aident à électrifier les transports, c’est une chose. Qu’en attendant un plan détaillé, on dépense des millions et des milliards en est une autre.

N’y a-t-il pas urgence d’agir… et de se brancher?

 

Le problème d’Hydro-Québec : le gaz!

Vendredi 1 février 2013 à 15 h 40 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Le Québec produit trop d’électricité selon le professeur spécialisé dans les questions énergétiques Jean-Thomas Bernard de l’Université d’Ottawa. La demande a évolué au cours des dernières années et les décisions gouvernementales favorisant le développement de grands projets hydro-électriques, de petites centrales privées et de parcs éoliens nous mènent aujourd’hui à des surplus importants d’électricité qu’Hydro-Québec doit acheter en vertu des contrats signés. Ça pourrait coûter des milliards de dollars à la société d’État au cours des prochaines années. Et ce sont les Québécois qui vont payer. Il faut certainement prévoir des hausses de tarifs.

Les surplus d’Hydro-QuébecComment en sommes-nous arrivés là? Plusieurs facteurs, selon Jean-Thomas Bernard :

  1. La récession a ralenti la demande;
  2. Il y a plusieurs fermetures dans l’industrie des pâtes et papiers;
  3. Le marché de l’exportation n’est plus rentable.

« Avec l’arrivée du gaz de schiste, le prix à l’exportation a plongé, nous a expliqué le professeur à RDI économie jeudi soir. Il y a 3 ou 4 ans, Hydro-Québec, engagé dans les marchés quotidiens, allait chercher 8 à 9 ¢ le kilowatt-heure. Or, aujourd’hui, il peine à aller chercher 4 ¢. »

Or, l’achat du kWh par Hydro-Québec pour les différents projets privés, dont l’éolien, est autour de 10 ¢. Le marché de l’exportation n’est donc pas rentable. La dégringolade du prix du gaz naturel, avec les découvertes importantes de gaz de schiste, a rendu cette énergie plus attrayante pour les produits d’électricité que l’hydro-électricité québécoise. La baisse de la demande, alors que l’offre s’est mise à augmenter, a fait chuter le prix sur le marché.

Dans les circonstances, il est étonnant que l’on continue d’augmenter le potentiel énergétique du Québec avec l’approbation de nouveaux projets. Il y a quelques jours à peine, Québec a annoncé l’approbation d’une nouvelle phase de développement éolien pour la Seigneurie de Beaupré et a autorisé la réalisation d’un très gros projet éolien de 350 MW à la Rivière-du-Moulin dans la réserve faunique des Laurentides.

La première ministre Pauline Marois disait ce matin que ces surplus représentent un « avantage » pour l’économie du Québec. Il faut, a-t-elle dit en point de presse, « utiliser ce surplus d’électricité pour attirer ici de nouveaux investissements et nous engager de façon résolue dans l’électrification des transports. »

« Ils sont dans l’erreur, répond Jean-Thomas Bernard. On a un prix pour l’électricité parmi les plus faibles du monde. Mais il faut réaliser que la nouvelle électricité coûte cher. Et produire de l’électricité à 10 ¢, ce n’est pas un avantage en Amérique du Nord. Ça a été vrai pour la majeure partie de l’histoire du Québec, mais là c’est fini! »

Dans ce contexte, une réflexion s’impose à Québec. Le développement de l’électricité est-il devenu au fil du temps une sorte de « subvention déguisée » des régions comme le pense Jean-Thomas Bernard?